Bible et Evangile - Page 3

  • Chris McSorley déçoit en bien.

    Imprimer

    Blessé au visage. Quatre points de suture au menton. Intégrité physique de son jeune fils gravement menacée. Plainte pénale déposée. Deux agresseurs de 20 et 24 ans identifiés et appréhendés.

    Connaissant le caractère sanguin (assez insupportable) du coach du GSHC, la suite de cet odieux fait divers aurait forcément dû s'écrire avec la plume de la sévérité plongée dans l'encre de la punition exemplaire.

    Eh bien non. Au contraire: pardon, retrait de plainte et invitation amicale sont offertes par la victime lapidée à ses deux affreux agresseurs. Un geste de grâce qui anéantit d'un seul coup tous les démons de la vengeance et de la haine.  

    C'est, sans nul doute possible, l'esprit de Jésus-Christ qui a inspiré cette noble et admirable attitude à Monsieur Mac Sorley. Un exemple évangélique ("Moi je vous dis d'aimer vos ennemis") dont ce monde trop violent a tellement besoin.

    Olivier Emery   

  • L'illuminé du désert de Judée

    Imprimer

    Hier dimanche 17 janvier les ondes de "La première" rejoignent fortuitement mon auto-radio. La voix distinguée d'un éminent psychanalyste tente de répondre aux questions essentielles touchant l'humanité du 21ème siècle:

    - dès l'antiquité des sages ont prédit une catastrophe majeure autour de l'an 2050.

    - il n'y a pas d'espoir de faire mentir cette funeste prophétie tant que les êtres humains sont les jouets captifs du matérialisme et du consumérisme.

    - La violence répond à la violence, la guerre à la guerre : ce n'est pas comme ça que nous vaincrons le terrorisme. Seule la non-violence peut chasser la violence qui nous mène tous au néant.

    Après avoir pourtant (implicitement) nié l'existence de Dieu et (explicitement) celle de Jésus-Christ, le docte savant d'assurer que le salut de l'humanité réside exclusivement en la mise en pratique de l'enseignement de "l'illuminé du désert" : "aimez-vous les uns les autres".

    Il est assez frappant d'observer que de nombreux penseurs athées, mais intelligents lucides et intègres, font l'apologie de l'évangile et de son auteur.

    Olivier Emery

    PS : Envie de découvrir le contenu bouleversant de cet évangile ? Tous les dimanches matin BIENVENUE au 11.30 au 4 rue Pécolat : accueil cordial, musique et chant dynamiques, expressions artistiques originales et court message = 45 minutes pour ouvrir son coeur à l'espérance, la confiance, la paix et la joie de...l'illuminé du désert de Judée. 

     

  • Un très bon plan pour 2016 : le chant d'Assaph

    Imprimer

    Si je vois un voleur je ne courrai pas après lui (pour suivre son exemple)

    Ma part n'est pas avec les adultères.

    Je n'accouple pas ma langue à la duperie, je ne répands pas le dénigrement.

    J'offre ma reconnaissance à Elohîm.

    Ce psaume 50 d'Assaph (traduction sémitique Chouraqui) presse chaque croyant à cheminer sur la route de l'intégrité et de la reconnaissance.

    Intégrité financière, sexuelle et sociale au quotidien. Louange et gratitude envers Elohîm au quotidien.

    Très heureuse et bénie année 2016 à tous! 

    Olivier Emery

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile 0 commentaire
  • La joie e(s)t le vrai sens de Noël!

    Imprimer

    Entretien avec le sociologue-écrivain "à la mode" Frédéric Lenoir, publié ce mardi 21 décembre 2015 dans le Migros Magazine. Déçu en bien (comme disent les paysans vaudois). Morceaux choisis.

    La joie vient de là : de la possibilité de savourer les choses, du temps et de la disponibilité.

    Le bon chemin est celui qui vous met le plus dans la joie. 

    A la différence du plaisir qui peut être totalement égoïste, la joie se partage.

    L'enseignement de Jésus conduit à la joie.

    Jésus cherche à rediriger le désir des gens qui sont malheureux parce qu'ils désirent quelque chose ou quelqu'un qui les diminue.

    L'amour de Jésus ("agape" en grec) est l'amour-don venant de Dieu qui fait que la joie de l'autre nous met en joie.   

    Très, très, très JOYEUX Noël à tous !

     

    Olivier Emery

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile, Spiritualités 1 commentaire
  • Menace terroriste à Genève : peur ou pas peur ?

    Imprimer

    Personne ne reprochera à quiconque d'éprouver une certaine crainte, voire une crainte certaine, à subir la violence cruelle et mortelle d'armes à feu ou d'engins explosifs. Question d'instinct de conservation. De réflexe de survie. Mais cette attitude ne devrait pas être celle du chrétien : "Ne craignez pas ceux qui peuvent détruire le corps. Mais craignez celui qui peut faire périr et le corps et l'âme dans l'enfer". Choqué ? Mais qui a dit que suivre l'enseignement du Rabbi de Nazareth était facile et confortable ? Son chemin, étroit, va à contre-courant des larges boulevards des pensées à la mode qui flattent l'orgueil humain. Non,l'évangile n'est pas un recueil de recettes de tisanes à la guimauve.

    Tout disciple genevois de Jésus bénéficie donc de la responsabilité et du privilège d'être libéré de la peur d'actes terroristes. Mais que faire de cette liberté ? En voici trois usages possibles :

    1. Si je devais me retrouver sur le site d'un attentat, je m'efforcerais de sauver le plus de vies humaines. Par exemple en secourant des blessés ou (pourquoi pas ?) en tentant de neutraliser l'arme d'un agresseur: risquer sa vie pour préserver celle des autres, n'est-ce pas là un authentique et cohérent témoignage d'amour évangélique ?

    2. Pour paraphraser Henry Dunant ("notre véritable ennemi n'est pas la nation voisine; mais la misère, l'ignorance  et les préjugés") : nos véritables ennemis ne sont pas les musulmans; mais la haine, la vengeance et le goût de la violence.

    3. Prier. Prier pour tous nos concitoyens qui ne savent plus prier, victimes du matérialisme ambiant et de la désespérance athée. Prier pour la protection de Genève et de tous ses habitants. Prier pour nos autorités politiques et policières pour qu'elles soient sages, courageuses et intelligentes. And, last but not least, prier pour les terroristes islamistes ("mais moi je vous dis d'aimer vos ennemis") afin qu'ils soient libérés des puissances démoniaques mortifères qui les animent. Afin qu'ils puissent recevoir la lumière la paix et l'amour de Dieu. Afin qu'ils abandonnent leurs funestes desseins et changent de vie.

    Olivier Emery

  • Vatileaks : un procès bien bizarre.

    Imprimer

    Je ne suis pas catho. Donc je ne devrais pas, a priori, bloguer à propos du sujet précité. Sauf que je ne puis m'en empêcher et voici pourquoi.

    Il me semble que "rien ne doit être caché" puisqu'un jour "tout sera mis en lumière". C'est le message évangélique, le cri - parfois brutal - lancé par un fameux Rabbi contre les hypocrites ("race de vipère!"). Un combat sans faille de Noël à l'Ascension contre les ténèbres, pour la vérité et la lumière.

    Alors - très naïvement sans doute - je m'interroge : comment le Vatican peut-il s'abaisser à des exercices procéduriers visant à masquer la vérité, notamment en punissant ceux qui la révèlent, y compris des journalistes ?

    Olivier Emery   

  • Jeune ou vieux ? A chacun de choisir !

    Imprimer

    Bien évidemment il existe des moments plus gais dans la vie que ceux passés dans une église lors d'une cérémonie funéraire. Et pourtant. Dans un monde tourbillonnant qui nous harcèle de messages et autres sollicitations, voici un (trop) rare moment de calme et de paix offert à l'âme humaine. Un bienfaisant espace de lenteur. Bien sûr la peine des proches confrontés à la perte d'un être cher attriste l'assistance, mais celle-ci peut saisir l'occasion de méditer avec profit sur l'essentiel. Le sens de la mort, le sens de la vie.

    Voici ce que nous avons eu le privilège d'entendre avant-hier en l'église de Versoix:

    La jeunesse n'est pas une période de la vie,
    elle est un état d'esprit, un effet de la volonté,
    une qualité de l'imagination, une intensité émotive,
    une victoire du courage sur la timidité,
    du goût de l'aventure sur l'amour du confort.

    On ne devient pas vieux pour avoir
    vécu un certain nombre d'années ;
    on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
    Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme.
    Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
    sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
    et devenir poussière avant la mort.

    Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande,
    comme l'enfant insatiable. Et après ?
    Il défie les évènements et trouve la joie au jeu de la vie.

    Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
    Aussi jeune que votre confiance en vous-même
    aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

    Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
    Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
    Réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini.

    Si un jour votre coeur allait être mordu
    par le pessimisme et rongé par le cynisme,
    puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

    Général Mac Arthur

     

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile 1 commentaire
  • Sur un arbre perché...qui suis-je ?

    Imprimer

    Le corbeau de la fable ! C'est en effet la réponse-réflexe que donne spontanément des générations d'écoliers ou d'ex-écoliers encore bercés par le charme poétique de Jean de la Fontaine. Mais voici revisitée cette fable - qui n'en est pas une - et qui s'intitule " Maître Zachée sur son arbre perché ":

    Maître Zachée sur son arbre perché cherchait du regard un visage

    Maître Jésus par la bonté guidé lui tint à peu près ce langage

    Hé bonjour mon ami Zachée que fais-tu là-haut ? Viens je veux te parler

    Sans mentir tu es méprisé rejeté déconsidéré, mais je viens t'annoncer que ta vie peut changer !

    A ces mots notre Zachée ne se sent pas de joie, et retrouve prestement notre sol sous ces pas

    Le Rabbi l'accueille et lui dis : mon cher Zachée apprends que tout perdu peut revivre s'il m'écoute

    Cette leçon vaut bien un repas sans doute ?

    Zachée tout heureux tout sourire, jura que ce jour était le plus beau de sa vie.

    Olivier Emery

    PS : pour en savoir un peu plus lire Luc chapitre 19.

     

     

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile 1 commentaire
  • La (très) grande classe d'un jeune joueur de football.

    Imprimer

    Le talentueux joueur international bâlois Embolo n'est plus à présenter. Sa présence dans le jeu fait la différence. Alliant puissance vivacité et adresse il force l'admiration de tous. Depuis dimanche 8 novembre dernier il a rejoint le cercle fermé des tous grands (mais trop rares) sportifs..."sportifs"!  Jugez plutôt : lors du match au sommet de SFL entre le FCB et GZ à Bâle, alors que son équipe menée presse pour égaliser, il signale à l'arbitre qui vient d'accorder (à tort) un corner à son équipe, que c'est lui qui a touché en dernier le ballon avant qu'il ne sorte des limites du terrain.

    La vraie classe! Chapeau bas M. Embolo! Votre geste redonne au football et au sport en général un lustre dont il a hélas cruellement besoin. Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu (Matthieu 5).

    Olivier Emery    

  • Kilian Jornet a-t-il peur ?

    Imprimer

    "L'Ultra terrestre" Kilian Jornet court dans la montagne, gravit et descend des sommets vertigineux à la vitesse d'un chamois en des terrains plus qu'accidentés. Insensé ? Insensible à toute peur ? Non répond-il dans un beau reportage (rhttps://www.youtube.com/watch?v=uCfKG5IWPCU). Au contraire. Ce sympathique et prodigieux champion explique que la peur est son alliée : il l'écoute, la conserve comme un bien précieux qui préserve sa vie. Il existe donc de saines craintes, fondées sur l'humilité et synonymes de profond respect. C'est dans cette veine qu'il convient de (re)trouver la crainte de l'Eternel.

    Craindre Dieu est vital pour éviter les pièges mortels du Mal. C'est si vrai que les anciens Ecrits affirment : " la crainte de l'Eternel est le commencement de la sagesse" Psaume 111:10).

    Olivier Emery  

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile 3 commentaires
  • Trésor lyonnais sur youtube

    Imprimer

    Surfant l'autre jour sur youtube je tombe sur ce trésor:

    https://www.youtube.com/watch?v=X7uBkTcx3Jg

    Beauté des images, des voix, des instruments, des visages... comme un moment de bonheur céleste.

    Laisse entrer dans ta vie le temps de l'infini, le pardon de la croix le trésor de la foi

    Laisse entrer dans ton coeur prisonnier de tes peurs, celui qui tient la clé de la vraie liberté

    Laisse entrer dans ton âme la lumière de la flamme, qui conduira tes pas au chemin de la joie

    Viens maintenant n'attends pas, viens maintenant dans ses bras.

     

    Olivier Emery 

     

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile, Spiritualités 0 commentaire
  • Angela Merkel entre grande classe et dignité

    Imprimer

    Ben Gourion disait de "son" ministre Golda Meir : "c'est le seul homme de mon gouvernement!". Aujourd'hui l'Europe et la communauté des nations démocratiques peuvent aussi rendre cet hommage à la Chancelière allemande.

    Les sondages baissent ? Sa politique humaine d'ouverture et de compassion envers les malheureux semble déplaire ? Sa réponse est noble et digne : "Pour moi, cela fait partie de l'humanité fondamentale de notre pays que d'accueillir un réfugié avec sympathie, comme n'importe quel autre être humain (...) Les sondages ne sont pas mon étalon de mesure".

    Détermination, courage et bonté : des qualités inspirées du vécu de Jésus de Nazareth. Que l'Eternel vous bénisse Madame Merkel! L'Allemagne peut être fière de son "homme fort". Angela sombrerait-elle dans un angélisme naïf ? Non. Cette femme remarquable démontre aussi qu'humanité et réaliste bon sens peuvent harmonieusement cohabiter : "confiante, la chancelière a promis d'accélérer la construction de logements pour les réfugiés. Parallèlement, le refoulement des migrants "n'ayant aucune perspective de pouvoir rester" sera renforcé. 

    Olivier Emery

  • Jérusalem et sa colère palestinienne

    Imprimer

    Mon Dieu quelle horreur ! On craint que les Juifs puissent un jour, éventuellement, venir prier sur le biblique Mont du temple, lieu saint no 1 du judaïsme occupé aussi par une mosquée. Pareil scénario impie ne peut que révolter tout être humain civilisé! Imaginez qu'un jour, suite à divers revirements historiques, on en vienne à autoriser des catholiques à venir prier en la basilique St-Pierre de Rome ou à laisser des musulmans venir prier à La Mecque: scandaleux, inadmissible, intolérable ! De quoi justifier le déclenchement d'une bonne intifada propre à semer à tous vents la haine, la violence et la mort. N'est-ce pas ?  

    Olivier Emery

  • Partis évangéliques : aïe !

    Imprimer

    Je tire sur l'ingénieuse languette dorsale de l'enveloppe grise et en retire le matériel de vote.

    Première surprise : le PEV part seul au combat des élections nationales. Pas d'apparentement. Ni avec des  formations centristes, ni avec des partis soucieux de protéger l'environnement, ni, et surtout, avec l'autre formation évangélique : l'UDF. Incroyable. Incompréhensible. Et dommageable sur les plans de l'unité spirituelle et de l'efficacité électorale. Aïe!

    Deuxième surprise : non seulement l'UDF n'est pas apparentée avec le PEV, mais cette formation l'est avec les MCG et UDC. Incroyable. Consternant. Comment un parti soucieux de s'inspirer des principes bibliques peut-il s'égarer en pareille mésalliance ? Les électeurs de l'UDF sont pris en otage : de fait, chacun de leur bulletin profitera exclusivement à renforcer des partis démagogiques, nationalistes, xénophobes, parfaitement indifférents au respect dû à la Création et fervents défenseurs de pouvoirs financiers amoraux dévoués à Mamon. Aïe!

    Olivier Emery         

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile, Civisme, Politique 4 commentaires
  • Un crash évité de justesse

    Imprimer

    "Alors que notre avion est en phase d'approche, il est soudainement emporté par une violente rafale de vent latéral; au moment de toucher le tarmac les roues ne sont plus dans l'axe de la piste. Tous les passagers sont figés, le regard terrifié. Sans hésiter, le pilote accélère à fond et fait redécoller in extremis l'appareil.  Nous avons frôlé la mort. À l'arrivée, John demande au pilote : " Quand avez-vous pris la décision de faire redécoller l'avion ? " - " Il y a quinze ans ".

    Cette "Pensée du jour" de l'excellent site www.topchretien.com nous rappelle que nos fermes résolutions d'aujourd'hui guident avec succès nos décisions cruciales de demain. Pour des choix intègres et sages qui honorent Dieu.   

    Olivier Emery

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile, Civisme 0 commentaire
  • Qui est le méchant ? L’emprunteur grec ou le prêteur allemand ?

    Imprimer

    L’actuelle lutte « greco-berlinoise » oppose deux partenaires liés par un contrat de prêt. Il y a de nombreux siècles, des sages se tenaient déjà au chevet de ce problématique couple « débiteur/créancier ». Voici leurs opinions :

    « Le méchant emprunte et ne rend pas » (Psaume 37:21) ; donc le débiteur hellène…

    Oui mais : « celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête » (Proverbes 22 : 7) ; donc le créancier germanique est un potentiel esclavagiste…

    Moralité : pour toutes dépenses de consommation/fonctionnement, il conviendrait d’exclure le prêt car ce type de contrat est inévitablement liberticide et toxique. Pour Athènes comme pour Berlin. 

    Olivier Emery

     

  • Libres penseurs: une conviction remarquable.

    Imprimer

    Encore une provocation, une malice de votre serviteur ? Je ne saurais le nier totalement chère Noëlle; plutôt un accrochage fondé sur un intérêt altruiste et bienveillant, dépourvu d'intention polémiste (si si, je vous l'assure!).

    Trop d'hommes et de femmes s'accrochent désespérément au désespoir; c'en est désespérant. Avec la foi du charbonnier ils proclament que Dieu est une imposture, que l'absurdité de l'existence humaine est absolue tout comme sa finitude. La désespérance règne. Vive le Pouvoir de la mort! Vive l'Homme parfaitement autonome dans l'impasse de son éternelle solitude existentielle ! 

    Dialogue utérin entre deux bébés:

    - je ne crois que ce que je vois: après le vie utérine, place au néant !

    - mais n'entends-tu pas parfois une voix d'amour qui te parle ? Ne crois-tu pas en un avenir ? En une prochaine rencontre ?

    Olivier Emery 

  • « Non seulement Dieu n’existe pas, mais essayez de trouver un plombier pendant le week-end. »

    Imprimer

    C’est la réponse de Woody Allen aux « angoissantes questions de la condition humaine » posées par le célèbre humoriste Pierre Desproges : « J’en vois d’ici qui sourient. C’est qu’ils ne savent pas reconnaître l’authentique désespérance qui se cache sous les pirouettes verbales. Vous connaissez de vraies bonnes raisons de rire, vous ? Vous ne voyez donc pas ce qui se passe autour de vous ? Si encore la plus petite lueur d’espoir nous était offerte ! ».

    Contrairement à Woody Allen et Pierre Desproges, proies dignes et sincères de la désespérance, des centaines de millions d’hommes et de femmes discernent cette lueur  d’espoir. Comme un phare dans la nuit poisseuse et paralysante de ce monde : « Par le don de ma vie je suis venu libérer les captifs. Il n’y pas de plus grand amour que de donner sa vie pour un ami. Je reviens, bientôt, éradiquer le Mal sévissant sur terre et restaurer tous êtres et toutes choses ».

    Au bénéfice de cette espérance fiable – car fondée sur les réalités d’un acte d’amour inégalable et une prodigieuse victoire sur la mort  – nous pouvons porter notre bougie au chandelier de l’espoir en priant avec ferveur les (presque) derniers mots de la bible : «Viens, Seigneur Jésus ! ».

    Olivier Emery

  • Comme on dit à Toulouse : « avec plaisir! »

    Imprimer

    « De rien ». « Il n’y a pas de quoi ». « Je vous en prie ». Voici les expressions que nous utilisons souvent pour répondre à un remerciement. Des formules peu heureuses à la réflexion. Les deux premières sont infondées puisqu'un service bien réel est à l'origine du merci, et la troisième est insatisfaisante puisque rien ne justifie de s’excuser d'avoir reçu une marque de gratitude.

    Heureusement il existe la formule de politesse découverte en la sympathique capitale gasconne dont le cassoulet n’est pas le seul atout. "Avec plaisir" signifie « j’accepte et apprécie votre remerciement, mais sachez que, pour moi, servir rime vraiment avec plaisir ». Votre satisfaction est ma motivation, votre reconnaissance ma récompense; car il y a – en vérité – « plus de joie à donner qu’à recevoir » comme l’a enseigné qui vous savez.     

    Olivier Emery

     

  • Quelle marque sur le front ?

    Imprimer

    La marque de la Bête ou celle de l’Agneau ? Dans un langage évocateur et puissant, Jean interpelle l’homme du 21ème siècle avec une étonnante et pertinente acuité. Non, les écrits bibliques ne sont pas obsolètes, loin s’en faut ! (cf. Apocalypse 13 et 14).

    On ne peut servir deux maîtres sans que l’un deux soit trompé, un jour il faut bien l’admettre, un jour il faut décider. Qui voulons-nous suivre ? A qui voulons-nous tout donner ? Au dieu bestial du consumérisme, de la débauche sexuelle et du mensonge ? Ou à l’autre, l’Agneau, Seigneur de l’intégrité, de la douceur et du don de soi ? Choisir entre le plaisir trompeur ou la joie profonde, la satisfaction frelatée ou le bonheur de (vraiment) vivre.

    Olivier Emery

     

    Lien permanent Catégories : Bible et Evangile, Spiritualités 1 commentaire