25/11/2013

Bienvenue au théâtre ces lundi et mardi soirs!

Vous aimez le théâtre populaire ? Vous voulez savoir pourquoi des millions d'êtres humains considèrent que la vie et les paroles de Jésus de Nazareth sont Le tournant de l'histoire de l'humanité et de la leur ?

Alors BIENVENUE:

- ce lundi 25 novembre 2013 à 19h15 au temple de Plainpalais

- ce mardi 26 novembre 2013 à 19h15 à la salle de la Rive Droite 4 rue Pécolat (juste en dessous de la Poste du Mont-Blanc).

Entrée libre, chapeau à la fin du spectacle.

Votre serviteur-blogueur y joue un (petit) rôle.  

10:25 Publié dans Bible et Evangile, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

19/11/2013

France-Ukraine, football et opium du peuple

La psychodrame national lié à la probable élimination sans gloire des Bleus ce soir mardi 19 novembre 2013 interpelle tous azimuts. Même des philosophes - parfaitement indifférents en temps normal à ce merveilleux sport - expriment leurs interrogations ahuries :

a)    Comment la France peut-elle accorder tant d’importance à cet événement insignifiant au regard des « vrais » problèmes du pays?

b)    Comment se fait-il que certains joueurs osent - blasphème patriotique intolérable! - ne pas chanter la Marseillaise avant le match?

 

Ces questions trahissent le décalage entre ceux qui connaissent le foot et…les autres. Entre les simples quidams néanmoins savants, et les savants néanmoins ignares. Occasionnel renversement des mondes, où le modeste employé au QI faiblard comprend, lui, l’enjeu, alors que l’intellectuel brillant est « à côté de la plaque ».

 

Voici deux remarques relatives aux questions précitées :

a)    L’évènement de ce soir est d’importance car le football est incontestablement un opium du peuple. En 1998 pour fêter le sacre de ses champions, le peuple de Paris a spontanément envahi les Champs-Elysées, ce qui n’était plus arrivé depuis… la libération en 1945! Excusez du peu.

b)    Michel Platini ne chantait pas (non plus) la Marseillaise. Interrogé récemment à ce propos, il expliquait ne pas vouloir entonner ce chant guerrier et sanguinaire; car son but (sans jeu de mots) était de jouer au football et non de gagner une guerre.

 

Comme quoi on peut être footballeur et avoir « quelque chose entre les deux oreilles », pour reprendre l’expression savoureuse d’une ex-gloire des Verts.

 

Olivier Emery       

14:35 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

16/11/2013

Connaître l’œuvre; connaître l’artiste.

Cette histoire se déroule dans un manoir anglais au début du 20ème siècle. Grande fête, salon principal rempli de personnalités de tous horizons. Parmi les invités, un célèbre et talentueux acteur sollicité en fin de soirée pour une prestation. Il accepte: « veuillez me proposer un texte à lire s’il vous plaît ».

Un vieux pasteur à la retraite lui demande de lire le psaume 23. De sa magnifique voix timbrée l’artiste s’exécute magistralement. Sa diction nuancée est parfaite. Un tonnerre d’applaudissement salue le terme de sa brillante lecture. Il s’incline légèrement devant l’auditoire et se tourne vers le vieux pasteur : «  Révérend, voudriez-vous à votre tour nous lire ce passage biblique » ?

Le pasteur lit le psaume: « L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien… ». Lorsque sa voix s’éteint, un silence riche et émouvant s’installe. Pas d’applaudissements dans la salle, mais des coeurs touchés.

L’acteur reprend la parole : « Je connais le psaume 23, mais vous Monsieur le Pasteur, vous connaissez le Berger ».    

 

Olivier Emery

09:09 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

15/11/2013

Agressif et mal élevé : la marque de fabrique du MCG ?

L’estimé député sortant Jacques Jeannerat ose l’affirmer dans la Julie: « il y a une perte de respect qui s’est installée, disons-le franchement, depuis l’arrivée d’Eric Stauffer et de son équipe ».

Cette réalité devrait interpeller les citoyens correctement éduqués qui accordent leur suffrage au MCG. Peut-être y ont-ils déjà réfléchi le week-end dernier ? En soutenant leur candidat Mauro Poggia (dont on ne peut nier l’urbanité) et en biffant son discutable colistier ?

C’est agréable d’être important, c’est important d’être agréable ; un dicton populaire que ferait bien de méditer ce parti qui se veut populaire. Pour le bien de Genève et de ses habitants.       

Olivier Emery

 

09:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

11/11/2013

Rayon de soleil dans un dimanche automnal bernésien

En cet après-midi du 10 novembre 2013, ma douce moitié et votre serviteur visitons la charmante exposition consacrée au talentueux couple d’artistes Germaine et Robert Hainard-Roten. Peintures, gravures et sculptures louent avec passion et tendresse la beauté de la création.

 

Quelques beaux ouvrages sont à vendre, dont un consacré à Germaine originaire de Savièse (VS) : ça tombe vraiment bien car nous allons prochainement rendre visite à l’un de ses parents exilé-retraité en Afrique du Sud! Notre futur cadeau de Noël en mains, nous sollicitons de Pierre Hainard, fils du couple précité, une dédicace de l’ouvrage adressée à ses cousins d’Afrique australe.        

 

Avec une gentillesse peu commune notre interlocuteur défère à notre souhait, puis se lève pour aller chercher un autre magnifique ouvrage richement illustré : « Voilà mon cadeau pour mon cousin Philippe et son épouse Margrit »! Apprenant fortuitement que nous n’avons pas pu voir le film sur Robert Hainard projeté la veille à Confignon, notre bienfaiteur nous quitte avant de revenir avec un DVD dudit film : « Et voici mon cadeau pour vous deux »!

 

Une généreuse et lumineuse spontanéité qui ressemble au rayon de soleil qui accompagnait pinceaux et toiles de Germaine Roten, cette remarquable coloriste.

 

Olivier Emery

 

PS : Exposition à voir à la Mairie de Bernex jusqu’à dimanche prochain 17 novembre 2013 (Ma-ve 14h30-19h, sa-dim 10h-12h et 15h-18h)     

   

 

16:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

04/11/2013

L’initiative 1:12 : une fausse bonne idée.

La cupidité vorace de trop nombreux dirigeants d’entreprise nous agace et nous choque. Dans un monde idéal ces managers posséderaient un minimum de dignité propre à solliciter des rémunérations décentes et adéquates. Adéquates parce que décentes, tant en valeur relative qu’absolue.

 

Mais le remède proposé par les socialistes souffre d’un grave défaut : nul ne sait à qui profiterait l’économie réalisée sur la part excessive des salaires visés. C’est bien fâcheux, car il est douteux que les bas salaires en bénéficieraient. En revanche il semble probable que les dividendes des riches actionnaires en profiteraient. Une chose est sûre: la collectivité se priverait de précieuses et juteuses rentrées fiscales actuellement perçues sur ces rémunérations sommitales.

 

C’est trop souvent comme ça avec la gauche : elle se laisse guider par des "bons sentiments" qui ne sont pas toujours marqués du sceau de l’intelligence vive.

 

Merci quand même aux jeunes socialistes d’avoir ouvert un débat nécessaire qui trouble peut-être le sommeil de gens avides de richesses. Ceux-ci feraient bien de méditer l’évangile : «Et il s’en va tout triste parce qu’il possède beaucoup de richesses (…) Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Marc. 10 : 22 et 25).

 

Olivier Emery

15:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |