14/01/2013

Que faire le dimanche matin à Genève ?

Affranchi mais pas timbré : qui suis-je ? Pas sûr de trouver la réponse tout seul dans son coin. Hier dimanche matin 13 janvier 2013. 4 rue Pécolat. 9h45. Jean Blanc, pasteur, livre la réponse : le chrétien.

 

Affranchi parce que solidement ancré en Jésus-Christ, ancré dans sa personne et dans son acte d'amour inouï à Golgotha :"il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ" (Romains 8:1).

 

Cette libération induit la justification qui induit l'adoption qui induit la filiation qui induit l'héritage : je suis un enfant de Dieu. Qu'il fait bon être chrétien : quel privilège, quelle dignité. Quelle responsabilité pour le présent et quelle espérance pour le futur ! 

 

Alors que faire dimanche matin prochain ? Et pourquoi ne pas aller au culte (ou à la messe) et y écouter la parole libératrice de Dieu ? Fuir l'omniprésent divertissement pascalien qui maintient à zéro ton encéphalogramme spirituel. Si fâcheusement et tristement plat.

 

Olivier Emery  

14:59 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

Commentaires

Si l'encéphalogramme est plat, il n'y a plus qu'a débrancher...

Écrit par : Benoît Marquis | 14/01/2013

Sauf s'il est maintenu à plat artificiellement. À ce moment, 'faut débrancher ce qui le maintient à plat ;-)

Écrit par : Sérum | 14/01/2013

Les commentaires sont fermés.