Politique

  • La nostalgie du secret bancaire suisse

    Imprimer

    10 ans. C'est l'anniversaire de l'abandon de notre merveilleux secret bancaire. On en pleurniche par ci, on s'en lamente par là. On évoque la "belle époque révolue"...

    Surprise: peu ou pas d'échos de soulagement. De perspective éthique. De souci de la "reine des sciences". De morale.

    Car, enfin, ce secret bancaire puait la bestiole crevée! Il générait une part de richesse inique et honteuse. Celle de l'argent de trafiquants de mort ou de riches tricheurs fiscaux animés d'une cupidité aussi infantile qu'égoïste.

    A cette honte historique nationale s'en ajoute deux.

    Celle de n'avoir abandonné ce vil rôle de receleur que si tardivement, et ce sous la menace de pressions extérieures.

    Celle, aujourd'hui, d'esprits chagrins dépourvus de conscience qui ont la nostalgie de cette pseudo "belle époque".    

         

    Lien permanent Catégories : Civisme, Politique, Solidarité, Suisse 1 commentaire
  • Scores misérables pour le PLR et l'UDC

    Imprimer

    24,9% pour le PLR et 4,6% pour l'UDC. L'eco-rating 2018 à Berne révèle ces chiffres implacables.

    Vous ne vous souciez guère de la préservation de notre environnement ?

    Adeptes "d'après moi le déluge", vous vous f... complètement que vos enfants et petits-enfants héritent d'un air irrespirable ?

    La disparition définitive d'innombrables espèces animales ne sauraient importuner votre consumériste way of live ?

    Vous ne croyez pas en Dieu et vous sentez parfaitement libre de détruire sa création ?

    Bonne nouvelle ! Le PLR et l'UDC sauront très bien - voire parfaitement - répondre à vos vertueux souhaits.Veuillez y penser lors de prochaines élections svp.

  • Laïc comme allergique

    Imprimer

    Par quel étrange phénomène Genève est-elle ainsi devenue allergique à toute expression religieuse ? Jamais, non jamais, l'influence du pouvoir religieux sur le fonctionnement de la Cité n'a été aussi faible, pour ne pas dire inexistant. C'est bien simple : on ne peut même plus parler de pouvoir. Le rouge et le noir ? Il n'existe plus que le rouge; le noir a disparu depuis belle lurette. Quel Julien Sorel, assoiffé de pouvoir et de réussite sociale, miserait aujourd'hui sur une carrière religieuse ? 

    En ce contexte précité, la loi genevoise sur la laïcité proposée au bon peuple de Genève est une mauvaise et méchante blague. Une solution visant à régler un problème…inexistant. Elle agresse le sens du religieux en général. Elle révèle un athéisme sournois et militant soucieux d'expulser toute référence spirituelle. Elle vise, à terme, à condamner Dieu à l'exil à perpétuité. Enfin, et personne n'est dupe (allo !?), elle exprime un mépris grossier, arrogant et haineux envers nos concitoyennes de confession musulmane.

  • Loi sur la surveillance des assurés : bonjour l'enfumage !

    Imprimer

    Le titre précité ("surveillance des assurés") est massivement utilisé par nos médias. A tort et abusivement. Dans la réalité la loi de surveillance vise non pas les assurés mais les présumés FRAUDEURS à l'assurance: comment voulez-vous que quelques poignées d'inspecteurs d'assurance puissent "surveiller" tous les millions d'assurés ? Allo ? Ces employés concentrent, bien évidemment, leur investigations aux SEULS assurés suspectés de fraude, et ce sur la base d'éléments douteux et concrets préexistants 

    Faisant usage d'une stratégie moralement douteuse car trompeuse, une frange de politiciens - fort peu soucieuse d'honnêteté - tente d'opposer la communauté des assurés aux sociétés d'assureurs. Or le vrai combat est autre: c'est celui des assurés honnêtes opposés aux assurés tricheurs. 

    Ces même opposants primaires aux assurances, souvent gauchistes, sont les premiers à s'indigner bruyamment des montants des primes d'assurance en Suisse. Ont-ils juste réfléchi au fait que de pouvoir débusquer des tricheurs et voleurs permet précisément d'économiser des prestations indues et, partant, de contribuer à la réduction des primes facturées aux honnêtes citoyens ?

    Ont-ils réalisé que le respect des prestations sociales implique tout logiquement de combattre les abus ? Vont-ils comprendre que lesdits abus sont potentiellement destructeurs de la saine et mutuelle solidarité des assurances sociales ?   

     

    Lien permanent Catégories : Politique, Solidarité, Suisse 3 commentaires
  • Révolte populaire à Landecy ?

    Imprimer

    Parfum de révolte dans le plus joli village de notre Canton... L'association Pro Landecy monte aux barricades. Après mai 68, voici juin 18 ? En cause un récent sondage assez fumeux de la Mairie, habilement orienté "pro voiture" et ce, bien évidemment,  au détriment des riverains agressés par un intolérable trafic automobile sévissant matin et soir dans la rue du village. 

    La majorité de la population veut une zone 20km/h (puisque nos autorités municipales n'ont pas le courage de demander la légitime et peu coûteuse pose d'un panneau "Bordiers seuls autorisés"). Comme le 20km/h ne plaît pas à nos édiles, elles mettent le sondage à la poubelle après l'avoir déclaré inexploitable et elles entendent maintenir le statu quo du 30 km/h avec pose de 3 seuils de ralentissement.

    D'où la grogne.  

      

     

  • Scooters ou voitures en ville ?

    Imprimer

    Un enfant de 10 ans comprend que la voiture est nettement plus dévoreuse d'espace que le scooter. Tant sur la route que dans nos rues ou sur nos places.  

    Un enfant de 10 ans comprend qu'une seule place de stationnement de voiture libère la création de plusieurs places pour des scooters.

    Un enfant de 10 ans comprend que si des scooters sont parqués sur le trottoir c'est parce qu'il n'y a actuellement, à l'évidence, pas assez de places de stationnement pour eux.

    Un enfant de 10 ans comprend que si ce stationnement sur trottoir ne gêne pas les piétons il doit alors être toléré.

    Notre enfant de 10 ans comprendra, dans 10 ans, que l'automobile en ville est une incongrue absurdité, grossièrement gaspilleuse d'espace.

    Notre enfant de 10 ans constatera avec bonheur, dans 10 ans, qu'il y aura beaucoup plus de scooters (électriques) et de vélos en ville.  

    Notre enfant de 10 ans se demandera alors, dans 10 ans, par quel incroyable aveuglement, par quelle funeste occulte malice les adultes d'aujourd'hui n'ont pas, quand il avait 10 ans, résolument favorisé le développement des transports publics et des deux-roues en ville.

     

     

          

    Lien permanent Catégories : Civisme, Genève, Politique 0 commentaire
  • Luc Barthassat : comment en est-on arrivé là ?

    Imprimer

    La défaite du candidat PDC sortant est incontournable. En vérité seule son ampleur cuisante surprend.

    La cause remonte à 5 ans. En 2013 une situation favorable se présente au PDC. Le siège de la PLR Isabel Rochat est menacé et les stratèges du PDC comprennent vite qu'un deuxième siège leur tend ainsi les bras. Or le PDC a un bon candidat pour remporter ce siège : il est issu du toujours très influent monde agricole ainsi que d'une famille particulièrement respectée et appréciée; qui connaît les adorables Malou et Alfred ne saurait le nier. Le piège se referme alors : le PDC lance un candidat pour bien gagner l'élection plus que pour bien gouverner le Canton.

    Gouverner n'est pas facile. Il faut des qualités exceptionnelles: un sens de l'intelligence tactique et une bonne culture juridico-psychologique. Inévitablement exposé aux médias, les lacunes paraissent au grand jour en cours de législature. Comme Isabel Rochat en 2013, Luc Barthassat est sanctionné par le vote populaire en 2018. 

              

    Lien permanent Catégories : Genève, Politique 1 commentaire
  • Israël. Une existence légitime ?

    Imprimer

    70 ans. C'est au printemps 1948 qu'Israël voit le jour. Les générations de mes parents et grands-parents considéraient l'existence de l'Etat hébreu comme une évidence heureuse, juste et incontournable. Dès sa naissance la petite nation juive, au territoire étriqué et militairement vulnérable, est immédiatement attaquée par les nations arabes voisines. Rebelote en 1967 et 1973. L'occident, alors, retenait son souffle et priait le Ciel pour que les Juifs ne soient pas jetés sans pitié à la mer. Une sympathie envers Israël habitait la grande majorité des cœurs des hommes et des femmes soucieux de démocratie et de civilisation. Dans le camp opposé prospérait un terrorisme odieux qui consternait le monde civilisé par sa violence aveugle, sanglante et haineuse.

     Et aujourd'hui ? 40 à 70 ans plus tard ? Tout a changé. Au mépris du droit international on ose remettre ouvertement en cause la légitimité même d'Israël. L'antisionisme primaire s'épanouit sans vergogne et semble devenir la norme de pensée de la grande majorité de nos concitoyens. Ce revirement est à la fois effarant et mystérieux. Comment l'expliquer ?

     

    Nous ne nous intéressons plus à l'histoire. Nous ignorons les textes bibliques. Nous sommes conditionnés par la propagande pro palestinienne fidèlement relayée par nos médias incapables d'impartialité. Nous ignorons ou feignons d'ignorer l'évidence archéologique, historique et biblique du lien millénaire - et jamais rompu - entre le peuple juif et la terre de Palestine. Au point d'assimiler aujourd'hui les Israéliens à de vulgaires colons cupides et voleurs. On croit rêver...Certes tout n'est pas parfait dans la politique israélienne incapable de bâtir la paix avec ses voisins palestiniens. C'est vrai. Mais il faut être deux pour gagner la paix, et ce n'est pas facile d'y parvenir lorsque le camp d'en face est infesté de puissants courants islamistes radicaux jurant la perte des Juifs et la destruction pure et simple de l'Etat hébreu.

     

    L'autre cause profonde de notre errance contemporaine réside dans l'antisémitisme. Derrière la négation du droit à l'existence d'Israël se cache ce cancer sournois, démoniaque et toxique. Une action suicidaire pour le genre humain en vérité. Car quand on crache au visage d'Israël, on crache au visage des Juifs. Et quand on crache au visage des Juifs, les dignité et liberté des humains sont toujours, à terme, gravement menacées. L'Histoire nous l'enseigne de manière récurrente: saurons-nous nous en souvenir avant qu'il ne soit trop tard ?

     

  • La fraude à l'assurance sociale est méprisable et intolérable

    Imprimer

    Cet type d'escroquerie est particulièrement inadmissible car il bafoue un pilier majeur de notre contrat social. Les deux victimes de ces lamentables agissements sont la communauté sociale et le vertueux, mais toujours fragile, principe de la solidarité. 

    Que des citoyens s'émeuvent que l'on dote d'outils efficaces nos mutualités pour lutter contre le fléau précité laisse songeur : s'agiraient-ils d'individus délinquants - ou potentiellement tels - craignant de se faire pincer ? 

    Que des politiciens soutiennent l'action néfaste des précités est consternant: comment peut-on oser prétendre servir la communauté tout en la torpillant ? Ce n'est plus une contradiction. C'est une faute lourde et impardonnable. 

      

    Lien permanent Catégories : Civisme, Politique, Solidarité 4 commentaires
  • Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse !

    Imprimer

    Un scandale. Une grave et systématique pollution au mercure. Terrains, rivière et fleuve touchés: 1200 fois la teneur naturelle. Plus de 250 employés intoxiqués.

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    L'Etat et la société polluante le savaient depuis 40 ans. 

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    40 ans de silence. De camouflage. Un médecin seul contre tous dénonce les intoxications et le refus de la SUVA de prendre en charge les malades concernés.

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    En 2011 un rapport révèle ce qui précède et le gouvernement le classe "secret".

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    En 2014 la RTS demande copie de ce rapport. L'Etat refuse nonobstant le feu vert du préposé à la protection des données.

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    S'ensuit un bras de fer judiciaire et ce n'est qu'en 2018 que le gouvernement est enfin contraint judiciairement à communiquer ledit rapport aux médias.

    Aujourd'hui le ministre de la santé de 1999 à 2009 affirme, sans vergogne, n'avoir jamais entendu parler de mercure autour de la table gouvernementale. Un ministre  actuel affirme, sans vergogne, qu'aucune atteinte significative à la santé de la population n'est établie. Le gouvernement, sans vergogne, explique aujourd'hui qu'il est difficile de s'exprimer sur le passé et qu'il faut se concentrer sur l'avenir.

    Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

    Parce que si une histoire pareille se passait en notre douce Helvétie, alors il faudrait tristement constater que le père du mensonge et le prince des ténèbres compte quelques fidèles disciples au sein de nos élites.  

         

     

          

  • Une loi française scélérate.

    Imprimer

    Cinq ans d'emprisonnement et 35'000 francs d'amende.

    Voici ce que risque un bénévole montagnard briançonnais. Son crime ? Offrir gite, couvert et premiers soins à des malheureux qui marchent dans la neige et la nuit à -15°C.

    Embastillé le bon Samaritain !

    Voici où conduit le droit positif. Aux oubliettes le droit naturel ! La conscience et la morale oseraient-elles gêner la liberté d'organisation sociétale de l'Homme ? Comment peut-on encore tolérer un préambule invoquant le Tout-Puissant dans notre Constitution fédérale ?

  • NDDL et le poids de honte porté par mes parents.

    Imprimer

    La (bonne) nouvelle vient de tomber : le projet de construction d'un aéroport près de Nantes à Notre Dame Des Landes est abandonné.

    Aujourd'hui, plus que jamais, le courage politique rime avec écologique; au sens noble du terme : la préservation de la création par respect pour le Créateur et par ricochet de l'environnement naturel indispensable au maintien de la vie, notamment humaine, sur terre.

    Les générations nées au 20ème siècle ont failli. Nous pouvons et devons en ce domaine avoir honte de nos parents et nos grands-parents. Oui, honte. Hormis quelques trop rares prophètes lucides et incompris, nos proches ancêtres se sont laissés séduire par le matérialisme et le consumérisme, matrices de gaspillage et pollution mortifères.

    Lectrices et lecteurs des 3ème et 4ème âge vous grincez sans doute des dents : comment cet arrogant blogueur ose-t-il insulter ses aînés ? N'est-ce pas violer le seul commandement pourvu d'une gratifiante promesse "honore ton père et ta mère" ? Que nenni; votre péché doit être mis en lumière et l'âge de vos artères ne saurait vous procurer une quelconque immunité. Mais je m'empresse néanmoins de plaider en votre faveur les circonstances atténuantes: celles de la légèreté et de l'ignorance, selon l'adage "on est toujours plus intelligent à la fin du film".

    Cette atténuation de culpabilité est en revanche refusée à notre  génération du baby boom et à celle de nos enfants. Car nous savons. Toutes les semaines des alertes climatiques sont lancées et la réalité de ses conséquences catastrophiques est désormais aussi visible qu'incontournable.

    Las...nous nous empressons d'acheter d'inutiles et énergivores voitures "4x4" encombrant nos rues, nous sautons dans un vol low cost pour un caprice de shopping et votons pour des partis de droite qui se soucient de la santé des hommes et de la nature comme de leur dernière chemise. Las...

    Mais NDDL est sauvée. Un signal, un espoir pour demain ?  

        

     

     

      

     

          

  • Jérusalem Israël et l'ânesse de Balaam

    Imprimer

    Saisies d'une magnifique unanimité les nations contestent que Jérusalem soit la capitale de l'Etat hébreux; et de rappeler que le plan de partage voté par l'ONU en 1947 refusait cette prérogative à Israël.  

    C'est marrant, personne ne mentionne que cette décision internationale a été rejetée par les arabes de Palestine qui choisirent alors de déclarer la guerre afin de jeter les Juifs à la mer.

    C'est marrant, personne ne mentionne les évidents et incomparables liens historiques culturels et religieux du peuple juif avec cette ville.

    C'est marrant, personne ne mentionne que Jérusalem n'est même pas citée dans le coran alors qu'elle est la ville biblique par excellence.

    C'est marrant, aucune autorité religieuse médiatisée issue du christianisme ne mentionne que, selon l'évangile, Jérusalem est la capitale du roi des…Juifs.

    C'est marrant, il a fallu qu'une ânesse parle pour que Balaam soit empêché de maudire le peuple de Jacob. 

  • Qui a dit que l'évangile est raisonnable ?

    Imprimer

    Aimer d'affreux assassins islamistes ? Le message et le vécu du Rabbi de Nazareth nous y invitent pourtant sans équivoque. Il est temps de tordre le cou à une fausse idée selon laquelle les préceptes du christianisme authentique sont raisonnables. Jugez plutôt : "Je vous donne un commandement nouveau: aimez vos ennemis"; et priant pour ses tortionnaires alors qu'il agonise injustement en proie à une souffrance physique et spirituelle indicible: "Père pardonne-leur".

    C'est la folie de l'amour inconditionnel. C'est la folie du pardon absolu. C'est la folie de la rédemption toujours parfaitement possible tant qu'il reste un souffle de vie : l'assassin - qui va mourir dans une poignée de secondes - reçoit l'inouïe promesse "aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis".

    Ce qu'Il nous explique, en vérité, c'est que nos véritables ennemis ne sont pas fait de chair humaine mais d'esprit : ce sont la Haine, l'Orgueil, le Mensonge, l'Injustice. C'est pour cela que depuis plus de 20 siècles des hommes et des femmes au sein des inévitables tourments de la vie implorent avec ferveur le Ciel : "Délivre-nous du Mal"!  

  • LA Suisse n'existe pas ! Et pourtant elle existe…

    Imprimer

    Ce n'était sans doute pas prémédité. Mais pour un coup pub promotionnelle, c'est réussi! Ada Marra aime la polémique. Comme toute battante, c'est une indécrottable combattante. Et des adversaires politiques au QI modeste et à la réactivité primaire, il n'en manque guère dans les rangs nationalistes. Leur zèle indigné – prétendument patriotique - inquiète bien davantage que la petite provocation de notre dynamique politicienne gauchiste.

    La vérité est que Dame Helvétie est une vue de l'esprit construite par des hommes visant un intérêt commun face à d'autres intérêts extérieurs. Pas d'unité de langue, de culture, de religion ni de géographie physique. Et pourtant. Notamment par l'étrange pouvoir d'un drapeau commun, le téléspectateur de Chancy se réjouit davantage du succès d'un sportif glaronais que de celui d'un voisin français de Challex…

    Plus sérieusement. Helvètes, nous partageons un tronc commun de valeurs fondamentales consacré par une fort belle Constitution fédérale inspirée de valeurs bibliques.  

    Lien permanent Catégories : Civisme, Politique, Suisse 7 commentaires
  • Vingt-trois amendes d'un coup! Mais où va le monde ?

    Imprimer

    Un hebdomadaire gratuit malin genevois traite de cette histoire d'importance planétaire, sans lésiner sur les moyens : une mention en couverture, une pleine demi-page et une manchette largement diffusée dans l'espace public . Pour y apprendre qu'un automobiliste-citoyen-pleurnicheur-courroucé critique le comportement du service des contraventions et que son avocat plaide le manque de célérité d'une administration fuyant ses responsabilités.

    Voici l'odieux responsable de ce douloureux drame : l'Etat! Il ne manquerait plus que l'on reproche à ce malheureux administré d'avoir réussi à récolter vingt-trois amendes en moins de deux ans et que l'on ose dénoncer sa délinquance multirécidiviste...ce serait le monde à l'envers!       

  • Quelles différences entre Donald Trump et Joseph Fournier ?

    Imprimer

    Il en existe plusieurs. L'un est un président américain l'autre est un préfet et mathématicien français. L'un semble nier en 2017 la réalité incontournable d'un brutal réchauffement climatique, l'autre expliquait en 1824 déjà que la composition de l'atmosphère influe sur la température au sol. Et en 1896 le savant suédois Svante Arrhenius était déjà capable de calculer l'augmentation de la température consécutive à celle de la concentration de CO2 : 42% de celle-ci augmente de 3° celle-la. 

    Les climato-septiques/critiques sont donc moins ignorants qu'arrogants. Leur mépris criminel d'une évidence attestée depuis longtemps n'est tout simplement pas acceptable. C'est une insulte à la création, à l'humanité et par ricochet au Créateur.  

  • Harcèlement sexiste: mais où sont passés les hommes ?

    Imprimer

    C'est une femme, députée au Grand Conseil, qui s'inquiète de ce détestable fléau dont sont victimes nos concitoyennes.

    N'y a-t-il donc pas un homme, un vrai, un gentleman, parmi nos députés pour défendre cette noble cause ? Péché par omission.

    Hélas mille fois hélas, c'est d'un homme (issu d'un parti bien connu pour la finesse de sa dialectique et l'élégance mesurée de son verbe) que surgit le désolant contre-pied prétendument citoyen et genevois. Péché par commission.

    Nous n'avons guère bonne mine en cette affaire mes frères...

     

    Lien permanent Catégories : Femmes, Genève, vie locale, Politique 0 commentaire
  • Un caillou dans la chaussure de Marine

    Imprimer

    Un caillou nommé Donald Trump. Approximation, désinvolture, copinage entre riches, mépris du bien public et couac. Voici ce que le bon peuple récolte lorsqu'il se laisse séduire par les sirènes démagogiques populistes. Haro sur Charybde Clinton ? Scylla Trump en récompense!

    La réalité américaine hivernale interpellera sans doute l'électeur français printanier; elle le dissuadera probablement de tenter une périlleuse et aventureuse expérience frontiste.

    Lien permanent Catégories : Politique 6 commentaires
  • Un virus mortel qui affecte l'humanité

    Imprimer

    Les optimisations fiscales de tout poil, l'affaire Cahuzac, les confortables rémunérations de proches de M. Fillon, les mandats d'intermédiaire financier de Me Bonnant, le football leaks de Beckam, les parachutes dorés et salaires indécents de pdg, les forêts tropicales dévastées, etc... Ces honteux scandales n'existeraient pas sans le virus mortel de la cupidité. 

    Un léger malaise me saisit pourtant lorsque j'entends les cris indignés de la populace unanime à condamner vertement ces lamentables agissements. En effet, chacun de nous est-il vraiment exempt de cet amour de l'argent ? Est-il parfaitement guéri de ce germe d'infection qui souille de son pus l'intégrité intérieure ? Est-il totalement préservé des flots incessants d'une propagande qui vante le mérite de vendre son âme à l'idole toute puissante de la convoitise ?  

    Il existe pourtant un exemple historique édifiant. Celui de l'être humain le plus célèbre de tous les temps. Il naît dans un abri à bétail car ses parents d'origine fort modeste ne peuvent se payer une chambre d'hôtel. Puis il passe sa prime enfance dans le dénuement d'un camp de réfugiés, à une époque où les ONG et autres organisations internationales humanitaires n'existent même pas. Adulte, il vit de l'aumône de quelques femmes au coeur charitable. La caisse de son association à but non lucratif est exclusivement destinée à aider les nécessiteux. Il n'a pas le sou pour posséder un chez soi ou pour payer l'impôt obligatoire. Juste avant son décès il ne laisse qu'un seul vêtement. Seule l'intervention providentielle d'un improbable bienfaiteur lui permet d'être enseveli décemment.

    Impossible de servir deux Maîtres, il faut choisir entre aimer Dieu ou aimer l'Argent. C'est binaire.