23/07/2013

Je crois au Saint-Esprit

Cette affirmation du credo est-elle encore prêchée en nos églises et temples aujourd'hui ?

 

Plus ou moins, tant le Saint-Esprit est souvent le parent pauvre de la trinité. Parfois réduit à une modeste lampe rouge au fond d'une église, craint par le rationalisme et ses dérives théologico-philisophico-intellectuelles, suspect de malséances et débordements émotifs incompatibles avec le "sérieux" de la religion. Difficile pour l'esprit suisse "propre en ordre" d'accepter l'imprévu et le surnaturel du Dieu de la Bible. Et pourtant, Dieu sait si notre monde a besoin de sa présence et de son action! Faire l'économie du mouvement charismatique, c'est comme posséder une voiture et refuser de l'équiper d'un moteur.

 

Dimanche dernier 21 juillet 2013, Guillaume Saehr pasteur à Pécolat a souligné avec pertinence et autorité que c'est la présence et l'action du Saint-Esprit dans la vie du chrétien qui lui permettent d'être invariablement authentique et sincère. C'est Lui qui nous donne une véritable et parfaite liberté d'être et d'agir, à l'exemple du Messie Jésus. Nos églises et paroisses ne seront vivantes et ne répondrons à leur vocation que si elles confessent leur foi en l'Esprit saint et reçoivent ses dons et ses fruits. 4 sur 4 : tous les évangiles mentionnent que Jésus est celui qui nous baptise du Saint-Esprit. Cette vérité n'est donc pas optionnelle et, en un certain sens, le vrai christianisme sera charismatique ou ne sera pas.

  

Et tant pis si les chrétiens remplis de l'Esprit  passent pour des ivrognes comme un jour de Pentecôte de l'an 33 de notre ère : "certains se moquaient et disaient : Ils sont plein de vin doux" …(cf. Actes  2:13).

 

Olivier Emery                       

10:23 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

Commentaires

Credo quia absurdum

Écrit par : patoucha | 23/07/2013

Les commentaires sont fermés.