Les "deux-roues" persécutés par la police genevoise.

Imprimer

Certes il convient de respecter et de faire respecter la loi. Mais celle-ci, comme le sabbat, est faite pour l'être humain et non l'inverse. Ce qui implique d'éviter une répression "aveugle qui ouvre l'oeuil sur tout"; sans nuance et sans discernement.

C'est malheureusement ce qui s'est passé ces derniers jours à Genève. Nos autorités ont réussi à transformer une campagne de sécurité routière en une formidable campagne "anti deux-roues". Partant, tous les cyclistes sont implicitement invités à troquer leur vélo contre leur automobile et les scootéristes à conserver soigneusement leur place dans les files de voiture. La mobilité et la qualité de l'air genevoises en sortiront sans doute gagnantes!  

      

Commentaires

  • Tout à fait d'accord !

  • Oui ils ne sont pas dangereux mais en danger sutout...Laissez les libres. Stop à un état trop policier et trop d'amendes, trop chers...

Les commentaires sont fermés.