19/01/2015

Charlie hebdo ou la faillite missionnaire de nos journalistes.

"Liberté totale d'expression et irrespect total d'autrui!", voici le credo repris en choeur par tous nos journalistes de France de Navarre et de Suisse romande. Alignés couverts. Une trop parfaite unanimité qui les accuse: ils ont été incapables d'exercer correctement leur métier en cette dramatique affaire. Agenouillés comme de dociles catéchumènes, grégaires, soumis et fiers à la fois, ils psalmodient le dogme de la liberté d'expression. Réaction peu professionnelle certes, mais tellement compréhensible. Car ce sont leurs frères de plume, leurs compagnons de métier qui sont tombés sous les balles crachées par les fusils de gouapes islamistes aussi enragées que meurtrières.

Submergés par l'émotion, aspirés par la solidarité médiatique nos journalistes ont failli. Clamant "on peut rire de tout" comme un disque rayé et avec la même énergie que d'autres éructent "Allahakbar". Ils ont  oublié que la vraie noblesse de leur ministère n'est pas de rire de tout mais de tout critiquer. Même Charlie hebdo, même Charlie hebdo ensanglanté.  

Heureusement un signal positif apparait (enfin!) ce matin 19 janvier 2015 en page 10 du journal "Le Temps" où la plume experte de Christian Bibollet s'exprime avec pertinence et talent sous le titre suivant: "La liberté d'expression oui, mais dans le respect de l'autre".

Mieux vaut tard que jamais.

Olivier Emery

 

   

16:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

Commentaires

Quelle absence d'argumentation! Mais au moins avez-vous, ici, le droit de dire ce qui vous passe par la tête, même si c'est navrant!

Écrit par : Molotov | 19/01/2015

Pourquoi devrais-je respecter les mensonges assénés à longueur de siècles?

Écrit par : Johann | 19/01/2015

""La liberté d'expression oui, mais dans le respect de l'autre"."

Plutôt "La liberté d'expression selon l'humeur politique du journal" Ou encore celle imposée par l'Etat!

Écrit par : Patoucha | 19/01/2015

C'est quand même curieux cet appel au respect de l'autre quand c'est l'autre qui fixe les limites. C'est quand même curieux cet appel au respect de l'autre qui ne respecte même pas ses propres coreligionnaires en les menaçant de tous les mots et les maux s'ils devaient, par extraordinaire s'écarter du "droit chemin".

On peut rire de tout, mais semble-t-il pas avec tout le monde. Et c'est bien connu, on va toujours titiller les susceptibles, parce qu'au fond, sans réaction du "provoqué", la "provocation" n'a plus de sens !

Alors moi, à la place des "offensés" musulmans - mais je ne suis évidemment pas musulman et ne pense pas le devenir - je dirais simplement à celui qui dessine le prophète : "cause toujours" plutôt que *ferme ta gueule".
Malheureusement les susceptibles sont aussi des tueurs qui ne respectent pas la vie humaine. Au nom d'Allah ? Je n'ai rien à voir avec un tel dieu

Écrit par : Michel Sommer | 20/01/2015

Seriez-vous prêt à mourir pour votre foi ? Pourquoi ?

Écrit par : Kouest Ion | 22/01/2015

merci pour votre billet !
Petit parallèle exprimant quelque chose de semblable dans la réflexion: Dans les règles de circulation on peut tout faire pourvu qu'on respecte les lois routirères...cette liberté n'est pourtant pas suffisant pour être un bon conducteur, il manque entre autre la courtoisie minimum, le savoir conduire ou savoir vivre minimum... OU bien alors encore : On a tous le droit d'être égoïste, mais poussé à l'excès ça peut devenir grave et violent face à celui qui est dans le besoin....et l'on peut s'attirer bien des ennuis. Comprendra qui veut bien comprendre!
La vie n'est pas faite que de lois et liberté, non ?
Je ne rirai jamais des pauvres...ni de ce qui est profondément important et digne de respect pour autrui, et quand bien-même je partagerai pas son opinion...alors pourquoi vouloir la querelle en provoquant ?
Même si je comprends, je reste choqué par l'attitude des médias en France ( et en Suisse!) qui sont effectivement peu responsables et enfermées dans leur propre religion laïque dont la liberté est devenu un concept seule perdu au milieu d'une mer en furie.
Oui cette sacro-saint liberté n'est plus une valeur car complètement isolée et déliée de toute notion d'amour, de respect, de solidarité et de savoir vivre. C'est navrant, très triste...

Écrit par : D.Grandjean | 24/01/2015

Les commentaires sont fermés.