06/06/2012

A celui qui vaincra…

La vie est un combat. Notre existence et sa destinée éternelle sont l'enjeu d'un conflit crucial. Et les batailles quotidiennes aux carrefours de nos choix personnels en témoignent clairement : foi ou incrédulité ? Courage ou lâcheté ? Droiture ou fausseté ? Dureté ou douceur ?

 

L'esprit ambiant nous invite à la déresponsabilisation et tente de noyer nos coeurs et consciences dans un discours sirupeux et stupide mais dangereusement séduisant : "on ira tous au paradis, même moi."     

 

Quant à elle, l'Ecriture affirme encore et toujours : " A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie dans le paradis de Dieu." (Apocalypse 2:7)

 

 

Olivier Emery

14:20 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

15/05/2012

Croire aux miracles : une faiblesse d'esprit ?

Dans le Migros Magazine de hier lundi 14 mai 2012 M. Jacques Neirynck, grand scientifique et catholique pratiquant devant l'Eternel, déclare : " parler de miracle à quelqu'un d'aujourd'hui est tellement absurde qu'on pourra prendre celui qui tient ce langage pour un faible d'esprit ".

 

Alors je suis un faible d'esprit. Mais j'ai aussi une autre faiblesse : celle de confesser que je ne suis pas le seul. Pardon ? Qui sont les autres ? Oh, juste quelques personnes pas si "absurdes" que ça somme toute; jugez plutôt :

 

-       Jésus-Christ : Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru; en mon nom ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues (…) ils imposeront les mains aux malades et ceux-ci seront guéris. (Evangile de Marc 16 . 17-18)

 

-       Luc l'Evangéliste : Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres (Actes 5:12)

 

-       Saul de Tarse (mieux connu sous le nom d'apôtre Paul) :   Ma prédication ne repose pas sur les discours persuasifs de la sagesse mais sur démonstration du Saint-Esprit et de puissance, afin que votre foi soit fondée non sur la sagesse humaine mais sur la puissance de Dieu (1ère lettre aux Corinthiens 2:4-5).

 

Une multitude de témoins à travers tous les siècles de l'humanité ont déclaré que le Dieu qui a créé les cieux et la terre est bien vivant.

 

Et si c'était vrai ?  

 

Olivier Emery

 

15:58 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

22/11/2011

Etre fier de son patron aujourd'hui : est-ce encore possible ?

Etre fier de son chef, de son président, de son champion favori ou d'un illustre membre de sa famille. Oui, peut-être, mais pourquoi ? Nos livres d'histoire exaltent - non sans indécence souvent - la mémoire de grands généraux, de rois conquérants assoiffés d'ambition ou d'autres personnages illustres admirés pour leurs succès et pouvoirs.

Quant à moi, je suis fier de mon chef. Fier de son humilité (il lave les pieds de ses disciples), de son courage paisible et ferme vis-à-vis des puissants de son époque (il refuse de répondre au gouverneur) , fier de son inaltérable capacité à ne jamais laisser le mal guider ses gestes ou ses paroles, fier de sa noble grandeur lorsqu'il renonce un jour à tous ses droits légitimes et à son pouvoir sur une colline de Judée. En lui tout est bon, doux, fort, juste et sage à la fois.

Il est simplement incomparable et sa perfection est la signature de sa suprême royauté : le Jour vient où chaque être humain le verra et pliera le genou devant lui. Son pouvoir sera alors manifesté avec éclat et évidence dans le monde entier..."mais le vrai trésor est pour ceux qui l'adore dès aujourd'hui".

Olivier Emery

11:43 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

28/03/2011

J'ai mis du rouge sur mon coeur

J'ai mis du rouge sur mon cœur

Pour te louer ò mon Seigneur

Et sur les ailes des archanges

Souffle le vent de ma louange

Souffle le vent de ma louange

 

J'ai mis du noir quand sur la croix

Soudain la vie t'abandonna

Et le soleil se détourna

Prenant le deuil à ton trépas

 

J'ai mis du vert dans le jardin

Quand aux prémisses d'un matin

A retentit le cri de vie

Qui terrassa notre ennemie

 

J'ai mis de l'or sur l'horizon

Quand ton regard croisa le mien

M'offrant la joie de ton chemin

La  bienvenue dans ta maison

 

 

 

 

12:16 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

26/01/2011

Où en est le jardin de ma vie ?

Yéchoua le Rabbi de Nazareth explique la parabole du semeur (cf. Matthieu 13:18ss) :

 

1°Ceux qui entendent parler du Royaume et ne comprennent pas sont comme le bord du chemin où tombe la semence : le Mauvais arrive et arrache ce qui a été semé dans leur cœur.

 

2° D'autres sont comme le terrain pierreux où tombe la semence : ils entendent la parole et la reçoivent aussitôt avec joie. Mais ils ne la laissent pas s'enraciner en eux, ils ne s'y attachent qu'un instant. Et alors, quand survient la détresse ou la persécution à cause de la parole de Dieu, ils renoncent bien vite à la foi.

 

3° D'autres encore reçoivent la semence parmi des plantes épineuses : ils ont entendu la parole, mais les préoccupations de ce monde et l'attrait trompeur de la richesse étouffent la parole, et elle ne produit rien.

 

Il semble bien que la 3ème catégorie se distingue des deux premières : celles-ci font état de la suppression totale de la foi, alors que celle-là dit que la Parole est toujours présente mais qu'elle ne produit pas de fruit.

 

C'est un peu comme certains chrétiens (dont je fais hélas trop souvent partie !) : ils ont la foi, participent régulièrement au culte ou à la messe, mais leur vie ne produit pas les fruits de l'Evangile : amour, bonté, patience, bienveillance douceur et joie.

 

Le "hic" : un terrain qui ne produit rien est d'une inutilité aussi triste que tragique. La "bonne nouvelle" : la semence n'est qu'étouffée; son potentiel fructifère subsiste. De bons coups de sarcloir dans les épineux que sont les soucis du monde et l'attrait de l'argent peuvent encore le transformer en jardin potager prospère. Déjà trop de temps perdu : c'est maintenant le moment de retrousser les manches ! Et de joindre les mains.

O. Emery

 

14:20 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

25/01/2011

Psaume 50 pour aujourd'hui encore ?

L'Ecriture nous interpelle. Cette parole de vie révélée au peuple juif a été transmise par celui-ci au monde entier; elle garde une étonnante fraîcheur et une pertinence sans faille. Par exemple les psaumes, ou devrions nous dire plutôt les "Tehilîm, mot qui dérive de la racine hll, louanger"; d'où le mot "louanges,  mot splendide, mot rempli d'un contenu émotionnel certain, bien fait pour désigner des poèmes tout orientés vers la louange de IHVH-Adonaï" (A. Chouraqui ).

 

Prenons ainsi la louange no 50 verset 14 (Traduction Parole de Vie) qui nous montre que les actes religieux ne sont pas ce que Dieu recherche, mais bien :

 

-       "Offre-moi plutôt ta reconnaissance à moi ton Dieu". La louange n'est pas une option facultative du culte, elle devrait en être le cœur.

-       "Tiens les promesses que tu m'as faites, à moi, le Très-Haut". Une parole donnée, c'est sacré. Le Créateur nous considère comme les héritiers responsables de son Royaume.         

 

Ce poème de louange est sans compromis avec le péché, il refuse la langue de bois et le "politiquement correct", et au "bon chrétien bien religieux" parfois "content de lui et hypocrite", il lance un appel salutaire aussi clair que précis (versets 16-29) et nomme les choses par leur nom sans user d'euphémismes :

 

-       " Tu récites mes commandements mais tu n'accepte pas mes reproches ". Où est ton potentiel d'humilité nécessaire à toute remise en question ?  

-       " Quand tu vois un voleur, tu te mets avec lui ". L'honnêteté absolue en tout domaine est la marque et la protection contre la moisissure mortelle de l'amour de l'argent.

-       " Tu fréquentes ceux qui commettent l'adultère ". As-tu le courage de refuser les mœurs dévoyées actuelles ?

-       " Tu ne retiens pas tes paroles méchantes". Dénigrer, mépriser et abaisser autrui attriste le Saint-Esprit et pollue ton esprit..

-       " Ta bouche fabrique des mensonges. Dieu a horreur du mensonge car il porte en germe mortifère la destruction de toute confiance partagée.

 

O. Emery

    

14:34 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |

25/12/2010

Jérusalen capitale d'Israël

Hier soir à Rome, lors de la "messe de minuit de 22 heures", Benoit XVI a souhaité que Jérusalem devienne la capitale de deux nations, israélienne et palestinienne.

Qu'un penseur, un philosophe, un politicien, un diplomate le pense, pourquoi pas ? En revanche qu'un responsable religieux d'une dénomination chrétienne l'affirme me surprend, et voici pourquoi.

La foi chrétienne trouve son fondement et sa substance dans l'Ecriture; supprimez la Bible et la théologie chrétienne devient absolument vide ! Cette Révélation écrite si précieuse, c'est le peuple juif qui nous l'a apportée. Comme vient de le rappeler en novembre 2010 avec pertinence et courage M. Harper premier ministre du Canada : dans l'Histoire de l'humanité, "Israël apparaît comme une lumière, dans un monde émergeant d’une obscurité profonde. Contre toute attente, cette lumière n’a pas été éteinte. Elle brille confortée par les principes universels de toutes les nations civilisées : la liberté, la démocratie et la justice".

Cette Parole s'est inscrite dans la réalité géographique et historique de notre planète. D'Abraham à Jacob, de Moïse à David, d'Ur au Sinaï et du Sinaï à Jérusalem, cette Ecriture nous enseigne que l'être humain n'est pas l'esclave religieux des forces de la nature, l'adepte peureux et superstitieux du"polythéisme  chaotique". Elle nous apprend aussi qu'en 1004 av. Jésus-Christ, David, un roi juif, a  conquis Jébus petite cité cananéenne remplie de sanctuaires païens. Jébus devient alors Jérusalem, la ville de paix, la Cité de David, le lieu dépositaire de l'arche de l'alliance, signe tangible de la Présence du Dieu vivant unique et vrai.

Si, comme chrétien, j'accueille avec respect et joie le message spirituel du Livre des Juifs, je peux et dois en faire de même avec son message historique : voici plus de trois mille ans que Jérusalem, la Cité de David, est et demeure "le centre sentimental et spirituel du peuple juif tout au long de l'Histoire.(...)Ville célèbre dans le monde entier, elle tire sa gloire de la place exceptionnelle qu'elle occupe dans l'Histoire des Juifs" (Abba Eban, Mon peuple, Buchet/Chastel p. 34). Personne ne peut contester la justesse de ce propos ! Si le peuple juif ne s'était pas intéressé à Jérusalem, qui s'en préoccuperait ? Même en se bouchant les oreilles, nul ne peut nier entendre la prière persévérante et bouleversante qui, défiant les lois de l'oubli, a traversé la multitude des âges : " Si je t'oublie Jérusalem, que ma main droite m'oublie ! Si je ne pense plus à toi, si Jérusalem n'est pas tout mon bonheur, que ma langue reste collée dans ma bouche ! " (Psaume 137:5-6).

En ce temps de Noël, le chrétien est donc particulièrement heureux de reconnaitre que Jérusalem est encore et toujours la capitale exclusive d'Israël et du peuple juif, et ce notamment pour deux excellents motifs :
a) son Messie et Seigneur est juif, mieux Il est le "Roi des Juifs" (Matthieu 2:2) qui revient bientôt avec gloire et puissance à ... Jérusalem ( cf. Zacharie 14:16)
b) tous les peuples de la terre ont été, sont et seront bénis par Dieu au travers d'Israël et de ses descendants, y compris le peuple palestinien et arabe en général. Au point que - paradoxe et sagesse du Ciel - Jérusalem devient alors la ville aimée de tous les peuples par ce merveilleux processus d'adoption exprimé dans le psaume 87 : " DE JERUSALEM ON DOIT DIRE QUE TOUS LES HABITANTS DU MONDE SONT NES DANS CETTE VILLE. LE DIEU TRES HAUT LUI-MEME L'A BATIE. QUAND LE SEIGNEUR L'ETERNEL COMPTE LES PEUPLES IL ECRIT SUR SON LIVRE POUR CHACUN " NE A JERUSALEM".

O. Emery

13:44 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |

13/12/2010

Avant Noël : le temps de l'Avent

En cette période de l'Avent tous les chrétiens du monde entier se réjouissent de fêter Noël, c'est-à-dire Yechoua ( = Jésus en hébreu ), Juif de Nazareth né à Bethlehem, Messie promis et annoncé depuis des siècles par les prophètes et l'Ecriture.

Yeschoua est un homme, un vrai. Il est aussi le fils de Dieu et l'Ecriture nous révèle que :

- Tout a été créé par lui

- Il est venu à Noël pour sauver l'humanité

- Il reviendra sur terre pour y imposer son Royaume de justice et de paix

En écho à ce qui précède, voici un poème de prière et de louange :

Tu prononças le premier mot

Quand tu créas tout l'univers

Et tu couvris de ta lumière

Ce qui prit forme et devint beau

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

Comme un agneau sans dire un mot

Du monde entier tu pris les maux

Offrant ta vie à Golgotha

En renonçant à tous tes droits

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

Tu as déjà le dernier mot

Toi qui sortis du noir tombeau

Et qui reviens sur cette terre

En Roi vainqueur de l'Adversaire

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

15:11 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

19/11/2010

vérité ou Vérité ?

Cordiale bienvenue à chacun au culte de la Paroisse de la Rive-Droite dimanche 21 novembre 2010 à 9h45 (4, rue Pécolat en bas de la rue du Mont-Blanc)

vérité ou Vérité ?

Salut Maurice ! Comment vas-tu, passé un bon week-end ?

 

Salut François! Oui week-end génial ! Mon beau-frère fêtait son anniversaire et nous a invité à manger…. à Châteauvieux!.. chez Chevrier : menu surprise, à la table d'hôte, dans la cuisine : le paradis quoi ! Et toi ?

 

Dans le registre "paradis" c'était pas mal non plus : j'étais à un week-end de paroisse

 

Un quoi ?!  Ouhlala ça sent la naphtaline religieuse…

 

Détrompe-toi : c'était très chouette de passer un week-end avec des amis chrétiens et de partager ensemble des moments très sympas

 

Moi je me méfie un peu de la religion. Enfin si c'est ton truc tant mieux;  ce qui compte finalement c'est ce que tu ressens. Ce qui est important c'est que chacun croie à sa vérité; finalement peu importe  qu'elle se nomme Bouddha Mahomet ou Jésus n'est-ce pas ?

 

Euh…non je ne suis pas vraiment d'accord : je crois que la vérité existe et donc qu'il n'y en a qu'une, sinon le mot "vérité" ne signifie plus grand-chose; d'ailleurs elle porte un nom : "Jésus-Christ".

 

Oh là mon ami : on se calme ! Je te rappelle que nous sommes en 2010 et que le siècle des lumières est déjà passé par là il y a un bout de temps, mais il semble qu'il ne soit pas encore venu éclairer ta lanterne. Soyons sérieux : c'est prétentieux et scandaleux d'oser affirmer ce que tu dis, ça devrait être interdit d'être aussi intolérant !

 

Oh Maurice : qui est intolérant sur ce coup-là ?

 

 

J'ai la conviction que Dieu - comme la vérité - existe encore et toujours, qu'Il a tout créé et qu'il est Perfection et Amour à la fois : est-ce vraiment scandaleux d'oser le dire ?

 

Tu crois vraiment à toutes ces vielles histoires passées de mode ? Croire que Dieu existe c'est t'imposer une tyrannie qui t'empêche de vivre ta vie comme tu le veux, c'est ridicule !

 

Franchement, j'ai l'air d'un mec tyrannisé ? Crois-moi, ces "vieilles histoires" ont toujours du sens, et aujourd'hui autant que hier !

 

Bon… je suis laissé un peu emporté…en tout cas on ne peut pas dire que tu te gênes d'exprimer ce que tu penses, même si ce que tu dis est à contre-courant

 

Tu sais, répéter l'avis de la majorité des gens n'est jamais une garantie d'être dans le vrai

 

Tiens, là tu as raison ! Au temps pour moi ! Je vais y réfléchir, mais… j'ai mon train à prendre;  alors ciao! Bonne! et…on en reparle une prochaine fois …si tu n'es pas mort et ressuscité d'ici là !    

            

 

(Largement inspiré d'un texte de Christine Bourgeois 11.2010)

 

 

 

12:19 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

17/04/2009

Pâques. Et après ?

Ils sont fous ces chrétiens ! Ils sont convaincus que Jésus est mort un vendredi soir et revenu à la vie le dimanche matin suivant. En conséquence, ils croient "dur comme fer" qu'ils reviendront un jour à la vie alors même que leur corps aura pourri et sera redevenu poussière. Folie ? Fantasme ? Délire religieux ? "Oui" répond la raison humaine, "non" dit Dieu. Et quand Dieu parle, ses paroles ont un poids d'éternité incomparablement supérieur à tout ce qui peut exister.

Revenir à la vie implique recevoir un nouveau corps. C'est bien ce qui est arrivé à notre Seigneur : "Voyez mes mains et mes pieds, c'est bien moi; touchez-moi et voyez: un esprit n'a ni chair ni os"; et Jésus de manger- devant témoins - un rayon de miel et du poisson rôti (Luc 24 : 30ss). Un nouveau corps certes, mais qui porte et portera toujours les marques de l'amour de Dieu pour l'humanité : celles des clous dans ses mains (Jean 20 : 20ss).

Et ce nouveau corps est promis à tout ceux qui appartiennent au Messie. Il est spirituel, immortel, glorieux et parfait (1 Corinthiens 15 : 42ss). Quel privilège d'appartenir à Celui qui est la résurrection et la vie ! Notre espérance en Lui est comme l'ancre de la barque de nos existences : solidement accrochée au Rocher qui traverse les siècles. Le "A à Z" de l'univers.

Olivier Emery

15:04 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

19/03/2009

Le pape contesté : mais où sont les catholiques ?

Chrétien évangélique, je ne suis évidemment pas un fan du Vatican et de la papauté. "Erreur de casting", "Benoît 13 et 3" et autres amabilités pleuvent sur lui ces derniers jours suite à ses déclarations africaines concernant l'éthique sexuelle. Ce matin dans le train pour Lausanne, un jeune voyageur arrogant et péremptoire s'étranglait d'indignation et n'hésitait pas à souhaiter que le chef religieux catholique "crève rapidement"... Charmant.

Deux choses m'interpellent :

1. Mais où sont les catholiques ? N'y a-t-il aucun membre de cette religion prêt à prendre la défense de son chef spirituel ? Prêt à dire que Benoît XVI a le droit et le devoir moral d'exprimer ses convictions sur un sujet d'éthique sexuelle ? Que, d'accord ou non avec lui, ses idées conservatrices ne sont pas de ce seul fait forcément irrecevables et stupides ? Qu'oser affronter le courant mondain dominant et soutenir un avis impopulaire est plutôt courageux ? Que seuls les poissons vivants nagent à contre-courant ?

2. Le "crime" du pape consiste donc - pour faire court - à oser dire que la sexualité vécue exclusivement dans le cadre du mariage est une bonne chose, propre à éviter la propagation du sida. Une affirmation scandaleuse pour cette génération ! Qui présente deux défauts majeurs intolérables : a) elle est vraie; et personne ne peut en contester le bien-fondé, b) elle bafoue l'Idole vénérée, le dieu (presque) tout-puissant de cet âge : le Sexe sans limite. Et malheur à celui qui osera s'opposer à ce glorieux et omniprésent Baal ! Malheur à celui qui contrarie ses nombreux prophètes et adorateurs ! Malheur à l'impudent qui bafoue son Nom en osant affirmer que l'être humain doit dominer la grande Idole et non l'inverse !

 

Olivier Emery

16:33 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |

15/03/2009

Lire la Bible ? Oui mais...

Il existe deux types différents d'approche de la Bible :

a) y chercher de quoi prouver bien-fondé et pertinence de ma pensée
b) laisser l'Ecriture façonner ma pensée

a) Cette première approche met l'esprit humain au centre et à la source de la réflexion. Elle utilise la Parole, ne s'embarrasse (surtout) pas de rechercher dans les autres passages de l'Ecriture ce qui pourrait nuancer voire contredire son propos. Au besoin elle extrapole, ignore le contexte du passage, prend le début d'un verset et en tronque la suite. La Parole de Dieu est alors au service de l'intelligence humaine. Oh que la Bible vous montre mon chemin ! Oh que par mon jeu de miroirs elle vous éclaire le sentier de ma vérité !

b) Cette deuxième approche a l'humilité de la prière et de l'écoute : enseigne-moi et révèle-moi tes voies mon Dieu. Comme les croyants de Bérée (cf. Actes 17 : 11) je sonde les Ecrits sacrés et suis toujours disposé à ce qu'ils remettent en question mes convictions personnelles. L'intelligence humaine est alors au service de la Parole de Dieu. Oh qu'avec l'aide du Saint-Esprit la Bible me révèle la vérité !

Seule la deuxième approche donne la capacité d'examiner toutes choses et retenir ce qui est bon (1 Tess. 5 : 21) et d'éviter d'être victime de certaines et récentes théologies chrétiennes à la mode...
Ah oui, lesquelles ? A vous de les passer au filtre efficace de l'Ecriture.


Olivier Emery

19:47 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |

09/03/2009

Evangéliser en 2009 ?

Après sa résurrection Jésus s'approche des disciples et leur dit : " Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre; allez, faîtes de tous les peuples des disciples, les baptisant au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit" ( Matthieu 28 : 18-19).

Cette parole est forte. Elle dérange l'esprit du temps présent hostile à la précision de la vérité et amoureux d'une tolérance tiède et lisse qui ne fâche personne. Car aujourd'hui, pour plaire à tous, Il convient plus que jamais d'être le sucre de la terre.

Dans ce contexte, l'ordre clair de Jésus est un défi qui interpelle :

- la bonne nouvelle de Jésus est pour tous les peuples, elle n'est pas une religion réservée à l'Occident

- l'évangélisation et la mission sont des actions incontournables

- être croyant implique d'être disciple, c'est-à-dire d'obéir aux ordres du Maître; on s'y engage par le baptême.

Hé oui, que ça plaise ou non, le Jésus biblique ne ressemble guère à l'image taillée que l'Homme tente de s'en faire. Il ne se présente pas comme une philosophie ou une religion alternative à une autre. Il ne dit pas "l'important est d'être sincère", "chacun a sa propre vérité", "il existe plusieurs chemins menant à Dieu", "conduis ta vie à ta guise et pourvu que tu te sentes bien".

Pris au sérieux, le message de Jésus bouscule et détruit le dramatique mensonge séducteur du "on ira tous au paradis, même moi". D'une manière dangereusement précise Jésus explique à Paul qu'il l'envoie auprès des Juifs comme des non-juifs "afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils recoivent par la foi en moi le pardon des péchés et une place parmi ceux qui appartiennent à Dieu" (Actes 26 : 17-18).

Jésus ne s'impose jamais, il se propose toujours. Mais ce qu'il propose est VITAL et n'est donc ni discutable ni négociable ni arrangeable; c'est à prendre ou à laisser : "j'ai mis devant toi la vie et la mort : choisis la vie afin que tu vives" (Deutéronome 30 : 19).

Olivier Emery

16:46 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

04/03/2009

Initiative anti-minarets constitutionnelle mais inadéquate

Il est douteux que cette initiative soit anticonstitutionnelle car a) elle a été validée par le Conseil fédéral, b) tous les connaisseurs de l'islam semblent admettre que le minaret n'est pas nécessaire à l'exercice du culte musulman.

Faut-il par crainte de réactions violentes de milieux intégristes islamistes "se coucher" et "enterrer" cette initiative en la déclarant inconstitutionnelle ? Pareil opportunisme serait indigne d'une saine démocratie et serait le fruit d'une attitude dictée par la peur, autrement dit : un acte lâche.

Il n'est certes pas mauvais de rappeller qu'un courant influent de l'islam revendique un pouvoir dominateur territorial et que, partant, ce courant représente potentiellement une certaine menace pour divers droits fondamentaux de notre ordre juridique. Pourtant cette initiative anti-minarets est inadéquate car elle entend combattre une intolérance (potentielle) par une autre (effective) : l'interdiction pure et simple du symbole extérieur et public que constitue le minaret. Pas besoin d'être docteur en droit pour comprendre que l'exigence de proportionnalité n'est pas satisfaite.

Initiative inadéquate aussi parce que défendant implicitement l'idée que notre pays est une terre chrétienne qui ne doit pas devenir une terre islamique. Or le nouveau testament nous enseigne que croire en Dieu et son Fils est une religion du coeur, que Son Royaume n'est pas de ce monde, qu'Il se propose librement avec amour et générosité, qu'Il ne s'impose jamais et qu'Il s'est acquis par Jésus un peuple constitué d'êtres humains de tous peuples et de toutes langues.

Initiative inadéquate parce que comme disent les paroles d'un bon vieux cantique que chantaient nos grands-parents, les armes du chrétien sont : "la prière et l'amour persévérant".

Tout en disant clairement non à l'initiative anti-minarets, prions et manifestons respect et amour pour nos amis musulmans afin qu'ils puissent eux aussi découvrir le merveilleux et universel message de l'Evangile.

Olivier Emery

 

 

 

15:58 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

13/02/2009

Vison de l'adoration chrétienne

Inspiré d’un article du pasteur Mark Roberts (USA) publié sur le site www.louange.org

Notre vision doit être celle de Dieu ; celle-ci nous est fort bien décrite dans la bible aux chapitres 4 et 5 de l’Apocalypse :

- Dieu siège sur un trône royal
- Il est le Souverain de l’univers
- Sa grandeur et sa splendeur sont éclatantes
- A droite du Père se trouve le Fils, l’Agneau offert en sacrifice pour le salut des hommes 
- Dieu le Père et Dieu le Fils sont accompagnés de l’Esprit dans sa parfaite plénitude
- Ils sont entourés d’une multitude d’anges et d’êtres vivants qui chantent en leur honneur
- Tous proclament par le chant la sainteté, la gloire et le pouvoir du Seigneur
- On s’agenouille et on se prosterne devant Dieu le Créateur de toutes choses et devant l’Agneau
- En adorant on reconnaît la valeur sans égale du Seigneur Dieu
- L’adoration est publique, communautaire et perpétuelle

Pratiquement il en découle que  :

- Nous louons et glorifions le Seigneur par nos chants
- Les paroles de nos cantiques sont centrées sur Lui et proclament sa gloire
- Nous évitons le piège (occidental) de l’individualisme et revalorisons les chants en « nous »
- Nous (re)découvrons la posture physique de l’adoration : à genoux, front contre terre
- Nous organisons chaque jour un moment de culte public

 

Olivier Emery

 

 

 

 

18:30 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

30/01/2009

Psaume 27 revisité 2009

Dans ce monde où règne l'insécurité, les media diffusent tant de mauvaises nouvelles, annoncent des crashes économiques, promettent la récession pour demain et le chômage pour chacun.

Dans ce monde en perte de repères, où la vérité des uns est mensonge des autres, où l'on entend tout et son contraire, où le mal est bien et le bien est mal selon l'humeur humaine, telle une boussole affolée qui a perdu le pôle.

Qu'ils sont nombreux ceux qui louvoient, les opportunistes et les malins prompts à m'attirer sur la voie des vaines chimères, de la réussite, de la vanité du plaisir d'être mieux placé que l'autre et de posséder d'avantage. Toujours plus.

Comment garder le cap de ta justice ? Comment leur résister sans les détester pour autant ?

Ta présence mon Dieu, voilà ce qui me rassure. Tu es près de moi et tu vois bien au-delà des circonstances car tu es au-dessus de tout.

Je lève les yeux vers le Ciel où le bleu de ta lumière m'apaise; je me tourne vers ta parole, ta bonté éternelle et ton accueil bienveillant. Vers l'espérance de ton retour qui chemine à ma rencontre. A notre rencontre.

Rachel et Olivier (atelier de créativité Psalmodia à Crissier du 28.01.2009)

11:38 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

26/01/2009

Christ est Roi ! Vraiment ?

 

Dans son humanité, Jésus s'est présenté à Jérusalem, comme le Roi que Dieu envoyait à son peuple, dans un esprit de service rempli de douceur et de parfaite humilité :

Dites à la ville de Sion : Regarde ton Roi vient à toi plein de douceur monté sur le petit d'une ânesse. Matthieu 21:5

Les hommes l'ont rejeté, cloué sur une croix payant ainsi pour chaque être humain le prix du pardon des péchés; mais Dieu l'a ressuscité car la mort ne pouvait pas garder en sa prison celui qui est la Vie :

Celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous. Hébreux 2:9

 Dès aujourd'hui nous, chrétiens de tous âges et de tous pays, avons conscience de la majesté glorieuse de notre Sauveur et Seigneur. Nous en sommes tellement heureux et nous nous réjouissons de sa gloire et de son pouvoir :

Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre. Philipiens 2:9.

Enfin, Jésus paraîtra bientôt selon la promesse biblique (319 versets du nouveau testament en parlent !) comme Le Roi des rois qui vient régner sur le monde avec un sceptre de fer, c'est-à-dire avec une autorité incontestable, imposant la Justice parfaite, à un monde qui en a tant besoin :

Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Apocalypse 19:11-16.

Dimanche prochain 1er février 2009 à la paroisse de le Rive-Droite 4, rue Pécolat, dès 9h45 notre temps de louange avec chants et musique aura pour thème et pour joie : CHRIST EST ROI ! Bienvenue à chacun !

Olivier Emery

   

16:09 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/12/2008

CALVIN 09 : QUEL TEMOIGNAGE ?

L'excellent magazine protestant-évangélique "CHRISTIANISME AUJOURD'HUI" (www.christianismeaujourdhui.info) mentionne dans son dernier numéro que le protestantisme officiel "a pris ses distances avec Calvin depuis bien longtemps". Et de relever qu'on veut bien de l'organisateur, du penseur, de l'enseignant ou du linguiste mais que le fond de son message reste méconnu : la grâce et la Seigneurie de Jésus-Christ. Ce constat est hélas bien vrai.

C'est un peu comme si on se gênait de fêter ce grand théologien qui fustigeait - et avec quel vigoureux talent ! - les dévoiements d'un catholicisme infidèle à l'Evangile : ça pourrait déranger l'oecuménisme ambiant ?

C'est un peu comme si on se gênait de fêter ce grand chrétien qui proclamait avec conviction et sans la moindre concession l'autorité des Ecrits bibliques : ça pourrait déranger trop de théologiens actuels dont "on ne sait plus en quoi ils doutent" ?

C'est un peu comme si on se gênait de fêter ce grand serviteur de l'Eternel qui (ré)affirmait clairement que seule la grâce offerte en Jésus-Christ procure le salut éternel à tout être humain : ça pourrait déranger les agnostiques ou les représentants d'autres religions ?

CALVIN 09 : un témoignage édulcoré lisse et agréable aux oreilles de tous ? On peut le craindre.

Olivier Emery

12:28 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |

15/11/2008

Je doute donc je suis ?

Plusieurs personnes se réclamant du christianisme affirment aujourd'hui que le doute est mère de la foi. C'est vraiment surprenant dans la mesure où  -par définition - ces deux notions s'opposent. Si le doute est mère de la philosophie humaine, c'est refuser la pensée de Dieu que d'affirmer qu'il est mère de la foi.

Qu'un incroyant athée ou agnostique mette en doute la foi chrétienne et le message biblique : voilà qui est parfaitement acceptable et légitime. Mais que le chrétien se laisse influencer par la philosophie pour douter des vérités de la foi révélées dans la bible ne l'est guère. Plus grave : c'est trahir notre vocation de témoins de l'Evangile en privant nos contemporains des certitudes vraies dont ils ont profondément et tant besoin. Oui il existe bien un merveilleux Créateur de toutes choses, oui l'être humain est séparé de Lui, oui son Fils Jésus offre gratuitement pardon, paix et joie à qui veut lui confier sa vie, oui un Jour - lorsque des gens de tous peuples de la terre l'auront adoré - Jésus reviendra.

En parfait gentleman, Dieu nous laisse le choix : douter ou croire. Ne cessons pas de douter de l'orgueil humain qui se cache sournoisement sous un masque de fausse humilité et de pseudo sagesse. Choisissons la confiance en Dieu, la foi : "Celui qui doute ressemble à une grosse vague de la mer que le vent souffle et agite. Celui-là ne doit pas penser qu'il recevra quelque chose du Seigneur; c'est quelqu'un qui ne sait pas choisir sa route : tantôt il avance, tantôt il recule" (Jacques 1:6-8).

Olivier Emery     

   

09:40 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

05/11/2008

Evangile et écologie

Peter Harris, fondateur et animateur d'A Rocha, ONG chrétienne écologique, prêchait dimanche dernier 2 novembre 2008 au culte de la Paroisse de la Rive-Droite. Texte de l'Ecriture retenu pour justifier du bien-fondé d'une action des chrétiens en faveur de la conservation ou de la restauration de la nature : Romains 8 19-22.

C'était peut-être un peu court. Car ce qui frappe dans ce passage, c'est qu'il nous révèle que la création a aussi été entraînée dans la ruine causée par le péché d'Adam; Il nous enseigne aussi que ce ne sont pas des engagements écologiques - fussent-ils chrétiens - en faveur de la création qui la restaureront pleinement, mais bien le "retour en gloire" de Jésus-Christ. Le chrétien attaché à sonder les Ecritures et à y conformer sa pensée revient inévitablement à cette espérance proclamée près de 300 (trois cent) fois dans le nouveau testament : Jésus-Christ va revenir et régner sur terre, comme Il règne dès à présent dans les lieux célestes. Aussi sûr que demain, après la nuit, le soleil se lèvera. 

Il est temps que les chrétiens redécouvrent et proclament à nouveau fidèlement cette vérité : ce ne sont pas leurs bonnes actions sociales, politiques ou écologiques qui vont instaurer le Royaume de Dieu sur terre : cette illusion à la fois religieuse et humaniste flatte l'orgueil et présente un autre défaut majeur : elle nie l'espérance du retour de Jésus-Christ. Car tout oeil Le verra et devant Lui tout genou fléchira. Mieux, l'Ecriture ancre définitivement une meilleure espérance, merveilleuse et parfaite : un jour Dieu créera de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Pourquoi ? Parce que comme Romains 8 nous le montre le Créateur aime sa création terrestre, il aime les oiseaux les fleurs les poissons et autres lichens et il a des plans de salut intégral aussi pour la nature et tout ce qu'elle contient.

Est-ce à dire que le chrétien peut souiller aujourd'hui sans vergogne la création et se désintéresser de son triste état écologique ? Bien sûr que non ; il doit lutter activement pour le respect de l'environnement pour deux raisons :

1. comment prétendre aimer l'Artiste (qu'on ne voit pas) tout en vandalisant son chef d'oeuvre (que l'on voit) ?

2. par des actions de restauration et et de sauvegarde de la création, les chrétiens posent des signes prophétiques comme autant de témoignages d'espérance de ce que l'Eternel va pleinement réaliser par le prochain retour sur terre de son Fils. Ce sont ces croyants, serviteurs "inutiles", qui s'entendront dire un Jour : "Tu as été sel et lumière du monde, bon et fidèle serviteur entre dans la joie de ton Maître" !


Olivier Emery

16:29 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |