22/11/2011

Etre fier de son patron aujourd'hui : est-ce encore possible ?

Etre fier de son chef, de son président, de son champion favori ou d'un illustre membre de sa famille. Oui, peut-être, mais pourquoi ? Nos livres d'histoire exaltent - non sans indécence souvent - la mémoire de grands généraux, de rois conquérants assoiffés d'ambition ou d'autres personnages illustres admirés pour leurs succès et pouvoirs.

Quant à moi, je suis fier de mon chef. Fier de son humilité (il lave les pieds de ses disciples), de son courage paisible et ferme vis-à-vis des puissants de son époque (il refuse de répondre au gouverneur) , fier de son inaltérable capacité à ne jamais laisser le mal guider ses gestes ou ses paroles, fier de sa noble grandeur lorsqu'il renonce un jour à tous ses droits légitimes et à son pouvoir sur une colline de Judée. En lui tout est bon, doux, fort, juste et sage à la fois.

Il est simplement incomparable et sa perfection est la signature de sa suprême royauté : le Jour vient où chaque être humain le verra et pliera le genou devant lui. Son pouvoir sera alors manifesté avec éclat et évidence dans le monde entier..."mais le vrai trésor est pour ceux qui l'adore dès aujourd'hui".

Olivier Emery

11:43 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

16/11/2011

Quel PG pour Genève ?

De grâce Mesdames et Messieurs les députés du Grand Conseil genevois, sur ce coup-là laissez tomber les misérables petites manœuvres partisanes ! Cessez de raisonner "gain d'influence", "gué-guerre anti droite/gauche" ou "marchandage minable tel que si je soutiens aujourd'hui le candidat du parti X alors il soutiendra demain le mien".

 

Bref, soyez à la hauteur de votre noble mission qui est celle de faire gagner Genève. Peu importe sa couleur politique, le peuple genevois attend de vous que élisiez le MEILLEUR candidat pour ce poste important.

 

Voici les qualités requises et souhaitées pour le bien public de toute la population, de la droite "tout à droite" à la gauche "tout à gauche" :

-       Intégrité sans faille

-       Personnalité de haut format avec un charisme qui le place au-dessus des partis et des lobbies influents

-       Intelligence vive, compétence et sens des réalités

-       Courage de refuser de céder aux pressions populistes

 

Si ce candidat est présenté par la droite : que les députés de gauche votent (avec panache) pour lui. Et si ce candidat est présenté par la gauche : que les députés de droite votent (avec panache) pour lui !

 

Olivier Emery

 

15:28 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

14/11/2011

Du sang sur les mains

Drame de St-Léonard (VS). Drame de Boudry (NE). Deux jeunes vies frappées par la mort suite à l'usage d'armes militaires à la maison.

 

Je serais aujourd'hui à tout le moins mal à l'aise d'avoir voté contre la récente initiative sur le contrôle des armes qui visait à empêcher ce genre de drame.

 

Honte à vous barons des lobbies pro-armes et/ou pro-armée qui avez mené contre cette initiative une campagne aussi massive que démagogique !

Vous avez méprisé la valeur de la Vie au profit de valeurs pseudo-patriotiques et d'intérêts idéologiques ou commerciaux douteux  : il est (grand) temps de vous repentir. Car un jour chaque être humain passera en Jugement.           

 

Olivier Emery

10:18 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |

10/11/2011

La dictature de l'émotion

L'émotion dirige d'une main de plus en plus lourde notre démocratie. Exemples.

 

Si l'accident nucléaire de Fukushima s'était produit peu avant les récentes élections fédérales, alors le sort des urnes aurait très largement souri aux partis verts.

Si Novartis avait annoncé son importante suppression d'emplois en Suisse peu avant les élections précitées, alors la gauche aurait sans doute triomphé et les partis de droite subi une cuisante défaite.

Si le récent drame mettant en cause l'usage d'un fusil d'assaut "privé" était survenu peu avant le scrutin sur la limitation des armes à la maison, alors cette initiative populaire aurait été acceptée sans difficulté.

 

L'émotion est humaine et donc digne de respect. Elle devient dangereuse quand elle n'est pas équilibrée par l'intelligence, quand elle tue toute réflexion au profit de la seule réaction. Seule la saine distance qu'offre la raison permet au citoyen de gérer l'émotion; il sera alors capable de discerner entre propagande primaire et argumentation sensée, entre saine interpellation et manipulation populiste, entre beau parleur ambitieux jouant sur les cordes sensibles des thèmes faciles et politicien réellement soucieux du bien-être de la collectivité .         

 

Olivier Emery

15:42 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

01/11/2011

Mais à quel jeu joue l'UNESCO ?

Affirmation no 1 : L'Unesco est composée de plus de 190 "Etats membres à part entière"    

Affirmation no 2 : la Palestine n'est pas (encore) un Etat

Affirmation no 3 : l'Unesco vient d'admettre en son sein la Palestine comme un "membre à part entière"  

 

Conclusions :

1° Logique et cohérence sont plus que malmenées.

2° Au lieu de défendre la culture - ce qui est son but statutaire - cette Organisation fait (mal) de la politique politicienne internationnale

3° L'Unesco gifle l'un de ses membres les plus zélés à promouvoir avec talent et énergie les sites archéologiques de son pays  

 

Olivier Emery

13:32 | Lien permanent | Commentaires (5) |  Imprimer |