03/11/2014

Critical mass. Un affront intolérable aux automobilistes !

Comme je comprends les malheureux automobilistes genevois, victimes innocentes sacrifiées sur l’autel du fléau cycliste ! Je vois vos doigts douloureusement crispés sur le volant. J’entends vos rages homériques, vos indignations impatientes, vos nobles dialectiques puisant pêle-mêle au catalogue du « contribuable bafoué doublé de l’incompris immobilisé » ; et, last but not least, je compatis à votre souffrance de bon et brave citoyen-automobiliste livré à une maréchaussée dévoyée qui se permet d’assurer la sécurité d’un cortège de misérables vélocipédistes.

Trop c’est trop, y’en a marre, de bleu de bleu ! Ô liberté chérie, ô glorieux symbole de mobilité individuelle, hélas prisonnier d’un terrorisme qui ne connaît pas de bornes puisqu’il se permet d’exhaler sa nuisance durant…1 heure par mois ! 1 heure sur 720. Monstrueux. Inqualifiable. Révoltant.

Vive la vertueuse bagnole née pour encombrer harmonieusement les rues de la ville ! A bas l’odieuse bicyclette, fléau détestable de nos bonnes rues genevoises !

Olivier Emery

 

16:07 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Société - People | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

20/10/2014

CARITAS ou un geste de GRANDE CLASSE

Honneur et respect à Caritas! En refusant l'argent d'une industrie tabagique mortifère, cette courageuse association lance un noble et lumineux message dans un monde trop souvent esclave du pouvoir ténébreux de l'Argent. Echec au dieu Mamon! Les forces malsaines de la cupidité et du matérialisme subissent un sévère et puissant revers. Un peu à l'image des tables mercantiles brutalement renversées dans la Maison du Seigneur à Jérusalem. Car que sert-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme?

Echec aussi à l'obscène et mensonger Vespasien qui prétend que "l'argent n'a pas d'odeur". Certes, il peut avoir l'odeur noble du labeur honorable et de l'activité intelligente. Mais il peut aussi avoir l'haleine fétide de la nicotine ou la dégeulasse senteur de l'urine de toutes les industries asservissantes.

Le pouvoir de l'argent réside dans l'intensité de l'attachement qu'on lui porte. Un personnage d'Amin Maalouf dans "Les désorientés" relève avec perspicacité ce qui suit:

"Dans un monde dominé par le veau d'or, je ne suis pas sûr que la priorité des priorités soit d'en expulser Dieu. C'est le veau d'or qu'il faut combattre, c'est lui qui constitue la pire des menaces pour la démocratie comme pour toutes les valeurs humaines. Le communisme avait asservi les hommes au nom de l'égalité, le capitalisme est en train de les asservir au nom de la liberté économique. Hier comme aujourd'hui Dieu est un refuge pour les vaincus, leur ultime recours. Au nom de quoi voudrais-tu les en priver? Et pour le remplacer par quoi?"

Olivier Emery            

21:15 Publié dans Commerce, Culture, Genève, vie locale, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/10/2014

ASSEMBLAGE'S 2014 : 6 / 6 !

6/6 : c'est la note attribuée par votre serviteur au merveilleux festival de Troinex cuvée 2014. Ambiance sympathique, artistes pétris de talent et programme varié de bon aloi sont au rendez-vous.

6/6 : c'est le nombre de spectacles offerts d'avant-hier vendredi à ce dimanche 5 octobre 2014. Réunis sous la lumineuse bannière de l'humour et de la poésie, cirque musique théâtre et chants enchantent les nombreux spectateurs accourus avec bonheur en ce joli coin de la campagne genevoise.

Bravo et merci à toutes celles et tous ceux qui rendent possible ce délicieux "assemblage" d'incroyable talent et de simplicité!

Olivier Emery 

17:14 Publié dans Culture, Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

18/09/2014

VELO versus AUTO: il n'y a pas photo!

Ce matin jeudi 18 septembre 2014. Landecy. Temps assez couvert mais sec. Température 18°C. Il est 08h30 et j'ai rendez-vous à Rive chez mon dentiste à 09h00 précises. Mission impossible ?

08h31:

J'enfourche ma bicyclette.

08h40:

Je remonte plusieurs dizaines de voiture qui bouchonnent avant de franchir sans peine le carrefour du Rondeau de Carouge.

08h45:

Et hop, le carrefour de la Fontenette est déjà derrière moi, tout comme une longue file de voitures à l'arrêt qui attend un feu de couleur favorable.

08h50:

Un petit raccourci efficace réservé à la mobilité douce me fait oublier la petite montée sise en haut du boulevard de la Cluse.

08h55:

C'est déjà l'abordage de Rive. Mon fidèle et docile destrier s'y laisse attacher sans broncher, à deux pas de mon lieu de destination.

08h58:

Mon coup de sonnette résigné rententit dans le hall de ce lieu de torture, hélas parfois nécessaire.

09h00:

J'attends mon sympathique dentiste qui aura...dix bonnes minutes de retard; mais ça, c'est pas la faute à mon vélo.  

 

Olivier Emery

 

12:17 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

03/06/2014

Ce qui a changé en MIEUX ces 25 dernières années !

Mais oui, tout ne « fout pas le camp ». Voici, en vrac, quelques agréables progrès qui sont venus améliorer notre quotidien. Bien entendu la liste suivante, fort subjective, n’est pas exhaustive.

 

1.   L’attente aux guichets de la poste ou de la gare. Vive le distributeur de tickets numérotés avec indication du temps d’attente !

 

J’avais le chic de choisir invariablement la mauvaise queue. Et comme je déteste attendre…

 

2.   Le goudron (quasi) insonore. Quelle belle invention dont profitent de plus en plus nombreux riverains routiers !

 

3.   Les emails ou les sms. Je ne dérange pas et ne suis pas dérangé. De plus, je n’aime pas téléphoner.

 

4.   Les pistes ou bandes cyclables. Bien sûr il en faudrait encore d’avantage ; n’empêche qu’il y en a tellement plus aujourd’hui que les petites reines ne peuvent qu’actionner joyeusement leur sonnette.

 

5.   Les contrôles douaniers systématiques au passage de la frontière. Finies les queues au poste de douane. Finies les sempiternelles et lassantes interpellations soupçonneuses :«Vous n’avez rien à déclarer ? » « Ouvrez le coffre » etc…

 

6.   Les produits respectueux de l’environnement et promouvant le commerce équitable. C’est génial, on en trouve à la Migros ou à la Coop, tant dans les rayons alimentaires que non alimentaires. Et pour quelques petits sous de plus on s’offre le bonheur inestimable de contribuer au bien de la création et de nos semblables dans le besoin : quel privilège !     

 

C’est tout pour aujourd’hui. Sachons donc voir ce qui va mieux et nous en réjouir. Vive la vie !

 

Olivier Emery

28/05/2014

Bus TPG à Landecy. Appel à Alain Walder, Maire de Bardonnex, et Luc Barthassat, Conseiller d’Etat.

Une légitime impatience grandit dans la population de notre beau village. Et pour cause. La loi sur le réseau des transports publics (H 1 50) n’est pas respectée depuis des lustres puisqu’elle stipule que les agglomérations doivent être desservies par un arrêt TPG situé à moins de 500m. L’heure n’est plus aux précautions de plume ou de verbe; voici de trop nombreuses années qu’une pénible inertie semble affecter ce dossier.

La solution existe : il suffit de prolonger la ligne 44 de La Croix-de-Rozon jusqu’à l’entrée de Landecy et d’y créer une boucle de rebroussement.

Les TPG jouent le jeu. En effet, la ligne 44 est particulièrement rentable et sa prolongation ne générerait qu’un fort modique coût de fonctionnement supplémentaire. Aujourd’hui, il est donc nécessaire que les autres acteurs concernés fassent montre d’un dynamisme résolu. C’est pourquoi le présent appel à l’aide est lancé à Luc Barthassat, conseiller d’Etat en charge du Département concerné, et à Alain Walder, Maire de la Commune de Bardonnex.

Chers Magistrats précités, foin de variante « de traverse » (quasi) inutile et intolérablement déficitaire. C’est aujourd’hui le moment d’agir  et de faire rapidement inscrire la réalisation du projet de prolongation « du 44 » dans le tout prochain plan directeur du réseau TPG. Il y a urgence.

Vos administrés de Landecy comptent sur vous !  

Olivier Emery

 

16:26 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique, Région | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/01/2014

B comme Barthassat, B comme Bardonnex

Compesières a un air de fête en ce mercredi soir 15 janvier 2013. Pour célébrer l'élection au Conseil d'Etat de l'un de ses enfants, tout Bardonnex s'est donné rendez-vous. Ceux qui ont voté pour Luc comme ceux qui ne l'ont pas fait; peu importe, car l'amitié et une rurale fierté cimentent une nombreuse et joyeuse assemblée.

Entre plusieurs sympathiques camarades d'école primaire et quelques anciens compères du conseil municipal, mon regard rencontre les visages connus de nos stars politico-médiatiques genevoises.

Alain et ses charmantes adjointes portent avec élégance l'écharpe colorée officielle. Malou, avec la complicité de son petit-fils, charme le public par un discours humain et touchant dont elle a le secret. Alfred ravale quelques sanglots qui tentent de l'empêcher de finir sa phrase. Bernadette entonne (trop bas comme d'habitude) notre merveilleux hymne local "Compesières". JEF, notre incontournable photographe, mitraille discrètement tous les épisodes festifs. Et Luc conclut par un message qui parle d'amitiés éternelles, de racines terriennes et de tendresse des aînés.

Une fête réussie. Vive Bardonnex, vive Genève et vive la Suisse!

Olivier Emery 

    

10:27 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/06/2013

Menaces de mort au sein du MCG

Bien sûr la chose surprend. Mais, à la réflexion, pas tant que ça. Quand une formation politique fait de l'agressivité systématique son principal fer de lance, elle s'expose naturellement à attirer en son sein des personnes intellectuellement primaires et dont la courtoisie n'est pas le chromosome dominant.

On y revient toujours, n'en déplaise à certains : les qualités morales ne rendent pas forcément les individus cultivés, instruits et intelligents; en revanche elles les rendent sages et capables de se comporter en citoyens/élus bien éduqués. A quand une enquête publique mettant en exergue de telles qualités chez nos candidats politiques ?

Un politicien fiable, tenant sa parole (même si cela lui en coûte, cf. Psaume 15: 4), modéré, intègre, bienveillant, joyeux, désintéressé, attentif à autrui et respectant ses proches (conjoint, enfants, parents, voisins, etc…)…et pourquoi pas ?

La Cité et le bien public s'en porteraient sans doute fort bien ! Et la crédibilité de notre classe politique auprès des...citoyens genevois aussi. 

Olivier Emery      

 

16:58 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

06/05/2013

CO Pinchat. 1973. 8ème S. Guy Le Comte.

1973 - 2013 : 40 ans. Voici une génération biblique que notre classe exclusivement composée de garçons voguait sur les flots de l'apprentissage du savoir. A la barre du navire : Guy Le Comte, notre capitaine et maître de classe. Nous étions sa première volée. Parmi les matelots encore présents dans ma mémoire : Cudet, Meynard, Zanone, Sprüngli, Crausaz, Jetzer, et Auer bien sûr, notre inévitable premier de classe et supporter du Bayern de Münich. (Que l'on se rassure, malgré ces deux graves handicaps, Auer était un fort bon camarade).

Guy le Comte. Historien de qualité. Il savait nous captiver par ses cours pleins de vie et d'anecdotes personnelles savoureuses. Un de ces merveilleux enseignants qui éclaire le ciel un peu trop gris de nos parcours scolaires. Un coeur d'or dissimulé sous une tendre brusquerie. Un pantalon souvent lustré, une bedaine déjà bien présente. Un regard vif malgré des verres de lunette assez épais. Une voix inimitable, une vivacité d'esprit et de propos dynamique et colorée.

Hier dimanche 5 mai,  j'ai eu le plaisir de le revoir ainsi que sa délicieuse épouse. Pas changé. Pas vieilli. Toujours alerte, original et disert.

Narrant ces sympathiques retrouvailles à mon cher papa, celui-ci me confie :

- je n'ai qu'un reproche à formuler à l'encontre de Guy Le Comte

- ah oui, lequel ?

- ne pas l'avoir eu moi-même comme professeur.

 

Olivier Emery

17:31 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

23/01/2013

Liaison TPG Carouge-Cornavin : bus 27 ou tram 13 ?

Ne remuons pas le couteau dans la plaie en se (re)demandant par quelle distraction (euphémisme!) des ingénieurs et responsable de département sont parvenus à supprimer la liaison TPG directe entre Carouge et Cornavin. Le passé est le passé. Aujourd'hui, comme dit un proverbe chinois, mieux vaut allumer une bougie que maudire l'obscurité.

Chacun admettra que le tram est plus performant que le bus. Mais la question qui se pose aujourd'hui est de savoir s'il est techniquement possible de rouvrir la ligne 13. Seul un ingénieur (compétent SVP!) peut répondre à cette question. J'observe néanmoins que :

- les voies ferrées existent toujours

- la fréquence prévue est d'un véhicule toutes les 15 minutes 

Compte tenu de ce qui précède, il semble donc que ce ne serait pas un travail de titan de remettre en service le tram 13.

Et si je me trompe, alors que l'on mette en service au plus vite le bus 27! Et foin des querelles politiciennes improductives qui prennent en otage le bon peuple.

 

Olivier Emery 

   

14:09 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

12/11/2007

Trafic automobile pendulaire à Soral

Vu hier soir 11 novembre 2007 sur la TSR les interminables colonnes de voiture qui traversent le matin puis le soir le joli village de Soral (GE).

Par simple bon sens on comprend immédiatement que ces véhicules doivent à l'évidence passer ailleurs que dans ce type de localité; la solution locale préconisée frappe par sa simplicité et son efficacité : il suffit de n'ouvrir la barrière que de 8h30 à 16h30.

Chic, la parole est donnée à M. Cramer, Conseiller d'Etat intelligent et soucieux de l'environnement. Déception : notre politicien nous sert sans argumentation des phrases infondées ou creuses telles que : "Soral ne fait que reporter le trafic sur d'autres villages" (Tiens j'ignorais qu'on avait fermé la douane autoroutière de bardonnex!) ou "il faut dialoguer avec nos voisins français au lieu de fermer des barrières" (alors là, on fait concrétement avancer les choses, c'est sûr !).

Fermer au trafic pendulaire les douanes villageoises reportera le trafic sur les grands axes évidemment mieux adaptés pour le recevoir. J'entends déjà l'objection : ça va créer des retenues pour passer la frontière à ces passages! Et alors ? La santé, la sécurité et le bien-être quotidiens de nos villageois ne valent-ils pas plus que la poignée de minutes d'un automobiliste pressé ? Et ne serait-ce pas une efficace invite pour ce dernier à se tourner vers une solution offerte par les transports publics et/ou en réclamer l'amélioration ?

 

Olivier Emery

15:19 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |