31/10/2014

Halloween ? Beurk.

Par quelle étrange et malsaine conspiration cette pseudo fête, inexistante en mon enfance, tente d’envahir notre douce et méditative période automnale ?

Principalement importée des USA, elle est le symbole du mauvais goût et de l’orange vulgaire. Un machin commercial méprisable qui ne fait rêver que les consommateurs-moutons-de-panurge et les commerçants en quête de gains.

Allons, courage ! Plus que quelques jours pénibles à supporter cette atmosphère douteuse. Bientôt vont apparaître au calendrier hivernal de vraies, d’authentiques et nobles fêtes : notre belle Escalade « 100% genevoise » et notre lumineux Noël « 100% amour ».   

Olivier Emery

 

15:38 Publié dans Culture, Société - People, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

20/10/2014

CARITAS ou un geste de GRANDE CLASSE

Honneur et respect à Caritas! En refusant l'argent d'une industrie tabagique mortifère, cette courageuse association lance un noble et lumineux message dans un monde trop souvent esclave du pouvoir ténébreux de l'Argent. Echec au dieu Mamon! Les forces malsaines de la cupidité et du matérialisme subissent un sévère et puissant revers. Un peu à l'image des tables mercantiles brutalement renversées dans la Maison du Seigneur à Jérusalem. Car que sert-il à un homme de gagner le monde s'il perd son âme?

Echec aussi à l'obscène et mensonger Vespasien qui prétend que "l'argent n'a pas d'odeur". Certes, il peut avoir l'odeur noble du labeur honorable et de l'activité intelligente. Mais il peut aussi avoir l'haleine fétide de la nicotine ou la dégeulasse senteur de l'urine de toutes les industries asservissantes.

Le pouvoir de l'argent réside dans l'intensité de l'attachement qu'on lui porte. Un personnage d'Amin Maalouf dans "Les désorientés" relève avec perspicacité ce qui suit:

"Dans un monde dominé par le veau d'or, je ne suis pas sûr que la priorité des priorités soit d'en expulser Dieu. C'est le veau d'or qu'il faut combattre, c'est lui qui constitue la pire des menaces pour la démocratie comme pour toutes les valeurs humaines. Le communisme avait asservi les hommes au nom de l'égalité, le capitalisme est en train de les asservir au nom de la liberté économique. Hier comme aujourd'hui Dieu est un refuge pour les vaincus, leur ultime recours. Au nom de quoi voudrais-tu les en priver? Et pour le remplacer par quoi?"

Olivier Emery            

21:15 Publié dans Commerce, Culture, Genève, vie locale, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

12/10/2014

M. Stauffer, MCG et UDC: lettre ouverte à nos aînés genevois

Chers Aînés,

Comme mes chers parents vous êtes nés dans les années 20 ou 30 du siècle dernier. Vous détestez le désordre, l'arrogance, la brutalité et l'irrespect. Et c'est aussi pourquoi vous êtes peut-être tentés d'accorder vos suffrages à des partis au discours sécurisant, voire sécuritaires, tels que le MCG ou l'UDC.

Le récent comportement du chef de file et chef de bande du MCG au Grand Conseil devrait vous interpeller. Voici un individu qui devrait - à juste titre - vous effrayer : irrespectueux, brutal et arrogant. Voici deux partis, le MCG et l'UDC, qui défendent et cautionnent sans vergogne ce fauteur de trouble inquiétant.

Chers Aînés pensez-y svp lors des prochaines élections. Veuillez voter pour des partis et des députés qui aiment l'ordre, le respect et la politesse. Que vous soyez de gauche, du centre ou de droite, veuillez accorder votre confiance à ceux-ci, exclusivement. Pour votre bien et celui de nos institutions genevoises.

Olivier Emery   

P.S Bravo à M. Eric Leyvraz, député UDC, qui a eu le courage de "nager à contre-courant" en s'élevant contre l'incivilité inacceptable de son collègue.    

  

19:21 Publié dans Civisme, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

10/10/2014

Une „vie“ après la mort ?

Une récente recherche scientifique anglaise portant sur plus de 2000 patients revenus d’une « mort imminente »  semble le démontrer : 39% de personnes en témoignerait.

D’aucuns affirment pourtant que la mort conduit au néant absolu et définitif. Cette évolution est sans doute liée à la progression de l’athéisme et du matérialisme. Une « anti-foi » désespérée et désespérante qui consacre, hélas, le triomphe absolu de la mort

Savoir que la « mort physique » n’est pas la « mort définitive » ne va pas seulement modifier mon regard sur l’au-delà éternel, mais encore, et surtout, sur mon vécu présent. Sur le sens de mon existence terrestre actuelle. Sur mes choix de comportement vis-vis de mon environnement.

Savoir que l’Amour est plus fort que la mort, et que Celui qui a créé la vie aura le dernier mot, savoir que nous ne sommes pas que « matière physique » et que nous pouvons recevoir dès ici-bas l’étincelle inextinguible de la vie éternelle : ça change l'existence. En mieux.

A tel point que Paul a pu écrire comme un formidable et décisif uppercut au foie de la mort: « Même si notre être physique se détruit peu à peu, notre être spirituel se renouvelle de jour en jour (…) Ce qui est visible est provisoire, mais ce qui est invisible dure toujours » (2 Cor 4 :16,18).

 

Olivier Emery       

 

13:04 Publié dans Bible et Evangile, Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

06/10/2014

La F1 est-elle un "sport" propre ?

Hier dimanche 5 octobre 2014. Pas d'image de l'accident du jeune pilote Bianchi projeté dans les marches de la mort. Un docte consultant sur i télé vient expliquer que depuis l'accident de Senna, les autorités officielles de la FIA excluent toute diffusion médiatique afin de ne pas montrer au public d'images morbides, et blablabli et blablabla. 

Ce lundi matin 6 octobre 2014. Des dépêches mentionnent que le pilote grièvement accidenté est victime d'une incroyable malchance, un accident qui n'est jamais survenu en 65 ans de F1, que l'organisateur du GP n'y est pour rien, que l'infortuné Bianchi a commis l'erreur de ne pas tenir compte des drapeaux jaunes incitant à la prudence pourtant agités à l'endroit du drame, et blablabli et blablabla.

Ce lundi soir. Une vidéo amateur d'un spectateur (visible sur le site internet de "20 minutes") montrent bien des drapeaux jaunes agités; oui mais 10 longues secondes AVANT le choc terrifiant, alors que la dépanneuse n'a pas encore quitté la zone dangereuse, les drapeaux agités sont devenus...VERTS. Oui verts.

Puis, durant un laps de temps incroyablement long, après que la voiture de Bianchi s'est pulvérisée sous l'engin de dépannage, ces odieux drapeaux verts continuent à s'agiter en de grinçantes et funestes arabesques, juste au-dessus du lieu de la tragédie. Consternant.

Je ne peux m'empêcher de penser que la pudeur télévisuelle des responsables de la F1 ne trouve pas sa source en des motifs exclusivement purs et louables. J'espère avoir tort. 

Olivier Emery

 

23:07 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

05/10/2014

ASSEMBLAGE'S 2014 : 6 / 6 !

6/6 : c'est la note attribuée par votre serviteur au merveilleux festival de Troinex cuvée 2014. Ambiance sympathique, artistes pétris de talent et programme varié de bon aloi sont au rendez-vous.

6/6 : c'est le nombre de spectacles offerts d'avant-hier vendredi à ce dimanche 5 octobre 2014. Réunis sous la lumineuse bannière de l'humour et de la poésie, cirque musique théâtre et chants enchantent les nombreux spectateurs accourus avec bonheur en ce joli coin de la campagne genevoise.

Bravo et merci à toutes celles et tous ceux qui rendent possible ce délicieux "assemblage" d'incroyable talent et de simplicité!

Olivier Emery 

17:14 Publié dans Culture, Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

04/10/2014

Israël, un triste ou un beau miracle ?

Derechef M. Hayoun nous offre un récent billet de grande qualité. La communauté de la "blogsphère" de la Tribune de Genève est privilégiée de le compter parmi ses contributeurs.

 

Triste miracle ? Oui sous certains aspects. Un pays qui, comme les autres, compte son inévitable cortège de maux sociaux tels que les scandales politiques, la délinquance, la drogue, l'immoralité ou le matérialisme. Un pays qui ne parvient pas à établir une paix durable et équitable avec ses voisins, notamment palestiniens. Un pays qui est ainsi toujours sali par la violence la haine et le rejet, reçus et donnés. Un pays souvent (trop) injustement isolé et décrié sur la scène internationale.

 

Beau miracle ? Oui aussi. Il suffit de s'y rendre pour le constater : le désert a reverdi, les rues et les routes sont propres, on y travaille, on y rénove, on y construit, on y valorise de nombreux sites archéologiques, on y circule en sécurité sans être en proie à l'arbitraire ou à la corruption, on y accueille - sans aucune discrimination religieuse ou autre - les visiteurs du monde entier qui peuvent ainsi découvrir en d'excellentes conditions tous les sites bibiques précieux et chers à l'humanité. Chacun peut contempler le mur des lamentations, se recueillir au mémorial de Yad Vashem, goûter la paix du jardin de la tombe et admirer le lac de Tibériade, berceau azur des récits évangéliques.

 

Israël est indubitablement un miracle. A la fois triste et beau, aujourd'hui. Mais l'existence même de ce miracle nourrit l'espérance de la proche venue du Messie, du Roi de Paix. Et cette venue annonce le début d'un règne de justice pour tous les peuples et la fin de la tristesse pour Israël : "Il essuiera toute larme de leurs yeux..." (Apocalypse 21:4). "Que celui qui entend, dise : Viens!" (Apocalypse 22:17).

 

Olivier Emery 

15:31 Publié dans Bible et Evangile, Israël | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |