04/02/2017

Un virus mortel qui affecte l'humanité

Les optimisations fiscales de tout poil, l'affaire Cahuzac, les confortables rémunérations de proches de M. Fillon, les mandats d'intermédiaire financier de Me Bonnant, le football leaks de Beckam, les parachutes dorés et salaires indécents de pdg, les forêts tropicales dévastées, etc... Ces honteux scandales n'existeraient pas sans le virus mortel de la cupidité. 

Un léger malaise me saisit pourtant lorsque j'entends les cris indignés de la populace unanime à condamner vertement ces lamentables agissements. En effet, chacun de nous est-il vraiment exempt de cet amour de l'argent ? Est-il parfaitement guéri de ce germe d'infection qui souille de son pus l'intégrité intérieure ? Est-il totalement préservé des flots incessants d'une propagande qui vante le mérite de vendre son âme à l'idole toute puissante de la convoitise ?  

Il existe pourtant un exemple historique édifiant. Celui de l'être humain le plus célèbre de tous les temps. Il naît dans un abri à bétail car ses parents d'origine fort modeste ne peuvent se payer une chambre d'hôtel. Puis il passe sa prime enfance dans le dénuement d'un camp de réfugiés, à une époque où les ONG et autres organisations internationales humanitaires n'existent même pas. Adulte, il vit de l'aumône de quelques femmes au coeur charitable. La caisse de son association à but non lucratif est exclusivement destinée à aider les nécessiteux. Il n'a pas le sou pour posséder un chez soi ou pour payer l'impôt obligatoire. Juste avant son décès il ne laisse qu'un seul vêtement. Seule l'intervention providentielle d'un improbable bienfaiteur lui permet d'être enseveli décemment.

Impossible de servir deux Maîtres, il faut choisir entre aimer Dieu ou aimer l'Argent. C'est binaire.

31/10/2016

Tiercé gagnant pour aimer un enfant

Dans le tram 14. Un jour d'octobre 2016, entre Bel-Air et la Jonction. A haute voix, un garçonnet d'environ 7 ans se plaint amèrement d'une adulte (sa mère ou sa grand-mère ou sa maîtresse d'école ou ..?) :

"Tu te rends compte, elle ne me fait jamais un câlin, jamais un sourire...même pas une blague !" 

Et si mettions davantage de tendresse dans nos gestes, de lumière sur nos visages et d'humour dans nos propos ? Pour le bien des enfants - et des adultes - que la Providence place sur nos chemins.   

14:53 Publié dans Genève, vie locale, Humour, Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

30/07/2016

La petite famille de la gare routière de Lyon

Matthias (29 ans) est un nomade invétéré, grand baroudeur devant l'Eternel.

Gare routière de Lyon. En attente du car pour Barcelone. Notre voyageur remarque un bout de chou d'environ 4 ans qui, assis, tient une fleur dans une main et le natel de sa maman dans l'autre.

L'enfant joue avec la fleur; l'éveillée fibre poétique de Matthias s'en réjouit. Mais son coeur s'attriste bien vite lorsque la maman arrache sans ménagement le téléphone de la main de son bambin, l'invective pour qu'il se lève, avant de lui pincer violemment le bras. Impossible de ne pas réagir...

Matthias, à deux-trois mètres de la scène, proteste. La mère se tourne vers lui et il s'attend à subir à son tour le courroux maternel. Mais non, dans le regard de la maman brille la lueur du désarroi:

- "C'est pas facile hein ?.. Quel est le prénom de votre petit ?"

- "Emin"

- "Emile ?"

- "Non, Emin"

D'une voix forte et remplie de bienveillance il s'adresse au garçon : 

- " Emin ! Allez, on se lève ! On y va !"

D'un coup le gamin le regarde, se met debout, et sans rien dire s'approche de Matthias qui pose une main amicale sur sa nuque et l'autre sur sa poitrine :

- " Allez, il faut faire plaisir à tes parents, d'accord ? "

L'enfant repart gentiment avec sa mère qui remercie l'aimable et providentiel voyageur.

09:05 Publié dans Société - People, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

11/04/2016

L'OM et Thémis

C'était le 21 septembre 2015 : "Une ambiance délétère, des jets de projectiles, des banderoles haineuses, une poupée représentant un pendu. Le Lyonnais Mathieu Valbuena, qui a porté huit ans les couleurs de Marseille, n'a pas été épargné pour son retour au Stade-vélodrome" (Le Parisien).

Le comportement du supporter est rarement un modèle d'intelligence. Pour éviter d'injurier les sportifs, nous renoncerons ici à citer Coluche : "il y a encore plus stupide que les sportifs, ce sont les supporters !" (en vérité l'humoriste a utilisé un adjectif plus court mais moins séant).

Ce  soir de septembre 2015 le public marseillais a franchi une ligne rouge. Le crétinisme a basculé dans l'odieux. Les dirigeants du club phocéen et du football français ont lâchement toléré l'inacceptable.

Résultat des courses : "l'OM n'a plus gagné à la maison depuis que mes enfants ont repris l'école en septembre dernier" gémit aujourd'hui un supporter énervé. Hier soir Eurosport titrait : "OM-Bordeaux, un 0-0 minable". A cinq journées de la fin du championnat l'OM végète dangereusement dans la zone inférieure du classement de ligue 1.    

Sans doute un effet de la justice immanente. Tant mieux! Mais c'est bien dommage pour cette si belle et attachante ville de Marseille. 

09:12 Publié dans Société - People, Sports | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

10/07/2015

Qui est le méchant ? L’emprunteur grec ou le prêteur allemand ?

L’actuelle lutte « greco-berlinoise » oppose deux partenaires liés par un contrat de prêt. Il y a de nombreux siècles, des sages se tenaient déjà au chevet de ce problématique couple « débiteur/créancier ». Voici leurs opinions :

« Le méchant emprunte et ne rend pas » (Psaume 37:21) ; donc le débiteur hellène…

Oui mais : « celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête » (Proverbes 22 : 7) ; donc le créancier germanique est un potentiel esclavagiste…

Moralité : pour toutes dépenses de consommation/fonctionnement, il conviendrait d’exclure le prêt car ce type de contrat est inévitablement liberticide et toxique. Pour Athènes comme pour Berlin. 

Olivier Emery

 

11:57 Publié dans Bible et Evangile, Monde, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

08/07/2015

Le resquilleur, agaçant et pathétique.

Ce matin 8 juillet 2015. IR de 10h15 à destination de Lausanne. « Contrôle des billets » annonce une voix jeune teintée d’accent fédéral.

S’ensuit un dialogue avec une passagère qui, sans rougir, prétend posséder un AG, puis un demi-tarif, puis s’être fait voler ses affaires, puis avoir changé d’adresse, puis …, etc., etc…

Stoïque, la contrôleuse des CFF téléphone, conserve un calme olympien, explique poliment à sa gerce de menteuse récidiviste qu’elle pourra aller au guichet de la gare faire annuler sa facture, si tout est en ordre.

Ce type de resquilleur me touche par son incroyable capacité imaginative, son culot lamentable et son obstination à perdre toute dignité. Las.

Olivier Emery

12:20 Publié dans Civisme, Société - People | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

29/06/2015

Rapport Shabas, bonjour la farce!

Et le dindon de celle-ci est… Israël, évidemment. Après les errances passées du rapport Goldstone, rebelote à l’ONU avec le rapport Shabas. Sans vergogne la commission onusienne des droits de l’homme remet le couvert et lève son verre à la gloire de…son propre discrédit. Mais comme « plus grosse est la ficelle… » il se trouvera toujours de nombreuses personnes spontanément séduites par des conclusions hostiles à l’Etat hébreux ou au peuple juif en général.

Ce n’est pas là question politique mais bien éthique ; un devoir élémentaire de justice et de vérité qui peut se résumer dans la réalité des faits suivants :

-       Le Hamas est l’agresseur à l’origine de la tragique guerre de Gaza en été 2014 et Israël a ainsi agi en état de légitime défense

 -       Le Hamas a volontairement visé des populations civiles israéliennes par des tirs (16'500 !) de missiles, alors qu’Israël s’est efforcé d’atteindre exclusivement des cibles stratégiques militaires

 -       Le Hamas a volontairement utilisé sa propre population civile comme bouclier humain espérant peut-être protéger ses arsenaux et autres tunnels mortifères. Il n’a pas hésité à favoriser puis embellir le triste bilan macabre des victimes civiles palestiniennes aux fins de propagande anti-israélienne  

 -       Le Hamas est une organisation terroriste islamiste qui utilise sans état d’âme la terreur envers sa population et ses ennemis.

-       Israël est le seul pays du Moyen-Orient qui cultive la démocratie, la liberté de religion, la liberté de la presse, l’égalité des sexes, le respect des droits de l’homme en général.      

Plus qu’un conflit militaire régional, c’est la sauvegarde de nos précieuses libertés qui se joue sur la scène du théâtre onusien ; prenons garde à ce que ce vaudeville ne se transforme en tragédie. Au préjudice de l’humanité toute entière.  

Olivier Emery

17:18 Publié dans Histoire, Israël, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

06/02/2015

Poisson d'avril !

Avec deux mois d'avance je vous dévoile le prochain poisson d'avril genevois 2015. L'un des plus surprenants, stupéfiants et insolites de ces derniers siècles. Un hénaurme poisson :

Le service présidé par un magistrat du parti démocrate CHRETIEN de la ville de CALVIN interdit avant NOEL...la vente de BIBLES au Molard!

Ah ces journalistes...quelle imagination!

Olivier Emery

 

 

13:25 Publié dans Civisme, Genève, Société - People, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

03/11/2014

Critical mass. Un affront intolérable aux automobilistes !

Comme je comprends les malheureux automobilistes genevois, victimes innocentes sacrifiées sur l’autel du fléau cycliste ! Je vois vos doigts douloureusement crispés sur le volant. J’entends vos rages homériques, vos indignations impatientes, vos nobles dialectiques puisant pêle-mêle au catalogue du « contribuable bafoué doublé de l’incompris immobilisé » ; et, last but not least, je compatis à votre souffrance de bon et brave citoyen-automobiliste livré à une maréchaussée dévoyée qui se permet d’assurer la sécurité d’un cortège de misérables vélocipédistes.

Trop c’est trop, y’en a marre, de bleu de bleu ! Ô liberté chérie, ô glorieux symbole de mobilité individuelle, hélas prisonnier d’un terrorisme qui ne connaît pas de bornes puisqu’il se permet d’exhaler sa nuisance durant…1 heure par mois ! 1 heure sur 720. Monstrueux. Inqualifiable. Révoltant.

Vive la vertueuse bagnole née pour encombrer harmonieusement les rues de la ville ! A bas l’odieuse bicyclette, fléau détestable de nos bonnes rues genevoises !

Olivier Emery

 

16:07 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Société - People | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

31/10/2014

Halloween ? Beurk.

Par quelle étrange et malsaine conspiration cette pseudo fête, inexistante en mon enfance, tente d’envahir notre douce et méditative période automnale ?

Principalement importée des USA, elle est le symbole du mauvais goût et de l’orange vulgaire. Un machin commercial méprisable qui ne fait rêver que les consommateurs-moutons-de-panurge et les commerçants en quête de gains.

Allons, courage ! Plus que quelques jours pénibles à supporter cette atmosphère douteuse. Bientôt vont apparaître au calendrier hivernal de vraies, d’authentiques et nobles fêtes : notre belle Escalade « 100% genevoise » et notre lumineux Noël « 100% amour ».   

Olivier Emery

 

15:38 Publié dans Culture, Société - People, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

03/06/2014

Ce qui a changé en MIEUX ces 25 dernières années !

Mais oui, tout ne « fout pas le camp ». Voici, en vrac, quelques agréables progrès qui sont venus améliorer notre quotidien. Bien entendu la liste suivante, fort subjective, n’est pas exhaustive.

 

1.   L’attente aux guichets de la poste ou de la gare. Vive le distributeur de tickets numérotés avec indication du temps d’attente !

 

J’avais le chic de choisir invariablement la mauvaise queue. Et comme je déteste attendre…

 

2.   Le goudron (quasi) insonore. Quelle belle invention dont profitent de plus en plus nombreux riverains routiers !

 

3.   Les emails ou les sms. Je ne dérange pas et ne suis pas dérangé. De plus, je n’aime pas téléphoner.

 

4.   Les pistes ou bandes cyclables. Bien sûr il en faudrait encore d’avantage ; n’empêche qu’il y en a tellement plus aujourd’hui que les petites reines ne peuvent qu’actionner joyeusement leur sonnette.

 

5.   Les contrôles douaniers systématiques au passage de la frontière. Finies les queues au poste de douane. Finies les sempiternelles et lassantes interpellations soupçonneuses :«Vous n’avez rien à déclarer ? » « Ouvrez le coffre » etc…

 

6.   Les produits respectueux de l’environnement et promouvant le commerce équitable. C’est génial, on en trouve à la Migros ou à la Coop, tant dans les rayons alimentaires que non alimentaires. Et pour quelques petits sous de plus on s’offre le bonheur inestimable de contribuer au bien de la création et de nos semblables dans le besoin : quel privilège !     

 

C’est tout pour aujourd’hui. Sachons donc voir ce qui va mieux et nous en réjouir. Vive la vie !

 

Olivier Emery

29/04/2014

Un juge étranger en nos vallées : un bien ou un mal ?

Pour de nombreux Suisses la réponse est immédiatement négative. Juge étranger = malice des temps = mauvais pour la patrie. C’est le fruit d’un endoctrinement prodigué dès l’école primaire dans le cadre des cours d’histoire suisse. Cette conviction historique sacralisée s’impose encore en 2014 dans l’esprit de nombreux concitoyens. A tort ou à raison ? A tort bien sûr, car l’important n’est pas de connaître la nationalité d’un juge, mais bien plutôt de savoir si le jugement rendu est juste ou non. En d’autres termes, mieux vaut un jugement étranger loyal et juste qu’un jugement helvétique corrompu et injuste.

C’est exactement ce qui vient d’arriver ce printemps. Une veuve et ses filles viennent d’obtenir gain de cause devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg. Voici les faits. Le défunt mari et père est exposé à l’amiante jusqu’en 1978 et décède en 2005. Le Tribunal fédéral en application de la loi suisse considère que les prétentions sont prescrites dès 1988, soit 10 ans après la dernière exposition à l’amiante. Or en 1988 la victime ignore sa maladie et bien entendu le dommage consécutif. Le but de la prescription est de sanctionner la lenteur excessive d’un créancier à faire valoir sa prétention contre son débiteur. La loi suisse est donc à l’évidence injuste puisqu’elle prive d’emblée un lésé, qui n’en peut mais, de faire valoir ses droits légitimes.

Par six voix contre une, la justice étrangère « rendue en nos vallées » a permis à notre pays de corriger une situation inique. Qui s’en plaindra ?

Olivier Emery    

 

15:40 Publié dans Société - People | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

28/02/2013

Les fleurs du printemps arabe ont hélas plus d'épines que de pétales

Tunisie, Egypte. Un bien triste bilan "printanier". Violence, insécurité, corruption  florissante, intolérance et persécution religieuse. Résultat : les visiteurs ne peuvent plus venir admirer leurs extraordinaires merveilles touristiques et culturelles. Et ces pays de s'appauvrir.   

 

Et comment réagit l'Union Européenne ? Notamment en adoptant des sanctions contre Israël. Une attitude ô combien efficace et lucide n'est-ce pas ? Quelle horreur et quel scandale : des Juifs construisent des maisons, plantent des oliviers et arrosent des jardins à Jérusalem ! Comme si cette ville était liée à l'Histoire du peuple juif… comme si les précieuses valeurs occidentales étaient liées à l'héritage reçu et transmis par ce peuple…

 

Aujourd'hui tout visiteur peut accéder en sécurité et liberté aux lieux historiques exceptionnels qui se trouvent en Israël. Même les plus farouches antisionistes primaires ne peuvent que l'admettre. Aujourd'hui les arabes israéliens vivent dans de meilleures conditions que leurs frères habitant dans des pays voisins (quasi) "judenrein"; qui peut le contester ?

 

Tous ceux qui aiment la paix et la justice ne peuvent naturellement que s'inquiéter des décisions agressives prises par des politiciens "faucons" israéliens. Mais de là à pratiquer "deux poids deux mesures" et de soutenir unilatéralement, indirectement ou non, une Palestine islamiste et liberticide

 

Quand les ennemis d'Israël auront libérés de l'impiété cette terre qu'ils revendiquent pour y planter leur exclusif drapeau, pourquoi ne se passera-t-il pas ce que l'on craint en Tunisie ou en Egypte, et déplore au nord du Mali ou en Iran ou en… ?

 

Alors tant pis pour les amnésiques de l'Histoire passée et présente qui tentent de nous faire croire à l'équation fallacieuse : Israël = "100% méchant oppresseur", Palestine = "100% gentil-opprimé". Je préfère encore juger l'arbre à ses fruits, et la beauté printanière du jardin à celle ses fleurs.

 

Et avec l'Ecriture de rappeler, paisiblement mais fermement, que Jérusalem est la ville du grand roi (cf. Matt. 5 : 35). Et que ce Roi est juif.     

 

Olivier Emery

10:40 Publié dans Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |