29/08/2011

Pour ou contre un parti politique chrétien ?

 

Tentative de brève réponse à Jean-Claude qui réagissant à une récente note parue sur ce blog m'interpelle comme suit dans son "commentaire" : Jésus se serait opposé à un parti politique chrétien !

 

A ma connaissance trois formations politiques suisses se réclament d'une identité chrétienne : le "grand" PDC, l'UDF et le PEV. Ces deux derniers "petits" partis sont principalement animées par des chrétiens "évangéliques". Lors des élections fédérales au Conseil National d'octobre 2011 le PEV présente ainsi à Genève une liste de candidats issus d'églises évangéliques. C'est donc avec pertinence que notre aimable lecteur interpelle le soussigné, lui-même candidat PEV à l'élection précitée.

 

En toute franchise, je dois avouer – que le Comité du PEV veuille bien pardonner cette audacieuse liberté de propos ! - ne pas être totalement convaincu de l'absolu bien-fondé d'un parti politique chrétien. En effet, force est de constater que divers passages bibliques montrent que :

 

a)    Jésus a clairement refusé de prendre un quelconque pouvoir politique affirmant que son Royaume n'était pas de ce monde

b)    l'apôtre Paul invite les chrétiens à prier pour les autorités non pour qu'elles mènent une politique chrétienne mais seulement pour que les croyants puissent mener une vie paisible en toute piété et honnêteté

c)    la vraie religion biblique est une religion qui place l'amour de Dieu et du prochain comme La clef de voûte de tout : c'est une religion qui ne s'impose donc pas par des lois mais se propose librement au cœur de chaque être humain   

 

Alors, candidat du PEV quand même ? Et bien oui, même si l'idéal serait peut-être et plutôt de promouvoir une association de chrétiens engagés dans la politique provenant de tous partis confondus. Oui aussi parce que le PEV entend non pas imposer une politique chrétienne à la Suisse, ni faire de ce pays un "pays chrétien" comme d'autres sous certains cieux rêvent d'une république islamiste appliquant la Charia à chaque centimètre carré du territoire national. Le slogan du PEV dit l'inverse donc son contraire : VALEURS CHRETIENNES, POLITIQUE HUMAINE.

 

En effet et en vérité toute action politique au sens noble du terme ( organisation de la Cité, conditions du Contrat social conclu entre les citoyens d'une démocratie) s'inspire inévitablement de valeurs éthiques et morales. C'est vrai pour le législatif qui va façonner des lois exprimant le respect ou l'irrespect de telle ou telle valeur morale. C'est vrai pour l'Exécutif qui selon sa source de motivation éthique personnelle recherchera soit le Pouvoir soit le Service, soit l'intérêt général soit la défense d'intérêts particuliers.

 

Selon la nature de ces valeurs morales fondamentales, les stratégies politiciennes seront  astucieuses et démagogiques ou, au contraire empreintes de vérité et de parfaite intégrité. En ce sens l'atout du PEV réside dans sa relative faiblesse actuelle : ses candidats s'inspirent (fort heureusement) des valeurs judéo-chrétiennes, valeurs aussi admirables que précieuses que nous envient de nombreux peuples trop souvent livrés à des pouvoirs autoritaires abusifs. Le PEV est aussi libre de tout lobby et autre pouvoir occulte, notamment financier.

 

Soutenir le PEV, c'est donc privilégier une place de choix au sein de nos Autorités pour un authentique service de toute la population, une intégrité sans faille, une certaine indépendance et courage politiques…"pour une Suisse où il fait bon vivre".

16:29 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (10) |  Imprimer |

Commentaires

Jésus était contre toutes rencontres en lieu fermés donc il n'accepterait jamais de voir son nom utilisé en effigie pour un parti quelqu'il soit,c'est vraiment faire peu cas de ses enseignements

Écrit par : elena | 29/08/2011

VOUS ETES LE SEL DE LA TERRE : ALORS UN CHRETIEN NE DOIT PAS TRAVAILLEER DANS LES BANQUES NON PLUS ? (JE L AI FAIT C EST LE TEMPLE DE MAMON ? ) JESUS A MANGE AVEC DES PROSTITUES, DES GENS DE MAUVAISE VIE...? ET DANS LA BIBLE IL N A PAS DIT AUX SOLDATS DE DEMISSIONNER ? (CENTURION QUI VOULAIT LA GUERISON DE SON SOLDAT)
*ON ES LE SEL DE LA TERRE* VOILA MON POINT DE VUE

Écrit par : SYLVIE RG | 29/08/2011

Pas si dichotomique que ca, que de savoir si oui ou non, nous devrions, en tant que chrétien, investir le domaine politique en tant que parti. Pourquoi pas, après tout. L'argument a. reste du domaine réservé de Jésus Christ, qui avait un oeuvre spécifique à accomplir. L'argument b. l'appel à la prière pour les autoritées, n'exclut pas que celle-ci soit chrétienne. L'argument c. sur la définition de l'amour qui propose seulement, oui Dieu est comme ceci, mais cela n'induit pas forcément une interdiction pour les chrétiens d'investir la scène politique. Au contraire, je dirais. Pourquoi ne pas avoir un conseiller d'Etat chrétien en charge d'un tel domaine, ou d'un autre. Pourquoi ne pas avoir un parti, avec ses valeurs, sa sensibilité.

Il faut concéder néanmoins les limites d'un parti chrétien. Celles qui se sont imposé à Calvin, ou à d'autres relgions devenant théocratie. L'impossibilité finale pour elles de vraiment induire un changement véritable à l'intérieur de la personne humaine. Mais nous pouvons rétorquer qu'une église apolitique est tout aussi incapable de produire ce changement aussi.

Je pense donc, qu'en tant que chrétien, nous devrions investir le domaine temporel, soit au sein d'un parti séculier, ou d'un parti chrétien. Histoire de rappeler au monde, que Dieu ne l'a pas abandonné encore et qu'il est extrêmement intéressé à investir le coeur humain. Oui, encore.

Écrit par : william marconi | 29/08/2011

Quand les valeurs du christianisme sont celles de l'ouverture, de l'amour du prochain. de la tolérance envers les autres opinions et de la paix entre les hommes de bonne volonté, elles n'entrent pas en contradiction avec l'idéal démocratique des droits de l'homme et ne sauraient être qu'applaudies par tout un chacun, sans que celle ou celui qui défend ces valeurs se sente obligé de s'étiqueter comme chrétien (après tout, on en trouverait autant dans d'autres partis qui ne se revendiquent pas de cette étiquette).
Quand les valeurs du christianisme (et,excusez-moi, on les trouve brandies particulièrement dans les milieux évangélistes) exigent la discrimination des homosexuels ou stigmatisent l'interruption volontaire de grossesse, quant elles sont utilisées pour dénoncer l'"islamisation" du pays, quand on les oppose à une éducation laïque et neutre des faits religieux ou de la sexualité, alors là, oui, je reconnais la nécessité de s'affirmer comme Chrétien, mais hélas au détriment de ces mêmes idéaux démocratiques.
En résumé, si vous êtes chrétien et démocrate, vous pouvez pratiquer votre engagement politique au sein de n'importe quel parti, sans forcément qu'il s'affuble de la Croix. Si vous préférez le christianisme à la démocratie, alors libre à vous de rêver à la fin de cette dernière, mais vous fondez votre action sur un mensonge (je ne parle pas personnellement, bien évidemment, pour l'auteur de ce blog). Et, si vous me le permettez, Jésus n'a rien à voir dans cette histoire.

Écrit par : acquarius | 29/08/2011

Acquarius. En lisant votre dernier post, je m'interroge maintenant sur mon opinion. Et si, Jésus, avait sur certains sujets en net contraste à nos idéaux démocratiques. Dénonçant la déshumanisation qui résulte d'une sexualité intra genre, dénonçant l'esclavagisme de l'âme d'un certain Islam etc.

Notre belle démocratie et sa liberté seraient donc éprouvées, et ceci par Jésus Christ même. Voilà, les limites d'une politique chrétienne. Les vrais enjeux, les vraies exigences (ou opportunité de vie?) ne peuvent que rester un appel spirituel à la liberté de l'homme.

Oui, Jésus a tout à voir avec cette histoire, c'est le but le plus ultime de l'eschatologie chrétienne: le mariage entre le Ciel et la Terre, en parfaite harmonie, en parfaite union de justice et d'amour, produisant enfin la paix tant rêvée par nos sociétés.

Écrit par : william marconi | 29/08/2011

En Valais subsiste le parti chrétien social qui est encore bien présent dans quelques communes où il réussit tant bien que mal à faire élire ses candidats tant la concurrence est rude. Il y a un nombre important, plus de 20 % d'électeurs PDC qui véhiculent des thèses proches du parti chrétien social.
Darbellay est considéré comme un arriviste et un traître puisqu'il avait changé de parti avant la précédente élection au national.

Écrit par : Ambroise | 30/08/2011

je suis pour une parti chretiens

Écrit par : paul | 12/09/2011

je suis pour une parti chretiens

Écrit par : paul | 12/09/2011

je suis pour une parti chretiens

Écrit par : paul | 12/09/2011

Bonjour, je passais par là et la porte était grande ouverte....

Je vous laisse mon message:"investissez tous les pouvoirs ici, et dans toute l'Europe avant qu'il ne soit trop tard"

Certaines et certains seront déboussolés. Tant mieux!

Écrit par : Pierre NOËL | 12/09/2011

Les commentaires sont fermés.