13/05/2017

Fêtes des mères et famille d'accueil

Famille d'accueil ? Une belle aventure ! En avril 2016 nous recevons notre accréditation de "famille d'accueil relais/dépannage" et venons d'héberger pendant cinq mois notre troisième enfant d'accueil, une charmante fillette âgée d'un 1 an et 3 mois.

Une maman d'accueil cache toujours une maman biologique empêchée pour divers motifs de s'occuper de son propre enfant. Nous avons une pensée de respect et de reconnaissance pour la "vraie" maman; car sans sa courageuse détermination à donner la vie, le néant aurait triomphé. En toile de fond se dessine une double souffrance : celle d'une mère désemparée et celle d'un enfant cabossé par un début de vie difficile. Cette triste réalité peut être changée. Comme une bougie allumée dans l'obscurité, la vie de l'enfant peut être restaurée. Grâce à la Providence, le garde-manger de la famille d'accueil contient des provisions de tendresse, de créativité et de patience. Le miracle de la résilience se manifeste alors sous nos yeux émerveillés.

Quel privilège de voir les progrès quotidiens accomplis par nos petits trésors : la paix remplace la crainte, la détente succède à la crispation, la joie et la confiance conquièrent de vastes territoires intérieurs. A cette gratifiante récompense s'ajoute le bonheur de savoir que cet amour est déposé pour l'éternité dans le cœur de l'enfant, tel un précieux trésor que rien ni personne ne pourra dérober.

En ce jour de fête des mères, l'Evangile offre à toutes les mamans aimantes du monde l'inouïe et merveilleuse promesses du Roi : "ce que vous faîtes à l'un de ces petits c'est à moi que vous le faîtes".

20/02/2017

Après la mort: néant ou jugement ?

Même les agnostiques, même les athées s'accordent à reconnaître mérite et valeur à l'enseignement de cet inclassable Juif né au Moyen-Orient il y a environ 2017 ans. Pourquoi ? Parce qu'enseigner qu'il faut aimer ses ennemis et rendre le bien pour le mal est aussi révolutionnaire qu'admirable. Jusqu'ici tout le monde est à peu près d'accord. Mais cette unanimité semble s'effriter lorsque cet étrange "philosophe-guérisseur-prophète" explique qu'après la mort il y aura...un jugement dernier. A tort, car cet enseignement est aussi un formidable appel à réussir sa vie terrestre. Dès à présent. Très concrètement. Le pays éternel de la joie sera ouvert à celui qui prend soin de l'étranger, du malade, du rejeté, du malheureux, de l'assoiffé ou de l'affamé. Et fermé à celui dont le coeur est, aujourd'hui, indifférent à la souffrance d'autrui.

 

 

11:45 Publié dans Bible et Evangile, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |

12/12/2016

Un petit rayon de soleil sous les stratus

Onex. Mercredi matin 7 décembre 2016. Nous quittons le foyer Piccolo. A bord de notre voiture la petite Elisa (prénom d'emprunt), 10 mois, toute menue, jolie et souriante. Notre mission : famille d'accueil "relais-dépannage" de ce joli trésor pour une durée d'environ six mois. Le temps de lui trouver un cadre familial adéquat à long terme.

Elisa prend bien ses marques en notre maison où elle brille comme un petit rayon de soleil, fort bienvenu en ces persistantes journées de grisailles.

" C’est un très beau cadeau de Noël que vous avez offert à la petite Elisa, que de l’accueillir chez vous" nous écrit fort aimablement une charmante éducatrice de Piccolo. C'est pourtant l'inverse que nous ressentons : un cadeau reçu plutôt que donné...

L'esprit de la fête de Noël berce doucement les cœurs et nous rappelle les paroles de son Inventeur : "Il y a plus de joie à donner qu'à recevoir".

 

12/10/2015

Angela Merkel entre grande classe et dignité

Ben Gourion disait de "son" ministre Golda Meir : "c'est le seul homme de mon gouvernement!". Aujourd'hui l'Europe et la communauté des nations démocratiques peuvent aussi rendre cet hommage à la Chancelière allemande.

Les sondages baissent ? Sa politique humaine d'ouverture et de compassion envers les malheureux semble déplaire ? Sa réponse est noble et digne : "Pour moi, cela fait partie de l'humanité fondamentale de notre pays que d'accueillir un réfugié avec sympathie, comme n'importe quel autre être humain (...) Les sondages ne sont pas mon étalon de mesure".

Détermination, courage et bonté : des qualités inspirées du vécu de Jésus de Nazareth. Que l'Eternel vous bénisse Madame Merkel! L'Allemagne peut être fière de son "homme fort". Angela sombrerait-elle dans un angélisme naïf ? Non. Cette femme remarquable démontre aussi qu'humanité et réaliste bon sens peuvent harmonieusement cohabiter : "confiante, la chancelière a promis d'accélérer la construction de logements pour les réfugiés. Parallèlement, le refoulement des migrants "n'ayant aucune perspective de pouvoir rester" sera renforcé. 

Olivier Emery

02/03/2015

Il y a dette et dette.

Si je m’endette pour construire une maison afin d’y loger ma famille, ma dette n’en est pas vraiment une car sa valeur sera couverte par celle du bien immobilier. Débiteur et créancier sont irréprochables.

Si je m’endette pour acheter une voiture, une TV, une piscine ou pour financer le salaire de mes jardinier, femme de ménage et autre domestique, alors il a problème car je vis au-dessus de mes moyens. La ruine guette au tournant. Débiteur et créancier jouent un jeu malsain.  

Si je m’endette pour nourrir ma famille menacée à court terme de famine, alors mon créancier ne devrait pas percevoir d’intérêt. Il devrait aussi, tous les 50 ans, effacer l’ardoise et redistribuer la richesse foncière. Une solution avant-gardiste ? Pas vraiment puisqu’elle est préconisée depuis environ 33 (!) siècles dans la Bible, cf. Lévitique 25. Le créancier pratique le bien.

Reste à déterminer à quel type de débiteur appartient l’obligé, et, cas échéant, à méditer cette prière: « Remets-nous nos dettes, comme nous les remettons à nos propres débiteurs ».

Olivier Emery

 

 

 

11:00 Publié dans Bible et Evangile, Commerce, Economie, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

15/12/2014

And the winner is... SWITZERLAND!

Notre petite Helvétie trône sur la plus haute marche du podium mondial en matière de philanthropie. Selon le site internet de la rts il se crée chaque année en Suisse 400 fondations d'utilité publique. Le nombre de fondations atteint ainsi aujourd'hui un total d'environ 13'000. La Suisse affiche la plus importante concentration en la matière avec une fondation pour 620 habitants. A titre d'exemple, le rapport est de 1 pour 3000 en Allemagne et de 1 pour 6000 aux Etats-Unis.

Certes notre pays concentre beaucoup de richesses, mais il connaît aussi une longue tradition philanthropique qui remonte à 1835 (!) avec l'établissement à Zurich d'un cadre juridique et fiscal favorable. Une vertueuse et noble coutume qui puise sans doute ses racines à l'eau pure de l'éternelle fontaine biblique :  

«Donner aux pauvres revient à prêter à Dieu, il récompensera cette générosité.» (Salomon)

«Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir" (Jésus)

«Recommande-leur de faire le bien, d’être riches en actions bonnes, d’être généreux et prêts à partager avec autrui.» (Paul).

Olivier Emery

  

03/06/2014

Ce qui a changé en MIEUX ces 25 dernières années !

Mais oui, tout ne « fout pas le camp ». Voici, en vrac, quelques agréables progrès qui sont venus améliorer notre quotidien. Bien entendu la liste suivante, fort subjective, n’est pas exhaustive.

 

1.   L’attente aux guichets de la poste ou de la gare. Vive le distributeur de tickets numérotés avec indication du temps d’attente !

 

J’avais le chic de choisir invariablement la mauvaise queue. Et comme je déteste attendre…

 

2.   Le goudron (quasi) insonore. Quelle belle invention dont profitent de plus en plus nombreux riverains routiers !

 

3.   Les emails ou les sms. Je ne dérange pas et ne suis pas dérangé. De plus, je n’aime pas téléphoner.

 

4.   Les pistes ou bandes cyclables. Bien sûr il en faudrait encore d’avantage ; n’empêche qu’il y en a tellement plus aujourd’hui que les petites reines ne peuvent qu’actionner joyeusement leur sonnette.

 

5.   Les contrôles douaniers systématiques au passage de la frontière. Finies les queues au poste de douane. Finies les sempiternelles et lassantes interpellations soupçonneuses :«Vous n’avez rien à déclarer ? » « Ouvrez le coffre » etc…

 

6.   Les produits respectueux de l’environnement et promouvant le commerce équitable. C’est génial, on en trouve à la Migros ou à la Coop, tant dans les rayons alimentaires que non alimentaires. Et pour quelques petits sous de plus on s’offre le bonheur inestimable de contribuer au bien de la création et de nos semblables dans le besoin : quel privilège !     

 

C’est tout pour aujourd’hui. Sachons donc voir ce qui va mieux et nous en réjouir. Vive la vie !

 

Olivier Emery