01/04/2015

La Salévienne ou la frontière franco-genevoise gommée

Avec le recul de l'histoire, la fragilité voire l'inanité des frontières se révèlent parfois.

Papa était membre de la Salévienne. Son récent décès nous conduit à en informer cette société culturelle qui nous répond aimablement :

" Vous est-il possible de nous écrire quelques mots sur votre père notamment en rapport avec notre association d'histoire ?"

Nous allons probablement donner la suite favorable suivante à cette amicale requête :

" Fidèle membre de la Salévienne depuis des lustres, Jean-Paul Emery s’est endormi dans la paix pour rejoindre son Seigneur Jésus; c'était le 6 mars 2015 à Thônex/GE. Il appréciait beaucoup les conférences de la Salévienne dont il lisait le journal avec un vif intérêt. Plus que tout, il aimait avec une invariable passion le livre véridique d’histoires et d’Histoire par excellence : la Bible". 

 

Mais où réside le rapport avec la relativité des frontières ? Via google, je découvre ce qu'est la Salévienne : " Société d'histoire régionale, elle fait partie des Sociétés savantes de Savoie et couvre la région du nord-ouest de la Haute-Savoie limitée par le Rhône, l'Arve, le Viaison et les Usses. Cette région comprend donc les massifs du Salève et du Vuache ainsi que le sud du canton de Genève en Suisse". 

Cqfd.  

 

Olivier Emery

  

 

 

 

16:34 Publié dans Culture, Genève, Région | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

Commentaires

bref. il y eu la zone décrétée par Napoléon
pour les frontaliers, il y eu: le beurre de zone, le lait, le sucre, vendus à bas coûts pour destockage, de ces réserves de produits de bases, stockés en zones dites "dans la zone"
il y eu le tram genevois, allant de ci de là, dans la zone fr autour de GE. Emplois & rails démontés. Puis vint le CEVA, ses surcoûts ses surbudgets, tous profitables aux mêmes sociétés fr exécutant par sous-traitance: faut replanter à grands coûts pour les contribuables, des rails des passages pour refaire passer des trams là où ils passaient au XXe siècle.

Le Téléphérique est passé de sa construction par les suisses, à la propriété de Stés françaises, puis dans le giron du Conseil Général en passant par le gain d'exploitation aux mains de stés privées fr.

Entre-temps, le Salève reste un rocher, la France, membre de l'UE.
Et la Suisse, qui ne fait pas comme le UK qui lui reste hors Schengen,
reste hors de l'UE mais paye comme tous membre, voire plus,

surtout en zone napoléon.

Écrit par : genevois déshérité | 04/04/2015

Les commentaires sont fermés.