29/06/2013

Armée suisse et justice militaire : parodie ou farce ?

Un commandant de compagnie vient d'être condamné par un Tribunal militaire suite à un bizutage. Bon goût et respect de la dignité humaine s'épanouissent naturellement en nos casernes helvétiques. Jugez plutôt : des soldats sont contraints de boire de la bière dans des bottes, d'ingurgiter de la nourriture pour chats et de servir le souper en caleçon.

Bonne nouvelle : l'officier responsable est condamné, donc tout va bien. Oui, sauf que voici deux mauvaises nouvelles :

1. c'est parce que des images avaient été diffusées sur internet que cette affaire est passée en justice; sinon...on ne s'appelle pas la grande muette pour rien, non ?

2. le Tribunal militaire a fait montre d'une sévérité incroyable qui doit effrayer +++ les gradés délinquants potentiels : 6 jours-amende avec sursis et CHF 500.- d'amende...

La justice militaire est à la justice ce que la musique militaire est à la musique. Il serait temps de changer de partition.

Olivier Emery   

18:35 Publié dans Armée suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

25/06/2013

La Suisse est en danger !

Danger no 1 : la disparition du secret bancaire. FAUX. Le VRAI danger est ailleurs. Il réside dans l'utilisation de nos services financiers pour blanchir l'argent sale des mafias italienne et géorgienne ou pour favoriser la fraude fiscale. Cette complicité à peine voilée avec le crime organisé et la délinquance fiscale salissent la Suisse et portent en leur germe les cellules malignes de la corruption.

 

Danger no 2 : la disparition de nos libertés individuelles d'automobilistes et de consommateurs frénétiques. FAUX. Le VRAI danger est l'épuisement des ressources naturelles et les atteintes irréversibles à notre environnement naturel. Saturer notre sol de millions de voitures et notre atmosphère de centaines d'avions menace de manière intolérable notre santé et celles de nos descendants.

 

Danger no 3 : la disparition du service militaire obligatoire. FAUX. Le VRAI danger qui menace notre sécurité nationale est le terrorisme, la cybercriminalité, la corruption et l'infiltration cancérigène de nos institutions par des pouvoirs mafieux.   

 

Olivier Emery            

11:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

19/06/2013

Faut-il avoir peur des évangéliques ?

Entre méfiance populaire et intérêt croissant des médias, les chrétiens évangéliques semblent interpeller toujours d'avantage les journalistes. Ainsi le talentueux journaliste blogueur parisien Jean-Noël Cuénod évoque-t-il, dans l'un de ses récents billets, la désaffection des lieux de culte du protestantisme libéral en miroir avec le dynamisme croissant de certains milieux évangéliques.

 

L'air de la chanson est bien connu à force d'être toujours le même. Le succès évangélique reposerait sur les douteuses recettes suivantes : l'émotionnel qui rapporte gros, la musique moderne, des célébrations en forme de show spectaculaire et bien huilé. Et au passage on souligne que les évangéliques sont d'incroyables et horribles conservateurs. Pensez-donc, ils sont opposés à l'avortement et au mariage homosexuel!

 

Tant pis pour les amateurs de polémique, les communautés évangéliques ne se défendent guère contre ces griefs parfois acerbes et méprisants. Pourquoi ? Pour une raison fondamentale assez simple somme toute : ils n'ont guère d'ambition pour le "mouvement évangélique" car leur préoccupation est heureusement et exclusivement captée pour Jésus le Messie. En cela ils sont plus calvinistes que nombre de protestants genevois car c'est Calvin qui affirmait : "il faut que Jésus gagne!". Ce qui compte, c'est le succès de Jésus et du royaume de Dieu. C'est que des vies apaisées, guéries et purifiées par l'Esprit soient changées, restaurées et pardonnées. En un mot, sauvées du péché.

 

Une variable manque dans l'équation de l'analyse humaniste à propos des évangéliques. C'est comme si une personne incapable de saisir la troisième dimension discourt doctement sur les caractéristiques d'un volume. C'est comme si un savant philosophe ou un brillant sociologue parle de la foi. C'est comme si la raison humaine entend expliquer la théologie.

 

Dimanche dernier 16 juin 2013 à Pécolat Jean Blanc a rappelé fort à propos cette phrase de l'actuel pape catholique retraité : " Si Dieu est Dieu alors il a le pouvoir sur la matière". C'est la personne vivante de Jésus-Christ, c'est l'action surnaturelle (mais oui!) du Saint-Esprit, c'est l'annonce humble mais ferme de l'exclusive bonne nouvelle du salut exposé dans la Bible qui font réellement la différence. Les évangéliques, Dieu merci, n'ont pas le monopole de cette proclamation à succès.

 

Olivier Emery      

13:43 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

11/06/2013

Dimanche matin 9 juin 2013 à Pécolat. Berger et papa en recherche.

C'est l'histoire d'un berger qui, le soir venant,  rentre en la bergerie son troupeau fort de cent brebis. Il en manque une qui s'est égarée dans les collines. Il part à sa recherche et ne revient qu'une fois sa brebis retrouvée.

 

C'est l'histoire d'un père de famille qui garde dans un parc public ses enfants et ceux de ses voisins; huit en tout. Après s'être fâcheusement assoupi sur un banc, il les retrouve, les réunit et les compte : il manque son garçon de 2 ans et demie ! Immédiatement le papa se met activement à sa recherche, l'appelle à haute voix par son prénom, interpelle des passants et scrute toutes les aires du parc. En vain. L'inquiétude lui serre le ventre et comprime ses poumons. Il reprend ses appels et recherches et, enfin, l'aperçoit tout au bout d'une allée. Il court et le serre dans ses bras. Il est si joyeux qu'il offre une tournée de glaces à toute sa troupe et les emmène gaiement dans leur restaurant préféré.

 

Bengt Wedemalm, notre orateur suédois du jour, explique avec talent, passion et autorité que ces berger et papa sont à l'image de Dieu. L'évangile nous révèle que Jésus veut guérir et sauver tous ceux qui sont englués dans la dépression, les faux-semblants et la confusion. Son cœur brûle d'amour pour chaque être humain et ses bras sont inconditionnellement grand ouverts. Le vrai christianisme n'est pas religieux, il est spirituel.

 

Chrétiennes et chrétiens de Genève : voit-on Jésus en nous ? Si oui, nos églises et nos temples seront toujours plus et mieux un lieu d'accueil, un refuge pour beaucoup de femmes et d'hommes qui ont besoin d'être guéris, besoin d'être sauvés. Dès à présent et pour l'éternité.

 

Olivier Emery

 

PS : l'histoire du berger est à lire en Luc 15 : 1ss  

18:53 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

05/06/2013

Menaces de mort au sein du MCG

Bien sûr la chose surprend. Mais, à la réflexion, pas tant que ça. Quand une formation politique fait de l'agressivité systématique son principal fer de lance, elle s'expose naturellement à attirer en son sein des personnes intellectuellement primaires et dont la courtoisie n'est pas le chromosome dominant.

On y revient toujours, n'en déplaise à certains : les qualités morales ne rendent pas forcément les individus cultivés, instruits et intelligents; en revanche elles les rendent sages et capables de se comporter en citoyens/élus bien éduqués. A quand une enquête publique mettant en exergue de telles qualités chez nos candidats politiques ?

Un politicien fiable, tenant sa parole (même si cela lui en coûte, cf. Psaume 15: 4), modéré, intègre, bienveillant, joyeux, désintéressé, attentif à autrui et respectant ses proches (conjoint, enfants, parents, voisins, etc…)…et pourquoi pas ?

La Cité et le bien public s'en porteraient sans doute fort bien ! Et la crédibilité de notre classe politique auprès des...citoyens genevois aussi. 

Olivier Emery      

 

16:58 Publié dans Civisme, Genève, vie locale, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |