20/02/2017

Après la mort: néant ou jugement ?

Même les agnostiques, même les athées s'accordent à reconnaître mérite et valeur à l'enseignement de cet inclassable Juif né au Moyen-Orient il y a environ 2017 ans. Pourquoi ? Parce qu'enseigner qu'il faut aimer ses ennemis et rendre le bien pour le mal est aussi révolutionnaire qu'admirable. Jusqu'ici tout le monde est à peu près d'accord. Mais cette unanimité semble s'effriter lorsque cet étrange "philosophe-guérisseur-prophète" explique qu'après la mort il y aura...un jugement dernier. A tort, car cet enseignement est aussi un formidable appel à réussir sa vie terrestre. Dès à présent. Très concrètement. Le pays éternel de la joie sera ouvert à celui qui prend soin de l'étranger, du malade, du rejeté, du malheureux, de l'assoiffé ou de l'affamé. Et fermé à celui dont le coeur est, aujourd'hui, indifférent à la souffrance d'autrui.

 

 

11:45 Publié dans Bible et Evangile, Solidarité, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |

Commentaires

"Même les agnostiques, même les athées s'accordent à reconnaître mérite et valeur à l'enseignement de cet inclassable Juif né au Moyen-Orient il y a environ 2017 ans."
Non. Il est venu apporter la guerre. Ce qui est très d'actualité en ce moment au Proche Orient. La guerre apportée par des disciples transatlantique de ce Juif irrédentiste qui ne s'est adressé qu'"aux brebis perdues de la maison d'Israël". (Matthieu 15:24).
Toujours ce manque de culture du NT.

Écrit par : Charles | 20/02/2017

Au temps du Christ et encore longtemps par la suite les gens croyaient ce a quoi ils voulaient croire, notamment l`enfer et le paradis. Plus aujourd`hui, en tout cas en Occident. Nos contemporains pratiquent beaucoup plus le doute par rapport aux croyances religieuses et ont donc bien plus de recul par rapport a celles-ci. Meme la personnalité extraordinaire du Christ ne suffit pas a maintenir vivante la "foi du charbonnier". Il vaudrait donc peut-etre mieux expliquer rationnellement aux gens pourquoi suivre les enseignements du Christ ne peut que contribuer a leur bien-etre psychologique dans cette vie, par exemple en les aidant a mieux controler leur émotions négatives.

Écrit par : jean jarogh | 20/02/2017

Monsieur,

Je rends pour la première fois visite à votre blog.
J'aimerais vous poser trois questions, auxquelles vous êtes bien entendu libre de donner suite ou pas.
Si vous acceptez de jouer le jeu, je vous saurais gré de bien vouloir répondre à chacune d'entre elles par oui ou par non, étant précisé que tous commentaires dont vous pourriez assortir vos réponses seraient les bienvenus.

1) Avez-vous la ferme conviction qu'après sa crucifixion, Jésus a été mis au tombeau en état de mort cérébrale, puis qu'il est ressuscité d'entre les morts deux jours plus tard, passant encore quelque temps avec ses disciples (une quarantaine de jours, selon Actes 1:3) avant de disparaître (plus ou moins définitivement, puisqu'il est censé revenir un jour)?

2) Considérant les versets suivants, relatifs à l'Ascension de Jésus,
• “Pendant qu'il [Jésus] les bénissait [les onze apôtres], il les quitta et fut enlevé au ciel” (Luc 24:51) et
• “Après avoir dit cela, il [Jésus] fut élevé pendant qu'ils [les apôtres] le regardaient et une nuée le déroba à leurs yeux” (Actes 1:9),
avez-vous la conviction intime et profonde qu'ils correspondent à un événement historique qui s'est effectivement déroulé de la manière décrite? En d'autres termes: ces deux versets doivent-ils, selon vous, être pris au pied de la lettre (autre formulation: au premier degré) et compris dans leur sens littéral, de sorte que vous vous déclarez chrétienne en les acceptant comme des faits avérés, indépendamment de toute interprétation symbolique que l'on pourrait être tenté de leur donner?

3) Estimez-vous qu'une personne ayant répondu non aux questions 1) et 2) puisse quand même être considérée comme ayant la foi en Christ et être reconnue comme étant de confession chrétienne?

Veuillez pardonner ma curiosité si elle vous semble déplacée.

Avec mes meilleurs sentiments.

 Je n'ai pas besoin de vous rappeler les quatre premiers versets de l'Évangile selon Luc.

Écrit par : Mario Jelmini | 21/02/2017

Difficile de croire qu'en plus des souffrances que la vie inflige à tout être pendant les années passées sur Terre, les religions ont imaginé de nouvelles souffrances pour ceux qui sont enfin débarrassées des premières.

Écrit par : Mère-Grand | 21/02/2017

@ Mère-Grand
Pensez-vous uniquement aux souffrances qui attendraient les êtres humains condamnés à l'Enfer ou pensez-vous aussi aux souffrances vécues sur terre à cause de la notion de péché (culpabilité, remords, etc.)? J'avais une tante, très croyante, dont le premier-né est décédé au bout de deux ou trois jours (mort subite du nourrisson) et qui a souffert toute sa vie parce que son enfant n'avait pas encore été baptisé et qu'elle était persuadée qu'il était devenu une âme errante.

Écrit par : Mario Jelmini | 22/02/2017

Réponse à M. Jelmini: merci de votre intérêt pour mon récent billet. Questions 1 et 2 : oui. Question 3 : non. Avec mes amicales salutations. OE

Écrit par : olivier emery | 22/02/2017

@ Olivier Emery
Merci
- d'avoir eu le courage de me répondre et
- de l'honnêteté avec laquelle vous avez répondu aux trois questions.

Écrit par : Mario Jelmini | 23/02/2017

"Meme la personnalité extraordinaire du Christ "
Qu'est ce qui est extraordinaire dans le fait d'être un terroriste crucifié avec deux de ses complices?
Rappel: la crucifixion est réservée notamment à ceux qui se sont révoltés contre Rome (cf. Spartacus).

Écrit par : Charles | 24/02/2017

Les commentaires sont fermés.