18/03/2015

Témoignage chrétien et curiosité d'esprit

En finalisant sa déclaration fiscale 2014, je trouve ce matin sur le bureau de papa (décédé ce 6 mars 2015) son cahier « Caisse ordinaire » où il inscrivait toutes les recettes et dépenses du ménage. En première page (octobre 2011) : « QUE LE MAITRE REGNE SUR NOS FINANCES » ; début 2012 : « Ta fidélité ô Jésus nous émeut, elle la rend la nôtre toute naturelle » ; début 2013 : « Seigneur continue d’être notre secours (…) » ; début 2014 : « Continue, Jésus, à nous donner ta sagesse dans la gestion de nos biens » ; début 2015 : «  Merci Seigneur pour ta fidélité ».   

Sur ce même bureau s’empilent plusieurs publications. Voici quelques titres révélant les nombreux intérêts « tous azimuts » de notre cher papa : « La poste et la philatélie en Israël », « Géologie de la région genevoise », ou « Des chartes de franchise à la nouvelle constitution : une histoire des institutions neuchâteloises ».

Qui a dit que tout l’intéressait ?  

Olivier Emery

09:20 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

02/03/2015

Il y a dette et dette.

Si je m’endette pour construire une maison afin d’y loger ma famille, ma dette n’en est pas vraiment une car sa valeur sera couverte par celle du bien immobilier. Débiteur et créancier sont irréprochables.

Si je m’endette pour acheter une voiture, une TV, une piscine ou pour financer le salaire de mes jardinier, femme de ménage et autre domestique, alors il a problème car je vis au-dessus de mes moyens. La ruine guette au tournant. Débiteur et créancier jouent un jeu malsain.  

Si je m’endette pour nourrir ma famille menacée à court terme de famine, alors mon créancier ne devrait pas percevoir d’intérêt. Il devrait aussi, tous les 50 ans, effacer l’ardoise et redistribuer la richesse foncière. Une solution avant-gardiste ? Pas vraiment puisqu’elle est préconisée depuis environ 33 (!) siècles dans la Bible, cf. Lévitique 25. Le créancier pratique le bien.

Reste à déterminer à quel type de débiteur appartient l’obligé, et, cas échéant, à méditer cette prière: « Remets-nous nos dettes, comme nous les remettons à nos propres débiteurs ».

Olivier Emery

 

 

 

11:00 Publié dans Bible et Evangile, Commerce, Economie, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

16/02/2015

Et voilà que Jésus crache par terre...

Pas très propre en ordre tout ça. Et guère hygiénique. C'est ce qu'il y a de fascinant dans les anciens Ecrits relatant les exploits de nos ancêtres et héros spirituels: un souci de n'en avoir aucun (sauf pour l'authenticité), une petite part persistante de mystère, un équilibre entre le rationnel occidental et la symbolique théâtrale orientale.  

Jésus mélange alors sa salive avec la poussière terreuse du sol. Il en fait un peu de boue qu'il pose sur les yeux de l'aveugle. Il lui ordonne d'aller se laver à la grande fontaine publique de la ville. Il y va et revient complétement guéri.

En marge de ce merveilleux récit surgit la question du pourquoi de la maladie ou du handicap qui affligent trop d'êtres humains. A cette époque on avait l'intelligence de ne pas en accuser Dieu mais, en revanche, on instruisait à charge de la victime : est-ce lui ou ses parents qui ont fauté pour qu'il récolte en punition la cécité dès sa naissance ? Certes il est des situations où la maladie trouve directement sa cause dans l'irrespect des préceptes divins. Mais pas automatiquement. Pas toujours. Du "warum" (pour quelle cause ?) Jésus passe au "wozu" (pour quel but ?). Sacré Jésus ! Il n'a pas son pareil pour inventer une nouvelle perspective qui libère des shémas mécaniques. Quel art du contre-pied chez lui; si le football avait été inventé 19 siècles plus tôt le Rabbi de Nazareth aurait sans doute été un fameux tireur de penalty. 

Aujourd'hui, si tu te sens comme cet aveugle, inutile mendiant laissé au bord de la route et livré à l'obscurité des lendemains sans lendemain, alors invite-le à te barbouiller. Il te surprendra alors par sa parole, sa lumière et sa guérison.

Olivier Emery

PS: Relire ce texte médité par Thierry Bourgeois hier dimanche matin 15 février 2015 à la rue Pécolat ? C'est possible : évangile de Jean, chapitre 9.      

    

17:42 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

09/02/2015

Vos fils et vos filles prophétiseront

La promesse des temps anciens est encore et toujours d'actualité. Il y a eu des pentecôtes avant et après "la" pentecôte de l'an 33. Et il y en aura encore. Chacune et chacun est récipiendaire potentiel du Saint-Esprit. Point de monopole exclusivement réservé à un clergé d'une quelconque religion.

Nos actions et nos propos ont besoin d'être inspirés du Souffle de Dieu. Et nos mains de se joindre pour prier : SEIGNEUR viens ranimer ta flamme en chacun de nos coeurs pour que se taise enfin le dieu silence et que (re)parle enfin Celui qui construit, exhorte et console. 

Car l'être humain n'a pas seulement besoin de nourriture pour vivre, mais aussi d'entendre la voix de son créateur. La philosophie matérialiste est un mensonge atrophiant qui bouche nos oreilles spirituelles. Mais aujourd'hui si tu entends la voix de Dieu ne ferme pas ton coeur, pierre froide privée de vie.

Olivier Emery

PS : texte très largement inspiré du message donné hier dimanche 8 février 2015 au 4 rue Pécolat par Laurent Joly, pasteur à Onex.  Voici les passages bibliques concernées: Joël 2, Nombres 11, Actes 2, 4 et 10, 1 Corinthiens 14, Matthieu 6 et Hébreux 4. A lire et relire sans modération!         

15:04 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

25/01/2015

L'intégrité ne paye pas!

Vrai ou faux ? Vrai à court terme. Mais faux à long terme.

Voici quelques dizaines de siècles vivait un homme parfaitement intègre, Joseph. Rien de répréhensible chez lui. Contrairement à d'autres grands héros bibliques comme Abraham, Moïse ou David, pas le moindre faux-pas sur le parcours de son existence. 

Avant-dernier fils du patriarche Jacob, Joseph traverse 7 périodes d'épreuves. Il pleure 7 fois. Sa famille d'abord, puis son entourage professionnel lui infligent mépris, rejet, moquerie, haine, calomnie, ingratitude et oubli. Malgré tout il demeure invariablement ferme dans sa confiance en Dieu.

La superbe et sensuelle femme de son puissant patron lui propose de coucher avec elle; va-t-il céder aux sirènes du plaisir sexuel et de l'affermissement d'une brillante carrière professionnelle ? Non, il fuit - littéralement - l'inconduite immorale, la trahison et le mensonge.

Alors qu'il accède enfin aux plus hautes et prestigieuses fonctions étatiques, il demeure humble et modeste, affirmant que ce n'est pas lui mais Dieu qui est le vrai dépositaire de toute sagesse et intelligence. 

L'occasion providentielle lui est offerte de se venger de ses frères qui l'ont traité avec cruauté et vendu comme esclave : il ouvre alors ses bras et leur pardonne sans condition.     

Comme dit le proverbe : "tout est bien qui finit bien". Joseph devient pour le restant de sa vie le chef incontesté et respecté du gouvernement de la première puissance mondiale de l'époque. Son intégrité a fini par payer.

A la vérité, l'intégrité n'est pas payante en soi. Elle appartient à un autre ordre, un autre Royaume. Elle suffit en elle-même au bonheur de celui qu'elle habite. Elle puise sa source en l'Esprit de Dieu. Elle donne courage, espérance et confiance en toutes circonstances, même les plus sombres. Elle procure une paix profonde et un formidable sentiment de liberté. Elle permet de se regarder dans la glace, droit dans les yeux, avant de murmurer l'indicible privilège de se savoir aimé et estimé par le Créateur de la vie.   

Olivier Emery

PS: ce texte résume le message du Pasteur Roland Léchot prononcé ce dimanche matin lors du culte de la Rive-Droite. 

19:17 Publié dans Bible et Evangile, Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

18/01/2015

"Je suis la lumière du monde"

Cette parole phare de Jésus est pour chacun d'entre nous. Sa lumière n'est ni inquisitoriale ni accusatrice. C'est une parole libératrice adressée par le Dieu d'amour. C'est le message de la Bible, de la première à la dernière page. Dans ta vie et dans ton coeur, ce qui reste caché à sa lumière te glace et te détruit. Cette obscurité te désoriente. Elle est la chape de plomb d'un brouillard sombre qui t'emprisonne. "Viens donc vers moi" te dit Jésus, "reçois ma douce et chaude lumière qui réconforte, libère et purifie".

Sa lumière est aussi pour les autres, pour le monde entier. Comme celle d'un phare qui ne brille pas pour lui-même mais pour les voyageurs égarés en danger. Toutes celles et ceux qui ont reçu la lumière du Messie ont ainsi vocation de la porter au loin, de la faire rayonner à l'extérieur des murs de leurs chapelles.

Olivier Emery

PS: ce billet est un résumé de la prédication de ce dimanche 18 janvier 2015 du pasteur Thierry Bourgeois de la paroisse de la Rive-Droite. Envie de méditer plus avant toute la richesse de cette parole lumineuse ? C'est dans l'évangile de Jean au chapitre 8. 

19:03 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

14/01/2015

Charlie à contre-courant ? Oui mais.

Comme dit le proverbe : "Seuls les poissons qui nagent à contre-courant sont des poissons vivants".

En 8ème du CO Pinchat j'ai eu le privilège d'avoir comme professeur l'historien Guy Le Comte. Aujourd'hui je suis honoré de le compter parmi mes amis. Un ami qui a eu la gentillesse de réagir à mes derniers blogs par un message qui débute ainsi :

"Je tiens à te féliciter pour avoir été à contre-courant à propos de Charlie. Je ne suis pas entièrement d'accord avec toi mais je pense que tu as dû en recevoir de dures. Malraux annonçait que le XXIe siècle serait religieux ou ne serait pas. A la manière dont il a commencé, il serait bon qu’il ne soit pas. (...).Omar Kayam chantait le vin et les corans enluminés de Perse étaient ornés de portraits du Prophète. L'islam a aussi produit hélas des fanatiques sanguinaires. Ceux qui sévissent aujourd'hui sont des bandits revêtus de quelques oripeaux religieux. C’est en bandits qu’ils doivent être traités."

Voici ma réponse :

" Cher Guy, Il est vrai que j'ai reçu quelques commentaires assez insultants (non publiés) et plusieurs hostiles (publiés). En fait il est amusant de constater que les gens prennent plus volontiers la plume pour réagir négativement que positivement...ce qui me semble très humain somme toute. 

100% d'accord avec toi: ces tueurs islamistes sont des bandits qui doivent être combattus comme tels. Avec une pleine détermination et sans faiblesse. 

Ce qui ne m'empêche pas de questionner l'Occident sur ses propres valeurs actuelles.

Ce qui ne m'empêche pas de défendre la liberté religieuse de nos concitoyens musulmans "normaux".

Ce qui ne m'empêche pas de m'inquiéter des germes liberticides intrinsèques à l'islam liés notamment à sa détestable prétention à régler la vie civile/politique de tous les citoyens (musulmans ou non). 

Pas facile de mener de concert toutes ces actions, parfois quelque peu contradictoires...   

En réalité la motivation de mes billets est très principalement - bien qu'exprimée discrètement - l'évangélisation.  J'espère susciter chez les lecteurs un intérêt pour l'évangile et pour notre Seigneur Jésus. J'espère aussi aussi "réveiller" les chrétiens pour qu'ils considèrent à sa juste valeur le trésor et le privilège de connaître le Dieu de Jésus-Christ".

Olivier Emery 

  

15:31 Publié dans Bible et Evangile, Culture, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

En marge de Charlie et de l’islamophobie : où va l’Occident ?

Impie. Impudique. Irrespectueuse. Notre société occidentale le devient chaque jour un peu plus. Sous le patronage dévoyé de la sacro-sainte nébuleuse « Liberté d’expression », nos médias encensent l’impiété, vantent l’exercice irresponsable et désordonné de la sexualité, exaltent l’Homme matérialiste né de la miraculeuse évolution athée des espèces. La morale est bafouée avec une insolence constante et destructrice. Le respect de la parole donnée, l’amour de la vérité et la détestation du mensonge s’évaporent comme la couche d’ozone. Dieu est traqué, appréhendé, pour être confiné aux oubliettes d’une humanité enfin libre et intelligente. L’orgueil triomphe. Alleloumoi !

L’homme occidental, arrogant, a bien entendu toujours raison. Et tous ceux qui ne rejoignent pas le culte laïc de La pensée « bien-pensante » sont, au mieux, taxés de  rétrogrades pathétiques ou, au pire, de fondamentalistes honnis.

Les nouveaux prophètes de cette religion agnostico-athée favorisent indirectement l’islam voire l’islamisme. Car on juge l’arbre à la qualité de ses fruits : pitoyable spectacle moral, désert spirituel ; or l’esprit, comme la nature, a horreur du vide… Par un pervers amalgame lié à l’étiquette « chrétienne » de notre Occident, c’est le visage de l’Evangile qui est défiguré et sali aux yeux de tous, y compris des musulmans.

Seule une (re)découverte de la bible et des valeurs liés au merveilleux message de Jésus peut renverser la tendance. Seule une communauté d’hommes et de femmes animés par la puissance du Saint-Esprit pourra libérer les captifs enlisés. Leur arme ? Bien plus forte que la sagesse humaine ou que le fanatisme religieux armé : la prière et l’amour persévérant.

Olivier Emery  

 

10:53 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

10/01/2015

Mahomet Jésus et la violence

De nombreux et sincères penseurs musulmans affirment que Mahomet a été envoyé en "signe de miséricorde pour les mondes". Le problème est que ce prophète a (aussi) été un chef de guerre qui a fait couler le sang.

Cette réalité historique est hélas incontournable. Jésus, lui, a toujours refusé le pouvoir et la violence. Mieux. Attaqué, il renonce à se défendre et accepte d'être cloué sur une croix, comme un agneau. Face à la haine meurtrière il réplique par cette prière : "Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font!". Ses paroles portées par le vent de Galilée tentent aujourd'hui encore de pacifier le coeur des femmes et des hommes de toutes nations, religieux ou non : "Heureux les doux car ils hériteront de la terre". Son commandement radical est sans appel : "Aimez vos ennemis".

En théorie du moins, il est donc plus facile pour un disciple du Rabbi de Nazareth que pour un musulman de résister à la tentation de la violence. Cette inclination malsaine dramatiquement chevillée au coeur humain.

Olivier Emery 

10:36 Publié dans Bible et Evangile, Culture, Monde, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |

05/01/2015

Dimanche 4 janvier 2015. Jeter la pierre à quelqu'un.

D'où vient cette expression bien connue ? D'une rencontre dramatique survenue vers l'an 31 de notre ère. En jeu la vie d'une femme surprise en péché d'adultère et menacée d'être lapidée par ses accusateurs. En jeu aussi, la crédibilité de ce Maître juif qui dérange dangereusement  le pouvoir religieux établi. Un piège mortel se referme sur ces deux proies.

Comment concilier le respect de ce qui est bien et juste avec l'espérance du pardon et de la rédemption ? Comment gérer - seul contre tous - cette double haine meurtrière nourrie d'astuce et de fiel ?

Il dessine dans le sable. Il prend du temps pour écouter son Père. Il renverse la perspective et parvient à articuler harmonieusement des valeurs a priori contradictoires : la justice et la bonté. Il sort de la mortelle impasse avec deux paroles empreintes d'une autorité aussi douce qu'indiscutable. Il renvoie chaque accusateur à l'examen de son propre coeur. Il redonne vie, droiture et dignité à la femme menacée.

Un exemple à suivre dans les défis qui jalonnent parfois nos vies quotidiennes. Confronté trop souvent à l'injustice et/ou à la méchanceté des hommes, cherchons sagesse et bienveillance dans la prière d'un dessin sablonneux. Laissons-nous inspirer par l'inventeur des nouvelles perspectives.

Olivier Emery

PS: ce billet est un résumé de la prédication du pasteur Thierry Bourgeois de la paroisse de la Rive-Droite 4 rue Pécolat. Envie de (re)découvrir toutes les richesses de ce texte à la fois mythique et véridique ? C'est dans l'évangile de Jean au chapitre 8.  

10:57 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

21/12/2014

Noël: un message révolutionnaire qui renverse l'ordre établi ?

N'en déplaise aux gens religieux riches bien-pensants et conservateurs, le chant que Marie entonne à l'annonce de la prochaine naissance de son enfant est bouleversant. Au sens propre du terme. Mauvaise nouvelle pour le nantis et les privilégiés de la société humaine! Bonne nouvelle pour les méprisés et les défavorisés !

Un séisme renversant et provocateur qui, de tout temps, interpelle le lecteur évangélique : "Le Tout-Puissant a mis en déroute les hommes au coeur orgueilleux, il a renversé les rois de leurs trônes! Il a placé les humbles au premier rang et comblé de biens ceux qui avaient faim!" (Luc 1:51ss). Voilà une simple jeune fille juive qui ne mâche pas ses mots.

Le christianisme, le vrai, n'est ni favorable aux puissants de la terre ni le complice opiacé d'une minorité oppressante, trop riche, vivant au détriment d'une majorité opprimée, trop pauvre. Trente ans plus tard comme en écho les paroles fortes de son Enfant percutent le coeur de ceux qui se sont approchés de lui au sommet d'un mont : heureux ceux qui se savent pauvres en eux-même, heureux les doux, heureux ceux qui ont faim et soif de justice, heureux ceux qui ont de la compassion pour autrui, heureux ceux qui ont le coeur pur et qui créent la paix autour d'eux!

La révolution commence dans l'humble étable de nos coeurs. Joyeux et heureux Noël à toutes et à tous!

Olivier Emery

15:14 Publié dans Bible et Evangile, Culture, Politique, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

15/12/2014

And the winner is... SWITZERLAND!

Notre petite Helvétie trône sur la plus haute marche du podium mondial en matière de philanthropie. Selon le site internet de la rts il se crée chaque année en Suisse 400 fondations d'utilité publique. Le nombre de fondations atteint ainsi aujourd'hui un total d'environ 13'000. La Suisse affiche la plus importante concentration en la matière avec une fondation pour 620 habitants. A titre d'exemple, le rapport est de 1 pour 3000 en Allemagne et de 1 pour 6000 aux Etats-Unis.

Certes notre pays concentre beaucoup de richesses, mais il connaît aussi une longue tradition philanthropique qui remonte à 1835 (!) avec l'établissement à Zurich d'un cadre juridique et fiscal favorable. Une vertueuse et noble coutume qui puise sans doute ses racines à l'eau pure de l'éternelle fontaine biblique :  

«Donner aux pauvres revient à prêter à Dieu, il récompensera cette générosité.» (Salomon)

«Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir" (Jésus)

«Recommande-leur de faire le bien, d’être riches en actions bonnes, d’être généreux et prêts à partager avec autrui.» (Paul).

Olivier Emery

  

28/11/2014

Mais pourquoi vas-tu à l’église le dimanche ?

C’est l’histoire vraie de dix personnes atteintes d’une maladie incurable, cruelle et contagieuse. Elles interpellent cet homme qui a le pouvoir de guérir les corps ; tellement prodigieux, que nombreux sont ceux qui se demandent s’il n’est pas plus qu’un être humain ordinaire. Il dit une parole : « allez-vous montrer aux chefs religieux » ; ils y vont et, en chemin, sont tous entièrement guéris !

Un seul revient vers lui en chantant ses louanges à Dieu. Et sa louange se mue alors en un acte d’adoration public, entier, sans compromis : il se jette aux pieds du bienfaiteur le visage contre terre et le remercie. Lui, qui n’est pourtant qu’un étranger non juif, reconnaît la qualité de Messie de son guérisseur. Il reconnaît sa divinité (cf. Luc 17 :11ss).

Je vais à l’église le dimanche pour chanter ma louange à Dieu, moi Suisse étranger non juif. Je remercie Jésus de m’avoir guéri du péché, maladie incurable, cruelle, qui m’éloigne de mes proches. Je m’incline devant lui pour reconnaître qu’il est le Messie ; qu’il est Dieu.

Olivier Emery

 

09:53 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

20/11/2014

De la cuisse de Zidane au dos de Federer

Juin 2002 : la planète ne parle que de la cuisse (gauche) de Zizou. Novembre 2014 : le monde est suspendu à l'état de santé dorsal de Rodgeur. Jouera jouera pas ?

Enfin de vrais problèmes à méditer, enfin de nobles préoccupations dignes du destin de l'humanité. Diantre, c'est que l'enjeu est de taille cosmique! Jugez-en vous-même.

Si notre Confédéré d'outre-rösti joue, alors la petite Suisse pourra espérer se retrouver au sommet du monde, (et ce pas seulement au classement des banques complices d'évasion fiscale). Que sonnent alors à toute volée nos rupestres cloches de vaches au son mélodieux et subtil!

Mais si RF ne joue pas, alors nos amis d'outre-jura ne pourront pas, en cas de victoire, lancer au ciel un gracieux cocorico aussi sonore que tricolore. Car à vaincre sans péril...

"Vanité des vanités, tout est vanité et poursuite du vent" (L'Ecclésiaste).

Olivier Emery 

       

16:30 Publié dans Bible et Evangile, Culture, France, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

19/11/2014

The Voice 2014 Italie soeur Cristina et Hillsong

Ci-dessous le lien pour voir une formidable et récente video de la célèbre émission de France 2. Un coktail de "peps" (Ruquier fidèle à son talent):

- drôle (voir la tête stupéfaite de la jurée italienne quand elle se retourne)

- remarquable (la simplicité ferme et joyeuse de cette religieuse Sicilienne de 25 ans à la voix d'or)

- magnifique (les extraits musicaux et vocaux de soeur Cristina et de Hillsong)

- et bigrement intéressant à observer (les réactions gênées de stars françaises déstabilisées).

http://actualitechretienne.wordpress.com/2014/11/12/france-2-on-nest-pas-couche-aymeric-caron-cest-siderant-ca-sappelle-hillsong/

A VOIR ET ENTENDRE . ABSOLUMENT !

Olivier Emery

L'émouvante et magnifique finale The Voice 2014 Italie (avec sous titres en français) remportée par Cristina, voir sur you tube : http://www.youtube.com/watch?v=1GbrAUeIln8 

11:24 Publié dans Bible et Evangile, Culture, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

10/10/2014

Une „vie“ après la mort ?

Une récente recherche scientifique anglaise portant sur plus de 2000 patients revenus d’une « mort imminente »  semble le démontrer : 39% de personnes en témoignerait.

D’aucuns affirment pourtant que la mort conduit au néant absolu et définitif. Cette évolution est sans doute liée à la progression de l’athéisme et du matérialisme. Une « anti-foi » désespérée et désespérante qui consacre, hélas, le triomphe absolu de la mort

Savoir que la « mort physique » n’est pas la « mort définitive » ne va pas seulement modifier mon regard sur l’au-delà éternel, mais encore, et surtout, sur mon vécu présent. Sur le sens de mon existence terrestre actuelle. Sur mes choix de comportement vis-vis de mon environnement.

Savoir que l’Amour est plus fort que la mort, et que Celui qui a créé la vie aura le dernier mot, savoir que nous ne sommes pas que « matière physique » et que nous pouvons recevoir dès ici-bas l’étincelle inextinguible de la vie éternelle : ça change l'existence. En mieux.

A tel point que Paul a pu écrire comme un formidable et décisif uppercut au foie de la mort: « Même si notre être physique se détruit peu à peu, notre être spirituel se renouvelle de jour en jour (…) Ce qui est visible est provisoire, mais ce qui est invisible dure toujours » (2 Cor 4 :16,18).

 

Olivier Emery       

 

13:04 Publié dans Bible et Evangile, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

04/10/2014

Israël, un triste ou un beau miracle ?

Derechef M. Hayoun nous offre un récent billet de grande qualité. La communauté de la "blogsphère" de la Tribune de Genève est privilégiée de le compter parmi ses contributeurs.

 

Triste miracle ? Oui sous certains aspects. Un pays qui, comme les autres, compte son inévitable cortège de maux sociaux tels que les scandales politiques, la délinquance, la drogue, l'immoralité ou le matérialisme. Un pays qui ne parvient pas à établir une paix durable et équitable avec ses voisins, notamment palestiniens. Un pays qui est ainsi toujours sali par la violence la haine et le rejet, reçus et donnés. Un pays souvent (trop) injustement isolé et décrié sur la scène internationale.

 

Beau miracle ? Oui aussi. Il suffit de s'y rendre pour le constater : le désert a reverdi, les rues et les routes sont propres, on y travaille, on y rénove, on y construit, on y valorise de nombreux sites archéologiques, on y circule en sécurité sans être en proie à l'arbitraire ou à la corruption, on y accueille - sans aucune discrimination religieuse ou autre - les visiteurs du monde entier qui peuvent ainsi découvrir en d'excellentes conditions tous les sites bibiques précieux et chers à l'humanité. Chacun peut contempler le mur des lamentations, se recueillir au mémorial de Yad Vashem, goûter la paix du jardin de la tombe et admirer le lac de Tibériade, berceau azur des récits évangéliques.

 

Israël est indubitablement un miracle. A la fois triste et beau, aujourd'hui. Mais l'existence même de ce miracle nourrit l'espérance de la proche venue du Messie, du Roi de Paix. Et cette venue annonce le début d'un règne de justice pour tous les peuples et la fin de la tristesse pour Israël : "Il essuiera toute larme de leurs yeux..." (Apocalypse 21:4). "Que celui qui entend, dise : Viens!" (Apocalypse 22:17).

 

Olivier Emery 

15:31 Publié dans Bible et Evangile, Israël | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

22/09/2014

Il faut remettre la mosquée au milieu du village

Le récent blog de Pascal Descaillet sur l'islam a provoqué une avalanches de commentaires. Qui faut-il croire ? Devons-nous combattre cette religion et nous méfier des musulmans ?

Entre la sentimentale candeur du journaliste précité et ses virulents détracteurs, tentons de poser quelques repères en essayant de remettre...la mosquée au milieu du village.

OUI, l'islam nous pose problème en ce qu'il est non seulement "religion" mais aussi "mode et système de gouvernement, de vie individuelle et communautaire". Ainsi politique et religion y sont réunies et il est donc difficile de les séparer. Autre pierre d'achoppement difficilement tolérable: la loi islamique (charia) interdit l'apostasie (quitter la religion musulmane) et punit de mort ce délit.

NON, il ne faut pas mettre tous les musulmans dans le même panier. Comme dans toutes les religions il existe des fanatiques aussi fervents qu'inquiétants, des intellectuels éduqués, des désillusionnés de leur religion, des mystiques en recherche de surnaturel...et des non-pratiquants.

Une chose est pourtant claire et ne souffre d'aucune contestation possible. L'authentique disciple de Issa al-massih (Jésus-Christ) ne peut  et ne doit, sous peine de trahir son Maître, que montrer amour et respect à tous musulmans. Islam et christianisme s'accordent sur cette importante vérité : seul Dieu peut changer l'intérieur d'un être humain, et ce au-delà d'une question - secondaire - d'identité extérieure et culturelle.

Amis musulmans, tout comme vous nous croyons:

- en un Dieu unique et Créateur de tout l'univers

- qu'un jour Dieu jugera tous les hommes

- et que certains passeront l'éternité en sa présence alors que d'autres seront séparés de lui.

Sachez que tous ceux qui honorent vraiment Issa al-massih vous respectent et vous aiment. Pour en savoir plus sur la source de ces respect et amour inconditionnels, l'excellent site www.bechir.org pourrait vous intéresser.        

Olivier Emery

10:38 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (13) |  Imprimer |

15/09/2014

Etes-vous un "encourageur" ?

Jackie Robinson est le premier athlète noir devenu joueur de baseball professionnel. Dès le début de sa carrière il a dû essuyer les huées de la foule. Un jour, alors qu'il jouait à domicile, il a commis une faute et les supporters se sont mis à le huer. Pee Wee Reese, un joueur blanc, l'a rejoint et s'est tenu à ses côtés. Il a mis son bras sur l'épaule de Robinson; ils ont tenu tête à la foule. Les supporters se sont tus et le match s'est poursuivi. Plus tard, Robinson a dit que ce qu'avait fait Reese ce jour-là avait sauvé sa carrière ! 

Cette anecdote est proposée par l'excellente rubrique "pensée du jour" du site "top chrétien".

Encourager est un cadeau de Dieu. C'est aussi une vocation qui anime naturellement - ou devrait animer - toutes celles et ceux qui sont des disciples de Jésus. Soyons attentifs et réactifs : il y a sûrement dans notre environnement un "prochain" qui a besoin d'un bras ferme sur son épaule ou d'un mot doux et fort sur une blessure de son coeur.

Olivier Emery 

10:52 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

28/08/2014

Un chant pour les chrétiens; un chant pour Jésus-Christ.

Tu as versé pour moi 

Oui ton sang précieux

Toi sauveur à la croix

Toi le grand roi des cieux


Face à ce qui détruit

Tu relèves reconstruis

Tu consoles et guéris

Hier comme aujourd'hui


Tu es l'espoir du monde 

Le trésor de bonté

L'étendard à la ronde

Sur nos mâts est levé


C'EST POURQUOI MAINTENENANT

T'OFFRENT TOUS TES ENFANTS

ET LEURS COEURS ET LEURS CHANTS

EMUS RECONNAISSANTS


Olivier Emery

07:10 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |