29/04/2016

Le blogueur qui ne répond pas n'est qu'un goujat.

C'est l'avis de M. Pierre Jenni, fidèle et actif arpenteur de la présente blogshère. Voici son "commentaire" posté ce 11 avril à l'attention du soussigné :

" Ce serait bien d'assumer le suivi de vos billets. En lançant comme ça des idées, sans répondre à ceux qui se donnent la peine de commenter, vous faites preuve d'une certaine forme de mépris, ou de couardise (...)".

Couardise ? Hélas peut-être bien cher Monsieur Jenni; car quel commun des mortels  peut prétendre à l'exemption totale de toute crainte timorée en son for intérieur ?

Mépris ? Non, absolument pas; pour deux raisons : 1. ma religion m'interdit ca-té-go-ri-que-ment de mépriser qui que ce soit 2. mon silence "post-commentaire" n'est qu'une simple habitude visant à éviter tout excès chronophage d'activité blogueuse dans un agenda personnel assez chargé.

 

PS : Cher Monsieur Jenni, j'aurais grand plaisir à vous inviter un jour à midi à l'Echalotte (il me semble vous y avoir aperçu une fois): mercredi 25 ou lundi 30 mai prochain à votre choix; j'attends volontiers votre réponse par le biais d'un commentaire.

 

     

12:05 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Médias | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

09/04/2016

Quelle différence entre le port du foulard et la poignée de mains ?

Une différence de taille.

Le port du foulard est un acte personnel. La liberté de religion conduit à respecter toutes croyances religieuses. Les ayatollahs de la laïcité "à la française" ne sauraient imposer autoritairement à l'ensemble des citoyens leur conception liberticide du fonctionnement social.

Le refus de serrer la main d'une enseignante bernoise, lui, n'est pas tolérable. Car il implique une autre personne. Une femme en l'occurrence, discriminée en raison de son sexe. Peu importe le pourquoi de la poignée de mains. Peu importe le pourquoi de l'interdiction religieuse de toucher une femme. Dans la balance des intérêts entre croyance religieuse et non discrimination d'autrui à raison de son sexe (ou de sa race ou de...) le poids de cette dernière l'emporte. C'est comme ça chez nous, n'en déplaise à ceux qui rêvent d'une Suisse purifiée par la charia.     

17:10 Publié dans Civisme, Culture, Femmes, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |

31/03/2016

Le rouge et le noir

" - Et quel est ce M. Valenod ? dit Mathilde inquiète. - Si vous le connaissiez, vous ne pourriez douter du succès. C'est un parleur audacieux, impudent, grossier, fait pour mener des sots".

Que la Providence nous garde de ce genre d'homme politique décrit par Stendhal! Silvio hier, Donald aujourd'hui...

Reste que tous les politiciens ne sont pas pourris par une ambition personnelle malsaine. D'aucuns cherchent le bien public, et tous ont droit au "Respect Minimum" dû à chaque être humain.

C'est ce que Jean-Claude Chabloz, aumônier au Palais fédéral durant plus de 12 ans, raconte dans un livre-témoignage passionnant: "Un pasteur dans les coulisses du parlement" (Editions première partie). Pour mieux comprendre l'envers du décor. Pour qu'esprit critique et bienveillance cheminent de concert. Pour le bien du pays et de ses habitants.

 

           

09:04 Publié dans Civisme, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

10/03/2016

Bus TPG à Landecy : solution en vue ?

Anne ma soeur Anne ne vois-tu rien venir ? Après de trop longues dizaines d'années d'attente il est aujourd'hui permis d'espérer. MM. Alain Walder, Maire de Bardonnex, et Antonio Hodgers, Conseiller d'Etat en charge du dossier, auront donc peut-être prochainement leurs bustes près de la fontaine du village, ornés de la dédicace "La population (patiente mais) reconnaissante de Landecy".

Reste à savoir si le bus viendra desservir notre beau village à son entrée ou seulement à "la Mure". Même en cette dernière hypothèse le gain pour les villageois serait sensible et la loi respectée (arrêt à moins de 500m d'une localité rurale).

Prions donc la Providence que ce projet ne rencontre pas d'embûches de dernière minute et que Landecy soit enfin relié au réseau TPG dès décembre 2016.

     

 

14:01 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

29/02/2016

La xénophobie n'est pas un péché.

Comme son nom l'indique, la xénophobie est une crainte. A l'inverse, le racisme est une grave faute morale aussi intolérable que dangereuse: cette lèpre répugnante doit être combattue avec pugnacité et détermination. La xénophobie, elle, se soigne. La laisser étendre son emprise sur nos sentiments peut conduire, à terme, au détestable racisme précité.

Du temps de Jésus autour des années 30 à 33 de notre ère, les habitants de la Samarie sont détestés. A tel point qu'il est usuel de contourner leur territoire pour se rendre de Jérusalem en Galilée, un détour qui coûte tout de même un bon jour de voyage supplémentaire. Ces Samaritains sont tellement mal vus que d'agressifs détracteurs du Rabbi de Nazareth l'accusent d'être possédé par un esprit démoniaque et d'être...un Samaritain(cf. Jean 8:48); bonjour l'insulte!

Jésus, lui, traverse la Samarie, discute en public avec une Samaritaine peu fréquentable et, last but not least, prend un "bon Samaritain" pour exemple d'un homme juste aux yeux de Dieu. Il nous guérit de la xénophobie et nous centre sur l'essentiel : aimer et partager l'amour de Dieu à mon prochain, étranger ou non.    

 

  

18:06 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique, Spiritualités, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

18/02/2016

Vernets : cachez cette convention que le peuple ne saurait voir !

Opacité quand tu nous tiens... mais de quel droit nos élus refusent-ils de publier la convention liant le Canton à l'Armée, texte crucial au coeur du débat de la prochaine votation ?

Quelle insolite et malsaine arrogance motive nos gouvernants à cette pitoyable manoeuvre éminemment dommageable au bon fonctionnement de tout débat démocratique ?

Un conseiller d'Etat appartenant au cercle des officiers supérieurs ne devrait-il pas naturellement se récuser lorsque sa martiale deuxième famille se trouve en conflit d'intérêts avec ceux de l'Etat ?

Questions qui resteront hélas et sans doute sans réponse...mais une seule chose est sûre : on cache au Souverain la convention précitée parce qu'il s'y trouve des éléments défavorables aux influents et sournois promoteurs du OUI. Forcément.

Olivier Emery

  

08:39 Publié dans Armée suisse, Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

15/02/2016

Vive les affiches de l'UDC !

Grâces soient rendues aux stratèges de communication de ce sympathique parti nationaliste helvétique! 
 
Avec une finesse toute ovine ils nous rappellent l'importance de la couleur de la laine.
Avec un soin subtil ils promeuvent ces nobles et fières couleurs qui ont enchanté l'Europe de 1939 à 1945 : le rouge le noir et le blanc
Avec une persévérance digne de louange ils nous rappellent que la pureté de toute nation se construit sur la détestation et la haine.
 
Oh, bien sûr, il se trouvera toujours quelques esprits chagrins à l'estomac fragile qui, à la vue de cette dynamique propagande, éprouveront une forte envie de vomir. Eh bien tant pis pour eux. 
 
Olivier Emery   

 

14:59 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

27/01/2016

La Suisse perdante. Aïe !

Défaite et recul...au classement mondial de la transparence. Corollaire: la corruption gagne deux rangs en Helvétie. Aïe!

Pourquoi ? Surtout parce que les lanceurs d'alerte sont mal protégés et le financement des partis politiques reste opaque. 

Comment y remédier ? En élisant les députés des partis qui promeuvent des lois protégeant efficacement les lanceurs d'alerte et favorisant la transparence en matière de financement des partis politiques.

L'intégrité est une valeur partagée par tous les hommes et les femmes épris de justice et de vérité. Le chrétien qui n'adhère pas de tout son coeur à cette valeur trahit grossièrement et l'évangile et son Maître.

Partant, offrir ses suffrages à des partis soucieux de conserver opacité des financements politiques et faible protection des lanceurs d'alerte c'est...commettre un péché. Mais oui.    

Olivier Emery

13:14 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

25/01/2016

Vernets Armée Logements: le coeur ou la raison ?

A ma droite (y compris la gauche "bourgeoise") : le camp de la raison. A ma gauche (bien à gauche) : celui du coeur.

La raison : libérer rapidement les Vernets pour y construire des logements en respectant une clause juridique valide. Résultat : un effort financier immédiat de nombreuses dizaines de millions de francs en faveur de l'armée contre 1'500 logements.

Le coeur : vu l'état de nos finances publiques cette opération est-elle bien... raisonnable? Et l'idée que Genève s'appauvrisse méchamment au bénéfice de la grande muette ne fait pas forcément bondir d'allégresse le citoyen, sauf s'il appartient à la sympathique société suisse des officiers . Ayant eu le privilège d'accomplir ses "300 jours de service" le soldat soussigné peut témoigner que notre belle armée suisse est in-du-bi-ta-ble-ment fort utile et qu'elle baigne dans un fonctionnement efficace, magnifiquement favorisé par un commandement riche d'intelligence subtile et du souci constant d'éviter tout gaspillage. Alors...

... de quel côté votre coeur balancera-t-il ?

Olivier Emery

   

14:19 Publié dans Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

21/01/2016

L'incroyable légende du Hardgott !

C'est l'histoire d'un pays qui dépense plus de CHF 10 milliards pour construire un tunnel ferroviaire bitube de base (entrées à faible altitude) de 57 km de long (record du monde !). Après dix ans de travaux titanesques ce remarquable ouvrage entre en fonction en cette année 2016. Or en ce même début d'année des politiciens - à l'apparence très sérieuse - proposent à leurs concitoyens de percer un deuxième tunnel routier au même endroit! Qui coûtera son lot de milliards, évidemment.

Vous ne me croyez pas ? Vous pensez que je vous raconte la plus grosse blague du siècle ? Que ce pays, s'il existe, est grossièrement manipulé par de puissants et argentés lobbies ? Qu'en aucun cas pareille farce ne saurait se jouer en notre douce Helvétie ?

Olivier Emery 

    

13:08 Publié dans Civisme, Développement durable, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

12/12/2015

Menace terroriste à Genève : peur ou pas peur ?

Personne ne reprochera à quiconque d'éprouver une certaine crainte, voire une crainte certaine, à subir la violence cruelle et mortelle d'armes à feu ou d'engins explosifs. Question d'instinct de conservation. De réflexe de survie. Mais cette attitude ne devrait pas être celle du chrétien : "Ne craignez pas ceux qui peuvent détruire le corps. Mais craignez celui qui peut faire périr et le corps et l'âme dans l'enfer". Choqué ? Mais qui a dit que suivre l'enseignement du Rabbi de Nazareth était facile et confortable ? Son chemin, étroit, va à contre-courant des larges boulevards des pensées à la mode qui flattent l'orgueil humain. Non,l'évangile n'est pas un recueil de recettes de tisanes à la guimauve.

Tout disciple genevois de Jésus bénéficie donc de la responsabilité et du privilège d'être libéré de la peur d'actes terroristes. Mais que faire de cette liberté ? En voici trois usages possibles :

1. Si je devais me retrouver sur le site d'un attentat, je m'efforcerais de sauver le plus de vies humaines. Par exemple en secourant des blessés ou (pourquoi pas ?) en tentant de neutraliser l'arme d'un agresseur: risquer sa vie pour préserver celle des autres, n'est-ce pas là un authentique et cohérent témoignage d'amour évangélique ?

2. Pour paraphraser Henry Dunant ("notre véritable ennemi n'est pas la nation voisine; mais la misère, l'ignorance  et les préjugés") : nos véritables ennemis ne sont pas les musulmans; mais la haine, la vengeance et le goût de la violence.

3. Prier. Prier pour tous nos concitoyens qui ne savent plus prier, victimes du matérialisme ambiant et de la désespérance athée. Prier pour la protection de Genève et de tous ses habitants. Prier pour nos autorités politiques et policières pour qu'elles soient sages, courageuses et intelligentes. And, last but not least, prier pour les terroristes islamistes ("mais moi je vous dis d'aimer vos ennemis") afin qu'ils soient libérés des puissances démoniaques mortifères qui les animent. Afin qu'ils puissent recevoir la lumière la paix et l'amour de Dieu. Afin qu'ils abandonnent leurs funestes desseins et changent de vie.

Olivier Emery

21/10/2015

La pseudo guerre des droites

Il n'existe pas de guerre des droites. L'échiquier politique comprend 1) des partis extrémistes infréquentables 2) la gauche 3) la droite. Et le centre me direz-vous ? Hélas, un "vrai centre" ne parvient pas à exister en tant que tel: il n'est qu'une composante modérée de la droite.

Aveuglés par des gains électoraux faciles, certains politiciens de droite semblent tenter de s'acoquiner avec les deux partis d'extrême-droite genevois. Ils devraient y réfléchir à deux fois avant de se salir les mains. Car que sert-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme ? Que sert-il à un parti de gagner un siège sénatorial s'il perd son âme ?  

Or l'Histoire du 20ème siècle nous l'enseigne de manière tristement éclatante : partout où l'extrême-droite a triomphé, son cortège de victoire s'ébroue sous les sinistres oriflammes de la haine, de la violence  et du malheur. Il ne faut pas jouer avec le bonheur des peuples.  

Olivier Emery

19:53 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

12/10/2015

Angela Merkel entre grande classe et dignité

Ben Gourion disait de "son" ministre Golda Meir : "c'est le seul homme de mon gouvernement!". Aujourd'hui l'Europe et la communauté des nations démocratiques peuvent aussi rendre cet hommage à la Chancelière allemande.

Les sondages baissent ? Sa politique humaine d'ouverture et de compassion envers les malheureux semble déplaire ? Sa réponse est noble et digne : "Pour moi, cela fait partie de l'humanité fondamentale de notre pays que d'accueillir un réfugié avec sympathie, comme n'importe quel autre être humain (...) Les sondages ne sont pas mon étalon de mesure".

Détermination, courage et bonté : des qualités inspirées du vécu de Jésus de Nazareth. Que l'Eternel vous bénisse Madame Merkel! L'Allemagne peut être fière de son "homme fort". Angela sombrerait-elle dans un angélisme naïf ? Non. Cette femme remarquable démontre aussi qu'humanité et réaliste bon sens peuvent harmonieusement cohabiter : "confiante, la chancelière a promis d'accélérer la construction de logements pour les réfugiés. Parallèlement, le refoulement des migrants "n'ayant aucune perspective de pouvoir rester" sera renforcé. 

Olivier Emery

28/09/2015

Partis évangéliques : aïe !

Je tire sur l'ingénieuse languette dorsale de l'enveloppe grise et en retire le matériel de vote.

Première surprise : le PEV part seul au combat des élections nationales. Pas d'apparentement. Ni avec des  formations centristes, ni avec des partis soucieux de protéger l'environnement, ni, et surtout, avec l'autre formation évangélique : l'UDF. Incroyable. Incompréhensible. Et dommageable sur les plans de l'unité spirituelle et de l'efficacité électorale. Aïe!

Deuxième surprise : non seulement l'UDF n'est pas apparentée avec le PEV, mais cette formation l'est avec les MCG et UDC. Incroyable. Consternant. Comment un parti soucieux de s'inspirer des principes bibliques peut-il s'égarer en pareille mésalliance ? Les électeurs de l'UDF sont pris en otage : de fait, chacun de leur bulletin profitera exclusivement à renforcer des partis démagogiques, nationalistes, xénophobes, parfaitement indifférents au respect dû à la Création et fervents défenseurs de pouvoirs financiers amoraux dévoués à Mamon. Aïe!

Olivier Emery         

13:38 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

26/07/2015

Un crash évité de justesse

"Alors que notre avion est en phase d'approche, il est soudainement emporté par une violente rafale de vent latéral; au moment de toucher le tarmac les roues ne sont plus dans l'axe de la piste. Tous les passagers sont figés, le regard terrifié. Sans hésiter, le pilote accélère à fond et fait redécoller in extremis l'appareil.  Nous avons frôlé la mort. À l'arrivée, John demande au pilote : " Quand avez-vous pris la décision de faire redécoller l'avion ? " - " Il y a quinze ans ".

Cette "Pensée du jour" de l'excellent site www.topchretien.com nous rappelle que nos fermes résolutions d'aujourd'hui guident avec succès nos décisions cruciales de demain. Pour des choix intègres et sages qui honorent Dieu.   

Olivier Emery

09:42 Publié dans Bible et Evangile, Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

08/07/2015

Le resquilleur, agaçant et pathétique.

Ce matin 8 juillet 2015. IR de 10h15 à destination de Lausanne. « Contrôle des billets » annonce une voix jeune teintée d’accent fédéral.

S’ensuit un dialogue avec une passagère qui, sans rougir, prétend posséder un AG, puis un demi-tarif, puis s’être fait voler ses affaires, puis avoir changé d’adresse, puis …, etc., etc…

Stoïque, la contrôleuse des CFF téléphone, conserve un calme olympien, explique poliment à sa gerce de menteuse récidiviste qu’elle pourra aller au guichet de la gare faire annuler sa facture, si tout est en ordre.

Ce type de resquilleur me touche par son incroyable capacité imaginative, son culot lamentable et son obstination à perdre toute dignité. Las.

Olivier Emery

12:20 Publié dans Civisme, Société - People | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

08/06/2015

Oskar Freysinger gâche la fête du FC Sion.

Canal 9. Hier dimanche 7 juin 2015. 23h05. Place de la Planta. Ivre de bonheur, l’immense foule rouge et blanche chante et danse devant ses héros footballeurs et leur 13ème Coupe suisse.

On donne le micro au président de la Ville de Sion puis à Constantin 1er : la foule joyeuse, parfaitement unie, applaudit gaiement. Et voici qu’on annonce le ministre des sports de l’Etat du Valais, Monsieur Oskar Freysinger. En moins de 2 secondes l’heureuse et bruyante liesse s’éteint. Un triste silence s’abat comme une douche écossaise sur la Planta d’où monte rapidement un, puis plusieurs sifflets. Affublé d’un pull et d’une casquette rouges vifs, le politicien a l’intelligence de ne prononcer que quelques mots avant de rendre précipitamment le micro… permettant ainsi à la joie festive sédunoise de ré-envahir le ciel étoilé valaisan (pléonasme).  

 

Olivier Emery   

09:21 Publié dans Civisme, Politique, Valais | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

11/05/2015

Pas besoin d'être de gauche pour considérer avec bienveillance l'initiative du PEV.

Sur le principe, il est intelligent et équitable de songer à prélever une (modeste) part sur une succession pour financer le déficit de l'AVS. En effet, recevoir de l'argent que l'on a pas gagné devrait induire tout naturellement un renvoi de fortune gracieux et solidaire. Une transposition moderne et biblique du jubilé hébreux, un moyen légitime d'éviter une distorsion grandissante et néfaste entre une minorité de familles toujours plus riches et puissantes et une majorité de citoyens toujours plus démunis.

Sur le moyen, cette initiative semble pourtant manquer de pragmatisme. Pourquoi avoir fixé une franchise relativement faible à CHF 2'000'000.- ? C'est ce genre d'erreur qui fera probablement et malheureusement perde ce noble combat. Il ne fallait pas pénaliser la classe moyenne, laquelle risque de rejeter l'initiative du PEV. En politique, ce n'est pas comme dans le Royaume de Dieu à venir, il faut certes s'inspirer d'un idéal, mais il convient aussi d'appliquer l'adage "un tiens vaut mieux que deux tu l'auras".

Ainsi, il aurait suffi de fixer une franchise légèrement supérieure pour éviter cet écueil et/ou moduler le taux d'imposition en fonction du degré de parenté ou du nombre d'enfants héritiers...

Dommage que le PEV n'y ait pas songé.

Olivier Emery

PS: Lire ou relire le chapitre 25 du Lévitique ne fera de mal à personne. 

14:49 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

14/04/2015

Fait divers à Bâle ou le remake d'une parabole bien connue.

Bâle, avant-hier en fin de soirée. Une jeune femme et mère de famille crie des propos incohérents et désespérés de sa fenêtre sise au 2ème étage. Le drame se déroule devant de nombreux curieux dont aucun ne réagit. Sauf un : "Lorsque j'ai entendu les cris, je me suis tout de suite levé et j'ai couru vers la fenêtre; et lorsqu'elle a sauté, j'ai étendu mes bras".

Il ne sait ni l'allemand, ni le suisse-allemand. Il est albanais, a 36 ans et se nomme Ramadan Ziberi. Des nom et prénom "bien de chez nous" n'est-ce pas ?  

A méditer par ces trop nombreux politiciens qui nous bassinent avec leurs écoeurants discours xénophobes primaires. A lire et relire aussi: l'évangile de Luc chapitre 10 ou l'histoire d'un étranger méprisé, présumé mauvais et professant une fâcheuse religion...

Olivier Emery   

16:30 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

10/04/2015

Islam et démocratie : pas de liberté pour les ennemis de la liberté ?

L'Islam est-il en soi liberticide ? Difficile de répondre à cette question car l'islam est constitué de nombreux et divers courants doctrinaires.

Pourtant cette religion présente intrinsèquement un indéniable potentiel liberticide puisqu'elle vise à imposer (et non proposer) sa loi divine coranique aux pays et populations de la terre entière.

Que nenni s'exclament, en toute sincérité sans doute, nos amis et voisins musulmans occidentaux qui font montre de grand respect et douceur à notre endroit. Certes, mais que se passe-t-il dans les pays où l'islam est majoritaire et parvient à s'imposer dans la sphère politique ? La charia y est bel et bien appliquée avec son lot de décrets frontalement incompatibles avec nos valeurs. Un exemple ? L'islam punit de mort l'apostasie. Problème.

Alors, pas de liberté pour... bien sûr que non! Une attitude hostile et agressive envers nos concitoyens musulmans est parfaitement contre-productive car elle favorise, voire rend légitime, le radicalisme conservateur islamique. A l'inverse, continuons à défendre sans relâche la liberté religieuse, le respect de l'exercice de toute religion, le droit de construire des lieux de culte, de porter certains vêtements, d'inhumer selon certains rites. C'est là nos véritables gloire et fierté d'hommes libres qui aimons et chérissons la liberté, sans compromis.

Ne cédons ni aux sirènes d'une extrême-droite islamophobe primaire ni à celles d'une gauche mécréante et nerveuse qui rêve d'une société athée pure de toute spiritualité.  Non, au contraire, gagnons ce combat non violent avec les seules armes véritablement efficaces : respect, écoute et amour du prochain. Le monde musulman occidental sera alors naturellement pacifié, après avoir goûté l'eau limpide fraîche et bienfaisante de la liberté.

Car "là où est l'Esprit de Dieu, là est la liberté" (2 Corinthiens 3:17).

Olivier Emery                

   

07:51 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |