02/03/2015

Il y a dette et dette.

Si je m’endette pour construire une maison afin d’y loger ma famille, ma dette n’en est pas vraiment une car sa valeur sera couverte par celle du bien immobilier. Débiteur et créancier sont irréprochables.

Si je m’endette pour acheter une voiture, une TV, une piscine ou pour financer le salaire de mes jardinier, femme de ménage et autre domestique, alors il a problème car je vis au-dessus de mes moyens. La ruine guette au tournant. Débiteur et créancier jouent un jeu malsain.  

Si je m’endette pour nourrir ma famille menacée à court terme de famine, alors mon créancier ne devrait pas percevoir d’intérêt. Il devrait aussi, tous les 50 ans, effacer l’ardoise et redistribuer la richesse foncière. Une solution avant-gardiste ? Pas vraiment puisqu’elle est préconisée depuis environ 33 (!) siècles dans la Bible, cf. Lévitique 25. Le créancier pratique le bien.

Reste à déterminer à quel type de débiteur appartient l’obligé, et, cas échéant, à méditer cette prière: « Remets-nous nos dettes, comme nous les remettons à nos propres débiteurs ».

Olivier Emery

 

 

 

11:00 Publié dans Bible et Evangile, Commerce, Economie, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

Commentaires

Aujourd'hui, la Science semble suggérer que microcosme et macrocosme ne suivent pas les mêmes règles. La physique quantique ne s'applique qu'au niveau atomique des ondes et des particules.
Remettre une dette à une personne est certes un acte noble, mais lorsqu'il s'agit d'un pays qui s'est mis dans une telle situation en raison de quelques dirigeants sans scrupules, il semble que la remise de dette est un bien mauvais signal.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/03/2015

Même s'il existe plusieurs catégories de dettes, pour qu'il y ait dette, il faut qu'il y ait propriété. Savez-vous ce que pense Dieu de la propriété ? (Non, je ne suis pas communiste...) Et n'oubliez pas qu'il n'y a pas que les dettes financières, il y aussi des dettes, disons intellectuelles, morales, psychologiques, même si ces termes mériteraient d'être explicités.

Écrit par : St Just | 02/03/2015

Les commentaires sont fermés.