06/05/2013

CO Pinchat. 1973. 8ème S. Guy Le Comte.

1973 - 2013 : 40 ans. Voici une génération biblique que notre classe exclusivement composée de garçons voguait sur les flots de l'apprentissage du savoir. A la barre du navire : Guy Le Comte, notre capitaine et maître de classe. Nous étions sa première volée. Parmi les matelots encore présents dans ma mémoire : Cudet, Meynard, Zanone, Sprüngli, Crausaz, Jetzer, et Auer bien sûr, notre inévitable premier de classe et supporter du Bayern de Münich. (Que l'on se rassure, malgré ces deux graves handicaps, Auer était un fort bon camarade).

Guy le Comte. Historien de qualité. Il savait nous captiver par ses cours pleins de vie et d'anecdotes personnelles savoureuses. Un de ces merveilleux enseignants qui éclaire le ciel un peu trop gris de nos parcours scolaires. Un coeur d'or dissimulé sous une tendre brusquerie. Un pantalon souvent lustré, une bedaine déjà bien présente. Un regard vif malgré des verres de lunette assez épais. Une voix inimitable, une vivacité d'esprit et de propos dynamique et colorée.

Hier dimanche 5 mai,  j'ai eu le plaisir de le revoir ainsi que sa délicieuse épouse. Pas changé. Pas vieilli. Toujours alerte, original et disert.

Narrant ces sympathiques retrouvailles à mon cher papa, celui-ci me confie :

- je n'ai qu'un reproche à formuler à l'encontre de Guy Le Comte

- ah oui, lequel ?

- ne pas l'avoir eu moi-même comme professeur.

 

Olivier Emery

17:31 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

23/01/2013

Liaison TPG Carouge-Cornavin : bus 27 ou tram 13 ?

Ne remuons pas le couteau dans la plaie en se (re)demandant par quelle distraction (euphémisme!) des ingénieurs et responsable de département sont parvenus à supprimer la liaison TPG directe entre Carouge et Cornavin. Le passé est le passé. Aujourd'hui, comme dit un proverbe chinois, mieux vaut allumer une bougie que maudire l'obscurité.

Chacun admettra que le tram est plus performant que le bus. Mais la question qui se pose aujourd'hui est de savoir s'il est techniquement possible de rouvrir la ligne 13. Seul un ingénieur (compétent SVP!) peut répondre à cette question. J'observe néanmoins que :

- les voies ferrées existent toujours

- la fréquence prévue est d'un véhicule toutes les 15 minutes 

Compte tenu de ce qui précède, il semble donc que ce ne serait pas un travail de titan de remettre en service le tram 13.

Et si je me trompe, alors que l'on mette en service au plus vite le bus 27! Et foin des querelles politiciennes improductives qui prennent en otage le bon peuple.

 

Olivier Emery 

   

14:09 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

12/11/2007

Trafic automobile pendulaire à Soral

Vu hier soir 11 novembre 2007 sur la TSR les interminables colonnes de voiture qui traversent le matin puis le soir le joli village de Soral (GE).

Par simple bon sens on comprend immédiatement que ces véhicules doivent à l'évidence passer ailleurs que dans ce type de localité; la solution locale préconisée frappe par sa simplicité et son efficacité : il suffit de n'ouvrir la barrière que de 8h30 à 16h30.

Chic, la parole est donnée à M. Cramer, Conseiller d'Etat intelligent et soucieux de l'environnement. Déception : notre politicien nous sert sans argumentation des phrases infondées ou creuses telles que : "Soral ne fait que reporter le trafic sur d'autres villages" (Tiens j'ignorais qu'on avait fermé la douane autoroutière de bardonnex!) ou "il faut dialoguer avec nos voisins français au lieu de fermer des barrières" (alors là, on fait concrétement avancer les choses, c'est sûr !).

Fermer au trafic pendulaire les douanes villageoises reportera le trafic sur les grands axes évidemment mieux adaptés pour le recevoir. J'entends déjà l'objection : ça va créer des retenues pour passer la frontière à ces passages! Et alors ? La santé, la sécurité et le bien-être quotidiens de nos villageois ne valent-ils pas plus que la poignée de minutes d'un automobiliste pressé ? Et ne serait-ce pas une efficace invite pour ce dernier à se tourner vers une solution offerte par les transports publics et/ou en réclamer l'amélioration ?

 

Olivier Emery

15:19 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |