27/11/2015

Jeune ou vieux ? A chacun de choisir !

Bien évidemment il existe des moments plus gais dans la vie que ceux passés dans une église lors d'une cérémonie funéraire. Et pourtant. Dans un monde tourbillonnant qui nous harcèle de messages et autres sollicitations, voici un (trop) rare moment de calme et de paix offert à l'âme humaine. Un bienfaisant espace de lenteur. Bien sûr la peine des proches confrontés à la perte d'un être cher attriste l'assistance, mais celle-ci peut saisir l'occasion de méditer avec profit sur l'essentiel. Le sens de la mort, le sens de la vie.

Voici ce que nous avons eu le privilège d'entendre avant-hier en l'église de Versoix:

La jeunesse n'est pas une période de la vie,
elle est un état d'esprit, un effet de la volonté,
une qualité de l'imagination, une intensité émotive,
une victoire du courage sur la timidité,
du goût de l'aventure sur l'amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir
vécu un certain nombre d'années ;
on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal.
Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre
et devenir poussière avant la mort.

Jeune est celui qui s'étonne et s'émerveille. Il demande,
comme l'enfant insatiable. Et après ?
Il défie les évènements et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que votre doute.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même
aussi jeune que votre espoir. Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous serez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l'homme et de l'infini.

Si un jour votre coeur allait être mordu
par le pessimisme et rongé par le cynisme,
puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

Général Mac Arthur

 

09:38 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

Commentaires

J'avais déjà publié ce texte sur mon blog en 2010 et je n'en connaissais pas l'auteur. Il m'avait alors été précisé qu'il s'agissait d'un certain Samuel Ullman(n) et non du général Mac Arthur !

Cordialement

Écrit par : Michel Sommer | 29/11/2015

Les commentaires sont fermés.