24/02/2018

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse !

Un scandale. Une grave et systématique pollution au mercure. Terrains, rivière et fleuve touchés: 1200 fois la teneur naturelle. Plus de 250 employés intoxiqués.

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

L'Etat et la société polluante le savaient depuis 40 ans. 

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

40 ans de silence. De camouflage. Un médecin seul contre tous dénonce les intoxications et le refus de la SUVA de prendre en charge les malades concernés.

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

En 2011 un rapport révèle ce qui précède et le gouvernement le classe "secret".

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

En 2014 la RTS demande copie de ce rapport. L'Etat refuse nonobstant le feu vert du préposé à la protection des données.

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

S'ensuit un bras de fer judiciaire et ce n'est qu'en 2018 que le gouvernement est enfin contraint judiciairement à communiquer ledit rapport aux médias.

Aujourd'hui le ministre de la santé de 1999 à 2009 affirme, sans vergogne, n'avoir jamais entendu parler de mercure autour de la table gouvernementale. Un ministre  actuel affirme, sans vergogne, qu'aucune atteinte significative à la santé de la population n'est établie. Le gouvernement, sans vergogne, explique aujourd'hui qu'il est difficile de s'exprimer sur le passé et qu'il faut se concentrer sur l'avenir.

Heureusement que ça n'arrive pas en Suisse.

Parce que si une histoire pareille se passait en notre douce Helvétie, alors il faudrait tristement constater que le père du mensonge et le prince des ténèbres compte quelques fidèles disciples au sein de nos élites.  

     

 

      

20:25 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Nature, Politique, Suisse | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

21/02/2018

De l'hôpital à une famille d'accueil

Lundi 19 février 2018. Nous accueillons "notre" 6ème enfant. L'équipe aussi dévouée qu'attentionnée de l'hôpital des enfants nous confie, non sans un pincement au coeur, la petite Flora* âgée de 5 mois qui va enfin découvrir le monde extra-hospitalier.

Ses grands yeux marrons curieux et sa gracieuse petite bouille vont désormais animer notre quotidien. Pour 2 à 3 mois, le temps de lui trouver à long terme un lieu de vie stable et bienfaisant.

Nous avons une pensée pour sa maman qui pour cause de santé est actuellement privée de la présence de son enfant. Et une pensée aussi pour ses grands-parents qui doivent aujourd'hui renoncer à voir quotidiennement leur "petit rayon de soleil".

Faire du bien à un petit...n'est-ce pas là une expression privilégiée du coeur de l'Evangile ?

 

*prénom d'emprunt  

 

04:29 Publié dans Bible et Evangile, Femmes, Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

19/02/2018

Une loi française scélérate.

Cinq ans d'emprisonnement et 35'000 francs d'amende.

Voici ce que risque un bénévole montagnard briançonnais. Son crime ? Offrir gite, couvert et premiers soins à des malheureux qui marchent dans la neige et la nuit à -15°C.

Embastillé le bon Samaritain !

Voici où conduit le droit positif. Aux oubliettes le droit naturel ! La conscience et la morale oseraient-elles gêner la liberté d'organisation sociétale de l'Homme ? Comment peut-on encore tolérer un préambule invoquant le Tout-Puissant dans notre Constitution fédérale ?

10:32 Publié dans Bible et Evangile, Politique, Société - People, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

09/02/2018

Clint Eastwood brille entre anarchie, athéisme et immoralité.

Qu'est-ce qu'on parie ? Si le légendaire homme du 7ème art avait mis son génie au service de la trilogie précitée, notre Edmée cantonale ("Clint Eastwood traînasse entre patriotisme, bigoterie et morale") n'aurait probablement pas manqué de glorifier son dernier film.

En revanche, toute oeuvre cinématographique mettant à l'honneur des vertus telles que l'amour de son pays, la piété ou l'éthique est généralement vomie par la majorité des journalistes prétendument culturels.

Qui écoute encore aujourd'hui le prophète Esaïe : "Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres" ?

C'est décidé: ce week-end j'emmène l'amour de ma vie au cinoche. Nous irons voir "Le 15h17 pour Paris".

Et je parie que nous aurons vu un très beau et bon film.

16:22 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

05/02/2018

Les abeilles ne butinent pas les fleurs en plastique

Hier dimanche matin 4 février 2018. Une foule cosmopolite typiquement genevoise remplit l'une des grandes salles de Palexpo. Paisibles et joyeux, enfants, parents et aînés sont au rendez-vous. 

Ayant honoré les présences d'un représentant des églises catholique et protestante, le peuple évangélique de Genève entonne avec ferveur des chants de louange à l'Eternel.

Le pasteur Peterschmitt de Mulhouse prêche avec autorité, humour et humilité la Parole de Dieu. Les chrétiens sont invités à être des témoins vivants de Jésus-Christ. Animés et inspirés du Saint-Esprit ils pourront répondre aux besoins de nos contemporains et honorer Dieu.

Point de vernis religieux. Point de philosophie théologico-humaniste. Point de compromis frelaté avec les pensées mondaines en vogue qui appellent le mal bien. Mais une foi joyeuse, audacieuse qui bénit notre entourage. Des fleurs vivantes qui produisent du miel. On a jamais vu des abeilles butiner des fleurs en plastique.

12:01 Publié dans Bible et Evangile, Genève, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |