06/05/2013

CO Pinchat. 1973. 8ème S. Guy Le Comte.

1973 - 2013 : 40 ans. Voici une génération biblique que notre classe exclusivement composée de garçons voguait sur les flots de l'apprentissage du savoir. A la barre du navire : Guy Le Comte, notre capitaine et maître de classe. Nous étions sa première volée. Parmi les matelots encore présents dans ma mémoire : Cudet, Meynard, Zanone, Sprüngli, Crausaz, Jetzer, et Auer bien sûr, notre inévitable premier de classe et supporter du Bayern de Münich. (Que l'on se rassure, malgré ces deux graves handicaps, Auer était un fort bon camarade).

Guy le Comte. Historien de qualité. Il savait nous captiver par ses cours pleins de vie et d'anecdotes personnelles savoureuses. Un de ces merveilleux enseignants qui éclaire le ciel un peu trop gris de nos parcours scolaires. Un coeur d'or dissimulé sous une tendre brusquerie. Un pantalon souvent lustré, une bedaine déjà bien présente. Un regard vif malgré des verres de lunette assez épais. Une voix inimitable, une vivacité d'esprit et de propos dynamique et colorée.

Hier dimanche 5 mai,  j'ai eu le plaisir de le revoir ainsi que sa délicieuse épouse. Pas changé. Pas vieilli. Toujours alerte, original et disert.

Narrant ces sympathiques retrouvailles à mon cher papa, celui-ci me confie :

- je n'ai qu'un reproche à formuler à l'encontre de Guy Le Comte

- ah oui, lequel ?

- ne pas l'avoir eu moi-même comme professeur.

 

Olivier Emery

17:31 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.