11/05/2015

Pas besoin d'être de gauche pour considérer avec bienveillance l'initiative du PEV.

Sur le principe, il est intelligent et équitable de songer à prélever une (modeste) part sur une succession pour financer le déficit de l'AVS. En effet, recevoir de l'argent que l'on a pas gagné devrait induire tout naturellement un renvoi de fortune gracieux et solidaire. Une transposition moderne et biblique du jubilé hébreux, un moyen légitime d'éviter une distorsion grandissante et néfaste entre une minorité de familles toujours plus riches et puissantes et une majorité de citoyens toujours plus démunis.

Sur le moyen, cette initiative semble pourtant manquer de pragmatisme. Pourquoi avoir fixé une franchise relativement faible à CHF 2'000'000.- ? C'est ce genre d'erreur qui fera probablement et malheureusement perde ce noble combat. Il ne fallait pas pénaliser la classe moyenne, laquelle risque de rejeter l'initiative du PEV. En politique, ce n'est pas comme dans le Royaume de Dieu à venir, il faut certes s'inspirer d'un idéal, mais il convient aussi d'appliquer l'adage "un tiens vaut mieux que deux tu l'auras".

Ainsi, il aurait suffi de fixer une franchise légèrement supérieure pour éviter cet écueil et/ou moduler le taux d'imposition en fonction du degré de parenté ou du nombre d'enfants héritiers...

Dommage que le PEV n'y ait pas songé.

Olivier Emery

PS: Lire ou relire le chapitre 25 du Lévitique ne fera de mal à personne. 

14:49 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

Commentaires

@Monsieur Emery pour alléger l'atmosphère ou bientôt seuls les mots sexes et argent seront les seuls maitres pour disserter n'est-il pas marqué dans la bible,tu ne convoiteras jamais ni la femme ni l'argent de l'autre ou de ton voisin
très belle journée Monsieur

Écrit par : lovejoie | 12/05/2015

Quand on habite une localité depuis des lustres on est à même d'aider beaucoup de gens
Et comme j'aime donner des réponses pleines de logique et de bon sens à ceux me demandant de l'aide je prends le téléphone et demande des renseignements judicieux pour les questions auxquelles il faudra répondre ceci directement aux personnes possédant la réponse
Aussi concernant les donations ,je posai la question à savoir su du vivant du donateur celui-ci serait éventuellement aidé comme pour porter ses sacs poubelles aux déchetteries car ne possédant pas de voiture et n'ayant aucune aide pour le seconder
Non m'a t'on répondu ! sans oublier que ce sont les descendants et pour qui n'a pas d'enfants ,ce sera les autres membres de la famille qui devront payer les frais de succession
Elle est pas belle la vie

Écrit par : lovejoie | 12/05/2015

Une solidarité imposée n'a pas grand chose à voir avec une réalisation spirituelle. Au contraire, c'est du vol autorisé et encouragé.
Si l'Eglise recommence à s'occuper de politique on est mal barrés.

Écrit par : Pierre Jenni | 12/05/2015

On paye un l'impôt sur chaque franc gagné, puis la TVA sur chaque franc dépensé ou l’impôt sur la fortune sur la somme épargnée, et si il reste quelque chose a notre mort il faudrait encore le taxer...

Ne me parler pas de solidarité, c'est toute la fiscalité qu'il faudrait revoir, et a la baisse.

PS: Vous savez pourquoi on parlait de "dime" au moyen age ? Parce que cet impots qui occasionnait des révoltes correspondait a un dixième du revenu. Aujourd'hui tout le monde, même les petits revenus payent plus que ça.

Écrit par : Eastwood | 17/05/2015

Les commentaires sont fermés.