19/09/2011

Les chrétiens socialistes. Socialistes parce que chrétiens.

Le saviez-vous ? Il existe une fédération romande  des socialistes chrétiens (www.frsc.ch). La FRSC est un mouvement regroupant des militants de gauche issus des différents milieux chrétiens qui cherche à soutenir un engagement social et ecclésial dans un monde en mal de sens. Son slogan : "Socialistes parce que chrétiens !".

 

Sur 89 parlementaires fédéraux de tous bords politiques seuls 3 parlementaires romands de gauche viennent de signer un appel qui vise à prier Dieu pour que, notamment, chacun s'investisse en faveur des plus défavorisés et des plus faibles en Suisse et à l'étranger.

 

3 sur 89 : mais où donc est passé la gauche et la gauche chrétienne en particulier ?! Cette gauche chrétienne qui puise dans les valeurs de la Bible, valeurs au demeurant très largement reprises par toute la gauche laïque : souci du pauvre, souci de l'étranger démuni, souci de justice sociale." Malheur à vous riches ! Vous avez amassés des fortunes dans les derniers jours, vous avez frustrés les ouvriers de leur salaire !" (cf Jacques chapitre 5 verset 3-4).

 

Est-ce que la gauche d'aujourd'hui serait automatiquement et exclusivement réservée aux athés ? aux anti-valeurs familiales ? aux anti-israéliens primaires ? aux humanistes darwiniens arrogants et orgueilleux ? J'espère que non, car la Suisse a (aussi) besoin de chrétiens engagés à gauche qui savent encore joindre les mains pour rechercher l'humilité, la sagesse et l'intégrité. Autant de qualités indispensables à l'exercice du Pouvoir en faveur du bien commun.

 

Olivier Emery, candidat du PEV (Parti évangélique) aux prochaines élections fédérales        

 

14:50 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

12/09/2011

Yves Bertossa : bravo et merci.

Excellente interview du procureur Yves Bertossa dans la Julie ! Revenant sur l'affaire de l'arrestation d'Hannibal Kadhafi en 2008 à Genève, ce magistrat nous livre quelques réflexions fines et savoureuses empreintes de grande pertinence tant à la forme qu'au fond.

 Morceaux choisis :

 ·         Genève a simplement fait son travail. De manière générale je n'ai jamais trouvé très sain en démocratie que les politiciens commentent les décisions de la justice pénale. Lorsqu'ils le font il en ressort rarement une pensée très élaborée.

 ·         Les personnes (en Suisse) qui ont contribué à alimenter les divisions dans le cadre de cette crise n'ont manifestement pas tenu compte des intérêts de la Suisse. Ce qui m'a surpris, c'est l'origine de ces attaques qui provenaient essentiellement de milieux se revendiquant traditionnellement "défenseurs de la Suisse".

 ·         Lors d'une crise vous trouvez toujours des opportunistes qui cherchent à se profiler en voulant identifier des coupables là où il n'y en a pas.

 ·         Quand vous passez par ce genre d'épreuves il faut s'attendre, en tant que magistrat, à l'affronter seul. C'est ce que j'ai fait et je n'ai aucun reproche à formuler à l'encontre de quiconque.

 ·         La justice et la police ont été soutenues de belle manière par le gouvernement genevois qui a fait preuve de l'attitude soudée que toute la Suisse aurait dû avoir.

 ·         Je ne prends pas les décisions en fonction de ma carrière.(…) J'ai été très rapidement attiré par la magistrature : un magnifique métier au service de la collectivité.

N'en déplaise aux mouvances populistes grossièrement démagogiques de tout poil, Dieu merci il existe encore dans notre République des hommes de pouvoir intègres et courageux dans l'adversité; des hommes qui ont aussi la classe et l'élégance de ne pas profiter de changements de circonstances favorables pour médire aujourd'hui de ceux qui, hier, n'ont pas eu cette délicatesse. Chapeau.

 Olivier Emery, candidat PEV (Parti évangélique) aux prochaines élections fédérales          

16:45 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

09/09/2011

Ecorating : parlementaires du PEV distingués à 97%

Effet Fukushima ? Non puisque la durée d'observation s'étend sur les quatre dernières années.

Score étonnant de la part d'un parti situé au centre de l'échiquier politique et indépendant du bloc "vert-rose-rouge" ? Non : car quand on puise les racines de ses convictions dans des valeurs bibliques on ne peut que respecter la Création par respect…de son Créateur ! Imagine un enragé qui détruit un chef-d'œuvre artistique tout en affirmant sans vergogne aimer l'artiste auteur de cette œuvre : telle serait l'attitude absurde  d'un chrétien qui ne soucierait aucunement de la protection de l'environnement.

Et pour paraphraser un célèbre texte de l'Evangile : que sert-il à un peuple d'amasser de grandes richesses matérielles (souvent mal réparties !) si l'air qu'il respire et l'eau qu'il boit sont empoisonnés ?

 

Olivier Emery , candidat PEV aux prochaines élections fédérales  

15:08 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

29/08/2011

Pour ou contre un parti politique chrétien ?

 

Tentative de brève réponse à Jean-Claude qui réagissant à une récente note parue sur ce blog m'interpelle comme suit dans son "commentaire" : Jésus se serait opposé à un parti politique chrétien !

 

A ma connaissance trois formations politiques suisses se réclament d'une identité chrétienne : le "grand" PDC, l'UDF et le PEV. Ces deux derniers "petits" partis sont principalement animées par des chrétiens "évangéliques". Lors des élections fédérales au Conseil National d'octobre 2011 le PEV présente ainsi à Genève une liste de candidats issus d'églises évangéliques. C'est donc avec pertinence que notre aimable lecteur interpelle le soussigné, lui-même candidat PEV à l'élection précitée.

 

En toute franchise, je dois avouer – que le Comité du PEV veuille bien pardonner cette audacieuse liberté de propos ! - ne pas être totalement convaincu de l'absolu bien-fondé d'un parti politique chrétien. En effet, force est de constater que divers passages bibliques montrent que :

 

a)    Jésus a clairement refusé de prendre un quelconque pouvoir politique affirmant que son Royaume n'était pas de ce monde

b)    l'apôtre Paul invite les chrétiens à prier pour les autorités non pour qu'elles mènent une politique chrétienne mais seulement pour que les croyants puissent mener une vie paisible en toute piété et honnêteté

c)    la vraie religion biblique est une religion qui place l'amour de Dieu et du prochain comme La clef de voûte de tout : c'est une religion qui ne s'impose donc pas par des lois mais se propose librement au cœur de chaque être humain   

 

Alors, candidat du PEV quand même ? Et bien oui, même si l'idéal serait peut-être et plutôt de promouvoir une association de chrétiens engagés dans la politique provenant de tous partis confondus. Oui aussi parce que le PEV entend non pas imposer une politique chrétienne à la Suisse, ni faire de ce pays un "pays chrétien" comme d'autres sous certains cieux rêvent d'une république islamiste appliquant la Charia à chaque centimètre carré du territoire national. Le slogan du PEV dit l'inverse donc son contraire : VALEURS CHRETIENNES, POLITIQUE HUMAINE.

 

En effet et en vérité toute action politique au sens noble du terme ( organisation de la Cité, conditions du Contrat social conclu entre les citoyens d'une démocratie) s'inspire inévitablement de valeurs éthiques et morales. C'est vrai pour le législatif qui va façonner des lois exprimant le respect ou l'irrespect de telle ou telle valeur morale. C'est vrai pour l'Exécutif qui selon sa source de motivation éthique personnelle recherchera soit le Pouvoir soit le Service, soit l'intérêt général soit la défense d'intérêts particuliers.

 

Selon la nature de ces valeurs morales fondamentales, les stratégies politiciennes seront  astucieuses et démagogiques ou, au contraire empreintes de vérité et de parfaite intégrité. En ce sens l'atout du PEV réside dans sa relative faiblesse actuelle : ses candidats s'inspirent (fort heureusement) des valeurs judéo-chrétiennes, valeurs aussi admirables que précieuses que nous envient de nombreux peuples trop souvent livrés à des pouvoirs autoritaires abusifs. Le PEV est aussi libre de tout lobby et autre pouvoir occulte, notamment financier.

 

Soutenir le PEV, c'est donc privilégier une place de choix au sein de nos Autorités pour un authentique service de toute la population, une intégrité sans faille, une certaine indépendance et courage politiques…"pour une Suisse où il fait bon vivre".

16:29 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |

06/01/2011

Démocratie malade et initiative sur les armes

Dans le récent Magazine Migros du 3 janvier 2011 M. Jean-René Germanier, nouveau président du Conseil national, dénonce une dérive actuelle de notre vie politique : une "culture conflictuelle" et de "propagande" commence à infecter notre démocratie directe qui "débouche de plus en plus sur des votes d'émotion conçus dans une logique de marketing pour arracher des parts de marché politique".

 

Notre démocratie est malade parce que l'on ne cherche plus à débattre du bien commun ni à peser le pour et le contre d'une initiative politique. Ce qui compte désormais c'est de battre l'ennemi politique, de s'assurer du succès des urnes par un véritable matraquage publicitaire à coups de slogans parfois mensongers, presque toujours trompeurs. Bonjour la démagogie écoeurante qui surfe sur des peurs latentes parfois infondées ! Bonjour le règne des pseudos arguments puisé au puits détestable du "n'importe quoi" ! Tant pis pour l'éthique et l'honnêteté intellectuelle : soyons efficaces, seule compte la victoire issue des urnes !

 

De puissantes campagnes publicitaires vantent le caractère nutritionnel "sain et équilibré" du Nutella; et que se passe-il alors ? Les ventes dudit produit progressent, alors que chacun sait (ou devrait savoir) que sa teneur en sucre est aussi incroyablement élevée que nocive.

 

Hélas : il semble que le même mécanisme fonctionne de plus en plus dans la vie politique de notre pays. Le citoyen lambda subit une campagne de propagande massive fondée sur des slogans tels que "halte à la hausse des impôts!" ou "défendons l'autonomie des cantons !" et une majorité de citoyens permet à une très petite minorité de riches nantis d'éluder le paiement d'impôts. Il suffit donc de jouir de larges moyens financiers pour que le sort des urnes vous soit favorable.

 

Va-t-on assister à nouvelle manipulation du public avec l'initiative sur les armes ? Je crains que oui. Pourtant les puissants et riches soutiens du lobby pro-armes commettent peut-être l'erreur de sous-estimer le bon peuple suisse et sa capacité résiduelle à résister au lavage de cerveau d'une formidable propagande publicitaire. Surtout que là, franchement, ils en font vraiment trop ! En effet, il n'est pas besoin d'avoir fait "sciences-po" pour comprendre que des slogans tels que "défendons les valeurs suisses !" ou "ne laissons pas le monopole des armes aux criminels !" appartiennent au domaine de ce douteux marketing inepte et malsain qu'intelligence et bons sens récusent sans coup férir.

 

Citoyennes et citoyens ! Retrouvons l'honneur de la lucidité, la maturité et la force d'aimer la vérité : cette initiative sur les armes a pour enjeu de sauver des vies, tout le reste n'est que défense idéologique et gué-guerre politicienne. "Tant pis" si elle vient des milieux de gauche : il vaut mieux des vies sauvées grâce à une initiative de gauche que des vies perdues à cause d'idéologies de droite. Il faudra déposer un bulletin dans l'urne : suite à ce geste, prenons garde de ne pas avoir du sang sur les mains; dans une démocratie directe, voter est un acte qui engage notre responsabilité. Parfois notre conscience aussi.

 

"Juste un coup de pousse à la volonté de Dieu. Certes Lui décide , mais ainsi va notre Alliance depuis Abraham: nous pouvons accomplir notre part de travail afin de soutenir la vie sur cette terre" (Marek Halter, Marie, Pocket p. 271).

 

Olivier Emery

 

15:59 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

22/02/2009

Fraude fiscale ou vol ?

La fraude fiscale est-elle oui ou non du vol ? La réponse est évidemment affirmative. Et les raisonnements hypocrites de tout poil n'y changeront rien. Jésus (Matthieu 22 : 21) a dit qu'il fallait payer l'impôt à César ( qui n'était pas forcément un modèle d'utilisation optimale des deniers publics pour le bien du peuple !) et l'Ecriture déclare très clairement  : "Payez l'impôt à qui vous devez l'impôt" (Romains 13 : 7).

C'est par une étrange dialectique qu'un petit pays bancaire dit "chrétien" sis au centre du continent européen décida dans les années trente d'inventer en toute légalité et sans état d'âme le secret bancaire en vue de devenir une attractive place financière propre à favoriser la réception de capitaux issus de la fraude fiscale. Voici donc plusieurs décennies que cette nation et ses citoyens cautionnent un système malhonnête qui tire profit des tricherie, cupidité et manque de civisme de contribuables étrangers.
Et aujourd'hui quand - enfin - des communautés étrangères s'en émeuvent, on ose sans vergogne dénoncer un pseudo chantage au détriment du droit. Et vive l'anti-américanisme primaire qui rassemble en une même et malodorante confrérie banquiers, socialistes, bourgeois et citoyens lambda.

Qu'un pays construise sa prospérité sur la qualité de ses services financiers et sa gestion honnête de biens confiés en légitime transparence : voilà ce qui permet à son drapeau de se regarder en face dans la glace.

Olivier Emery

15:05 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

26/12/2008

19 et 84. 2 poids 2 mesures ?


Depuis le 19 décembre 2008, fin d'une trève entre Israël et la "Palestine-Hamas", 84 roquettes et autres obus ont été sauvagement lancés par le "tyran sioniste" sur les "populations civiles palestiniennes".

Toute la presse internationale, occidentale comme orientale en passant par les pôles nord et sud, affiche en gras à la une sa "profonde indignation" (presse modérée) ou dénonce carrément le "génocide cruel" commis par l'Etat hébreux (presse moins modérée).

Toutes les chancelleries de la planète, organisations internationales, ONG et autres s'activent pour que cesse immédiatement cette intolérable agression juive.

Et la majorité des "fédérations-conférences-conseils" officiels chrétiens s'en émeut - en cette période de Noël, quel scandale ! - et proclame qu'un bon chrétien ne peut qu'être hostile à Israël.

Deux poids deux mesures ? Et pourquoi ?

Olivier Emery

10:16 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

31/10/2008

Pas de bus à Landecy : et pourquoi pas ?

Ci-dessous ma lettre à M. Alain Walder, Maire de la Commune de Baronnex, suite à un article qui explique qu'il n'y aura pas de bus à Landecy parce que les variantes proposées par la Commune n'ont pu être retenues par les TPG.

Cher Alain,

Un grand merci de ton engagement fidèle et de ton dévouement compétent pour la Commune.

Je me permets de réagir à l'edito précité intitulé "Pas de bus à Landecy". Puisque les TPG sont d'accord de desservir notre village avec la variante "boucle à l'entrée côté Salève", pourquoi ne pas réaliser rapidement ce projet ? L'écarter reviendrait en effet à priver de pain les Landecéens en leur expliquant que la Commune n'a pu leur obtenir de la brioche : l'histoire enseigne que ce genre d'argumentation n'est pas la plus judicieuse... Ou bien un élément m'échappe-t-il ?

A noter enfin que la solution préconisée par les TPG répond tout de même très largement au souhait fondamental et prioritaire des habitants de Landecy : pouvoir enfin aller et revenir "en ville" avec un moyen de transport public.

Bien amicalement,

Olivier

13:08 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

14/10/2008

Constituante et parti chrétien (PEV)

Chrétiens de toutes dénominations, chrétiens évangéliques en particulier, de grâce saisissons l'occasion qui nous est offerte de témoigner de notre foi en Jésus-Christ en votant pour les candidats chrétiens à la Constituante et, notamment, en votant pour ceux de la liste du PEV (parti évangélique genevois) !

Certes je ne suis pas convaincu qu'un "parti chrétien" soit l'idéal pour mener une "action politique" : la vie ici-bas est faite de relatif et de compromis afin que les relations entre tous les humains, croyants ou non, se déroulent...le moins mal possible. Le Royaume de Jésus n'est pas de ce monde. Son Royaume est spirituel et son territoire est celui des coeurs et des consciences de chaque être humain. Ainsi, viser à imposer une politique "chrétienne" est une dangereuse illusion : chaque fois que le pouvoir spirituel s'est targué de prendre le pouvoir temporel, et vice-versa, les choses se sont gâtées et les vraies valeurs de l'Evangile, religion du coeur, ont été trahies.

Alors pourquoi cet appel à voter pour les candidats du PEV à la Constituante ?

Tout simplement parce que cela permettrait à des soeurs et des frères en Jésus de rencontrer des femmes et des hommes politiques qui ont aussi besoin de connaître l'amour de Dieu et son salut. Tout simplement parce que dans le relatif des problématiques de la Cité, ils peuvent être des témoins de valeurs éthiques profondément évangéliques pas assez présentes dans le milieu politique : humilité, écoute et respect des avis différents, intégrité, honnêteté, esprit de service et non de conquête du pouvoir. Tout simplement enfin pour rappeler à leur entourage que quand l'athéisme froid, humaniste et orgueilleux (pléonasme) se cache derrière une "laïcité-prétexte" exacerbée et dévoyée, ce n'est pas Dieu qui est perdant mais bien sa créature. Toujours et inexorablement.

Olivier Emery

13:44 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

07/10/2008

Retour de la fumée : qui blâmer ?

Retour de la fumée dans les restos à Genève : mais qui doit-on blâmer ?

Suite à la récente décision du Tribunal Fédéral (TF), d'aucuns ont fustigé le TF alors que d'autres ont traité d'incapable le gouvernement genevois. Voulant en avoir le coeur net, j'ai lu intégralement l'arrêt du TF incriminé (1C.1555/2008 du 5.9.2008).

Il en ressort, suivant mon humble appréciation d'avocat et de citoyen, la petite distribution de "mauvais points" suivante.

Un mauvais point au Conseil d'Etat. Dans son arrêt du 28 mars 2007 (ATF 128 I 295ss) relatif à la validité de l'initiative constitutionnelle visant à interdire la fumée dans les lieux publics, le TF avait déjà explicitement exigé la promulgation ultérieure d'une loi formelle ( = votée par le Grand Conseil) : " les points essentiels (...) devront donc faire l'objet d'une loi formelle ". Dès lors le Conseil d'Etat genevois en promulguant directement son règlement faisait fi du TF et montrait ainsi guère de respect pour notre plus haute autorité judiciaire. Avec les risques que l'on sait... .

Deux mauvais points au TF. Avec un peu moins d'amour propre (cf. ci-dessus) et de juridisme pur, vu la très forte majorité populaire exprimée en soutien de l'initiative, vu que la santé et la vie de nombreuses personnes étaient en jeu, le TF aurait été mieux inspiré d'admettre la clause d'urgence pour valider le réglement genevois. Il y avait là un petit créneau juridique suffisant pour fonder une décision...plus intelligente.

Trois mauvais points à MM Michel Amaudruz, Michel Yagchi et Soli Pardo. J'ignore les vraies motivations qui les ont poussé à recourir contre une décision protégeant la santé et la vie de nombreuses personnes; ils sont donc renvoyés à leur propre conscience. En tout état, même s'ils ont gagné dans l'arêne judiciaire ils ont sans doute perdu dans le forum du peuple. Oui : trois mauvais points pour manque regrettable de civisme.

Olivier Emery

13:22 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |