14/09/2011

UEFA / FC SION : la Justice vaudoise hors-jeu ?

Au mépris des règles de l'association sportive à laquelle il appartient, le FC Sion a saisi la Justice vaudoise. Certes la SFL ou l'UEFA ne sont "pas au-dessus des lois"... et chacun – selon des critères souvent plus sentimentaux que cérébraux – d'accuser l'une ou l'autre des parties de l'imbroglio juridico-sportif dans lequel s'enlise ce lamentable conflit. A mon humble avis, sur un plan juridique et éthique le club de CC n'a pas très "bonne mine" en ce dossier. Mais il n'est pas le seul : la justice vaudoise n'est pas exempte de reproche. Et voici pourquoi.

Les normes associatives stipulent clairement l'exclusive compétence juridictionnelle d'instances indépendantes et impartiales; dès lors la Justice aurait pu - et dû - s'imposer un devoir de réserve. Elle aurait donc été bien inspirée de refuser d'entrer en matière en rappelant simplement à CC que son club doit respecter les normes juridictionnelles précitées. 

 

La Justice ne devrait intervenir qu'en cas d'atteinte grave à des droits fondamentaux absolus (intégrité corporelle, p. exp.). Tout détenteur du pouvoir – et le pouvoir judiciaire n'y échappe évidemment pas – est en danger de toujours se croire (trop) puissant et donc indispensable. A tort.

 

Olivier Emery, candidat du PEV (Parti évangélique) aux prochaines élections fédérales       

 

13:30 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

Commentaires

N'importe quoi. Cette société associative, soit disant à but non lucratif, brasse des milliards! Elle se croit au-dessus des lois et ne paie pas d'impôts en Suisse. On ne parle pas ici d'une association de village. C'est une entreprise qui a accepté les licences des joueurs sédunois et qui maintenant leur interdit de jouer. Elle se permet de passer outre une décision de justice. C'est juste magouille et compagnie! Et il faudrait laisser faire alors qu'il s'agit juste d'un règlement de compte de la part de Blatter et de Platini. Personne n'est au-dessus des lois. Et surtout pas ces personnes qui se remplissent les poches tous les jours. Ce n est plus seulement du sport, les enjeux financiers ont pris le dessus!
Ce n'est pas très catholique de vouloir s'attirer les votes des supporters servétiens qui haïssent le fc Sion. Vous devriez plutôt croire en une justice pour tous où la fifa mafia n'existe plus!

Écrit par : yannick | 14/09/2011

L'auteur de cet article soutient l'UEFA par intérêt car il a besoin de pognon pour son parti de mômiers et espère en obienir auprès de Platini !

Écrit par : octave vairgebel | 14/09/2011

A mon sens vous ignorez ici un point important que voici : est-il légitime et est-il légal qu'une association écrive dans ses statuts que le recours à la justice civile est exclu ? Je citerai ici le constitutionaliste Etienne Grisel que j'ai déjà cité sur ce blog (mais le billet semble avoir disparu) : "‎On ne peut pas s'engager à ne pas saisir les tribunaux: c'est un engagement qui est dépourvu de valeur."

Par ailleurs, le tribunal cantonal vaudois n'a pas énoncé un jugement définitif mais des mesures superprovisionnelles. Ceci signifie que le tribunal reconnaît qu'il est vraisemblable que le FC Sion ait raison dans cette affaire mais qu'il n'a pas définitivement tranché en sa faveur. Lesdites mesures sont destinées à éviter au FC Sion un préjudice irréparable au cas où, à la fin du procès, c'est-à-dire dans plusieurs mois, raison lui serait donnée. Je pense qu'il est donc un peu tôt pour dire qu'il s'est trompé. Ce qui, par contre, est certain c'est le caractère inadmissible et choquant de l'attitude de l'UEFA consistant à s'asseoir sur une décision de justice.

Écrit par : Pierre Joris | 14/09/2011

Moi j'en connais un qui n'a aucune chance d'être élu. Amen

Écrit par : Fabio | 14/09/2011

Hahaha le billet lèche-c** de monsieur Emery pour se faire sûrement bien voir de certains potentiels donateurs de l'UEFA. Au moins les commentaires ci-dessus semblent indiquer qu'heureusement beaucoup ne sont pas dupes, hahaha.

Écrit par : Fab | 15/09/2011

Je suis entièrement d'accord avec Olivier. Je prends pour exemple un club de foot organisant un tournoi, juniors par exemple. L'organisateur édicte un réglement qui doit être respecté, au risque que celui qui l'enfreint soit sanctionné. Celui qui souhaiterait aligner des joueurs non qualifiés, par exemple, s'ensuivrait une exclusion dudit tournoi, ou le retrait de point ou encore de matches perdus par forfait. Et si c'était le cas, et si le coupable se retournerait et irait trouvé la justice ? à ce niveau on ne parle pas de gros sous pourtant. A une plus grande échelle, c'est exactement la même chose. L'UEFA ne paie peut-être pas d'impôt mais, et ceci vous l'oubliez peut-être, combien d'emplois a-t-elle créé et tous ces gens qui paient par la force des choses des impôts en Suisse. La majeure partie des gains de l'UEFA sont réalisés à l'étranger. Une partie des gains sont ensuite redistribués aux clubs et aux associations ayant participés à celles-ci. M. CC est naïf, on lui inflige une sanction qu'il ne respect qu'en partie. Il achète des joueurs sans s'assurer des conséquences et après il voudrait se retourner contre la FIFA et ensuite l'UEFA. Il faut bien reconnaître qu'à la fin, sur ce coup il a foiré et qu'il ne risque pas seulement de se faire taper sur les doigts, mais aussi de mettre en danger le FC SION, oups l'OL des Alpes, euh j'ai un trou de mémoire enfin, vous savez ce club qu'on aime bien dans les Alpes valaisannes.
Serge

Écrit par : Frey | 27/09/2011

Les commentaires sont fermés.