31/10/2014

Halloween ? Beurk.

Par quelle étrange et malsaine conspiration cette pseudo fête, inexistante en mon enfance, tente d’envahir notre douce et méditative période automnale ?

Principalement importée des USA, elle est le symbole du mauvais goût et de l’orange vulgaire. Un machin commercial méprisable qui ne fait rêver que les consommateurs-moutons-de-panurge et les commerçants en quête de gains.

Allons, courage ! Plus que quelques jours pénibles à supporter cette atmosphère douteuse. Bientôt vont apparaître au calendrier hivernal de vraies, d’authentiques et nobles fêtes : notre belle Escalade « 100% genevoise » et notre lumineux Noël « 100% amour ».   

Olivier Emery

 

15:38 Publié dans Culture, Société - People, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

20/10/2014

CARITAS ou un geste de GRANDE CLASSE

Honneur et respect à Caritas! En refusant l'argent d'une industrie tabagique mortifère, cette courageuse association lance un noble et lumineux message dans un monde trop souvent esclave du pouvoir ténébreux de l'Argent. Echec au dieu Mamon! Les forces malsaines de la cupidité et du matérialisme subissent un sévère et puissant revers. Un peu à l'image des tables mercantiles brutalement renversées dans la Maison du Seigneur à Jérusalem. Car que sert-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme?

Echec aussi à l'obscène et mensonger Vespasien qui prétend que "l'argent n'a pas d'odeur". Certes, il peut avoir l'odeur noble du labeur honorable et de l'activité intelligente. Mais il peut aussi avoir l'haleine fétide de la nicotine ou la dégeulasse senteur de l'urine de toutes les industries asservissantes.

Le pouvoir de l'argent réside dans l'intensité de l'attachement qu'on lui porte. Un personnage d'Amin Maalouf dans "Les désorientés" relève avec perspicacité ce qui suit:

"Dans un monde dominé par le veau d'or, je ne suis pas sûr que la priorité des priorités soit d'en expulser Dieu. C'est le veau d'or qu'il faut combattre, c'est lui qui constitue la pire des menaces pour la démocratie comme pour toutes les valeurs humaines. Le communisme avait asservi les hommes au nom de l'égalité, le capitalisme est en train de les asservir au nom de la liberté économique. Hier comme aujourd'hui Dieu est un refuge pour les vaincus, leur ultime recours. Au nom de quoi voudrais-tu les en priver? Et pour le remplacer par quoi?"

Olivier Emery            

21:15 Publié dans Commerce, Culture, Genève, vie locale, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/10/2014

ASSEMBLAGE'S 2014 : 6 / 6 !

6/6 : c'est la note attribuée par votre serviteur au merveilleux festival de Troinex cuvée 2014. Ambiance sympathique, artistes pétris de talent et programme varié de bon aloi sont au rendez-vous.

6/6 : c'est le nombre de spectacles offerts d'avant-hier vendredi à ce dimanche 5 octobre 2014. Réunis sous la lumineuse bannière de l'humour et de la poésie, cirque musique théâtre et chants enchantent les nombreux spectateurs accourus avec bonheur en ce joli coin de la campagne genevoise.

Bravo et merci à toutes celles et tous ceux qui rendent possible ce délicieux "assemblage" d'incroyable talent et de simplicité!

Olivier Emery 

17:14 Publié dans Culture, Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

22/09/2014

Il faut remettre la mosquée au milieu du village

Le récent blog de Pascal Descaillet sur l'islam a provoqué une avalanches de commentaires. Qui faut-il croire ? Devons-nous combattre cette religion et nous méfier des musulmans ?

Entre la sentimentale candeur du journaliste précité et ses virulents détracteurs, tentons de poser quelques repères en essayant de remettre...la mosquée au milieu du village.

OUI, l'islam nous pose problème en ce qu'il est non seulement "religion" mais aussi "mode et système de gouvernement, de vie individuelle et communautaire". Ainsi politique et religion y sont réunies et il est donc difficile de les séparer. Autre pierre d'achoppement difficilement tolérable: la loi islamique (charia) interdit l'apostasie (quitter la religion musulmane) et punit de mort ce délit.

NON, il ne faut pas mettre tous les musulmans dans le même panier. Comme dans toutes les religions il existe des fanatiques aussi fervents qu'inquiétants, des intellectuels éduqués, des désillusionnés de leur religion, des mystiques en recherche de surnaturel...et des non-pratiquants.

Une chose est pourtant claire et ne souffre d'aucune contestation possible. L'authentique disciple de Issa al-massih (Jésus-Christ) ne peut  et ne doit, sous peine de trahir son Maître, que montrer amour et respect à tous musulmans. Islam et christianisme s'accordent sur cette importante vérité : seul Dieu peut changer l'intérieur d'un être humain, et ce au-delà d'une question - secondaire - d'identité extérieure et culturelle.

Amis musulmans, tout comme vous nous croyons:

- en un Dieu unique et Créateur de tout l'univers

- qu'un jour Dieu jugera tous les hommes

- et que certains passeront l'éternité en sa présence alors que d'autres seront séparés de lui.

Sachez que tous ceux qui honorent vraiment Issa al-massih vous respectent et vous aiment. Pour en savoir plus sur la source de ces respect et amour inconditionnels, l'excellent site www.bechir.org pourrait vous intéresser.        

Olivier Emery

10:38 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (13) |  Imprimer |

15/09/2014

Etes-vous un "encourageur" ?

Jackie Robinson est le premier athlète noir devenu joueur de baseball professionnel. Dès le début de sa carrière il a dû essuyer les huées de la foule. Un jour, alors qu'il jouait à domicile, il a commis une faute et les supporters se sont mis à le huer. Pee Wee Reese, un joueur blanc, l'a rejoint et s'est tenu à ses côtés. Il a mis son bras sur l'épaule de Robinson; ils ont tenu tête à la foule. Les supporters se sont tus et le match s'est poursuivi. Plus tard, Robinson a dit que ce qu'avait fait Reese ce jour-là avait sauvé sa carrière ! 

Cette anecdote est proposée par l'excellente rubrique "pensée du jour" du site "top chrétien".

Encourager est un cadeau de Dieu. C'est aussi une vocation qui anime naturellement - ou devrait animer - toutes celles et ceux qui sont des disciples de Jésus. Soyons attentifs et réactifs : il y a sûrement dans notre environnement un "prochain" qui a besoin d'un bras ferme sur son épaule ou d'un mot doux et fort sur une blessure de son coeur.

Olivier Emery 

10:52 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

18/04/2014

« Amin Maalouf ? Mais c’est une légende ici ! »

C’est en ces termes que me répond, dans le cadre d’un entretien téléphonique professionnel, ma correspondante vivant à Beyrouth.

-       « Que lisez-vous ? »

-       « Origines. C’est l’enquête de l’auteur pour retrouver les morceaux du puzzle de la vie de son grand-père resté en Orient et de son grand-oncle exilé à Cuba ».

Un grand jeu de piste sur les chemins de la mémoire familiale, parsemé d’amour et de malentendu, de fidélité et de rupture, d’idéaux et de soucis quotidiens.

Une lecture, aussi, en forme de chasse aux trésors :

-       « Nous sommes les générations arrogantes qui sont persuadées qu’un bonheur durable leur a été promis à la naissance – promis ? mais par qui donc ? »

-       « En raison de cette distorsion dans l’échelle des valeurs qui nous fait dédaigner les activités socialement utiles au profit des activités pécuniairement rentables, l’enseignement a beaucoup perdu de son prestige. »

-       « L’Histoire a souvent tort ; mais notre lâcheté de mortels nous conduit à expliquer doctement pourquoi ses décrets étaient justes, pourquoi ce qui est arrivé était inéluctable, et pourquoi nos nobles rêves méritaient de crever ».

-       « Mieux valait le risque de l’hérésie protestante que la certitude de l’analphabétisme ».

-       « Le passé est forcément fragmentaire, forcément reconstitué, forcément réinventé. On n’y récolte jamais que les vérités d’aujourd’hui ».          

Olivier Emery

05:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

25/11/2013

Bienvenue au théâtre ces lundi et mardi soirs!

Vous aimez le théâtre populaire ? Vous voulez savoir pourquoi des millions d'êtres humains considèrent que la vie et les paroles de Jésus de Nazareth sont Le tournant de l'histoire de l'humanité et de la leur ?

Alors BIENVENUE:

- ce lundi 25 novembre 2013 à 19h15 au temple de Plainpalais

- ce mardi 26 novembre 2013 à 19h15 à la salle de la Rive Droite 4 rue Pécolat (juste en dessous de la Poste du Mont-Blanc).

Entrée libre, chapeau à la fin du spectacle.

Votre serviteur-blogueur y joue un (petit) rôle.  

10:25 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

11/11/2013

Rayon de soleil dans un dimanche automnal bernésien

En cet après-midi du 10 novembre 2013, ma douce moitié et votre serviteur visitons la charmante exposition consacrée au talentueux couple d’artistes Germaine et Robert Hainard-Roten. Peintures, gravures et sculptures louent avec passion et tendresse la beauté de la création.

 

Quelques beaux ouvrages sont à vendre, dont un consacré à Germaine originaire de Savièse (VS) : ça tombe vraiment bien car nous allons prochainement rendre visite à l’un de ses parents exilé-retraité en Afrique du Sud! Notre futur cadeau de Noël en mains, nous sollicitons de Pierre Hainard, fils du couple précité, une dédicace de l’ouvrage adressée à ses cousins d’Afrique australe.        

 

Avec une gentillesse peu commune notre interlocuteur défère à notre souhait, puis se lève pour aller chercher un autre magnifique ouvrage richement illustré : « Voilà mon cadeau pour mon cousin Philippe et son épouse Margrit »! Apprenant fortuitement que nous n’avons pas pu voir le film sur Robert Hainard projeté la veille à Confignon, notre bienfaiteur nous quitte avant de revenir avec un DVD dudit film : « Et voici mon cadeau pour vous deux »!

 

Une généreuse et lumineuse spontanéité qui ressemble au rayon de soleil qui accompagnait pinceaux et toiles de Germaine Roten, cette remarquable coloriste.

 

Olivier Emery

 

PS : Exposition à voir à la Mairie de Bernex jusqu’à dimanche prochain 17 novembre 2013 (Ma-ve 14h30-19h, sa-dim 10h-12h et 15h-18h)     

   

 

16:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

21/10/2013

Mariage homo, une inquiétante dérive française bafoue la liberté de conscience

Veuillez imaginer que vous êtes croyant et maire de France. Vos valeurs personnelles vous conduisent à considérer que l'homosexualité est un péché. Depuis l'adoption de la loi autorisant le mariage pour des couples de même sexe, vous ne pouvez naturellement pas célébrer une telle union puisqu'elle est contraire à la loi de votre conscience. Donc vous vous récusez et demandez à un autre officier d'état civil de célébrer ce mariage. Tout se passe ainsi dans le respect et la paix réciproques. Eh bien non : en France un pouvoir aussi liberticide qu'agressif interprète votre cas de conscience comme un acte coupable et inacceptable de discrimination homophobe. Ainsi vient d'en décider la plus haute juridiction constitutionnelle française. Inquiétante dérive d'un mouvement athée, amoral et totalitaire ? On peut le craindre… reste à espérer que des défenseurs de la cause homosexuelle aient la lucidité, l'élégance et la classe de défendre la clause de conscience. Eux seront sans doute mieux entendus. Mais si leurs voix ne s'élèvent pas, alors leur silence sera encore plus bruyant car il pourrait avoir le son dur et grave du tambour martial et revanchard d'une minorité conquérante et dangereusement exclusive.   

 

Olivier Emery    

10:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

04/05/2013

Exceptionnelle découverte à Confignon (GE) : une machine à maîtriser le temps !

Le Zeit pas le Wetter. Une première mondiale dans cette sympathique Commune qui semble vivre heureusement cachée derrière sa grande voisine Bernex. Plusieurs dizaines d'enfants, tous plus chous les uns que les autres, brûlent les planches de leur salle communale. Sous le regard impassible de l'horloge du clocher de l'église voisine, ils parviennent à maîtriser le mystère du temps subjectif. Sans doute un prix Nobel à la clef d'ici deux ou trois ans, question de...temps !

Le temps subjectif ? C'est le ressenti personnel de l'écoulement temporel. Des études psychologiques fixent l'âge moyen de l'existence humaine à...18 ans (!).  Hé oui, le temps est court et la Bible nous invite à le racheter car notre passage sur terre a la brièveté d'une vapeur qui naît et s'efface. Bref, plus de temps à perdre. Profitons de cette prodigieuse découverte mondiale et laissons-nous emporter dans un monde onirique mais authentique évoqué par la plume imaginative, poétique et parfois gaiement loufoque de Christine Bourgeois.

C'est ce samedi soir 4 mai 2013 à 19h30 à la salle de Confignon. Au milieu d'une troupe juvénile colorée (les costumes sont remarquables) dynamique et talentueuse, vous aurez aussi l'immense plaisir de ré-entendre cette très belle chanson de Michel Fugain :

ET POUR AIMER COMME L'ON DOIT AIMER QUAND ON AIME VRAIMENT, MEME EN CENT ANS JE N'AURAIS PAS LE TEMPS, PAS LE TEMPS. 

Olivier Emery

PS : Très bonne journée d'anniversaire de mariage à l'amour ma vie. 28 ans...

07:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

23/03/2013

Passe-moi les jumelles : beauté, poésie et sagesse.

Vive la télé vendredi soir à 20h15 sur rts 1 ! Un vrai moment de bonheur. Bravo et merci à ses créateurs-artistes.

Beauté des images. De toutes les images. Grâce à une caméra qui voit toujours juste, de près comme de loin.

Poésie des sujets et des commentaires. Ni trop, ni trop peu. Des mots simples, mais soigneusement choisis, en parfaite adéquation avec le sujet filmé.

Sagesse du propos des "acteurs". Un exemple ? Le directeur du jardin botanique de Genève explique qu'il est très important qu'un botaniste occupe sa fonction : "cela permet de bien répondre aux besoins du jardin et de son public, plutôt qu'à ceux de l'administration; question de priorité." 

Béni soit le jour où les directeurs et cadres d'entreprise/service seront enfin tous nommés selon le critère prioritaire de la compétence ! Un jour de bénédiction pour de nombreux clients/administrés. Et une très bonne nouvelle pour de trop nombreux collaborateurs/fonctionnaires victimes au quotidien de chefs incompétents.

Olivier Emery          

15:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

09/01/2013

Le Gen'vois staïle : vous aimez ?

La prestation de Laurent Nicolet est excellente! Quel humour ! Quelle savoureuse autodérision ! Quelle pertinence dans la caricature ! Cette production humoristique YouTube n'a rien à envier à celles de nombreux humoristes parisiens qui squattent le PAF. On ne se lasse guère de la visionner et de l'écouter, même si tout calviniste (ex-Genevois typique) aurait préféré l'expression "de bleu" (typiquement genevoise, elle) à celle qui prend le nom de Dieu en vain.

 

Une fois la franche rigolade et le bonheur de rire passés, je me surprends à ressentir un petit vague à l'âme. Hélas cette parodie est peut-être un peu trop vraie.

 

Un certain "Genevois-type" considère-t-il :


a)   Christian Lüscher comme un frère ? Frère de ce politicien inféodé au pouvoir économique ? Frère de ce libéral bcbg, dragueur invétéré d'un parti à la droite de la droite ? - Bof…


b)   Eric Stauffer comme un frère ? - Alors là, ça craint vraiment…


c)   La possession d'une grosse voiture de luxe 4x4 et des relations avec des banquiers et avocats friqués comme un idéal de vie ? – Bonjour le vide vaniteux et superficiel...

 

Olivier Emery   

 

 

      

13:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

19/12/2012

L'Armée du salut est hors-la-loi !

Ceux qui ne l'ont pas l'ont souvent mauvaise ! Qui suis-je ? La foi. Les esprits chagrins et malsains (cf. ma note du 17.12.2012) se rebiffent car ils sont de mauvais perdants. Toujours mauvais. Toujours perdants. Et ce même s'ils devaient parvenir à exclure de l'Eurovision 2013 le sympathique et talentueux groupe de l'armée du salut.

En effet, leurs pitoyables contorsions dialectiques les condamnent;  jugez plutôt : avec son uniforme et son nom l'AS fait de la "publicité", ce qui est interdit par le règlement du concours. Ben voyons !

Comme si une organisation totalement caritative dévouée depuis toujours à aider les démunis et redonner dignité aux meurtris de l'existence pouvait se confondre avec une entreprise commerciale à but lucratif ! Ah ah ah : mieux vaut en rire que de s'en irriter (cf. Psaume 37 : 1 et 8).

Amis (chrétiens ou non) de bonne foi (avec ou sans), sereins et joyeux chassons de la sorte ces esprits mauvais (et) perdants au nom et avec

Cé qu'è lainô, le Maitre dé bataille, que se moqué et se ri dé canaille = Celui qui est en haut, le Maître des batailles, qui se moque et se rit des canailles.

 

 

 

Olivier Emery

10:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

17/12/2012

Eurosong suisse : la (très) belle victoire de l'Armée du Salut !

Près de 38 % des suffrages ! Samedi 15 décembre 2012 le groupe vocal et musical de l'AS n'a pas gagné la finale suisse de l'Eurovision : il a triomphé. Ce brillant résultat est réjouissant. Pourquoi ? Parce qu'il fait échec aux esprits chagrins et malsains qui déterminent souvent les succès dans le monde du show biz.

Non, pour réussir dans le monde du spectacle il n'est donc pas absolument nécessaire d'être impudique, ou adepte de sorcellerie, ou défoncé aux drogues et à l'alcool ou "soutenu par le lobby gay" (Lady Gaga dixit).

Oui, les portes de la finale de l'Eurovision 2013 en Suède peuvent aussi s'ouvrir en réponse à une (très) belle chanson portée par un (très) joyeux et sympathique groupe, composé notamment d'une jeune chanteuse qui a de (très) beaux yeux azurs et d'un doyen nonagénaire au visage vraiment (très) chou.  

"You and me" de l'AS : non seulement un cadeau de Noël avant l'heure, mais aussi son message en filigrane : il y a une vraie, saine et lumineuse joie dans le royaume de Dieu. Peut-être la différence entre "faire la fête" et "vivre la fête" ?

Olivier Emery

 

09:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

07/12/2010

Blaise Pascal (suite et fin)

Remarquable Blaise Pascal qui réunit brillante intelligence et qualités de cœur.

 

Suite et fin de morceaux choisis pascaliens, à déguster pour le plaisir de l'esprit et le bien de l'âme (extraits de l'excellente biographie de Jacques Attali - LP Fayard 2000) :

 

" Qu'il y a loin de la connaissance de Dieu à l'aimer ! ".

 

" Le Dieu des chrétiens est un Dieu d'amour et de consolation; c'est un Dieu qui remplit l'âme et le corps de ceux qu'il possède; c'est un Dieu qui leur fait intérieurement sentir leur misère et sa miséricorde infinie, qui s'unit au fond de leur âme , qui la remplit d'humilité, de joie de confiance, d'amour; qui les rend incapable d'autre fin que lui-même ".

 

" L'Ecriture sainte est la science du cœur, non de l'esprit. Elle n'est intelligible que pour ceux qui ont le cœur droit (…).  Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. "      

 

" Il y a deux sortes de personnes qu'on puisse appeler raisonnables : ou ceux qui servent Dieu de tout leur cœur parce qu'Ils le connaissent , ou ceux qui le cherchent de tout leur cœur parce qu'ils ne le connaissent pas. "

 

" C'est le cœur qui sent Dieu et non la raison : voilà ce qu'est la foi, Dieu sensible au cœur, non à la raison. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point : on le sait en mille choses."

 

" Tous les corps ensemble et tous les esprits ensemble et toutes leurs productions ne valent pas le moindre mouvement de charité. Cela est d'un ordre infiniment plus élevé. "

 

 

" J'aime la pauvreté parce qu'Il (Jésus) l'a aimée. J'aime les biens parce qu'ils donnent le moyen d'en assister les misérables. "

 

" Le propre de la richesse est d'être donnée libéralement."

 

" Et si les médecins disent vrai, et que Dieu permette que je relève de cette maladie, je suis résolu de n'avoir d'autres préoccupations ni d'autre emploi, le reste de mes jours, que le service des pauvres."

 

And last but least, en guise de cadeau de Noël :

 

" Jésus n'a rien fait d'autre alors qu'apporter la religion juive à tous ceux qui ne la pratiquaient pas : " pour montrer que les vrais Juifs et les vrais chrétiens n'ont une même religion.". 

 

" Deux avènements (de Jésus) : l'un de misère pour abaisser l'homme superbe, l'autre de gloire pour élever l'homme humilié."

 

 

       

11:59 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

30/11/2010

Blaise Pascal : toujours d'actualité !

Blaise Pascal : des pensées et quelle pensée !

 Lu dernièrement avec grand intérêt la biographie de ce génie français du XVIIème siècle écrite par Jacques Attali (LP Fayard 2000). Voici quelques extraits pascaliens dont la pertinence reste d'une saisissante d'actualité car "il n'y a rien de nouveau sous le soleil". A méditer sans modération !

 Il fallait autrefois sortir du monde pour être reçu dans l'Eglise (…) De là vient que, dans les premiers temps, ceux qui avaient été régénérés par le baptême et qui avaient quitté les vices du monde pour entrer dans la piété de l'Eglise, retombaient si rarement de l'Eglise dans le monde, au lieu qu'on ne voit maintenant rien de plus ordinaire que les vices du monde dans le cœur de l'Eglise (p.241)    

 Vous avez suivi votre méthode ordinnaire qui est d'accorder aux hommes ce qu'ils désirent et de donner à Dieu des paroles et des apparences (p.291)

 Votre bonheur est digne de compassion et ne peut être envié que par ceux qui ignorent quel est le véritable bonheur (p.295)

 Toutes les puissance du monde ne peuvent par autorité persuader un point de fait, non plus que de la changer ; car il n'y a rien qui puisse faire que ce qui est ne soit pas (p.297)

 On attaque la plus grande des vertus chrétiennes qui est l'amour de la vérité (p.298)

 L'éloquence amuse plus de personnes qu'elle n'en convertit (p.298)

 Les meilleurs livres sont ceux que ceux qui les lisent croient qu'ils auraient pu faire (p.317)

 Le peuple croit à tort que la noblesse est une grandeur réelle alors que l'héritage des biens et des titres n'est qu'une convention acceptée dans certaines sociétés (p.320)

 Il n'est pas nécessaire parce que vous êtes duc que je vous estime; mais il est nécessaire que je vous salue (p.321)

 Il faut mépriser la concupiscence et son royaume, et aspirer à ce royaume de charité où tous les sujets ne respirent que la charité (p.321)

 Il est bourgeois de vouloir se nommer soi-même auteur (p.330)

 Athées. Quelles raisons ont-ils de dire qu'on ne peut ressusciter ? Quel est plus difficile : de naître ou de ressusciter ? (p.344)

 

18:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |