07/02/2015

C’est peut–être inspiré du Malin, mais ça ne l’est pas vraiment.

Or donc, la Ville de Genève exclut brutalement le religieux du domaine public. Une mesure  liberticide a priori illégale vu les articles constitutionnels en matière de liberté religieuse.

Mais quelle mouche a piqué M. Barazzone, magistrat PDC ? Cette décision agressive fait un peu penser à la "sympathique" Albanie staliniste du 20ème siècle qui se glorifiait d’être athée à 100%.

Alors que se profilent à l’horizon les prochaines élections municipales, ce n’est pas vraiment malin. En effet, cet ukase anti-chrétien ne peut plaire qu’à quelques athées nerveux, lesquels ne vont pas pour autant voter "démocrate-chrétien" en avril prochain ; quant aux croyants qui constituent le gros de l’électorat de cette formation politique…

L’erreur est humaine, mais persévérer est diabolique. Espérons que  les responsables de ce parti centriste, si utile à la stabilité de notre vie politique genevoise, sauront rapidement rectifier le tir; histoire d’éviter un bien fâcheux auto-goal.

Olivier Emery

 

08:16 Publié dans Civisme, Genève, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.