07/08/2016

Les malheurs de Sophie

Ou plutôt ceux du PDC genevois. Depuis son château du secrétariat général du PDC, la petite Sophie ne peut résister à la tentation de l'interdit et ce qu'elle aime par dessus tout, c'est faire des bêtises...ou en dire. D'hénaurmes comme: "je suis athée mais le c de chrétien de mon parti me convient parfaitement". Ah bon, Jésus ne croyait pas en Dieu ? Ou bien: "la famille n'est plus composée d'un papa et d'une maman". Ah bon ? Il va falloir que je me renseigne auprès de Maya l'abeille pour qu'elle m'explique comment deux ovules, par exemple, font - désormais - pour créer une famille.

Quelle impudente imprudence que de jeter son parti dans les griffes d'une Madame Fichini! Un parti n'existe que par son électorat; or celui-ci se regroupe autour d'un minimum de valeurs fondamentales: une certaine idée du respect dû à l'être humain puisée dans les racines judéo-chrétiennes, et une défense de la famille en tant qu'entité dans laquelle chaque enfant peut construire son identité, y compris sexuelle. Avec un papa et une maman, bien évidemment.

En bafouant ces/ses valeurs le PDC ne gagnera pas une seule voix mais perdra une partie de son fidèle électorat. Bien pire encore : il trahit son ADN.

19:21 Publié dans Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |

01/08/2016

Le vrai patriotisme

Il existe un bon et un mauvais patriotisme.

Le mauvais est celui que revendique en beuglant à tous vents les adeptes inquiétants de la droite populiste. Il est primaire, cocardier et xénophobe. Il rêve de forêt de drapeaux aux couleurs nationales et de défilés militaires exhibant avec une satisfaction malsaine obusiers blindés et autres canons derniers cris.    

Il existe un bon patriotisme. C'est celui de l'amour. L'amour de son pays. C'est-à-dire l'amour de ses nombreux lacs, de ses superbes montagnes, de ses paysages verdoyants et variés, de sa faune et de sa flore. Oui la Suisse est vraiment belle ! Le vrai patriote rêve de sauvegarde de ce merveilleux environnement dont la Providence à doté l'Helvétie. Il rêve d'abandon de l'intolérable menace nucléaire, de la réduction de la pollution générée par un abus débridé du trafic motorisé individuel, d'une agriculture respectueuse de la santé de sa terre. Il rêve d'un pays libéré du pouvoir démoniaque de la cupidité et du matérialisme consumériste.

Plus que jamais la Suisse a besoin que s'élève le chant de sa prière patriotique: "Seigneur accorde ton secours au beau pays que mon coeur aime...". 

Joyeux 1er août à tous!      

08:05 Publié dans Développement durable, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

05/05/2016

Démission d'Eric Stauffer ou la fin d'une menace

Ouf. Soulagement. Je le confesse: ce politicien me faisait peur.

Attablé l'an dernier à la terrasse d'un café proche de l'Hôtel de Ville, je l'ai vu débouler dans la rue lors d'une pause de séance du Grand Conseil. Flanqué d'une demi-douzaine de sbires aussi dévoués qu'ombrageux, il avait l'allure d'un chef de clan. Brutal. Visage dur et fermé. Démarche de bulldozer. Tribun sans état d'âme. Impressionnant. Inquiétant. 

06:22 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

31/03/2016

Le rouge et le noir

" - Et quel est ce M. Valenod ? dit Mathilde inquiète. - Si vous le connaissiez, vous ne pourriez douter du succès. C'est un parleur audacieux, impudent, grossier, fait pour mener des sots".

Que la Providence nous garde de ce genre d'homme politique décrit par Stendhal! Silvio hier, Donald aujourd'hui...

Reste que tous les politiciens ne sont pas pourris par une ambition personnelle malsaine. D'aucuns cherchent le bien public, et tous ont droit au "Respect Minimum" dû à chaque être humain.

C'est ce que Jean-Claude Chabloz, aumônier au Palais fédéral durant plus de 12 ans, raconte dans un livre-témoignage passionnant: "Un pasteur dans les coulisses du parlement" (Editions première partie). Pour mieux comprendre l'envers du décor. Pour qu'esprit critique et bienveillance cheminent de concert. Pour le bien du pays et de ses habitants.

 

           

09:04 Publié dans Civisme, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

10/03/2016

Bus TPG à Landecy : solution en vue ?

Anne ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ? Après de trop longues dizaines d'années d'attente il est aujourd'hui permis d'espérer. MM. Alain Walder, Maire de Bardonnex, et Antonio Hodgers, Conseiller d'Etat en charge du dossier, auront donc peut-être prochainement leurs bustes près de la fontaine du village, ornés de la dédicace "La population (patiente mais) reconnaissante de Landecy".

Reste à savoir si le bus viendra desservir notre beau village à son entrée ou seulement à "la Mure". Même en cette dernière hypothèse le gain pour les villageois serait sensible et la loi respectée (arrêt à moins de 500m d'une localité rurale).

Prions donc la Providence que ce projet ne rencontre pas d'embûches de dernière minute et que Landecy soit enfin relié au réseau TPG dès décembre 2016.

     

 

14:01 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

29/02/2016

La xénophobie n'est pas un péché.

Comme son nom l'indique, la xénophobie est une crainte. A l'inverse, le racisme est une grave faute morale aussi intolérable que dangereuse: cette lèpre répugnante doit être combattue avec pugnacité et détermination. La xénophobie, elle, se soigne. La laisser étendre son emprise sur nos sentiments peut conduire, à terme, au détestable racisme précité.

Du temps de Jésus autour des années 30 à 33 de notre ère, les habitants de la Samarie sont détestés. A tel point qu'il est usuel de contourner leur territoire pour se rendre de Jérusalem en Galilée, un détour qui coûte tout de même un bon jour de voyage supplémentaire. Ces Samaritains sont tellement mal vus que d'agressifs détracteurs du Rabbi de Nazareth l'accusent d'être possédé par un esprit démoniaque et d'être...un Samaritain(cf. Jean 8:48); bonjour l'insulte!

Jésus, lui, traverse la Samarie, discute en public avec une Samaritaine peu fréquentable et, last but not least, prend un "bon Samaritain" pour exemple d'un homme juste aux yeux de Dieu. Il nous guérit de la xénophobie et nous centre sur l'essentiel : aimer et partager l'amour de Dieu à mon prochain, étranger ou non.    

 

  

18:06 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

18/02/2016

Vernets : cachez cette convention que le peuple ne saurait voir !

Opacité quand tu nous tiens... mais de quel droit nos élus refusent-ils de publier la convention liant le Canton à l'Armée, texte crucial au coeur du débat de la prochaine votation ?

Quelle insolite et malsaine arrogance motive nos gouvernants à cette pitoyable manoeuvre éminemment dommageable au bon fonctionnement de tout débat démocratique ?

Un conseiller d'Etat appartenant au cercle des officiers supérieurs ne devrait-il pas naturellement se récuser lorsque sa martiale deuxième famille se trouve en conflit d'intérêts avec ceux de l'Etat ?

Questions qui resteront hélas et sans doute sans réponse...mais une seule chose est sûre : on cache au Souverain la convention précitée parce qu'il s'y trouve des éléments défavorables aux influents et sournois promoteurs du OUI. Forcément.

Olivier Emery

  

08:39 Publié dans Armée suisse, Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

15/02/2016

Vive les affiches de l'UDC !

Grâces soient rendues aux stratèges de communication de ce sympathique parti nationaliste helvétique! 
 
Avec une finesse toute ovine ils nous rappellent l'importance de la couleur de la laine.
Avec un soin subtil ils promeuvent ces nobles et fières couleurs qui ont enchanté l'Europe de 1939 à 1945 : le rouge le noir et le blanc
Avec une persévérance digne de louange ils nous rappellent que la pureté de toute nation se construit sur la détestation et la haine.
 
Oh, bien sûr, il se trouvera toujours quelques esprits chagrins à l'estomac fragile qui, à la vue de cette dynamique propagande, éprouveront une forte envie de vomir. Eh bien tant pis pour eux. 
 
Olivier Emery   

 

14:59 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

11/02/2016

Pauvre Monsieur Jornot. Pauvre Genève.

Las. Un sentiment de tristesse m'habite en découvrant ces affaires qui jettent un indiscutable discrédit sur le magistrat judiciaire le plus puissant de notre République. Inconduite sexuelle. Attitude autoritaire qui provoquerait un climat délétère au sein du Parquet. Opacité. Irrespect de l'esprit de la loi sur les magistrats. Mais où sont passés les Raymond Foëx et Bernard Bertossa ? Ces PG solides et fiables dont l'autorité naturelle et l'envergure morale étaient reconnues de tous et par tous ?

Las. Les péchés d'orgueil et de luxure triomphent en notre cité qui ne mérite plus le nom de son illustre et intègre Réformateur. Cette déchéance morale grandissante affecte Genève et ses habitants. Le mal n'est plus le mal. Le mot péché est banni du vocabulaire. L'immaturité devient la norme. Les tempérance, dignité, humanité, intégrité et fidélité baissent pavillon sous les coups de boutoir d'une société qui étourdit sa perte de repères et de valeurs dans la factice gaieté du tourbillon mortifère de l'alcool, des drogues, de la débauche et de l'arrogance. Sans joie. Le divertissement pascalien millésime 2016. 

Amis chrétiens, il faut vraiment prier pour Genève. Avec compassion, implorer le "patron des Genevoués" pour la guérison spirituelle et morale de ses habitants. C'est urgent et nécessaire. 

Olivier Emery

06:37 Publié dans Genève, Genève, vie locale, Justice, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

27/01/2016

La Suisse perdante. Aïe !

Défaite et recul...au classement mondial de la transparence. Corollaire: la corruption gagne deux rangs en Helvétie. Aïe!

Pourquoi ? Surtout parce que les lanceurs d'alerte sont mal protégés et le financement des partis politiques reste opaque. 

Comment y remédier ? En élisant les députés des partis qui promeuvent des lois protégeant efficacement les lanceurs d'alerte et favorisant la transparence en matière de financement des partis politiques.

L'intégrité est une valeur partagée par tous les hommes et les femmes épris de justice et de vérité. Le chrétien qui n'adhère pas de tout son coeur à cette valeur trahit grossièrement et l'évangile et son Maître.

Partant, offrir ses suffrages à des partis soucieux de conserver opacité des financements politiques et faible protection des lanceurs d'alerte c'est...commettre un péché. Mais oui.    

Olivier Emery

13:14 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

25/01/2016

Vernets Armée Logements: le coeur ou la raison ?

A ma droite (y compris la gauche "bourgeoise") : le camp de la raison. A ma gauche (bien à gauche) : celui du coeur.

La raison : libérer rapidement les Vernets pour y construire des logements en respectant une clause juridique valide. Résultat : un effort financier immédiat de nombreuses dizaines de millions de francs en faveur de l'armée contre 1'500 logements.

Le coeur : vu l'état de nos finances publiques cette opération est-elle bien... raisonnable? Et l'idée que Genève s'appauvrisse méchamment au bénéfice de la grande muette ne fait pas forcément bondir d'allégresse le citoyen, sauf s'il appartient à la sympathique société suisse des officiers . Ayant eu le privilège d'accomplir ses "300 jours de service" le soldat soussigné peut témoigner que notre belle armée suisse est in-du-bi-ta-ble-ment fort utile et qu'elle baigne dans un fonctionnement efficace, magnifiquement favorisé par un commandement riche d'intelligence subtile et du souci constant d'éviter tout gaspillage. Alors...

... de quel côté votre coeur balancera-t-il ?

Olivier Emery

   

14:19 Publié dans Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

12/12/2015

Menace terroriste à Genève : peur ou pas peur ?

Personne ne reprochera à quiconque d'éprouver une certaine crainte, voire une crainte certaine, à subir la violence cruelle et mortelle d'armes à feu ou d'engins explosifs. Question d'instinct de conservation. De réflexe de survie. Mais cette attitude ne devrait pas être celle du chrétien : "Ne craignez pas ceux qui peuvent détruire le corps. Mais craignez celui qui peut faire périr et le corps et l'âme dans l'enfer". Choqué ? Mais qui a dit que suivre l'enseignement du Rabbi de Nazareth était facile et confortable ? Son chemin, étroit, va à contre-courant des larges boulevards des pensées à la mode qui flattent l'orgueil humain. Non,l'évangile n'est pas un recueil de recettes de tisanes à la guimauve.

Tout disciple genevois de Jésus bénéficie donc de la responsabilité et du privilège d'être libéré de la peur d'actes terroristes. Mais que faire de cette liberté ? En voici trois usages possibles :

1. Si je devais me retrouver sur le site d'un attentat, je m'efforcerais de sauver le plus de vies humaines. Par exemple en secourant des blessés ou (pourquoi pas ?) en tentant de neutraliser l'arme d'un agresseur: risquer sa vie pour préserver celle des autres, n'est-ce pas là un authentique et cohérent témoignage d'amour évangélique ?

2. Pour paraphraser Henry Dunant ("notre véritable ennemi n'est pas la nation voisine; mais la misère, l'ignorance  et les préjugés") : nos véritables ennemis ne sont pas les musulmans; mais la haine, la vengeance et le goût de la violence.

3. Prier. Prier pour tous nos concitoyens qui ne savent plus prier, victimes du matérialisme ambiant et de la désespérance athée. Prier pour la protection de Genève et de tous ses habitants. Prier pour nos autorités politiques et policières pour qu'elles soient sages, courageuses et intelligentes. And, last but not least, prier pour les terroristes islamistes ("mais moi je vous dis d'aimer vos ennemis") afin qu'ils soient libérés des puissances démoniaques mortifères qui les animent. Afin qu'ils puissent recevoir la lumière la paix et l'amour de Dieu. Afin qu'ils abandonnent leurs funestes desseins et changent de vie.

Olivier Emery

03/11/2015

Une grande ville sans voiture ? Ca n'existe pas !

- Si, elle existe.

- Impossible, sauf s'il s'agit d'une petite localité comme Zermatt.

- Non, je parle d'une vraie et grande ville.

- Londres ou Stockholm dans un périmètre limité ?

- Une ville tout entière.

- Pas en Europe ?

- Si.

- Mais sans voiture, personne n'y vit ou ne s'y rend!

- Faux, bien au contraire!

- Tu l'as vue en rêve ?

- Non elle existe réellement, tout en ayant la beauté d'un rêve. 

- Que ses nuits doivent être calmes...

- Que ses enfants doivent apprécier de pouvoir jouer dans ses rues...

- Et c'est ?

- Venise.

Olivier Emery

17:56 Publié dans Développement durable, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

21/10/2015

La pseudo guerre des droites

Il n'existe pas de guerre des droites. L'échiquier politique comprend 1) des partis extrémistes infréquentables 2) la gauche 3) la droite. Et le centre me direz-vous ? Hélas, un "vrai centre" ne parvient pas à exister en tant que tel: il n'est qu'une composante modérée de la droite.

Aveuglés par des gains électoraux faciles, certains politiciens de droite semblent tenter de s'acoquiner avec les deux partis d'extrême-droite genevois. Ils devraient y réfléchir à deux fois avant de se salir les mains. Car que sert-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme ? Que sert-il à un parti de gagner un siège sénatorial s'il perd son âme ?  

Or l'Histoire du 20ème siècle nous l'enseigne de manière tristement éclatante : partout où l'extrême-droite a triomphé, son cortège de victoire s'ébroue sous les sinistres oriflammes de la haine, de la violence  et du malheur. Il ne faut pas jouer avec le bonheur des peuples.  

Olivier Emery

19:53 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

12/10/2015

Angela Merkel entre grande classe et dignité

Ben Gourion disait de "son" ministre Golda Meir : "c'est le seul homme de mon gouvernement!". Aujourd'hui l'Europe et la communauté des nations démocratiques peuvent aussi rendre cet hommage à la Chancelière allemande.

Les sondages baissent ? Sa politique humaine d'ouverture et de compassion envers les malheureux semble déplaire ? Sa réponse est noble et digne : "Pour moi, cela fait partie de l'humanité fondamentale de notre pays que d'accueillir un réfugié avec sympathie, comme n'importe quel autre être humain (...) Les sondages ne sont pas mon étalon de mesure".

Détermination, courage et bonté : des qualités inspirées du vécu de Jésus de Nazareth. Que l'Eternel vous bénisse Madame Merkel! L'Allemagne peut être fière de son "homme fort". Angela sombrerait-elle dans un angélisme naïf ? Non. Cette femme remarquable démontre aussi qu'humanité et réaliste bon sens peuvent harmonieusement cohabiter : "confiante, la chancelière a promis d'accélérer la construction de logements pour les réfugiés. Parallèlement, le refoulement des migrants "n'ayant aucune perspective de pouvoir rester" sera renforcé. 

Olivier Emery

28/09/2015

Partis évangéliques : aïe !

Je tire sur l'ingénieuse languette dorsale de l'enveloppe grise et en retire le matériel de vote.

Première surprise : le PEV part seul au combat des élections nationales. Pas d'apparentement. Ni avec des  formations centristes, ni avec des partis soucieux de protéger l'environnement, ni, et surtout, avec l'autre formation évangélique : l'UDF. Incroyable. Incompréhensible. Et dommageable sur les plans de l'unité spirituelle et de l'efficacité électorale. Aïe!

Deuxième surprise : non seulement l'UDF n'est pas apparentée avec le PEV, mais cette formation l'est avec les MCG et UDC. Incroyable. Consternant. Comment un parti soucieux de s'inspirer des principes bibliques peut-il s'égarer en pareille mésalliance ? Les électeurs de l'UDF sont pris en otage : de fait, chacun de leur bulletin profitera exclusivement à renforcer des partis démagogiques, nationalistes, xénophobes, parfaitement indifférents au respect dû à la Création et fervents défenseurs de pouvoirs financiers amoraux dévoués à Mamon. Aïe!

Olivier Emery         

13:38 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

16/07/2015

Accord iranien : gagnant gagnant ?

Poutine se frotte les mains, Téhéran jubile, Jérusalem et Ryad font la gueule alors que Barak Obama, migraineux, s'excuse faiblement...

Certains semblent donc plus gagnants que d'autres, et, a priori, ce ne sont pas de zélés pourvoyeurs de paix.

Olivier Emery 

08:54 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

10/07/2015

Qui est le méchant ? L’emprunteur grec ou le prêteur allemand ?

L’actuelle lutte « greco-berlinoise » oppose deux partenaires liés par un contrat de prêt. Il y a de nombreux siècles, des sages se tenaient déjà au chevet de ce problématique couple « débiteur/créancier ». Voici leurs opinions :

« Le méchant emprunte et ne rend pas » (Psaume 37:21) ; donc le débiteur hellène…

Oui mais : « celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête » (Proverbes 22 : 7) ; donc le créancier germanique est un potentiel esclavagiste…

Moralité : pour toutes dépenses de consommation/fonctionnement, il conviendrait d’exclure le prêt car ce type de contrat est inévitablement liberticide et toxique. Pour Athènes comme pour Berlin. 

Olivier Emery

 

11:57 Publié dans Bible et Evangile, Monde, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

29/06/2015

Rapport Shabas, bonjour la farce!

Et le dindon de celle-ci est… Israël, évidemment. Après les errances passées du rapport Goldstone, rebelote à l’ONU avec le rapport Shabas. Sans vergogne la commission onusienne des droits de l’homme remet le couvert et lève son verre à la gloire de…son propre discrédit. Mais comme « plus grosse est la ficelle… » il se trouvera toujours de nombreuses personnes spontanément séduites par des conclusions hostiles à l’Etat hébreux ou au peuple juif en général.

Ce n’est pas là question politique mais bien éthique ; un devoir élémentaire de justice et de vérité qui peut se résumer dans la réalité des faits suivants :

-       Le Hamas est l’agresseur à l’origine de la tragique guerre de Gaza en été 2014 et Israël a ainsi agi en état de légitime défense

 -       Le Hamas a volontairement visé des populations civiles israéliennes par des tirs (16'500 !) de missiles, alors qu’Israël s’est efforcé d’atteindre exclusivement des cibles stratégiques militaires

 -       Le Hamas a volontairement utilisé sa propre population civile comme bouclier humain espérant peut-être protéger ses arsenaux et autres tunnels mortifères. Il n’a pas hésité à favoriser puis embellir le triste bilan macabre des victimes civiles palestiniennes aux fins de propagande anti-israélienne  

 -       Le Hamas est une organisation terroriste islamiste qui utilise sans état d’âme la terreur envers sa population et ses ennemis.

-       Israël est le seul pays du Moyen-Orient qui cultive la démocratie, la liberté de religion, la liberté de la presse, l’égalité des sexes, le respect des droits de l’homme en général.      

Plus qu’un conflit militaire régional, c’est la sauvegarde de nos précieuses libertés qui se joue sur la scène du théâtre onusien ; prenons garde à ce que ce vaudeville ne se transforme en tragédie. Au préjudice de l’humanité toute entière.  

Olivier Emery

17:18 Publié dans Histoire, Israël, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

08/06/2015

Oskar Freysinger gâche la fête du FC Sion.

Canal 9. Hier dimanche 7 juin 2015. 23h05. Place de la Planta. Ivre de bonheur, l’immense foule rouge et blanche chante et danse devant ses héros footballeurs et leur 13ème Coupe suisse.

On donne le micro au président de la Ville de Sion puis à Constantin 1er : la foule joyeuse, parfaitement unie, applaudit gaiement. Et voici qu’on annonce le ministre des sports de l’Etat du Valais, Monsieur Oskar Freysinger. En moins de 2 secondes l’heureuse et bruyante liesse s’éteint. Un triste silence s’abat comme une douche écossaise sur la Planta d’où monte rapidement un, puis plusieurs sifflets. Affublé d’un pull et d’une casquette rouges vifs, le politicien a l’intelligence de ne prononcer que quelques mots avant de rendre précipitamment le micro… permettant ainsi à la joie festive sédunoise de ré-envahir le ciel étoilé valaisan (pléonasme).  

 

Olivier Emery   

09:21 Publié dans Civisme, Politique, Valais | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |