09/02/2018

Clint Eastwood brille entre anarchie, athéisme et immoralité.

Qu'est-ce qu'on parie ? Si le légendaire homme du 7ème art avait mis son génie au service de la trilogie précitée, notre Edmée cantonale ("Clint Eastwood traînasse entre patriotisme, bigoterie et morale") n'aurait probablement pas manqué de glorifier son dernier film.

En revanche, toute oeuvre cinématographique mettant à l'honneur des vertus telles que l'amour de son pays, la piété ou l'éthique est généralement vomie par la majorité des journalistes prétendument culturels.

Qui écoute encore aujourd'hui le prophète Esaïe : "Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière et la lumière en ténèbres" ?

C'est décidé: ce week-end j'emmène l'amour de ma vie au cinoche. Nous irons voir "Le 15h17 pour Paris".

Et je parie que nous aurons vu un très beau et bon film.

16:22 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |