03/07/2013

Justice et tour d'ivoire

Certains juges semblent avoir perdu le contact avec la réalité de la vie humaine sociétale. Vrai ou faux ? Hélas peut-être vrai à la lumière de deux récentes affaires judiciaires médiatisées.

1.    La plage des Eaux-Vives (WWF/Etat de Genève). Les juges ont mis trois ans pour rendre leur jugement. Ce laps de temps paraît effectivement bien long. S'il est justifié, il serait bon que le Tribunal explique à la population la raison de ce long délai. A l'inverse, il pourrait présenter des excuses et faire sanctionner le magistrat paresseux. En un mot, sortir (enfin) de sa tour d'ivoire ?

2.    Le prédateur sexuel multirécidiviste bâlois remis en liberté en 2010. Les juges concernés ont pris cette décision "malgré les fortes réticences des autorités carcérales". Arrogance d'un juge confortablement installé au sommet de sa tour d'ivoire ? Si oui, qui pourrait l'interpeller, hormis sa conscience humaine ? Qui pourrait le confronter à la réalité dévastée des victimes indirectes de sa défaillance ?  

Olivier Emery         

 

    

12:03 Publié dans Justice | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.