18/02/2015

Aimez-vous le Valais et les Valaisans ?

Oui, j'aime le Valais et ses habitants. Sans doute comme la majorité des Genevois, j'apprécie leur caractère entier et franc. Je salue leur fierté né d'un noble et atavique attachement au Vieux Pays ancestral. D'aucuns s'en irritent se sentant exclus d'emblée, d'autres méprisent son caractère désuet teinté de chauvinisme. Moi pas. Etre d'une terre et le ressentir est un privilège identitaire que nous, citadins genevois, avons malheureusement trop souvent perdu.

Il suffit de visiter l'un de ces petits et délicieux musées ruraux (Isérables, Plan-Cerisier, Le Châble) et montrer son intérêt pour le patrimoine local pour que s'ouvrent tout grand le coeur et le sourire des gardiens du lieu.

Bien sûr, selon l'adage "toute vérité n'est pas bonne à dire" il est très fortement déconseillé de mentionner que:

- comme tout Genevois qui se respecte vous n'êtes pas un fan du FC Sion

- vous avez voté oui à la nouvelle LAT et à l'initiative FW

- vous trouvez que le français de William Besse, commentateur sportif à la rts, est d'une pauvreté que ne renierait pas François d'Assise.

Aimer implique le désir de mieux comprendre. En cette perspective, je ne peux que chaudement recommander la lecture d'un livre bref et  percutant : LE HAUT VAL DES LOUPS de Jérôme Meizoz (Edition ZOE).

Un ouvrage lucide et nécessaire pour mieux aimer le Valais. Attention sa lecture ne vous laissera pas indemne! Votre regard sur ce Canton attachant, vos souvenirs et vos sentiments en seront sainement affectés. 

Voici ma prière en refermant la dernière page du récit précité : "O Dieu, bénis le Valais. Protège-le de ses prédateurs indigènes dangereusement affairistes et manipulateurs. Fortifie et (re)donne courage à tous les Valaisans intègres et de bonne volonté. Merci pour ta promesse selon laquelle, un jour prochain, les doux hériteront du Pays. Amen".

Olivier Emery

15:41 Publié dans Région, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

16/02/2015

Et voilà que Jésus crache par terre...

Pas très propre en ordre tout ça. Et guère hygiénique. C'est ce qu'il y a de fascinant dans les anciens Ecrits relatant les exploits de nos ancêtres et héros spirituels: un souci de n'en avoir aucun (sauf pour l'authenticité), une petite part persistante de mystère, un équilibre entre le rationnel occidental et la symbolique théâtrale orientale.  

Jésus mélange alors sa salive avec la poussière terreuse du sol. Il en fait un peu de boue qu'il pose sur les yeux de l'aveugle. Il lui ordonne d'aller se laver à la grande fontaine publique de la ville. Il y va et revient complétement guéri.

En marge de ce merveilleux récit surgit la question du pourquoi de la maladie ou du handicap qui affligent trop d'êtres humains. A cette époque on avait l'intelligence de ne pas en accuser Dieu mais, en revanche, on instruisait à charge de la victime : est-ce lui ou ses parents qui ont fauté pour qu'il récolte en punition la cécité dès sa naissance ? Certes il est des situations où la maladie trouve directement sa cause dans l'irrespect des préceptes divins. Mais pas automatiquement. Pas toujours. Du "warum" (pour quelle cause ?) Jésus passe au "wozu" (pour quel but ?). Sacré Jésus ! Il n'a pas son pareil pour inventer une nouvelle perspective qui libère des shémas mécaniques. Quel art du contre-pied chez lui; si le football avait été inventé 19 siècles plus tôt le Rabbi de Nazareth aurait sans doute été un fameux tireur de penalty. 

Aujourd'hui, si tu te sens comme cet aveugle, inutile mendiant laissé au bord de la route et livré à l'obscurité des lendemains sans lendemain, alors invite-le à te barbouiller. Il te surprendra alors par sa parole, sa lumière et sa guérison.

Olivier Emery

PS: Relire ce texte médité par Thierry Bourgeois hier dimanche matin 15 février 2015 à la rue Pécolat ? C'est possible : évangile de Jean, chapitre 9.      

    

17:42 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

13/02/2015

Le curé Bucheli est-il courageux ou déloyal ?

Petit rappel des faits : M. Bucheli, prêtre uranais catholique romain a béni une union entre deux femmes homosexuelles. Il a violé frontalement les directives de son organisation religieuse et, partant, a été démis de ses fonctions. Courageux? Pas si sûr. Déloyal vis-vis de ses engagements religieux ? Sans doute.

Il n'en fallait pas d'avantage pour que de nombreuses personnes s'arrogent le droit de crier au scandale, de dénoncer une attitude "ultra-conservatrice" de sa hiérarchie et de vanter la bravoure inouïe du prélat désobéissant. 

On croit rêver. Au nom de quelle autorité ces personnes s'égosillent-elles?

Si elles sont catholiques et qu'elles contestent la position théologique de leur église, rien de les empêche de quitter cette congrégation, d'écrire une nouvelle Bible et de fonder une nouvelle religion ouverte à la bénédiction des mariages homosexuels.

Si elles ne sont pas catholiques (comme moi), alors il convient de renoncer à l'arrogante prétention de dicter un comportement aux responsables d'une association dont on est pas membre.  

Dans l'amour et le respect de tout être humain, homosexuel ou non, l'église catholique romaine continue donc d'affirmer ses convictions éthiques. C'est courageux d'oser contester les masses bien-pensantes formatées par des medias qui, inlassablement, font l'apologie de l'immoralité sexuelle.

Olivier Emery 

20:24 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

09/02/2015

Vos fils et vos filles prophétiseront

La promesse des temps anciens est encore et toujours d'actualité. Il y a eu des pentecôtes avant et après "la" pentecôte de l'an 33. Et il y en aura encore. Chacune et chacun est récipiendaire potentiel du Saint-Esprit. Point de monopole exclusivement réservé à un clergé d'une quelconque religion.

Nos actions et nos propos ont besoin d'être inspirés du Souffle de Dieu. Et nos mains de se joindre pour prier : SEIGNEUR viens ranimer ta flamme en chacun de nos coeurs pour que se taise enfin le dieu silence et que (re)parle enfin Celui qui construit, exhorte et console. 

Car l'être humain n'a pas seulement besoin de nourriture pour vivre, mais aussi d'entendre la voix de son créateur. La philosophie matérialiste est un mensonge atrophiant qui bouche nos oreilles spirituelles. Mais aujourd'hui si tu entends la voix de Dieu ne ferme pas ton coeur, pierre froide privée de vie.

Olivier Emery

PS : texte très largement inspiré du message donné hier dimanche 8 février 2015 au 4 rue Pécolat par Laurent Joly, pasteur à Onex.  Voici les passages bibliques concernées: Joël 2, Nombres 11, Actes 2, 4 et 10, 1 Corinthiens 14, Matthieu 6 et Hébreux 4. A lire et relire sans modération!         

15:04 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

07/02/2015

C’est peut–être inspiré du Malin, mais ça ne l’est pas vraiment.

Or donc, la Ville de Genève exclut brutalement le religieux du domaine public. Une mesure  liberticide a priori illégale vu les articles constitutionnels en matière de liberté religieuse.

Mais quelle mouche a piqué M. Barazzone, magistrat PDC ? Cette décision agressive fait un peu penser à la "sympathique" Albanie staliniste du 20ème siècle qui se glorifiait d’être athée à 100%.

Alors que se profilent à l’horizon les prochaines élections municipales, ce n’est pas vraiment malin. En effet, cet ukase anti-chrétien ne peut plaire qu’à quelques athées nerveux, lesquels ne vont pas pour autant voter "démocrate-chrétien" en avril prochain ; quant aux croyants qui constituent le gros de l’électorat de cette formation politique…

L’erreur est humaine, mais persévérer est diabolique. Espérons que  les responsables de ce parti centriste, si utile à la stabilité de notre vie politique genevoise, sauront rapidement rectifier le tir; histoire d’éviter un bien fâcheux auto-goal.

Olivier Emery

 

08:16 Publié dans Civisme, Genève, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

06/02/2015

Poisson d'avril !

Avec deux mois d'avance je vous dévoile le prochain poisson d'avril genevois 2015. L'un des plus surprenants, stupéfiants et insolites de ces derniers siècles. Un hénaurme poisson :

Le service présidé par un magistrat du parti démocrate CHRETIEN de la ville de CALVIN interdit avant NOEL...la vente de BIBLES au Molard!

Ah ces journalistes...quelle imagination!

Olivier Emery

 

 

13:25 Publié dans Civisme, Genève, Société - People, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

05/02/2015

Luc Barthassat et PDC : gare au faux pas !

La presse genevoise l'a déjà révélé au public en été 2014 : notre ministre des transports est propriétaire d’un terrain agricole à l’entrée de Landecy. Un terrain nécessaire au rebroussement du bus TPG 44 qui, prolongé de La Croix-de-Rozon, desservirait le village.

Selon de nauséabondes rumeurs, profitant de sa position de patron des services publics concernés, Luc Barthassat interviendrait en coulisse pour conserver son bout de parcelle. Comment ? En favorisant activement une autre variante de desserte;  une autre variante qui ne répondrait pas aux besoins de la population et serait aussi intolérablement déficitaire.

Je ne veux pas croire à ces échos. Pareil comportement serait détestable, tant sur un plan politique qu'éthique. Fils d'agriculteur, Luc est sans doute attaché à la terre et habité du sentiment que l’on doit conserver le patrimoine reçu des anciens; mais ce noble intérêt n’en demeure pas moins privé. Or favoriser  ce dernier au détriment de l’intérêt public constituerait un évident et grave faux pas, tant pour notre élu que par ricochet pour son parti le PDC.

Membre du « groupe pour un bus à Landecy », copain d’enfance de Luc et ancien conseiller municipal PDC-Entente, le soussigné espère de tout cœur que ce billet est inepte et donc parfaitement inutile. La Commission des transports du Grand conseil vient d'adopter à l'unanimité une pétition, massivement soutenue par la population villageoise, demandant une extension du bus 44 pour desservir Landecy. L'occasion est donc belle pour notre ministre de démontrer que les rumeurs précitées sont infondées. Comment ? En soutenant cette pétition et en négociant activement avec la Commune la mise à disposition de son (petit) bout de terrain.

Nous pourrions alors bientôt baptiser joyeusement la boucle TPG à l'entrée du village : "SQUARE BARTHASSAT", en l'honneur d'une appréciée et respectée famille landecéenne. Et pourquoi pas ?

Olivier Emery

 


15:26 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

03/02/2015

Mais où donc est passé Bardonnex Alternative ?

Stupeur à la lecture des listes déposées en vue des prochaines élections municipales bardonnésiennes : pas trace de BA.

La disparition du parti vert-rose-rouge est regrettable. Non parce que le soussigné (ancien élu PDC-Entente) partage l'idéologie "de gauche", mais parce que la voix alternative manquera au débat. Qui défendra dorénavant l'environnement, la mobilité douce, les transports publics ou l'aide humanitaire ?

Les anciens de 1987 se souviennent avec nostalgie et amusement de l'entrée mouvementée de ce parti alternatif sur la scène politique municipale. Non sans provocation, son leader de l'époque - aujourd'hui brillant et compétent député socialiste au Grand-Conseil - profite du repas annuel des aînés de la Commune pour chanter les louanges d'un "vent nouveau" qui souffle enfin dans l'air prétendu vicié de la vie politique bardonnésienne. Tollé général. Coupure de micro. Grimaces des notables traditionnels. Jacques Delétraz, ancien et respecté Maire de la Commune, prend la parole : "Un vent se lève sur la Commune, nous dit-on, espérons que ce ne soit pas une bise glaciale...".

Après quelques pas et faux-pas des uns et des autres, l'amitié et le souci du bien public ont alors heureusement et invariablement présidé les travaux du conseil municipal.

BA disparaît ? Non, décidément, c'est bien dommage.  

Olivier Emery

 

       

17:40 Publié dans Civisme, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |