19/01/2014

Des hommes et des femmes qui cherchent Dieu.

Oui, il existe à Genève des hommes et des femmes qui cherchent Dieu.

"Mangeons et buvons car demain nous mourrons" n'est pas le credo "biblique" (cf. Esaïe 22:13) de tous nos concitoyens. Il en est encore - et plus qu'on immagine - qui ont faim de raison de vivre et soif de sens à leur existence.

Le défi lancé à chaque chrétien depuis l'an 33 de notre ère demeure le même : entendre la voix du Saint-Esprit, puis aller vers les affamés de justice et de pardon, les assoiffés de consolation et d'espérance, les demandeurs de guérison et de consolation.

Le chant d'une prière s'élève maintenant de nos églises et de nos temples: "donne-moi le courage de quitter mon rivage et de marcher sur les eaux".

Olivier Emery 

19:17 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

22/12/2013

Noël, une fête païenne ?

Je suis un lecteur assidu du blogueur Maurice-Ruben Hayoun. Son dernier billet sur "Noël détourné de sa vocation originelle" respire - comme d'habitude - la pertinence. Hé oui, par une étrange et morose évolution des mentalités, il est de moins en moins permis de parler de l'origine épatante et lumineuse de cette fête. Laïcité oblige! Agnostisme et athéisme virulents veillent au grain! Résultat des courses: on peut parler de tout et n'importe quoi à Noël, mais surtout pas de son historique et véritable signification. 

Exemple vécu en notre demeure jeudi dernier 19 décembre 2013 lors des portes ouvertes de Landecy. Il est 20 heures. Votre serviteur propose de lire un conte intitulé "l'arbre généalogique de Noël". Réaction de l'un des invités présents : "ok, si ça n'est pas du prosélytisme!". Léger flottement dans l'assemblée...Euh, non ce n'est pas du prosélytisme à proprement parler, mais ce conte narre l'antique  récit biblique de Ruth et Boaz, les ancêtres du Roi David et de Celui qui est né un jour de Noël dans la maison du pain (= Béthléhem). Un pain donné pour apaiser la faim, parfois cachée toujours profonde, qui tenaille l'âme et l'esprit humains.

Ruth et Boaz, une belle et émouvante histoire d'amour entre un homme établi et une jeune veuve étrangère. Une histoire de rachat, d'heureuse et inespérée maternité, de dignité retrouvée et de joie partagée. Difficile de se taire, sinon les pierres crieront la bonne nouvelle...

...alors j'ai raconté, de tout mon coeur, la merveilleuse histoire de l'arbre généalogique de Noël.

Olivier Emery                

18:35 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

18/12/2013

Il touche un gros lot de CHF 34'000'000.- : gain ou perte?

Incroyable! Ce chanceux Canadien décide de tout donner à un hôpital et à un centre de recherche contre le cancer. Oui tout! Quel pied de nez aux puissances malsaines et démoniaques du matérialisme. Quelle insulte aux idoles hideuses et séductrices de la cupidité et de l'envie. Quelle cuisante défaite infligée au royaume des ténèbres!

Ce généreux donateur a compris qu'il est, aujourd'hui et pour l'éternité, mille fois plus riche de son don que de son gain. Un exemple concret exemplaire de l'Evangile en action.

Olivier Emery   

13:59 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

12/12/2013

Noël, quoi de neuf au 4 rue Pécolat?

Dimanche 8 décembre 2013. 4 rue Pécolat. 9h45. Bigre, l'Eternel serait-il contre les riches et les puissants? Question idoine à la veille de fêter Noël. Décidément, avant même la naissance de son enfant, Marie n'arrange rien pour la réussite de la future carrière de son rejeton. Ecoutons ses paroles:"Il chasse ceux qui ont le coeur orgueilleux, il renverse les rois et il renvoie à vide les riches!" (Luc 1:51ss).

Christine Bourgeois nous livre une réponse aussi normande que pertinente: oui et non; Dieu est pour les puissants et les riches s'ils protègent le faible opprimé et partagent leur richesse avec le démuni. Si non, comme pour le péché, il est plutôt contre.

Un jour le mal et la souffrance auront disparu et nous n'y penserons plus. Ce rêve devient ferme espérance pour celles et ceux qui croient à l'accomplissement passé et futur des paroles des prophètes bibliques. Lumineuse espérance pour qui a mis sa confiance en celui qui est né dans une humble étable de Judée, et qui va revenir pour instaurer son règne sur un monde où paitrons ensemble le loup et l'agneau.

Envie d'en savoir plus? Ca tombe bien, car dimanche prochain 15 décembre 2013 (9h45) aura lieu la fête de Noël à Pécolat avec chants, musique et grand spectacle des enfants dans la joie et la lumière de Noël! Suivi d'un apéro convivial. Entrée libre. Bienvenue à tous!

Olivier Emery 

14:37 Publié dans Bible et Evangile, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

25/11/2013

Bienvenue au théâtre ces lundi et mardi soirs!

Vous aimez le théâtre populaire ? Vous voulez savoir pourquoi des millions d'êtres humains considèrent que la vie et les paroles de Jésus de Nazareth sont Le tournant de l'histoire de l'humanité et de la leur ?

Alors BIENVENUE:

- ce lundi 25 novembre 2013 à 19h15 au temple de Plainpalais

- ce mardi 26 novembre 2013 à 19h15 à la salle de la Rive Droite 4 rue Pécolat (juste en dessous de la Poste du Mont-Blanc).

Entrée libre, chapeau à la fin du spectacle.

Votre serviteur-blogueur y joue un (petit) rôle.  

10:25 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/11/2013

Connaître l’œuvre; connaître l’artiste.

Cette histoire se déroule dans un manoir anglais au début du 20ème siècle. Grande fête, salon principal rempli de personnalités de tous horizons. Parmi les invités, un célèbre et talentueux acteur sollicité en fin de soirée pour une prestation. Il accepte: « veuillez me proposer un texte à lire s’il vous plaît ».

Un vieux pasteur à la retraite lui demande de lire le psaume 23. De sa magnifique voix timbrée l’artiste s’exécute magistralement. Sa diction nuancée est parfaite. Un tonnerre d’applaudissement salue le terme de sa brillante lecture. Il s’incline légèrement devant l’auditoire et se tourne vers le vieux pasteur : «  Révérend, voudriez-vous à votre tour nous lire ce passage biblique » ?

Le pasteur lit le psaume: « L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien… ». Lorsque sa voix s’éteint, un silence riche et émouvant s’installe. Pas d’applaudissements dans la salle, mais des coeurs touchés.

L’acteur reprend la parole : « Je connais le psaume 23, mais vous Monsieur le Pasteur, vous connaissez le Berger ».    

 

Olivier Emery

09:09 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

31/10/2013

Tout est vanité et poursuite du vent

« J’ai vu que tout travail humain n’est que jalousie à l’égard de son prochain. Eh quoi ! Le sage meurt aussi bien que l’insensé. J’ai dit en mon cœur : Dieu jugera le juste et le méchant » (Ecclésiaste).

 

Ces royales et bibliques paroles du sage traversent les âges… et ne prennent pas une ride! Elles nous rappellent que nous vivons dans un monde fait trop souvent d’oppressions et d’injustices impunies. Impunies ? Oui, en l’état. Si notre existence terrestre est brève, notre apparente finitude s’arrête où commence l’éternité. Et l’éternité commence par le jugement dernier. C’est dans la perspective de cette « existence après la vie » que nous sommes tous invités à réussir notre vie terrestre. Dès à présent. Olivier Fleury l’a fort bien rappelé dimanche matin dernier à Pécolat.  

 

En aimant Dieu et son prochain, nous échapperons à coup sûr à une vaine poursuite du vent. En cheminant avec celui qui n’a rien gardé pour lui mais tout donné par amour de son Père et de l’humanité, le succès de notre fugace voyage est assuré.

 

Olivier Emery

11:52 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

12/10/2013

Malala. Une vie perdue mais gagnée !

Malala. 16 ans. Pakistanaise. Deux hommes armés montent dans le bus scolaire et lui tire dans la tête. Elle survit miraculeusement : "Je lutte pour l'éducation (des filles) et je résiste aux talibans (...). J'ai été épargnée pour une raison, celle d'utiliser ma vie pour aider les gens». Quelle déclaration magnifique, quelle admirable dignité: "utiliser ma vie pour aider les gens".  

La vie de Malala a de la valeur car elle est prête à la donner pour autrui. Son témoignage rejoint l'incroyable et littéralement bouleversant message de Jésus : "Celui qui veut sauver sa vie la perdra". Et ce Messie qui a lui-même donné sa vie par amour de l'humanité de préciser : "Perdre sa vie, c'est accumuler des richesses : à quoi cela sert-il ?" (cf. Marc 8:35). A méditer sans modération. Et si je relisais l'évangile de Marc ?

Olivier Emery

07:24 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

17/09/2013

Costa Concordia, enfin une bonne nouvelle !

Chacun se souvient des conditions dramatiques et lamentablement burlesques de cet incroyable naufrage. La condition humaine souffre d'une très grave maladie mortelle, nommée péché originel, qui est à l'origine de comportements humains aussi consternants que mortifères.

 

Pourtant ce sont aussi des hommes qui viennent de réaliser un prodigieux exploit technique : redresser la gigantesque épave gisant tout près du rivage toscan. Quel travail d'équipe ! Quelle compétence ! Quelle ingéniosité ! Il y a le mot "génie" dans celui d'ingénieux, et il en a fallu pour relever avec succès ce formidable défi.

 

Misère et grandeur à la fois. La corruption spirituelle et morale dont souffre l'Homme est une réalité incontournable, n'en déplaise aux humanistes souffrant de cécité. Mais sa valeur intrinsèque perdure, car l'être humain a été créé à l'image de Dieu.     

Olivier Emery

15:29 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

11/09/2013

L'amour en 4D

Quoi de neuf à Pécolat dimanche dernier 8 septembre 2013 ? L'amour en 4D existe bel et bien. Thierry Bourgeois commente ce merveilleux passage d'Ephésiens qui décrit l'amour de Dieu révélé en et par Jésus de Nazareth.

 

Largeur : il s'étend d'est en ouest sur tous les fuseaux de la terre.

 

Longueur : tout être humain en bénéficie durant sa vie entière, et même au-delà.

 

Hauteur : il dépasse notre entendement, car il est infini et ne peut se mesurer qu'à l'échelle de l'univers.

 

Profondeur : il nous rejoint à l'intérieur même de notre être pour le restaurer et le guérir  

 

Le chrétien n'a pas, ou plus, le choix : il est lié à cette économie d'amour. Ses actes et motivations sont désormais tournés vers autrui. Cette exigence de l'Evangile ne se marchande pas, car son maître n'a pas négocié le don de sa vie, un dramatique vendredi après-midi, sur une colline proche de Jérusalem.

 

Olivier Emery      

15:19 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

23/07/2013

Je crois au Saint-Esprit

Cette affirmation du credo est-elle encore prêchée en nos églises et temples aujourd'hui ?

 

Plus ou moins, tant le Saint-Esprit est souvent le parent pauvre de la trinité. Parfois réduit à une modeste lampe rouge au fond d'une église, craint par le rationalisme et ses dérives théologico-philisophico-intellectuelles, suspect de malséances et débordements émotifs incompatibles avec le "sérieux" de la religion. Difficile pour l'esprit suisse "propre en ordre" d'accepter l'imprévu et le surnaturel du Dieu de la Bible. Et pourtant, Dieu sait si notre monde a besoin de sa présence et de son action! Faire l'économie du mouvement charismatique, c'est comme posséder une voiture et refuser de l'équiper d'un moteur.

 

Dimanche dernier 21 juillet 2013, Guillaume Saehr pasteur à Pécolat a souligné avec pertinence et autorité que c'est la présence et l'action du Saint-Esprit dans la vie du chrétien qui lui permettent d'être invariablement authentique et sincère. C'est Lui qui nous donne une véritable et parfaite liberté d'être et d'agir, à l'exemple du Messie Jésus. Nos églises et paroisses ne seront vivantes et ne répondrons à leur vocation que si elles confessent leur foi en l'Esprit saint et reçoivent ses dons et ses fruits. 4 sur 4 : tous les évangiles mentionnent que Jésus est celui qui nous baptise du Saint-Esprit. Cette vérité n'est donc pas optionnelle et, en un certain sens, le vrai christianisme sera charismatique ou ne sera pas.

  

Et tant pis si les chrétiens remplis de l'Esprit  passent pour des ivrognes comme un jour de Pentecôte de l'an 33 de notre ère : "certains se moquaient et disaient : Ils sont plein de vin doux" …(cf. Actes  2:13).

 

Olivier Emery                       

10:23 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

19/06/2013

Faut-il avoir peur des évangéliques ?

Entre méfiance populaire et intérêt croissant des médias, les chrétiens évangéliques semblent interpeller toujours d'avantage les journalistes. Ainsi le talentueux journaliste blogueur parisien Jean-Noël Cuénod évoque-t-il, dans l'un de ses récents billets, la désaffection des lieux de culte du protestantisme libéral en miroir avec le dynamisme croissant de certains milieux évangéliques.

 

L'air de la chanson est bien connu à force d'être toujours le même. Le succès évangélique reposerait sur les douteuses recettes suivantes : l'émotionnel qui rapporte gros, la musique moderne, des célébrations en forme de show spectaculaire et bien huilé. Et au passage on souligne que les évangéliques sont d'incroyables et horribles conservateurs. Pensez-donc, ils sont opposés à l'avortement et au mariage homosexuel!

 

Tant pis pour les amateurs de polémique, les communautés évangéliques ne se défendent guère contre ces griefs parfois acerbes et méprisants. Pourquoi ? Pour une raison fondamentale assez simple somme toute : ils n'ont guère d'ambition pour le "mouvement évangélique" car leur préoccupation est heureusement et exclusivement captée pour Jésus le Messie. En cela ils sont plus calvinistes que nombre de protestants genevois car c'est Calvin qui affirmait : "il faut que Jésus gagne!". Ce qui compte, c'est le succès de Jésus et du royaume de Dieu. C'est que des vies apaisées, guéries et purifiées par l'Esprit soient changées, restaurées et pardonnées. En un mot, sauvées du péché.

 

Une variable manque dans l'équation de l'analyse humaniste à propos des évangéliques. C'est comme si une personne incapable de saisir la troisième dimension discourt doctement sur les caractéristiques d'un volume. C'est comme si un savant philosophe ou un brillant sociologue parle de la foi. C'est comme si la raison humaine entend expliquer la théologie.

 

Dimanche dernier 16 juin 2013 à Pécolat Jean Blanc a rappelé fort à propos cette phrase de l'actuel pape catholique retraité : " Si Dieu est Dieu alors il a le pouvoir sur la matière". C'est la personne vivante de Jésus-Christ, c'est l'action surnaturelle (mais oui!) du Saint-Esprit, c'est l'annonce humble mais ferme de l'exclusive bonne nouvelle du salut exposé dans la Bible qui font réellement la différence. Les évangéliques, Dieu merci, n'ont pas le monopole de cette proclamation à succès.

 

Olivier Emery      

13:43 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

11/06/2013

Dimanche matin 9 juin 2013 à Pécolat. Berger et papa en recherche.

C'est l'histoire d'un berger qui, le soir venant,  rentre en la bergerie son troupeau fort de cent brebis. Il en manque une qui s'est égarée dans les collines. Il part à sa recherche et ne revient qu'une fois sa brebis retrouvée.

 

C'est l'histoire d'un père de famille qui garde dans un parc public ses enfants et ceux de ses voisins; huit en tout. Après s'être fâcheusement assoupi sur un banc, il les retrouve, les réunit et les compte : il manque son garçon de 2 ans et demie ! Immédiatement le papa se met activement à sa recherche, l'appelle à haute voix par son prénom, interpelle des passants et scrute toutes les aires du parc. En vain. L'inquiétude lui serre le ventre et comprime ses poumons. Il reprend ses appels et recherches et, enfin, l'aperçoit tout au bout d'une allée. Il court et le serre dans ses bras. Il est si joyeux qu'il offre une tournée de glaces à toute sa troupe et les emmène gaiement dans leur restaurant préféré.

 

Bengt Wedemalm, notre orateur suédois du jour, explique avec talent, passion et autorité que ces berger et papa sont à l'image de Dieu. L'évangile nous révèle que Jésus veut guérir et sauver tous ceux qui sont englués dans la dépression, les faux-semblants et la confusion. Son cœur brûle d'amour pour chaque être humain et ses bras sont inconditionnellement grand ouverts. Le vrai christianisme n'est pas religieux, il est spirituel.

 

Chrétiennes et chrétiens de Genève : voit-on Jésus en nous ? Si oui, nos églises et nos temples seront toujours plus et mieux un lieu d'accueil, un refuge pour beaucoup de femmes et d'hommes qui ont besoin d'être guéris, besoin d'être sauvés. Dès à présent et pour l'éternité.

 

Olivier Emery

 

PS : l'histoire du berger est à lire en Luc 15 : 1ss  

18:53 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

07/05/2013

Devenir le village préféré des Français ? Non merci !

"L'argent n'a pas d'odeur" répond Vespasien à qui lui reproche de s'enrichir avec l'urine des "WC publics" romains. C'est faux. L'argent sent, l'argent pue.

 

Maire du village de Conques (F), M. Philippe Varsi ne veut pas de cette puanteur. Profiter de la publicité d'une célèbre émission de TV ? Gagner 200'000 visiteurs annuels supplémentaires ? Non merci ! Comme un heureux courant d'air pur repoussant l'air vicié et pestilentiel ambiant, Monsieur le Maire répond : " Ici c'est la spiritualité qui compte. On préfère accueillir moins mais mieux. Nous ne sommes pas des marchands du temple".

 

Marchands du temple ? Encore un récit de l'Evangile à découvrir ou redécouvrir (cf. Jean 2:13ss).

 

Olivier Emery          

 

13:08 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

24/04/2013

Ma vie, créancière ou débitrice ?

Cette question est fondamentale. De ma réponse dépend mon rapport aux autres et à moi-même. Mon regard aussi : tourné vers mon nombril ou vers autrui ? Quel est le champ de mon horizon ?

Dimanche dernier 21 avril 2013, avec humilité et autorité Christopher Alam interpelle l'auditoire de la paroisse de Pécolat. Et d'illustrer le propos de Paul (cf. Romains 1:14ss) par son vécu personnel.

Jeune Pakistanais, fils de général, il croise dans la rue à Lahore un Anglais qui a tout quitté pour devenir évangéliste. Il remarque sur son visage une paix et une joie inconnue et enviée. Il le questionne et l'homme lui parle de son secret : Jésus-Christ. Redevable à cet étranger.

Devenu chrétien il demande à un pasteur de le baptiser, mais il sait que celui-ci risque sa vie en le faisant. Cet homme prend ce risque; il sera quelques années plus tard assassiné par des extrémistes musulmans. Redevable à ce pasteur.

Lui-même pourchassé pour crime d'apostasie, Christopher se réfugie miraculeusement en Suède où une dame âgée décide de prier pour lui tous les jours et de lui envoyer régulièrement et fidèlement une modeste somme d'argent; modeste pour un riche mais importante pour elle au vu de ses très faibles ressources. Redevable à cette vielle dame.

Jésus a donné sa vie pour chaque être humain. Nos vies ont été rachetées au prix de la sienne. Redevables à Jésus-Christ. La vie du chrétien est à l'exemple du vécu de Jésus : elle est débitrice et non créancière. Notre vie ne nous appartient donc pas.

Un défi à relever chaque jour pour que nos actes et nos paroles brisent le fatalisme de ce dieu aveugle et sourd qu'est le destin. Car notre vocation est de lutter contre la maladie, l'injustice, la haine, le désespoir et toute sorte de mal;  au nom et avec la puissance spirituelle du Fils de Dieu : né d'une vierge, a vécu sans péché, a réalisé de nombreux miracles, mort sur une croix, revenu à la vie, monté au Ciel et toujours vivant.

En 2013 comme en tous les autres siècles, cette bonne nouvelle ne comporte pas d'option de croyance. Elle est à prendre ou à laisser. C'est tout ou rien. Car dans cette foi, certes folie pour la raison humaine, réside la merveilleuse force agissante et restauratrice de l'Evangile. L'espoir pour notre monde.

Olivier Emery                         

 

11:43 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

11/04/2013

Le paradis sur terre : mais oui, c'est pour demain M. Hayoun !

Je suis un fan des notes de blog de M. Hayoun. Elles sont toujours rédigées avec grand soin et talent littéraires. Chacun de ses billets est d'une invariable et érudite pertinence. Le dernier du 10 avril 2013 " Peut-on moraliser la vie politique ? Le paradoxe de l’exercice du pouvoir…"   en est un nouveau et brillant exemple.

 

Hé oui, réalisme et réalité nous invitent à admettre ce constat : l'âme humaine souffre d'une grave maladie congénitale. Si bien évoqué par le célèbre Jean Racine dans sa poésie sacrée :

 

Mon Dieu! Quelle guerre cruelle!
Je trouve deux hommes en moi.
L'un veut que, plein d'amour pour toi,
Mon coeur te soit toujours fidèle;
L'autre, à tes volontés rebelle,
Se révolte contre ta loi.

L'un, tout esprit et tout céleste,
Veut qu'au ciel sans cesse attaché,
Et des biens éternels touché,
Je compte pour rien tout le reste;
Et l'autre, par son poids funeste,
Me tient vers la terre penché.

 

Et M. Hayoun de conclure prophétiquement par ce magnifique et véridique propos :

 

Les réalités s’inverseront au point que certaines défaites honoreront ceux qui les subissent car ils ont cru en leurs idées et que certaines victoires couvriront de honte ceux qui les remportent dans des conditions douteuses.    

 

Jésus l'a aussi déjà annoncé :

 

Les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers (Matthieu 20:16).

 

Et, bonne nouvelle, c'est bien pour demain comme en atteste l'Ecriture des chrétiens en son avant-dernier verset :

 

Oui je viens bientôt ! Amen ! Viens Seigneur Jésus ! (Apocalypse 22:21)

 

 

Olivier Emery  

09:51 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

09/04/2013

Une jeune femme très fâchée par le sermon du pasteur !

Action = réaction. Ce n'est pas tous les dimanches qu'un sermon pastoral provoque la sortie aussi prématurée que courroucée d'un participant au culte dominical. C'est pourtant ce qui est arrivé dimanche dernier 7 avril 2013 à la paroisse de Pécolat.

 

Mais qu'est ce que le pasteur Jean Blanc a bien pu dire de scandaleux ? Il a osé parler de la perdition éternelle, rappelant que de nombreux textes bibliques enseignent très clairement cette réalité.

 

Choisir entre le ciel et l'enfer… un raccourcis simpliste et obsolète ? Une imagerie naïve d'un autre temps ? Une vérité choquante et irrecevable pour les gens intelligents et instruits de cette génération du XXI ème siècle ?

 

Sauvé ou perdu…une lecture rétrograde de l'Evangile ? Une manière honteuse de vouloir convertir les gens au christianisme en leur "foutant la trouille" ?

 

Fausses pistes ! Ce n'est pas un cri de menace gratuite et méchante qui retentit régulièrement dans la parole de Dieu; c'est toujours un cri d'alarme et d'amour. Car le souci et la tendresse de Dieu est que chaque être humain soit sauvé et qu'aucun ne soit perdu (cf. Jean 3:16, 2 Pierre 3:9).

 

Le monde qui nous entoure cherche à nous formater pour nous tirer vers le bas. Jésus, lui, nous invite à lui ressembler pour nous emmener vers le haut.           

 

Olivier Emery

10:10 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

11/03/2013

Autrefois et maintenant. Avant et après.

Des évènements importants rythment et marquent notre existence. Certains sont si importants qu'ils y inscrivent une sorte de frontière temporelle. Un avant. Un après. Une rupture parfois dramatiquement douloureuse, la perte d'un être cher par exemple; mais il en est aussi d'heureuses et merveilleusement capitales : une libération, une guérison, une naissance.

Avec le Dieu de l'Evangile, la vie offre toujours un "après" de lumière et d'espoir qui va même au-delà du mystérieux portail de la mort. Christophe Saez l'a remarquablement bien exposé dimanche matin dernier 10 mars 2013 lors du culte à Pécolat. Si Dieu nous connait dès avant notre naissance, il y a dans la vie de tout chrétien une heureuse bascule dans la douce et chaude lumière de Sa rencontre. Mieux, la certitude qu'Il nous connait et qu'Il nous aime comme un "papa idéal".

Un papa idéal ? Oui un Père juste et bon à la fois, qui nous procure la sécurité de sa sainteté et la tendresse de son invariable bienveillance. Un consolateur. Un "encourageur". Un coach qui voit les valeur et potentiel de notre existence connectée à sa volonté. Le cadeau de cette "nouvelle vie" est gratuitement offert à tous. Mais seuls ceux qui l'acceptent se l'approprient; la donation est un contrat bilatéral.

Olivier Emery  

 

 

 

 

16:07 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

07/03/2013

Un pouvoir 100% propre. Utopie ou réalité ?

Ai-je pris le bœuf ou l'âne de quelqu'un ?

Ai-je fait du mal ou causé du tort à quelqu'un ?

Ai-je demandé un cadeau à quelqu'un pour fermer les yeux sur sa conduite ?

 

A chaque question de Samuel le peuple, unanime, répond par la négative (cf. 1 Samuel 12:3 et 4).

 

Cette pureté de cœur du célèbre prophète biblique révèle un peu ce qu'est la sainteté de Dieu. 100% propre; rien, mais vraiment rien, de corrompu.

 

Une perfection certes redoutable pour l'être humain si prompt à fauter. Si fragile et vulnérable au mal, comme un fruit qui à peine heurté par les coups de la vie, se gâte et pourrit trop facilement.

 

Toutefois la sainteté de l'Eternel est une perfection aussi belle que lumineuse. Aussi admirable que rassurante. Pleinement fiable. Qu'il est bon de se soumettre à son pouvoir. Qu'il est bon de savoir que notre Dieu est souverain, qu'il tient nos vies et le monde entier dans ses mains.

     

Et dans le ciel, jour et nuit, retentit sans cesse ce chant : "Saint saint saint est le Seigneur, le Dieu tout-puissant; celui qui est qui était et qui vient !" (Apocalypse 4:8).  

 

Olivier Emery

12:06 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/03/2013

$ 5'000 ou le choix du prénom de son bébé ?

C'est l'histoire, hélas vraie, d'une jeune femme californienne de 26 ans qui contre $ 5'000.- abandonne à des inconnus internautes le droit de choisir le prénom de son enfant à naître. Non, l'argent n'est pas neutre.

L'amour de l'argent n'est pas un défaut, c'est un péché. La Bible dit même qu'il est la racine de toutes sortes de maux (cf. 1 Tim.6:10). Quel estime de lui-même et de ses parents cet enfant aura-t-il à l'âge de raison ? Quel acte sacrificiel démoniaque est ainsi rendu à cette puissante Idole intemporelle, cruelle et exigeante qu'est l'Argent ? Que de turpitudes, de lâchetés et d'indignités sont commises en son nom nauséabond et à sa ténébreuse gloire ?

Toutes et tous, sans exception, sommes menacés par sa fascination diabolique. Riches comme pauvres. Pauvres comme riches. Et cet attachement peut avoir de mortelles conséquences non seulement temporelles mais aussi éternelles. Vincent Bonfils l'a rappelé dimanche 3 mars 2013 à Pécolat en lisant le récit évangélique du notable en Luc 18:18ss : cet homme rejette la vie éternelle parce que son cœur est attaché à ses grandes richesses.

Au quotidien, confronté à la séduction redoutable de l'amour de l'argent, séduction magnifiée et amplifiée par le monde qui nous entoure et ses publicités harcelantes, je dois lutter pour garder mon âme propre. Et comme un appel au secours je prie le Ciel au nom de Jésus : " O Dieu sonde mon cœur et connais mes pensées, regarde si je suis sur une mauvaise voie et conduis-moi sur le chemin de la vie éternelle". Ou plus simplement " Délivre-moi du Mal !".

Olivier Emery

14:40 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |