30/01/2014

Enseignement scolaire privé créationniste. Et alors, où est le problème?

Mais où est le problème ? La théorie de l'évolution n'est justement qu'une théorie. Elle n'est un Dogme que pour quelques humains trop sûrs de leur propre déité imaginaire. Avec cette Théorie ils pensent avoir définitivement évacué Dieu de l'Histoire humaine. C'est triste parce qu'ils se privent d'un Dieu qui est Amour (1 Jean 4:16), un Dieu qui est aussi l'espérance vitale si dramatiquement nécessaire à l'humanité. 

A l'inverse, des centaines de millions de personnes sont convaincues que la matière a été créée par l'Esprit, le visible par l'Invisible (Hébreux 11:3). En d'autres termes que notre univers si merveilleux et d'une si incroyable beauté et complexité n'a pu être créé que par un Etre suprême intelligent. C'est pourquoi de très nombreux savants qui observent la nature croient en l'existence d'un Créateur. Et même le célèbre biologiste Jean Rostand pourtant athée militant ("Dieu, le dépotoire de nos rêves") affirme avec une belle honnêteté intellectuelle : "l'évolutionnisme est un conte de fée pour grandes personnes".

Olivier Emery

 

11:01 Publié dans Bible et Evangile, Civisme, Région | Lien permanent | Commentaires (18) |  Imprimer |

23/01/2014

Voter encore sur l'avortement: un bien ou un mal ?

Soyons francs: l'enjeu véritable de cette prochaine votation n'est pas financier mais philosophique. Il s'agit d'un combat de Valeurs.

Pour ou contre la banalisation de l'avortement ?

Pour ou contre le souci de protéger une vie à naître ?

Pour ou contre le souci de protéger une femme des conséquences psychologiques négatives d'un avortement  ?

Chacun est naturellement libre de répondre à ces questions selon les Valeurs qui guident ses choix et sa conception de la vie humaine. On ne saurait pourtant reprocher aux chrétiens d'avoir leur opinion sur le sujet, même si celle-ci va à contre-courant de l'esprit de notre monde ambiant: " C'est Toi qui m'a tissé dans le sein de ma mère" (Ps. 139 :13).

A noter que ce ne sont que les êtres vivants, donc parvenus à le devenir, qui pourront s'exprimer sur ce sujet le 9 février 2014...

Olivier Emery    


18:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

19/01/2014

Des hommes et des femmes qui cherchent Dieu.

Oui, il existe à Genève des hommes et des femmes qui cherchent Dieu.

"Mangeons et buvons car demain nous mourrons" n'est pas le credo "biblique" (cf. Esaïe 22:13) de tous nos concitoyens. Il en est encore - et plus qu'on immagine - qui ont faim de raison de vivre et soif de sens à leur existence.

Le défi lancé à chaque chrétien depuis l'an 33 de notre ère demeure le même : entendre la voix du Saint-Esprit, puis aller vers les affamés de justice et de pardon, les assoiffés de consolation et d'espérance, les demandeurs de guérison et de consolation.

Le chant d'une prière s'élève maintenant de nos églises et de nos temples: "donne-moi le courage de quitter mon rivage et de marcher sur les eaux".

Olivier Emery 

19:17 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

16/01/2014

B comme Barthassat, B comme Bardonnex

Compesières a un air de fête en ce mercredi soir 15 janvier 2013. Pour célébrer l'élection au Conseil d'Etat de l'un de ses enfants, tout Bardonnex s'est donné rendez-vous. Ceux qui ont voté pour Luc comme ceux qui ne l'ont pas fait; peu importe, car l'amitié et une rurale fierté cimentent une nombreuse et joyeuse assemblée.

Entre plusieurs sympathiques camarades d'école primaire et quelques anciens compères du conseil municipal, mon regard rencontre les visages connus de nos stars politico-médiatiques genevoises.

Alain et ses charmantes adjointes portent avec élégance l'écharpe colorée officielle. Malou, avec la complicité de son petit-fils, charme le public par un discours humain et touchant dont elle a le secret. Alfred ravale quelques sanglots qui tentent de l'empêcher de finir sa phrase. Bernadette entonne (trop bas comme d'habitude) notre merveilleux hymne local "Compesières". JEF, notre incontournable photographe, mitraille discrètement tous les épisodes festifs. Et Luc conclut par un message qui parle d'amitiés éternelles, de racines terriennes et de tendresse des aînés.

Une fête réussie. Vive Bardonnex, vive Genève et vive la Suisse!

Olivier Emery 

    

10:27 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |