02/08/2017

LA Suisse n'existe pas ! Et pourtant elle existe…

Ce n'était sans doute pas prémédité. Mais pour un coup pub promotionnelle, c'est réussi! Ada Marra aime la polémique. Comme toute battante, c'est une indécrottable combattante. Et des adversaires politiques au QI modeste et à la réactivité primaire, il n'en manque guère dans les rangs nationalistes. Leur zèle indigné – prétendument patriotique - inquiète bien davantage que la petite provocation de notre dynamique politicienne gauchiste.

La vérité est que Dame Helvétie est une vue de l'esprit construite par des hommes visant un intérêt commun face à d'autres intérêts extérieurs. Pas d'unité de langue, de culture, de religion ni de géographie physique. Et pourtant. Notamment par l'étrange pouvoir d'un drapeau commun, le téléspectateur de Chancy se réjouit davantage du succès d'un sportif glaronais que de celui d'un voisin français de Challex…

Plus sérieusement. Helvètes, nous partageons un tronc commun de valeurs fondamentales consacré par une fort belle Constitution fédérale inspirée de valeurs bibliques.  

11:06 Publié dans Civisme, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |

04/05/2017

Un élan passionnel pour la grande muette

Comme c'est touchant de voir certains s'étrangler d'indignation parce qu'un employeur ne souhaite pas engager du personnel astreint à des obligations militaires! C'est que sous de fières et austères casquettes gris-vertes réside un cerveau pas toujours surdimmensionné en son hémisphère gauche mais débordant en sa droite: pas touche à mon armée adorée, prunelle de mes yeux!

Je peux comprendre cette réaction. Mais au crédit de mes 300 jours de service dans l'élite (cp pol rte 10), j'ose questionner : et si nous parlions aussi des innombrables heures, jours et semaines trop souvent gaspillés sous les drapeaux ? Des innombrables soldats victimes d'un commandement trop souvent catastrophique car peu compétent et prussien ? Du coût direct et indirect abyssal trop souvent supporté par nos entreprises pour les beaux yeux d'une armée qui, trop souvent, ne sert que ses propres intérêts au détriment de ceux du pays et de ses citoyens.

19:08 Publié dans Armée suisse, Civisme, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

01/08/2016

Le vrai patriotisme

Il existe un bon et un mauvais patriotisme.

Le mauvais est celui que revendique en beuglant à tous vents les adeptes inquiétants de la droite populiste. Il est primaire, cocardier et xénophobe. Il rêve de forêt de drapeaux aux couleurs nationales et de défilés militaires exhibant avec une satisfaction malsaine obusiers blindés et autres canons derniers cris.    

Il existe un bon patriotisme. C'est celui de l'amour. L'amour de son pays. C'est-à-dire l'amour de ses nombreux lacs, de ses superbes montagnes, de ses paysages verdoyants et variés, de sa faune et de sa flore. Oui la Suisse est vraiment belle ! Le vrai patriote rêve de sauvegarde de ce merveilleux environnement dont la Providence à doté l'Helvétie. Il rêve d'abandon de l'intolérable menace nucléaire, de la réduction de la pollution générée par un abus débridé du trafic motorisé individuel, d'une agriculture respectueuse de la santé de sa terre. Il rêve d'un pays libéré du pouvoir démoniaque de la cupidité et du matérialisme consumériste.

Plus que jamais la Suisse a besoin que s'élève le chant de sa prière patriotique: "Seigneur accorde ton secours au beau pays que mon coeur aime...". 

Joyeux 1er août à tous!      

08:05 Publié dans Développement durable, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

31/03/2016

Le rouge et le noir

" - Et quel est ce M. Valenod ? dit Mathilde inquiète. - Si vous le connaissiez, vous ne pourriez douter du succès. C'est un parleur audacieux, impudent, grossier, fait pour mener des sots".

Que la Providence nous garde de ce genre d'homme politique décrit par Stendhal! Silvio hier, Donald aujourd'hui...

Reste que tous les politiciens ne sont pas pourris par une ambition personnelle malsaine. D'aucuns cherchent le bien public, et tous ont droit au "Respect Minimum" dû à chaque être humain.

C'est ce que Jean-Claude Chabloz, aumônier au Palais fédéral durant plus de 12 ans, raconte dans un livre-témoignage passionnant: "Un pasteur dans les coulisses du parlement" (Editions première partie). Pour mieux comprendre l'envers du décor. Pour qu'esprit critique et bienveillance cheminent de concert. Pour le bien du pays et de ses habitants.

 

           

09:04 Publié dans Civisme, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

29/02/2016

La xénophobie n'est pas un péché.

Comme son nom l'indique, la xénophobie est une crainte. A l'inverse, le racisme est une grave faute morale aussi intolérable que dangereuse: cette lèpre répugnante doit être combattue avec pugnacité et détermination. La xénophobie, elle, se soigne. La laisser étendre son emprise sur nos sentiments peut conduire, à terme, au détestable racisme précité.

Du temps de Jésus autour des années 30 à 33 de notre ère, les habitants de la Samarie sont détestés. A tel point qu'il est usuel de contourner leur territoire pour se rendre de Jérusalem en Galilée, un détour qui coûte tout de même un bon jour de voyage supplémentaire. Ces Samaritains sont tellement mal vus que d'agressifs détracteurs du Rabbi de Nazareth l'accusent d'être possédé par un esprit démoniaque et d'être...un Samaritain(cf. Jean 8:48); bonjour l'insulte!

Jésus, lui, traverse la Samarie, discute en public avec une Samaritaine peu fréquentable et, last but not least, prend un "bon Samaritain" pour exemple d'un homme juste aux yeux de Dieu. Il nous guérit de la xénophobie et nous centre sur l'essentiel : aimer et partager l'amour de Dieu à mon prochain, étranger ou non.    

 

  

18:06 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

24/02/2016

La Suisse est inférieure à la France.

Question altitude s'entend. 32cm. Non, ce n'est pas un poisson d'avril de février victime du réchauffement climatique. C'est le très sérieux et officiel site de l'Etat qui nous l'apprend:

http://ge.ch/mensuration-officielle/decouvrir-la-mensuration-officielle/cadre-de-reference/altimetrie.

"Du fait que les cadres IGN69 (France) et NF02 (Suisse) sont basés sur des points fondamentaux différents, lorsque nous sommes à la frontière nous avons une ''marche'' entre la France et la Suisse de l'ordre de 32cm. En descente dans le sens France - Suisse".
 
Olivier Emery 
 
 

10:06 Publié dans Genève, Région, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

21/01/2016

L'incroyable légende du Hardgott !

C'est l'histoire d'un pays qui dépense plus de CHF 10 milliards pour construire un tunnel ferroviaire bitube de base (entrées à faible altitude) de 57 km de long (record du monde !). Après dix ans de travaux titanesques ce remarquable ouvrage entre en fonction en cette année 2016. Or en ce même début d'année des politiciens - à l'apparence très sérieuse - proposent à leurs concitoyens de percer un deuxième tunnel routier au même endroit! Qui coûtera son lot de milliards, évidemment.

Vous ne me croyez pas ? Vous pensez que je vous raconte la plus grosse blague du siècle ? Que ce pays, s'il existe, est grossièrement manipulé par de puissants et argentés lobbies ? Qu'en aucun cas pareille farce ne saurait se jouer en notre douce Helvétie ?

Olivier Emery 

    

13:08 Publié dans Civisme, Développement durable, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

18/02/2015

Aimez-vous le Valais et les Valaisans ?

Oui, j'aime le Valais et ses habitants. Sans doute comme la majorité des Genevois, j'apprécie leur caractère entier et franc. Je salue leur fierté né d'un noble et atavique attachement au Vieux Pays ancestral. D'aucuns s'en irritent se sentant exclus d'emblée, d'autres méprisent son caractère désuet teinté de chauvinisme. Moi pas. Etre d'une terre et le ressentir est un privilège identitaire que nous, citadins genevois, avons malheureusement trop souvent perdu.

Il suffit de visiter l'un de ces petits et délicieux musées ruraux (Isérables, Plan-Cerisier, Le Châble) et montrer son intérêt pour le patrimoine local pour que s'ouvrent tout grand le coeur et le sourire des gardiens du lieu.

Bien sûr, selon l'adage "toute vérité n'est pas bonne à dire" il est très fortement déconseillé de mentionner que:

- comme tout Genevois qui se respecte vous n'êtes pas un fan du FC Sion

- vous avez voté oui à la nouvelle LAT et à l'initiative FW

- vous trouvez que le français de William Besse, commentateur sportif à la rts, est d'une pauvreté que ne renierait pas François d'Assise.

Aimer implique le désir de mieux comprendre. En cette perspective, je ne peux que chaudement recommander la lecture d'un livre bref et  percutant : LE HAUT VAL DES LOUPS de Jérôme Meizoz (Edition ZOE).

Un ouvrage lucide et nécessaire pour mieux aimer le Valais. Attention sa lecture ne vous laissera pas indemne! Votre regard sur ce Canton attachant, vos souvenirs et vos sentiments en seront sainement affectés. 

Voici ma prière en refermant la dernière page du récit précité : "O Dieu, bénis le Valais. Protège-le de ses prédateurs indigènes dangereusement affairistes et manipulateurs. Fortifie et (re)donne courage à tous les Valaisans intègres et de bonne volonté. Merci pour ta promesse selon laquelle, un jour prochain, les doux hériteront du Pays. Amen".

Olivier Emery

15:41 Publié dans Région, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

15/12/2014

And the winner is... SWITZERLAND!

Notre petite Helvétie trône sur la plus haute marche du podium mondial en matière de philanthropie. Selon le site internet de la rts il se crée chaque année en Suisse 400 fondations d'utilité publique. Le nombre de fondations atteint ainsi aujourd'hui un total d'environ 13'000. La Suisse affiche la plus importante concentration en la matière avec une fondation pour 620 habitants. A titre d'exemple, le rapport est de 1 pour 3000 en Allemagne et de 1 pour 6000 aux Etats-Unis.

Certes notre pays concentre beaucoup de richesses, mais il connaît aussi une longue tradition philanthropique qui remonte à 1835 (!) avec l'établissement à Zurich d'un cadre juridique et fiscal favorable. Une vertueuse et noble coutume qui puise sans doute ses racines à l'eau pure de l'éternelle fontaine biblique :  

«Donner aux pauvres revient à prêter à Dieu, il récompensera cette générosité.» (Salomon)

«Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir" (Jésus)

«Recommande-leur de faire le bien, d’être riches en actions bonnes, d’être généreux et prêts à partager avec autrui.» (Paul).

Olivier Emery

  

02/08/2014

Bienvenue au paradis alpin valaisan.

Une belle journée ensoleillée. A tout début juillet, juste avant la pluie tenace et grise qui rendra un brin moroses la suite de nos vacances estivales. Or donc ma douce moitié et le soussigné mettons le cap sur Chalais près de Sierre et son parking hospitalier gratuit attenant au téléphérique qui relie sans effort la plaine du Rhône au discret balcon de Vercorin. Moyennant une courte traversée pédestre de ce sympathique  village, derechef nous embarquons par voie tractée et aérienne pour le Crêt du Midi.

A plus de 2000m, un superbe panorama régale nos yeux. Difficile de s'en détacher, mais l'agréable perspective de rejoindre Grimentz par le flanc du beau Val d'Anniviers nous convainc d'engager l'effort pédestre. Un effort assez modeste au demeurant car le chemin est facile, confortable et en pente douce descendante.

Sur la rive opposée se dessine le parcours de la célèbre course Sierre-Zinal et ses repères incontournables : Ponchette-Chandolin-Tignousa puis le majestueux Hôtel Weisshorn qui domine la vallée comme une incongruité pourtant familière et indispensable.

Comment décrire cette marche de trois heures environ ? Flore, oiseaux, arbres, alpages verdoyants et perspectives éblouissantes sur les 4000m "d'en face" s'offrent au randonneur comblé, avec la complicité bienvenue d'un ciel bleu limpide synonyme d'un agréable et généreux soleil.

Grimentz. Incomparable. C'est Le village valaisan qu'il faut admirer. Ses chalets fleuris sans fausse note, son harmonie parfaite et pourtant naturelle. Gageons que si tous les villages du Vieux-Pays lui ressemblaient, un certain FW n'aurait jamais eu l'idée de lancer une initiative qui fait encore et toujours grincer des dents les autochtones...

Retour en car postal via St-Luc et Sierre, et la boucle est bouclée. Du bonheur de A à Z.

Olivier Emery


          



19:57 Publié dans Nature, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |