16/12/2017

Landecy entre fatalité et calamité.

Compesières. Jeudi 14 décembre 2017. 18h30. Une bonne cinquantaine de Landecéens bravent pluie et violentes bourrasques avant de se réfugier précipitamment  dans la salle polyvalente. Ils répondent à l'invitation de la Mairie de Bardonnex. A l'ordre du jour : un projet de modération du trafic automobile à Landecy. 

Notre beau village, inscrit au patrimoine d'intérêt national, subit le fléau quotidien de sa traversée par plusieurs centaines de voitures. Cette calamité représente un tel péril que piétons ou cyclistes, enfants parents et aînés, sont chassés de leur rue par l'infernal et bruyant dragon automobile. 

L'être humain possède une bien triste et fâcheuse capacité: celle de s'habituer à l'inacceptable. Celle de s'accommoder à la servitude. Celle de se prosterner devant un tyran mécanique toujours toxique et parfois  mortifère. Landecy n'y échappe pas.

Le statu quo prévaudra-t-il ? La calamité rimera-t-elle toujours avec fatalité ? N'existe-t-il aucun remède pour enrayer le mal ? 

Une solution toute simple et efficace viserait à réserver l'accès automobile aux seuls bordiers. Le simple bon sens le commande: notre "village-rue" est le prototype même d'une localité n'ayant A L'EVIDENCE AUCUNE VOCATION DE TRANSIT; un enfant de 10 ans le comprendrait. Objecter qu'une telle mesure renverrait la nuisance sur la localité voisine de Rozon est d'une indigence perfide. Perfide parce qu'elle possède l'apparence de l'altruisme chevaleresque contre lequel toute contestation est immédiatement taxée d'égoïsme. Indigente parce qu'infondée: en effet à Rozon - contrairement à Landecy !- les maisons sont en retrait d'une (large) route bordée de trottoirs et de pistes cyclables. L'impact nocif généré par la fermeture du trafic de transit en notre village serait donc, de fait, insignifiant pour les Rozonais. 

Conserver le 30km/h actuel et installer des seuils de ralentissement efficaces ? Bof...pourquoi pas ? Ce serait mieux que rien. Mais il faudrait soigneusement choisir leurs emplacements de sorte qu'ils ne génèrent que peu ou pas de nuisances sonores pour les habitations proches de ceux-ci. Or bizarrement le projet présenté par la Mairie ne semblait guère soucieux de cet aspect du problème. Et 30km/h reste une vitesse menaçante pour la sécurité et peu dissuasive pour inciter les automobilistes (trop) pressés à éviter notre village.  

Créer une zone 20km/h dite résidentielle avec obstacles efficaces et esthétiques ? Cette solution impliquerait inévitablement une importante diminution du stationnement dans la rue du village; incroyable mais vrai: la Mairie semble l'avoir écartée pour ce motif. Si nos autorités ont la volonté de défendre le bien public, c'est-à-dire le bien-être et l'intégrité de leurs concitoyens, elles se doivent d'explorer avec dynamisme cette piste. D'autant que des places de parking existent et/ou pourraient exister : dans les propriétés privées concernées et le long du chemin Perdriau.

Allons Mesdames et Messieurs Maire Adjoints et Conseillers municipaux ! Démontrez activement avec conviction et pugnacité  les bienfaits d'une sécurisation et d'une pacification de Landecy. Ne soyez pas des thermomètres mais des thermostats pour la défense du bien public. Le statu quo est aussi malsain qu'inacceptable; il fait rimer calamité avec fatalité.

10:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.