Humour

  • Dur dur d'être journaliste!

    Imprimer

    C'est l'histoire drôle d'un journaliste de la Julie qui questionne un avocat candidat à la présidence d'un important parti bourgeois:

    • Qu'avez-vous voté lors de l'assemblée du 15 janvier ? – Mon but est de tourner la page.
    • Si vous étiez Pierre Maudet resteriez-vous en poste ? – Je ne suis pas à sa place et le choix lui appartient.

    Pas facile d'informer le public.

    Lien permanent Catégories : Civisme, Genève, vie locale, Humour 0 commentaire
  • Tiercé gagnant pour aimer un enfant

    Imprimer

    Dans le tram 14. Un jour d'octobre 2016, entre Bel-Air et la Jonction. A haute voix, un garçonnet d'environ 7 ans se plaint amèrement d'une adulte (sa mère ou sa grand-mère ou sa maîtresse d'école ou ..?) :

    "Tu te rends compte, elle ne me fait jamais un câlin, jamais un sourire...même pas une blague !" 

    Et si mettions davantage de tendresse dans nos gestes, de lumière sur nos visages et d'humour dans nos propos ? Pour le bien des enfants - et des adultes - que la Providence place sur nos chemins.   

  • Joha sa femme et les plaideurs

    Imprimer

    Un jour, le gouverneur confia à Joha la charge de juge de son village. Sa femme, qui doutait de sa capacité, se cacha derrière le rideau de la salle du tribunal. Deux plaideurs se présentèrent. Le plaignant exposa son cas et Joha lui dit: «Tu as raison». Il écouta ensuite le défenseur et lui dit : «Tu as raison». Choquée, la femme chuchota derrière le rideau: «Idiot, ils ne peuvent pas avoir tous deux raison. Tu es le juge et tu dois décider». Sur quoi Joha se tourna vers le rideau et murmura à sa femme: «Toi aussi, tu as raison».

    Lu quelque part sous la plume d'un auteur (tunisien) déplorant l'indécision de ses dirigeants

    Lien permanent Catégories : Culture, Humour 0 commentaire
  • Maelia est-elle ou non une princesse ?

    Imprimer

    Ce dimanche matin 17 avril 2016 à la garderie de la paroisse de Pécolat.

    Maelia (3 ans et demi) charmante et délicieuse tête bonde:

    - J'adore le rose !

    Raymonde (quelques dizaines d'années de plus) non moins charmante et délicieuse ex-tête blonde :

    - Ah ? Alors tu es une princesse ?

    - Non. A la maison je fais semblant d'être une princesse mais pour de vrai je ne suis pas une princesse.

    Lien permanent Catégories : Humour 0 commentaire
  • Eclair de bonheur à la Migros

    Imprimer

    Un récent jeudi matin. Migros Vibert à Carouge. Tout en poussant mon chariot, mon oreille distraite perçoit une communication de service prononcée prestement : "On demande une vendeuse chaussures à son rayon". Une fillette haute comme trois pommes se précipite alors vers un client : " Papa, papa, ils vendent des chaussures de Cendrillon!"

    Olivier Emery

  • Petit coup de pousse en faveur de Julie

    Imprimer

    Hé oui chère Julie, "coup de pousse" s'écrit ainsi et non pas "coup de pouce". C'est assez logique somme toute, mais un éventuel passé d'auto-stoppeur bénéficiant d'un coup de pousse ("Je vous pousse jusqu'au Rondeau de Carouge") après avoir donné un coup de pouce a pu...pousser à l'erreur.

    Notre merveilleuse langue française est truffée de délicieux petits pièges de la sorte; ainsi "au temps pour moi" est correct, à l'inverse de "autant pour moi"...

    D'où la devinette suivante : quelle sera la langue du paradis ? Le français. Pourquoi? Parce qu'il faut bien l'éternité pour la maîtriser à la perfection.

    Olivier Emery

    PS : mais oui, je sais...la langue évolue et la faute linguistique du 20ème siècle devient la norme au 21ème; par exemple presque tout le monde dit aujourd'hui "repartir à zéro" au lieu de "repartir de zéro" ou "entre parenthèse" au lieu de "par parenthèse" ou etc...    

     

     

  • L'âge n'exclut ni l'humour ni la finesse

    Imprimer

    Récente visite médicale pour un cher membre de ma famille qui chemine gentiment sur ses 90 printemps. Entendu cette délicieuse réflexion :

    " J'apprends la vieillesse…il était temps."

     

    Et de conclure en citant Montaigne : " Il faut accoutumer le penser de la mort ".

     

    Olivier Emery

    Lien permanent Catégories : Humour 1 commentaire