26/07/2015

Un crash évité de justesse

"Alors que notre avion est en phase d'approche, il est soudainement emporté par une violente rafale de vent latéral; au moment de toucher le tarmac les roues ne sont plus dans l'axe de la piste. Tous les passagers sont figés, le regard terrifié. Sans hésiter, le pilote accélère à fond et fait redécoller in extremis l'appareil.  Nous avons frôlé la mort. À l'arrivée, John demande au pilote : " Quand avez-vous pris la décision de faire redécoller l'avion ? " - " Il y a quinze ans ".

Cette "Pensée du jour" de l'excellent site www.topchretien.com nous rappelle que nos fermes résolutions d'aujourd'hui guident avec succès nos décisions cruciales de demain. Pour des choix intègres et sages qui honorent Dieu.   

Olivier Emery

09:42 Publié dans Bible et Evangile, Civisme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

24/07/2015

Et si Chris Froome s'appelait Christophe Fournier ?

Gageons sans risque que la France entière troquerait son regard suspicieux pour les yeux de Chimène.

Que la Grande Bretagne se désintéresserait de la grande boucle.

Et que les téléspectateurs du monde entier s'enthousiasmeraient, encore et toujours, devant les admirables...beautés naturelles et patrimoniales d'une Gaule généreusement ensoleillée!  

Olivier Emery

09:26 Publié dans France, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/07/2015

Accord iranien : gagnant gagnant ?

Poutine se frotte les mains, Téhéran jubile, Jérusalem et Ryad font la gueule alors que Barak Obama, migraineux, s'excuse faiblement...

Certains semblent donc plus gagnants que d'autres, et, a priori, ce ne sont pas de zélés pourvoyeurs de paix.

Olivier Emery 

08:54 Publié dans Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

15/07/2015

Eclair de bonheur à la Migros

Un récent jeudi matin. Migros Vibert à Carouge. Tout en poussant mon chariot, mon oreille distraite perçoit une communication de service prononcée prestement : "On demande une vendeuse chaussures à son rayon". Une fillette haute comme trois pommes se précipite alors vers un client : " Papa, papa, ils vendent des chaussures de Cendrillon!"

Olivier Emery

07:29 Publié dans Genève, vie locale, Humour, Jeux de mots | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

10/07/2015

Qui est le méchant ? L’emprunteur grec ou le prêteur allemand ?

L’actuelle lutte « greco-berlinoise » oppose deux partenaires liés par un contrat de prêt. Il y a de nombreux siècles, des sages se tenaient déjà au chevet de ce problématique couple « débiteur/créancier ». Voici leurs opinions :

« Le méchant emprunte et ne rend pas » (Psaume 37:21) ; donc le débiteur hellène…

Oui mais : « celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête » (Proverbes 22 : 7) ; donc le créancier germanique est un potentiel esclavagiste…

Moralité : pour toutes dépenses de consommation/fonctionnement, il conviendrait d’exclure le prêt car ce type de contrat est inévitablement liberticide et toxique. Pour Athènes comme pour Berlin. 

Olivier Emery

 

11:57 Publié dans Bible et Evangile, Monde, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

08/07/2015

Le resquilleur, agaçant et pathétique.

Ce matin 8 juillet 2015. IR de 10h15 à destination de Lausanne. « Contrôle des billets » annonce une voix jeune teintée d’accent fédéral.

S’ensuit un dialogue avec une passagère qui, sans rougir, prétend posséder un AG, puis un demi-tarif, puis s’être fait voler ses affaires, puis avoir changé d’adresse, puis …, etc., etc…

Stoïque, la contrôleuse des CFF téléphone, conserve un calme olympien, explique poliment à sa gerce de menteuse récidiviste qu’elle pourra aller au guichet de la gare faire annuler sa facture, si tout est en ordre.

Ce type de resquilleur me touche par son incroyable capacité imaginative, son culot lamentable et son obstination à perdre toute dignité. Las.

Olivier Emery

12:20 Publié dans Civisme, Société - People | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

06/07/2015

Libres penseurs: une conviction remarquable.

Encore une provocation, une malice de votre serviteur ? Je ne saurais le nier totalement chère Noëlle; plutôt un accrochage fondé sur un intérêt altruiste et bienveillant, dépourvu d'intention polémiste (si si, je vous l'assure!).

Trop d'hommes et de femmes s'accrochent désespérément au désespoir; c'en est désespérant. Avec la foi du charbonnier ils proclament que Dieu est une imposture, que l'absurdité de l'existence humaine est absolue tout comme sa finitude. La désespérance règne. Vive le Pouvoir de la mort! Vive l'Homme parfaitement autonome dans l'impasse de son éternelle solitude existentielle ! 

Dialogue utérin entre deux bébés:

- je ne crois que ce que je vois: après le vie utérine, place au néant !

- mais n'entends-tu pas parfois une voix d'amour qui te parle ? Ne crois-tu pas en un avenir ? En une prochaine rencontre ?

Olivier Emery 

10:15 Publié dans Bible et Evangile, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

03/07/2015

« Non seulement Dieu n’existe pas, mais essayez de trouver un plombier pendant le week-end. »

C’est la réponse de Woody Allen aux « angoissantes questions de la condition humaine » posées par le célèbre humoriste Pierre Desproges : « J’en vois d’ici qui sourient. C’est qu’ils ne savent pas reconnaître l’authentique désespérance qui se cache sous les pirouettes verbales. Vous connaissez de vraies bonnes raisons de rire, vous ? Vous ne voyez donc pas ce qui se passe autour de vous ? Si encore la plus petite lueur d’espoir nous était offerte ! ».

Contrairement à Woody Allen et Pierre Desproges, proies dignes et sincères de la désespérance, des centaines de millions d’hommes et de femmes discernent cette lueur  d’espoir. Comme un phare dans la nuit poisseuse et paralysante de ce monde : « Par le don de ma vie je suis venu libérer les captifs. Il n’y pas de plus grand amour que de donner sa vie pour un ami. Je reviens, bientôt, éradiquer le Mal sévissant sur terre et restaurer tous êtres et toutes choses ».

Au bénéfice de cette espérance fiable – car fondée sur les réalités d’un acte d’amour inégalable et une prodigieuse victoire sur la mort  – nous pouvons porter notre bougie au chandelier de l’espoir en priant avec ferveur les (presque) derniers mots de la bible : «Viens, Seigneur Jésus ! ».

Olivier Emery

13:48 Publié dans Bible et Evangile, Culture, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |

02/07/2015

Alter ego, CO Pinchat et blog de la Tribune.

Place de Sardaigne à Carouge. Vendredi soir 19 juin dernier. Dans le monstrueux brouhaha du banquet d'anniversaire du CO Pinchat, un  voisin ami me hèle et me présente aimablement une ancienne camarade de classe homonyme :

- Anne Emery, Olivier Emery

- Olivier Emery ? C'est vous qui écrivez dans la Tribune de Genève ?

- Oui c'est moi.

- Mon frère s'appelle aussi Olivier Emery

- Il est aussi né en 1960 ?

- Oui, il est à une autre table, voulez-vous faire sa connaissance ?

Et c'est comme ça que j'ai enfin rencontré mon (fort sympathique et vitrier carougeois) alter ego :

- C'est vous qui écrivez un blog dans la Tribune ?

- Euh...oui, désolé si cela vous cause du tort...

- Mais non! Ah, vous savez, il existe encore un autre Olivier Emery né en 1960; mais lui il est avocat et habite à Landecy.

- Celui-ci, c'est...aussi moi.

Olivier Emery 

       

07:33 Publié dans Amis - Amies, Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |