30/10/2018

Loi sur la surveillance des assurés : bonjour l'enfumage !

Le titre précité ("surveillance des assurés") est massivement utilisé par nos médias. A tort et abusivement. Dans la réalité la loi de surveillance vise non pas les assurés mais les présumés FRAUDEURS à l'assurance: comment voulez-vous que quelques poignées d'inspecteurs d'assurance puissent "surveiller" tous les millions d'assurés ? Allo ? Ces employés concentrent, bien évidemment, leur investigations aux SEULS assurés suspectés de fraude, et ce sur la base d'éléments douteux et concrets préexistants 

Faisant usage d'une stratégie moralement douteuse car trompeuse, une frange de politiciens - fort peu soucieuse d'honnêteté - tente d'opposer la communauté des assurés aux sociétés d'assureurs. Or le vrai combat est autre: c'est celui des assurés honnêtes opposés aux assurés tricheurs. 

Ces même opposants primaires aux assurances, souvent gauchistes, sont les premiers à s'indigner bruyamment des montants des primes d'assurance en Suisse. Ont-ils juste réfléchi au fait que de pouvoir débusquer des tricheurs et voleurs permet précisément d'économiser des prestations indues et, partant, de contribuer à la réduction des primes facturées aux honnêtes citoyens ?

Ont-ils réalisé que le respect des prestations sociales implique tout logiquement de combattre les abus ? Vont-ils comprendre que lesdits abus sont potentiellement destructeurs de la saine et mutuelle solidarité des assurances sociales ?   

 

14:57 Publié dans Politique, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

Commentaires

Lorsque presque tous les partis politiques appellent à voter la même chose c'est la démocratie qui est en danger!

Écrit par : Dominique Degoumois | 30/10/2018

Vous sous-estimez la technologie qui arrive. Ce ne sera pas un inspecteur mais l'intelligence artificielle qui pourra gérer des milliers de personnes simultanément avec la reconnaissance faciale, piratage, etc...
Il y a 20 ans, effectivement, seul les cas vraiment suspects auraient été espionnés, faute de moyens.

De plus vous prenez comme acquis que les assureurs sont honnêtes. Hors les manipulations des caisses montrent que c'est faire preuve de naïveté (transferts de fond des romands pour les alémaniques, gestions opaques,...).

On ouvre donc la boîte de Pandore. Sous prétexte de fraude, potentiellement dans le futur, toute la population peut être mis sous surveillance.

J'ajoute que le TF admet des preuves même si celle-ci ont été obtenues de manière illicite. Ce qui veut dire que les assureurs n'auront aucune limites pour obtenir des informations.

Bref, puisque l'espionnage devient légal, bientôt des pseudo assureurs américains, russes et chinois en Suisse ?!

Face au terrorisme, on peut admettre des restrictions de liberté. Mais pour des fraudeurs, c'est le premier signe d'une société schizophrène.

Une loi doit se projeter vers le futur, ce qui n'a pas été le cas ici.
Les contrôles doivent se faire pour que le système fonctionne. Mais il ne faut pas aller au-delà de ce qui est raisonnable.

Et ensuite, la fraude fiscale? Voilà une opportunité de surveiller chaque citoyen qui est potentiellement un fraudeur!!

Écrit par : motus | 30/10/2018

Merci de cette mise au point. Je souscris entièrement.

Écrit par : Mario Jelmini | 30/10/2018

Les commentaires sont fermés.