• Procès Sperisen: de défaite en défaite jusqu'à la victoire finale

    Imprimer

    le Tribunal fédéral vient de tancer très sévèrement la justice pénale genevoise. C'est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Bonne parce que notre haute instance fédérale corrige le tir et permet à la Justice de l'emporter. Mauvaise parce qu'un disfonctionnement entêté judiciaire cantonal a trop longtemps sévi.

    Les victimes de cette faillite du Pouvoir judiciaire sont connus: la défense, l'accusation et le contribuable

    La défense : M. Sperisen, sa famille, ses courageux et persévérants avocats

    L'accusation : le Procureur M. Yves Bertossa qui passe - à tort sans doute - pour un méchant et mauvais magistrat

    Le contribuable : c'est lui qui passera à la caisse pour indemniser les nombreuses années de détention de l'accusé innocent.

    En revanche, les responsables de cette banqueroute demeurent  inconnus: ce sont les juges pénaux genevois concernés.

    Prenez un Conseiller d'Etat, un parlementaire ou un pdg: il commet une grosse bourde et tout le monde le sait. Les magistrats judiciaires bénéficient, eux, de l'opacité médiatique. Est-ce bien normal ?

    Lien permanent Catégories : Genève, Justice 1 commentaire