28/09/2015

Partis évangéliques : aïe !

Je tire sur l'ingénieuse languette dorsale de l'enveloppe grise et en retire le matériel de vote.

Première surprise : le PEV part seul au combat des élections nationales. Pas d'apparentement. Ni avec des  formations centristes, ni avec des partis soucieux de protéger l'environnement, ni, et surtout, avec l'autre formation évangélique : l'UDF. Incroyable. Incompréhensible. Et dommageable sur les plans de l'unité spirituelle et de l'efficacité électorale. Aïe!

Deuxième surprise : non seulement l'UDF n'est pas apparentée avec le PEV, mais cette formation l'est avec les MCG et UDC. Incroyable. Consternant. Comment un parti soucieux de s'inspirer des principes bibliques peut-il s'égarer en pareille mésalliance ? Les électeurs de l'UDF sont pris en otage : de fait, chacun de leur bulletin profitera exclusivement à renforcer des partis démagogiques, nationalistes, xénophobes, parfaitement indifférents au respect dû à la Création et fervents défenseurs de pouvoirs financiers amoraux dévoués à Mamon. Aïe!

Olivier Emery         

13:38 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

13/09/2015

La Grimpette des Bedjuis

Hier matin samedi 12 septembre. 10h00. Tout juste sortie de l'ombre matinale baignant la rive gauche de la plaine du Rhône, Riddes voit s'élancer une troupe de sportifs sur le sentier montant à Isérables. Un village à part dont les vieux et pittoresques mazots jettent un regard perplexe sur la petite localité accrochée à une pente aussi sévère. Seule la présence aérienne d'un pimpant téléphérique paraît légitimer une présence humaine en ces rudes lieux montagnards.

Pour une grimpette, c'est une sacrée grimpette ! Style "course de côte" : peu de plat, descente inexistante et montée obstinée avec un joli dénivelé total de 960m. Hormis les cracks, le commun des mortels - dont je fais modestement partie - marche plus qu'il ne courre. "Très dur" lâche livide mon ami Jean-Luc qui vient de franchir la ligne d'arrivée; le mot est faible. Mais quel magnifique parcours ! Quelle ambiance délicieusement locale! Foin des grands messes sportives réunissant foules, sponsors et infrastructures sophistiquées. Quand simplicité rime avec beauté, les éventuels désagréments d'un effort intense s'évaporent comme une vapeur happée par la douce chaleur d'un soleil encore estival.

Bedjuis ? Le joli et mystérieux nom donné aux habitants d'Isérables.       

Olivier Emery

 

       

15:24 Publié dans Course-à-pieds | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |