23/09/2013

Procès d'intention et débat décentré

L'avez-vous aussi remarqué ? Lors des votations de ce week-end, le débat ne portait pas sur les questions posées. 

Exemple no 1 : pour assurer la sécurité actuelle de notre pays, voulez-vous conserver une armée de milice (inefficace ?) ou créer une armée de métier (professionnelle) ? Débat et réponse du peuple : non à la suppression d'une armée en Suisse.

Exemple no 2 : voulez-vous permettre la vente de certains produits entre 1heure et 5 heures du matin dans quelques shops autoroutiers ouverts 24h/24 ? = faut-il forcer les employés à travailler 24h/24 ?

Les opposants à une idée nouvelle manient de plus en plus l'épouvantail de la spéculation anticipée : si tu dis oui à l'objet proposé en votation, alors tu dis oui à autre chose que tu redoutes. C'est fâcheux. C'est aussi dangereux. Que faire pour y remédier ? Seule la capacité du citoyen d'exercer son intelligence, donc son esprit critique, peut sauvegarder un vrai et sain débat démocratique en Suisse.

Cette lucidité citoyenne commence par définir de quoi l'on parle, avant de se laisser séduire par les slogans superficiels et déviants.  

Olivier Emery 

09:52 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

05/07/2013

Dénoncer un délit : un devoir libérateur

Les fonctionnaires vaudois devront dénoncer crimes et délits dont ils ont connaissance dans leur exercice professionnel. C'est une bonne nouvelle pour les administrés et pour la lutte contre la corruption et les abus de pouvoir. C'est aussi une bonne nouvelle pour les fonctionnaires concernés car ce devoir légal les soustrait à l'éventuelle pression malsaine d'une hiérarchie laxiste, voire complice, de l'activité délictueuse.

 

La transparence, la vérité et la justice ne seront jamais source de climat délétère; contrairement à l'intimidation d'une pseudo solidarité qui alimente toujours la détestable violence inhérente à toute délinquance.

 

Olivier Emery   

15:46 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/06/2013

Menaces de mort au sein du MCG

Bien sûr la chose surprend. Mais, à la réflexion, pas tant que ça. Quand une formation politique fait de l'agressivité systématique son principal fer de lance, elle s'expose naturellement à attirer en son sein des personnes intellectuellement primaires et dont la courtoisie n'est pas le chromosome dominant.

On y revient toujours, n'en déplaise à certains : les qualités morales ne rendent pas forcément les individus cultivés, instruits et intelligents; en revanche elles les rendent sages et capables de se comporter en citoyens/élus bien éduqués. A quand une enquête publique mettant en exergue de telles qualités chez nos candidats politiques ?

Un politicien fiable, tenant sa parole (même si cela lui en coûte, cf. Psaume 15: 4), modéré, intègre, bienveillant, joyeux, désintéressé, attentif à autrui et respectant ses proches (conjoint, enfants, parents, voisins, etc…)…et pourquoi pas ?

La Cité et le bien public s'en porteraient sans doute fort bien ! Et la crédibilité de notre classe politique auprès des...citoyens genevois aussi. 

Olivier Emery      

 

16:58 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

16/04/2013

Nos politiciens genevois détestent donc tous la transparence ?

Stupeur à la lecture de la Julie : de l'extrême-gauche à l'extrême droite genevoise on est au mieux réservé, au pire hostile, à la publication des patrimoines des élus.

 

Pour  les représentants d'une République arborant fièrement la noble devise "POST TENEBRAS LUX", la chose est incongrue. Et pour parler français très courant : ça la fout mal !

 

Il est bien facile de se gausser des scandales politiques de nos voisins tricolores, de railler ces stupides électeurs italiens qui s'acharnent à voter pour leur truand de Silvio Berlusconi et de mépriser tous ces Etats où rien ne fonctionne sans graisser la patte de quelqu'un. Mais il est plus difficile d'admettre qu'en notre Suisse bien "propre en ordre", on cultive et préserve avec une subtile sollicitude l'opacité !

 

Est-il besoin de rappeler que les pays propres, c'est-à-dire les moins corrompus de la planète, sont  habités par la culture de la transparence ? Patrimoine, revenus et dépenses des élus sont publiés, et personne n'y trouve rien à redire ! Et personne de s'en plaindre. Et tout le monde de s'en féliciter.

 

L'opacité est détestable. Elle est le terreau favorable et indispensable à la corruption, à la fraude et à la tricherie aussi. Et toujours sur le dos de la communauté, au risque de casser le contrat social sur lequel repose notre démocratie et notre "vivre ensemble".

 

La transparence est la lumière, élément vital de la vérité et de l'intégrité. Cf. 1 Jean 1:5ss : Dieu est lumière; et si nous sommes unis à Lui, alors nous marchons aussi dans la lumière.

 

Olivier Emery

14:33 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

12/04/2013

Un avocat vantard et genevois aide des gens à frauder le fisc.

Me X, qui garde courageusement l'anonymat, admet sans vergogne accomplir cette tâche aussi malsaine que lucrative. "Là où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir !" comme aime à dire mon père. Faisant montre d'une formidable impudence Me X affirme tout de go que l'Etat est l'ennemi ! Et de se vanter d'avoir réalisé un habile montage de sociétés, avec opérations fictives à la clef, pour permettre à son riche et tricheur client de frauder son fisc national. Grâce à ses bons et brillants services son mandant bénéficie de profitables économies fiscales, et ce même après déduction de ses gras et confortables honoraires.  

 

Il n'est point besoin d'être socialiste pour s'émouvoir du comportement de ce cupide et peu scrupuleux individu. Cet homme de loi fait honte à sa profession. Ce monsieur fait honte à Genève, et je le plains sincèrement car il a perdu de vue que l'Argent est une valeur indigne et méprisable au regard de la reine des sciences : la Morale.

 

Il n'est pas besoin d'être socialiste pour affirmer que l'Etat n'est pas un ennemi ! Là où l'Etat est faible voire inexistant, la violence de loi de la jungle règne et une petite poignée de tyrans obèses et nantis exploite cruellement d'innombrables citoyens qui ne savent même plus ce que ce mot signifie.    

 

Me X, l'argent de votre client tricheur tout comme le vôtre est rongé de vers. Il a bel et bien une odeur. Et cette odeur est si nauséabonde qu'un jour vient où vous ne saurez plus où vous cacher pour éloigner de vos frères humains son insupportable pestilence.

 

Ceci n'est pas une malédiction, mais une sévère et bienveillante admonestation.Car vous faîtes fausse route dans la vie et il est juste de vous le signaler :

 

"Riches, pleurez et gémissez à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries. Votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille s'élèvera en témoignage contre vous." (cf. Jacques 5:1-2).

 

Il n'est jamais trop tard pour retrouver le bon cap.

 

Olivier Emery     

16:52 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

05/04/2013

L'enfer des paradis fiscaux

Un paradis pour des tricheurs contribuables très fortunés et un enfer pour l'équilibre des finances publiques des collectivités publiques !

Un paradis aussi pour les prestataires de service, avocats, fiduciaires ou conseillers financiers complices de ce vol organisé qui plaident sans vergogne le caractère "légal" de leur lucrative activité. Ah mais pardon, depuis quand le vol est-il légal ? Et bien oui, en Suisse, voler un voisin n'est pas permis mais voler un pays est autorisé. Une vraie salissure sur la croix blanche de notre bannière nationale. Pas de quoi en être fier.     

Un jour pourtant ce scandale cessera parce que l'opinion publique possède une sorte de bon sens qui lui permet de discerner et réprouver la triche. Dieu merci notre boussole morale trouve encore le nord dans les agitations magnétiques soigneusement entretenues par de puissants et honteux affairistes. Vous savez, ceux qui viennent pleurnicher que le "fisc est confiscatoire" et qu'"il en va de nos places d'emploi dans le secteur financier".

La lumière ne dérange que les ténèbres (cf. Jean 3:19). Ceux qui n'ont pas engagé leur responsabilité morale dorment tellement mieux que les autres. Il n'est jamais interdit de choisir des clients propres et de refuser les autres. Optimiser l'économie fiscale des patrimoines confiés est parfaitement acceptable, mais sans jamais franchir la ligne continue de l'évasion fiscale.

Certains seront peut-être un peu moins riches, mais ils le seront sans doute plus sereinement et, peut-être, plus longtemps.  

Olivier Emery

 

16:58 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

27/03/2013

Pascal Décaillet et Oskar Freysinger : une sympathie à peine voilée ?

Je suis sourdement et désagréablement troublé par Pascal Décaillet. Une certaine gêne mêlée d'irritation qui trouve sa source dans  un sentiment d'incapacité à "sentir" ce Monsieur. Qui est-il ? Un crypto-nationaliste d'extrême droite ? Peut-être. Mais pas sûr.

 

Comme l'insecte attiré par une lumière trop vive, je n'ai pas su éviter le dernier blog du précité. Sa plume habile et alerte, sa fulgurance de pensée et son incontestable originalité de propos sont autant d'appâts que je ne parviens pas toujours à ignorer.

 

Doctement, notre célèbre journaliste rappelle avec talent qu'il convient de ne pas confondre le IIème Reich avec le sinistre et nazi IIIème Reich. Et de s'emporter contre tous ces méchants coupables d'amalgame au préjudice de ce bon et brave Oskar Freysinger.

 

Le problème est que la bannière incriminée est un drapeau militaire allemand qui appartient à une mouvance pangermanique qui a constitué un terreau fort propice au tragique épanouissement du nazisme. D'où l'existence objective d'un amalgame entre ce drapeau et le IIIème Reich. Par résonnance. Par sympathie. La preuve ? Je parie ma chemise que pas un néo-nazi actuel ne serait fâché et outré qu'un tel drapeau soit déployé dans son local de réunion ou lors de l'un de ses rassemblements. Pas un qui ne s'écrie d'une voix (forcément) agressive et vulgaire : "rien à voir avec ce drapeau du IIème Reich ! Que l'on ôte sofort ce symbole germanique démocratique décadent d'un Reich qui fait honte au glorieux IIIème Reich !

 

C'est donc grave. C'est donc triste. C'est donc inquiétant que M. Freysinger, homme particulièrement cultivé, ose "aimer" ce drapeau, et ose s'en vanter devant les media. Sans doute pour draguer la dangereuse et honteuse mouvance des néo-nazis helvétiques.

 

Contrairement à M. Décaillet je n'éprouve donc, désormais,  plus aucune sympathie pour cet homme politique qui n'hésite pas à jouer avec l'éprouvette de la peste brune à proximité d'un bassin d'eau potable.

 

Et qu'un tel homme siège au gouvernement d'un Canton souverain de la Confédération helvétique pose un vrai problème. Encore plus préjudiciable à notre pays que s'il avait été condamné par un tribunal turc...                       

       

Olivier Emery

11:26 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (18) |  Imprimer |

18/03/2013

Patriotisme et nationalisme; bonnet blanc, blanc bonnet ?

Nous sommes en l'an de grâce 2013 et nos chers voisins tricolores continuent d'entonner la marseillaise. Pensent-il vraiment aux atroces paroles de leur chant national : "Aux armes citoyens, formez vos bataillons, marchons marchons d'un cœur vaillant, qu'un sang impur abreuve nos sillons !" Vraiment charmant en vérité. Un sympathique appel sanguinaire en faveur d'une généreuse tuerie.

 

Aucun politicien ne semble vouloir supprimer ces intolérables paroles. Il serait sans doute impopulaire de toucher à un tel symbole historico-patriotique. Nous y voilà. Depuis moins de deux siècles, le nationalisme est devenu une Valeur autorisant les pires comportements. Ses xénophobie et violence intrinsèques se sont alors drapées et cachées sous le manteau prétendument respectable du patriotisme.

 

Dieu merci pas de marseillaise en notre douce Helvétie ! Un chant pieux et "bien sous tous rapports" s'élève de nos verts pâturages à la rencontre des rayons du soleil posés sur nos monts. Vraiment ? Oui, rien à redire pour les trois premières strophes. Mais la 4ème laisse plus que songeur par ses accents idolâtres: "Sur l'autel de la patrie, mets tes biens, ton coeur, ta vie !". Excusez du peu.

 

"Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et tu le serviras lui seul" rétorque Jésus à Satan (cf. Matthieu 4:10). Et l'auteur de l'épitre aux Hébreux d'ajouter : " Nous n'avons pas ici-bas de cité permanente mais nous cherchons celle qui est à venir" (Hébreux 13:14).

 

Olivier Emery

13:51 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

21/02/2013

Il faut voter contre la démagogie outrancière

Oui ou non, pour ou contre ? Pas toujours aisé de se décider lorsque de bons arguments figurent dans les deux camps opposés. Parfois la balance décisionnelle reste inconfortablement proche de l'horizontale. Voter blanc ? Un quasi "non-choix" plutôt frustrant.

Voici un judicieux critère pour exercer ses devoir et privilège civiques : sanctionner la propagande (la plus) démagogique. Un exemple ? Une affiche montrant Genève et sa rade couverte de tours HLM hideuses pour inciter à refuser la nouvelle LAT.

Voter contre la démagogie outrancière c'est affirmer aux auteurs de cette dernière qu'ils ont tort de prendre les citoyens pour des imbéciles. C'est contribuer aussi, modestement, à élever le niveau du débat démocratique.

Olivier Emery       

11:02 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

13/12/2012

Pages "poeple" : une perle au milieu de la tourbe.

Je ne suis pas un fan des pages people : elles renferment trop souvent des inepties (au mieux) et des ragots dégeulasses (au pire) qui ne glorifient pas - c'est une litote - la dignité et la valeur humaines. 

Pourtant ce matin 13 décembre 2012 lors de mon feuilletage habituel ultra rapide des pages 28 et suivantes du "20 minutes", mon regard fût heureusement accroché par une déclaration aussi insolite qu'extraordinnaire : " Payer mes impôts n'est pas un souci " ! Et Omar Sy le célèbre acteur black du film "Intouchables" de préciser sa pensée : " J'ai grandi avec les allocations familiales. Ca a filé un bon coup de mains à mes parents. Donc vu mon histoire, c'est un peu comme si je remboursais mes dettes ". 

Remarquable leçon de civisme ! Quelle classe ! Quelle humble et saine apologie du contrat social ! A méditer sans modération tant par les nantis égoistes obsédés par l'amour de l'argent que par certains chantres de l'Etat-Providence pour qui tout est dû au point de faire disparaîre le mot "merci" de leur vocabulaire.  

Olivier Emery          

14:39 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

05/12/2012

La corruption : poison mortel mais antidote connu.

Aujourd'hui 5 décembre 2012 l'ONG "Transpary International" publie son rapport annuel et constate que ce fléau continue de faire des ravages "partout dans le monde". Derrière le trio de tête composé du Danemark de la Finlande et de la Nouvelle- Zélande, la Suisse se place au 8ème rang.  . En triste queue de liste figurent l'Afghanistan, la Corée du Nord et la Somalie.

 

La corruption est un poison mortel pour toute communauté humaine. Elle est l'incarnation hideuse de la violence, de l'injustice, du mensonge et de la cupidité. Elle enrichit une petite poignée de truands aussi riches que méprisables et jette dans la pauvreté de très nombreuses victimes.

 

Pourtant son antidote est facilement identifiable : c'est l'intégrité. Notons que presque tous les pays bien classés présentent un arrière-plan historico-culturel chrétien (à majorité protestante) au contraire de la majorité des mal classés. Un hasard ? Peut-être pas. Depuis la Réforme, la Bible a été remise à l'honneur et largement diffusée. Il n'est pas anodin de relever que de la Genèse à l'Apocalypse (premier et dernier livre de l'Ecriture) la droiture et l'intégrité sont des valeurs exaltées alors que la duplicité et la cupidité sont fermement condamnées.

 

La corruption fait d'ailleurs l'objet d'un traitement prioritaire dans l'Evangile : avant même le ministère de Jésus ! En effet le 2ème chapitre de Luc nous rapporte la réponse suivante de Jean-Baptiste aux collecteurs d'impôts et aux soldats qui lui demande ce qu'ils doivent faire : "n'exigez rien de plus que ce que qui vous a été ordonné ; ne commettez ni extorsion ni fraude envers personne et contentez-vous de votre solde".

 

Olivier Emery

13:35 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

19/09/2012

Charlie Hebdo : un courage abusif

Le journal français remet ça au non de son droit à la liberté d'expression : il publie d'insultantes et grossières caricatures concernant le prophète vénéré de l'islam. C'est un abus du droit à la liberté d'expression.

 

Tout abus de droit contient une violence au caractère "bête et méchant". Dans ce registre la rédaction de ce journal se salit la plume dans la même boue faite d'intolérance et d'agressivité qui animent de (trop nombreux) islamistes extrémistes. Certes CH ne manque pas de cran : il n'a pas peur des menaces insensées et mortifères de ces derniers. Mais sa cause est impure car pour faire bon usage de la liberté il faut toujours respecter la maxime augustinienne "AIME ET FAIS CE QUE TU VEUX".

 

Or ce n'est pas un acte d'amour ni de bonne éducation que d'agresser un sentiment universel humain noble et digne de respect : le sentiment religieux. Avec tous les gens de bonne volonté et soucieux du respect des croyances profondes et précieuses qui habitent autrui, je dis humblement à tous les musulmans insultés que je suis navré et désolé de cette publication.      

 

Olivier Emery

10:04 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

08/09/2012

Fumée passive : la liberté a bon dos !

"Une atteinte à la liberté" clament les opposants à l'initiative visant à protéger les employés des agressions nocives et mortifères de la fumée. Et de renchérir dans un abus de langage qui frise le gros mensonge : "non à une interdiction absolue de fumer !".

Mesdames et Messieurs les politiciens et autre lobbistes qui combattez cette saine initiative, osez considérer la réalité de votre comportement. Regardez la vérité en face, droit dans les yeux. Renoncez aux brumes fumeuses et cancérigènes des raisonnements approximatifs spécieux. Abandonnez les slogans creux et faciles. Bas les masques : vous parlez pour défendre des intérêts bassement matériels. 

Voici en vérité ce que vous réclamez sans vergogne et sans pudeur : la maladie et la mort pour des femmes et des hommes qui ne peuvent pas échapper aux centaines de produits hautement toxiques contenus dans la fumée d'une cigarette.

NON A LA LIBERTE D'EMPOISONNER ! DONC OUI A LA PROTECTION D'ETRES HUMAINS CONTRE LA FUMEE PASSIVE ! Oui à la santé et à la vie. Et tant pis pour la cupidité de quelques frabricants de tabac et autres restaurateurs peu scrupuleux.

Olivier Emery     

09:19 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

06/07/2012

GHI a tort. Espérons-le !

Dans l'actu de Décaillet parue dans le GHI du 5 juillet 2012 on y lit ceci : "Feignons de le croire. C'est sans importance. Depuis quand le vérité, en politique, serait-elle d'une quelconque pertinence". Voici une allégation qui en manque singulièrement. Plaidons d'emblée les circonstances atténuantes : la plume trop facile et donc trop prolixe de son auteur pousse celui-ci à poser sur le papier des mots certes plaisants à la forme, mais fort dangereux au fond.

 

La vérité, surtout en politique, est un bien précieux et hautement pertinent. Car c'est de la vérité que naît la confiance, et la confiance est l'élément indispensable à la démocratie. Derrière le mot facile de M. Décaillet se cache donc un populisme nocif en ce qu'il suggère que nos autorités démocratiquement élues ne sont pas dignes de confiance. Et jusqu'à preuve du contraire l'Histoire nous enseigne que le choix de société est binaire et exclusif : soit démocratique, soit autoritaire.  

 

Difficile de cerner les objectifs politiques du boss rédactionnel de GHI. Mais une chose me semble hélas assez sûre : il soutient régulièrement le MCG et/ou l'UDC, soit deux mouvements politiques qui portent en leur sein des zones d'ombre quant à leur vision et leur motivation de l'exercice du pouvoir.

 

Aujourd'hui comme hier comme demain, nous avons un besoin vital de vérité ! Et le sage Agur le savait il y a de nombreux siècles déjà lorsque la première des deux seules choses qu'il demande avec grande insistance (ne me les refuse pas avant que je meure !) est : " éloigne de moi la fausseté et la parole mensongère !" (Proverbes 30: 7-8).

 

Olivier Emery        

18:38 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

25/01/2012

Et l'amour de la vérité Mme Widmer-Schlumpf : rien à cirer ?

Ainsi notre ministre fédérale se lamente au sujet d'une violation du secret bancaire : quelle catastrophe pour la Suisse ! Vous rendez-vous compte : non seulement nos concitoyens ont appris la vérité mais aussi nos pays voisins ? Ach, gross malheur !

 

Ce serait tellement mieux et sécurisant d'ignorer que la femme du Président de la BNS spécule en bourse sur le cours des devises Et la Suisse se porterait tellement mieux si tout le monde continuait à ne pas savoir que M. Hildebrand a approuvé ce boursicotage.

 

C'est drôle : mon papa et ma maman m'ont appris que quand on a la conscience tranquille on a rien à cacher et que la vérité est un bien précieux. Et du coup, moi, très naïvement sans doute, je suis prêt à penser que la Suisse sort grandie de ce scandale parce que l'affaire n'a pas été étouffée et que le mari de la spéculatrice/Président de la BNS a dû démissionner.

 

Olivier Emery

12:40 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

08/12/2011

Election du nouveau PG : quelle belle occasion !

On le dit et on le répète : Genève a besoin d'un PG "au-dessus de la mêlée" politicienne, d'une personnalité intègre, intelligente et charismatique à la fois, d'un magistrat courageux et libre. Et voilà qu'une occasion "en or" se présente lors de l'élection du PG au Grand Conseil. Le candidat-député favori n'est pas sûr d'obtenir la majorité absolue; pourtant, avec une classe indéniable et un sain respect des bons usages,  il renonce à voter pour lui. Bravo ! Un signe fort pour le citoyen électeur. Une belle leçon de grandeur d'âme qui renforce notre classe politique et nos institutions. 

 

Olivier Emery

14:59 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/11/2011

Quel PG pour Genève ?

De grâce Mesdames et Messieurs les députés du Grand Conseil genevois, sur ce coup-là laissez tomber les misérables petites manœuvres partisanes ! Cessez de raisonner "gain d'influence", "gué-guerre anti droite/gauche" ou "marchandage minable tel que si je soutiens aujourd'hui le candidat du parti X alors il soutiendra demain le mien".

 

Bref, soyez à la hauteur de votre noble mission qui est celle de faire gagner Genève. Peu importe sa couleur politique, le peuple genevois attend de vous que élisiez le MEILLEUR candidat pour ce poste important.

 

Voici les qualités requises et souhaitées pour le bien public de toute la population, de la droite "tout à droite" à la gauche "tout à gauche" :

-       Intégrité sans faille

-       Personnalité de haut format avec un charisme qui le place au-dessus des partis et des lobbies influents

-       Intelligence vive, compétence et sens des réalités

-       Courage de refuser de céder aux pressions populistes

 

Si ce candidat est présenté par la droite : que les députés de gauche votent (avec panache) pour lui. Et si ce candidat est présenté par la gauche : que les députés de droite votent (avec panache) pour lui !

 

Olivier Emery

 

15:28 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

14/11/2011

Du sang sur les mains

Drame de St-Léonard (VS). Drame de Boudry (NE). Deux jeunes vies frappées par la mort suite à l'usage d'armes militaires à la maison.

 

Je serais aujourd'hui à tout le moins mal à l'aise d'avoir voté contre la récente initiative sur le contrôle des armes qui visait à empêcher ce genre de drame.

 

Honte à vous barons des lobbies pro-armes et/ou pro-armée qui avez mené contre cette initiative une campagne aussi massive que démagogique !

Vous avez méprisé la valeur de la Vie au profit de valeurs pseudo-patriotiques et d'intérêts idéologiques ou commerciaux douteux  : il est (grand) temps de vous repentir. Car un jour chaque être humain passera en Jugement.           

 

Olivier Emery

10:18 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

10/11/2011

La dictature de l'émotion

L'émotion dirige d'une main de plus en plus lourde notre démocratie. Exemples.

 

Si l'accident nucléaire de Fukushima s'était produit peu avant les récentes élections fédérales, alors le sort des urnes aurait très largement souri aux partis verts.

Si Novartis avait annoncé son importante suppression d'emplois en Suisse peu avant les élections précitées, alors la gauche aurait sans doute triomphé et les partis de droite subi une cuisante défaite.

Si le récent drame mettant en cause l'usage d'un fusil d'assaut "privé" était survenu peu avant le scrutin sur la limitation des armes à la maison, alors cette initiative populaire aurait été acceptée sans difficulté.

 

L'émotion est humaine et donc digne de respect. Elle devient dangereuse quand elle n'est pas équilibrée par l'intelligence, quand elle tue toute réflexion au profit de la seule réaction. Seule la saine distance qu'offre la raison permet au citoyen de gérer l'émotion; il sera alors capable de discerner entre propagande primaire et argumentation sensée, entre saine interpellation et manipulation populiste, entre beau parleur ambitieux jouant sur les cordes sensibles des thèmes faciles et politicien réellement soucieux du bien-être de la collectivité .         

 

Olivier Emery

15:42 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

03/10/2011

Christianisme et partis politiques : font-ils bon ménage ?

La plateforme ChristNet organise un forum spécial jeudi 6 octobre prochain à Genève sur le thème « Christianisme et partis politiques : font-ils bon ménage ? » .
Six politiciens chrétiens, dont la conseillère nationale vaudoise Ada Marra (PS) et le conseiller national Claude Ruey (PLR) participeront au débat. Le panel sera composé de politiciens et politiciennes engagés sur le plan de la foi et faisant partie de grandes formations politiques suisses : Ada Marra (conseillère nationale, PS), Claude Ruey (conseiller national, PLR), Laurent Jimaja (conseiller municipal, Vert), Olivier Emery (anc. conseiller municipal, PEV), Philippe Jobin (député au Grand conseil, UDC), Serge Sagbo (conseiller municipal, PDC).

La modération sera assurée par Sabine Pétermann, journaliste et productrice des cultes à la RSR.

Voici les informations pratiques : 

Horaire : Jeudi 6 octobre, de 18h00 (apéro) ou 19h00 (débat) à 21h00.

Lieu : Temple des Pâquis, 49 rue de Berne

Entrée libre, collecte à la sortie.

Programme

18h00  Apéro. Possibilité d’établir son profil politique sur smartvote.ch.

19h00  Mini-exposés des politicien-ne-s. Mon parti, a-t-il des valeurs chrétiennes ?

19h30 Table ronde et questions du public. Valeurs chrétiennes ou instrumentalisation du christianisme ?

21h00  Clôture et verre de l’amitié. Possibilité d’établir son profil politique sur smartvote.ch.

Cordiale bienvenue à tous !

Olivier Emery, candidat PEV (Parti Evangélique) aux prochaines élections fédérales 

10:57 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |