04/05/2017

Un élan passionnel pour la grande muette

Comme c'est touchant de voir certains s'étrangler d'indignation parce qu'un employeur ne souhaite pas engager du personnel astreint à des obligations militaires! C'est que sous de fières et austères casquettes gris-vertes réside un cerveau pas toujours surdimmensionné en son hémisphère gauche mais débordant en sa droite: pas touche à mon armée adorée, prunelle de mes yeux!

Je peux comprendre cette réaction. Mais au crédit de mes 300 jours de service dans l'élite (cp pol rte 10), j'ose questionner : et si nous parlions aussi des innombrables heures, jours et semaines trop souvent gaspillés sous les drapeaux ? Des innombrables soldats victimes d'un commandement trop souvent catastrophique car peu compétent et prussien ? Du coût direct et indirect abyssal trop souvent supporté par nos entreprises pour les beaux yeux d'une armée qui, trop souvent, ne sert que ses propres intérêts au détriment de ceux du pays et de ses citoyens.

19:08 Publié dans Armée suisse, Civisme, Genève, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

18/02/2016

Vernets : cachez cette convention que le peuple ne saurait voir !

Opacité quand tu nous tiens... mais de quel droit nos élus refusent-ils de publier la convention liant le Canton à l'Armée, texte crucial au coeur du débat de la prochaine votation ?

Quelle insolite et malsaine arrogance motive nos gouvernants à cette pitoyable manoeuvre éminemment dommageable au bon fonctionnement de tout débat démocratique ?

Un conseiller d'Etat appartenant au cercle des officiers supérieurs ne devrait-il pas naturellement se récuser lorsque sa martiale deuxième famille se trouve en conflit d'intérêts avec ceux de l'Etat ?

Questions qui resteront hélas et sans doute sans réponse...mais une seule chose est sûre : on cache au Souverain la convention précitée parce qu'il s'y trouve des éléments défavorables aux influents et sournois promoteurs du OUI. Forcément.

Olivier Emery

  

08:39 Publié dans Armée suisse, Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

07/09/2013

Et si on écoutait l'avis de ceux qui savent de quoi on parle ?

Qui connait vraiment, c'est-à-dire de l'intérieur, le fonctionnement actuel de notre armée suisse ? Ce sont les hommes âgés de 18 à 39 ans. Or les instituts de sondage nous révèle que cette catégorie de la population est majoritairement favorable à l'abolition du service militaire obligatoire.

Et si on écoutait l'avis de ceux qui savent de quoi on parle ?  

Olivier Emery  

15:13 Publié dans Armée suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

29/06/2013

Armée suisse et justice militaire : parodie ou farce ?

Un commandant de compagnie vient d'être condamné par un Tribunal militaire suite à un bizutage. Bon goût et respect de la dignité humaine s'épanouissent naturellement en nos casernes helvétiques. Jugez plutôt : des soldats sont contraints de boire de la bière dans des bottes, d'ingurgiter de la nourriture pour chats et de servir le souper en caleçon.

Bonne nouvelle : l'officier responsable est condamné, donc tout va bien. Oui, sauf que voici deux mauvaises nouvelles :

1. c'est parce que des images avaient été diffusées sur internet que cette affaire est passée en justice; sinon...on ne s'appelle pas la grande muette pour rien, non ?

2. le Tribunal militaire a fait montre d'une sévérité incroyable qui doit effrayer +++ les gradés délinquants potentiels : 6 jours-amende avec sursis et CHF 500.- d'amende...

La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique. Il serait temps de changer de partition.

Olivier Emery   

18:35 Publié dans Armée suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

14/06/2008

Drame militaire mortel sur la Kander

Difficile d'imaginer la douleur des proches des victimes de cette tragédie. Difficile de ne pas s'indigner devant le caractère a priori absurde des circonstances entourant cette affaire. Surtout quand on a eu le "privilège" d'accomplir ses 300 jours de service et de se remémorer ses souvenirs  personnels trop souvent peuplés d'évènements où la vanité, l'incompétence, le gaspillage, l'hypocrisie, l'ennui, l'autoritarisme et la bêtise s'épanouissaient en presque toute liberté. Bien sûr ce n'est que mon expérience personnelle et je n'ai probablement pas eu de chance; sans doute la majorité de mes camarades soldats gardent-ils un souvenir lumineux de ces périodes de service militaire où la classe naturelle des cadres ,la qualité de l'organisation et le respect d'autrui régnaient sans partage.

C'est la justice militaire qui va rendre la justice en cette affaire. C'est bizarre, mais j'éprouve une certaine crainte à ce sujet...mais je suis tellement subjectif que je dois forcément me tromper : les familles endeuillées n'ont certainement pas à redouter une attitude complaisante envers les responsables de ce drame.

 

Olivier Emery     

10:00 Publié dans Armée suisse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |