12/01/2012

La fin du monde : mythe ou réalité ?

Jésus a clairement affirmé qu'un jour viendrait la fin du monde. Ce sont d'ailleurs ses propres et dernières paroles rapportées par l'Evangéliste Matthieu (Matt. 28:20) : " Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde" .

 

On peut comprendre que des incroyants se moquent de ceux qui croient à la fin du monde. Mais tout chrétien digne de ce nom ne saurait mettre en doute la parole de son Seigneur. Dieu ne ment pas; son Fils non plus.  

 

Pour le chrétien la fin du monde rime avec le vrai sens du mot (grec) "apocalypse" : "révélation" de Jésus-Christ. La fin du monde rime donc avec joyeuse espérance et certitude de savoir que le Messie revient avec puissance et gloire pour juger la terre et ses habitants avant d'y instaurer (enfin!) une parfaite justice.

 

Au sujet de la fin du monde la Bible nous enseigne aussi et notamment que :

-       Personne ne peut savoir quand elle surviendra

-       Pour ceux qui font le mal elle sera un temps d'angoisse et de jugement terrible

-       C'est aujourd'hui qu'il ne faut pas endurcir son cœur lorsque Dieu nous parle

-       Et, pour paraphraser le théologien allemand D. Bonhoeffer (tué par les Nazis) : la fin du monde aura bien lieu, peut-être demain. C'est alors que nous cesserons d'œuvrer pour un monde meilleur, mais pas avant.

 

Olivier Emery   

16:30 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |

Commentaires

les Indiens du Grand Nord Canadien ont une théorie qui en vaut une autre concernant la fin de monde.Pour eux la nuit reste le symbole d'un nouveau monde à chaque jour,ce qui ne manque pas de charme ce d'autant que ce message lui n'encouragera pas les catastrophistes a élaborer des histoires à faire paniquer les plus crédules

Écrit par : lovsmeralda | 12/01/2012

Un peu moins de fatalisme ca fait du bien.

J'en discutais dernièrement avec un ami. La vision de 2012 fin du monde et mort et relatée par certaines personnes. Les médias en 1er lieu. Au dernière nouvelle les mayas et les spécialistes ne parle en aucun cas de fin du monde. C'est juste un bon business pour Hollywood and co...

Écrit par : plume noire | 13/01/2012

La fin de notre monde, la Terre, est annoncée avec une certaine précision, à l'échelle géologique, bien sûr. La fin de notre monde, la biosphère, la précédera. Quant à la fin de notre monde, vue égoïstement comme la fin de l'espèce humaine et de sa civilisation, elle est beaucoup moins facile à prédire: elle peut aller de presque rien, en cas d'une guerre atomique généralisée, à la durée de cet Univers, si nous réussissons à nous établir sur d'autres planètes hospitalières.
Mais il s'agit évidemment là de science, ce qui ne saurait intéresser tout le "monde" :-)

Écrit par : Mère-Grand | 14/01/2012

"si nous réussissons à nous établir sur d'autres planètes hospitalières.
Mais il s'agit évidemment là de science, ce qui ne saurait intéresser tout le "monde" :-)"
Rappelez-nous combien de millions d'années pour que quelques personnes atteignent une autre planète ? Vous appelez ça une chance de survie ? Ou alors Mars, sans atmosphère. Quelques centaines de personnes survivant dans un environnement hyper-sophistiqué alors que les scientifiques qui les coachaient ont été dévoré par les cannibales (qui ont retrouvé leur véritable identité après des milliers d'années chez les Civilisés...) depuis longtemps...

Écrit par : Géo | 14/01/2012

@géo
Peut-être me suis-je mal exprimé: je n'ai pas parlé de chance. "Hospitalières" est pris au sens de "qui permettrait la vie de l'espèce humaine".
Je pense en fait que si véritablement nous réussissions à survivre à la Terre, où à survivre à des conditions qui nous rendraient la vie impossible, nous le ferions dans des conditions ou une forme qui n'aurait plus rien à faire avec ce que nous sommes aujourd'hui. L'état actuel de la science et de la technologie, ainsi que l'état actuel de nous-même ne nous permet guère de nous prononcer raisonnablement sur ce que nous pourrions devenir ni faire dans un avenir aussi lointain.
Modifions donc quelque peu le début de ma dernière phrase par "de science et de spéculation scientifique".

Écrit par : Mère-Grand | 14/01/2012

Les commentaires sont fermés.