25/01/2012

Et l'amour de la vérité Mme Widmer-Schlumpf : rien à cirer ?

Ainsi notre ministre fédérale se lamente au sujet d'une violation du secret bancaire : quelle catastrophe pour la Suisse ! Vous rendez-vous compte : non seulement nos concitoyens ont appris la vérité mais aussi nos pays voisins ? Ach, gross malheur !

 

Ce serait tellement mieux et sécurisant d'ignorer que la femme du Président de la BNS spécule en bourse sur le cours des devises Et la Suisse se porterait tellement mieux si tout le monde continuait à ne pas savoir que M. Hildebrand a approuvé ce boursicotage.

 

C'est drôle : mon papa et ma maman m'ont appris que quand on a la conscience tranquille on a rien à cacher et que la vérité est un bien précieux. Et du coup, moi, très naïvement sans doute, je suis prêt à penser que la Suisse sort grandie de ce scandale parce que l'affaire n'a pas été étouffée et que le mari de la spéculatrice/Président de la BNS a dû démissionner.

 

Olivier Emery

12:40 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

12/01/2012

La fin du monde : mythe ou réalité ?

Jésus a clairement affirmé qu'un jour viendrait la fin du monde. Ce sont d'ailleurs ses propres et dernières paroles rapportées par l'Evangéliste Matthieu (Matt. 28:20) : " Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde" .

 

On peut comprendre que des incroyants se moquent de ceux qui croient à la fin du monde. Mais tout chrétien digne de ce nom ne saurait mettre en doute la parole de son Seigneur. Dieu ne ment pas; son Fils non plus.  

 

Pour le chrétien la fin du monde rime avec le vrai sens du mot (grec) "apocalypse" : "révélation" de Jésus-Christ. La fin du monde rime donc avec joyeuse espérance et certitude de savoir que le Messie revient avec puissance et gloire pour juger la terre et ses habitants avant d'y instaurer (enfin!) une parfaite justice.

 

Au sujet de la fin du monde la Bible nous enseigne aussi et notamment que :

-       Personne ne peut savoir quand elle surviendra

-       Pour ceux qui font le mal elle sera un temps d'angoisse et de jugement terrible

-       C'est aujourd'hui qu'il ne faut pas endurcir son cœur lorsque Dieu nous parle

-       Et, pour paraphraser le théologien allemand D. Bonhoeffer (tué par les Nazis) : la fin du monde aura bien lieu, peut-être demain. C'est alors que nous cesserons d'œuvrer pour un monde meilleur, mais pas avant.

 

Olivier Emery   

16:30 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |

10/01/2012

Scandale TPG : Mme Kuenzler courageuse ou arrogante ?

Ce qui interpelle dans l'attitude de Mme Kuenzler en cette affaire c'est sa persévérance à défendre mordicus les concepteurs-responsables du discutable (doux euphémisme) nouveau réseau TPG.

 

On peut y voir une attitude positive car courageuse : il en faut pour défendre ses lieutenants pris dans le constant et puissant blizzard des critiques acerbes; d'autres capitaines auraient déjà fait sauter un fusible tout en se désolidarisant du cercle des personnes responsables de l'inconfort actuel (doux euphémisme again) subi par les usagers des TPG. Après tout, la critique est facile mais...

 

On peut aussi y voir une attitude négative car arrogante ou à tout le moins entêtée : celle qui persiste à s'opposer à l'évidence de la réalité du terrain et au simple bon sens. Errare humanum est sed…

 

L'avenir qualifiera peut-être un jour l'attitude de notre Conseillère d'Etat. Encore faudra-t-il que la presse de ce Canton ose enfin critiquer sans complaisance nos gouvernants qui ne sont pas de droite.  

 

 

Olivier Emery  

 

 

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

06/01/2012

BNS/Hildebrand : scandale ou pas scandale ?

Anisi le patron de la BNS n'aurait "ni menti ni triché" en cette affaire et l'on devrait donc le laisser tranquille. Pas si sûr. En effet, deux éléments restent problématiques :

 

1)    L'attaque contre le Président de la BNS provient de M. Blocher (future-ex) figure de proue d'une UDC nauséabonde au nez de nombreux concitoyens épris de dignité. Dès lors la tentation de défendre la "cible-victime" de M. Blocher risque de rendre moins objective la majorité de la presse et du monde politique.

 

2)    Il est temps de reconnaître et de publier haut et fort que – fondamentalement - la spéculation est une chose malsaine. Et pas seulement sa forme aggravée que constitue le délit d'initié. Mais oui Mesdames et Messieurs grands ou petits boursicoteurs devant l'Eternel : ce n'est "pas bien" de gagner de l'argent sans que ce gain soit le fruit d'un travail. "C'est à la sueur de ton front que tu mangeras du pain" (Genèse 3:19). Ce n'est pas parce que ce type d'activité est autorisé par la loi ou un règlement (défectueux ou non) de la BNS qu'il n'en demeure pas moins moralement condamnable.

 

Ce n'est que le jour où M. Hildebrand et son épouse démontreront qu'ils n'ont pas spéculé sur les devises lors de ces transferts litigieux qu'ils seront alors vraiment et pleinement dignes d'estime et de confiance.

 

Olivier Emery

 

 

 

14:34 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |