25/12/2010

Jérusalen capitale d'Israël

Hier soir à Rome, lors de la "messe de minuit de 22 heures", Benoit XVI a souhaité que Jérusalem devienne la capitale de deux nations, israélienne et palestinienne.

Qu'un penseur, un philosophe, un politicien, un diplomate le pense, pourquoi pas ? En revanche qu'un responsable religieux d'une dénomination chrétienne l'affirme me surprend, et voici pourquoi.

La foi chrétienne trouve son fondement et sa substance dans l'Ecriture; supprimez la Bible et la théologie chrétienne devient absolument vide ! Cette Révélation écrite si précieuse, c'est le peuple juif qui nous l'a apportée. Comme vient de le rappeler en novembre 2010 avec pertinence et courage M. Harper premier ministre du Canada : dans l'Histoire de l'humanité, "Israël apparaît comme une lumière, dans un monde émergeant d’une obscurité profonde. Contre toute attente, cette lumière n’a pas été éteinte. Elle brille confortée par les principes universels de toutes les nations civilisées : la liberté, la démocratie et la justice".

Cette Parole s'est inscrite dans la réalité géographique et historique de notre planète. D'Abraham à Jacob, de Moïse à David, d'Ur au Sinaï et du Sinaï à Jérusalem, cette Ecriture nous enseigne que l'être humain n'est pas l'esclave religieux des forces de la nature, l'adepte peureux et superstitieux du"polythéisme  chaotique". Elle nous apprend aussi qu'en 1004 av. Jésus-Christ, David, un roi juif, a  conquis Jébus petite cité cananéenne remplie de sanctuaires païens. Jébus devient alors Jérusalem, la ville de paix, la Cité de David, le lieu dépositaire de l'arche de l'alliance, signe tangible de la Présence du Dieu vivant unique et vrai.

Si, comme chrétien, j'accueille avec respect et joie le message spirituel du Livre des Juifs, je peux et dois en faire de même avec son message historique : voici plus de trois mille ans que Jérusalem, la Cité de David, est et demeure "le centre sentimental et spirituel du peuple juif tout au long de l'Histoire.(...)Ville célèbre dans le monde entier, elle tire sa gloire de la place exceptionnelle qu'elle occupe dans l'Histoire des Juifs" (Abba Eban, Mon peuple, Buchet/Chastel p. 34). Personne ne peut contester la justesse de ce propos ! Si le peuple juif ne s'était pas intéressé à Jérusalem, qui s'en préoccuperait ? Même en se bouchant les oreilles, nul ne peut nier entendre la prière persévérante et bouleversante qui, défiant les lois de l'oubli, a traversé la multitude des âges : " Si je t'oublie Jérusalem, que ma main droite m'oublie ! Si je ne pense plus à toi, si Jérusalem n'est pas tout mon bonheur, que ma langue reste collée dans ma bouche ! " (Psaume 137:5-6).

En ce temps de Noël, le chrétien est donc particulièrement heureux de reconnaitre que Jérusalem est encore et toujours la capitale exclusive d'Israël et du peuple juif, et ce notamment pour deux excellents motifs :
a) son Messie et Seigneur est juif, mieux Il est le "Roi des Juifs" (Matthieu 2:2) qui revient bientôt avec gloire et puissance à ... Jérusalem ( cf. Zacharie 14:16)
b) tous les peuples de la terre ont été, sont et seront bénis par Dieu au travers d'Israël et de ses descendants, y compris le peuple palestinien et arabe en général. Au point que - paradoxe et sagesse du Ciel - Jérusalem devient alors la ville aimée de tous les peuples par ce merveilleux processus d'adoption exprimé dans le psaume 87 : " DE JERUSALEM ON DOIT DIRE QUE TOUS LES HABITANTS DU MONDE SONT NES DANS CETTE VILLE. LE DIEU TRES HAUT LUI-MEME L'A BATIE. QUAND LE SEIGNEUR L'ETERNEL COMPTE LES PEUPLES IL ECRIT SUR SON LIVRE POUR CHACUN " NE A JERUSALEM".

O. Emery

13:44 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (8) |  Imprimer |

13/12/2010

Avant Noël : le temps de l'Avent

En cette période de l'Avent tous les chrétiens du monde entier se réjouissent de fêter Noël, c'est-à-dire Yechoua ( = Jésus en hébreu ), Juif de Nazareth né à Bethlehem, Messie promis et annoncé depuis des siècles par les prophètes et l'Ecriture.

Yeschoua est un homme, un vrai. Il est aussi le fils de Dieu et l'Ecriture nous révèle que :

- Tout a été créé par lui

- Il est venu à Noël pour sauver l'humanité

- Il reviendra sur terre pour y imposer son Royaume de justice et de paix

En écho à ce qui précède, voici un poème de prière et de louange :

Tu prononças le premier mot

Quand tu créas tout l'univers

Et tu couvris de ta lumière

Ce qui prit forme et devint beau

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

Comme un agneau sans dire un mot

Du monde entier tu pris les maux

Offrant ta vie à Golgotha

En renonçant à tous tes droits

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

Tu as déjà le dernier mot

Toi qui sortis du noir tombeau

Et qui reviens sur cette terre

En Roi vainqueur de l'Adversaire

Au cœur du temps qui naît qui passe

Sur les rivages de l'espace

Seigneur Jésus reçois les mots

De ma louange comme un cadeau

15:11 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

07/12/2010

Blaise Pascal (suite et fin)

Remarquable Blaise Pascal qui réunit brillante intelligence et qualités de cœur.

 

Suite et fin de morceaux choisis pascaliens, à déguster pour le plaisir de l'esprit et le bien de l'âme (extraits de l'excellente biographie de Jacques Attali - LP Fayard 2000) :

 

" Qu'il y a loin de la connaissance de Dieu à l'aimer ! ".

 

" Le Dieu des chrétiens est un Dieu d'amour et de consolation; c'est un Dieu qui remplit l'âme et le corps de ceux qu'il possède; c'est un Dieu qui leur fait intérieurement sentir leur misère et sa miséricorde infinie, qui s'unit au fond de leur âme , qui la remplit d'humilité, de joie de confiance, d'amour; qui les rend incapable d'autre fin que lui-même ".

 

" L'Ecriture sainte est la science du cœur, non de l'esprit. Elle n'est intelligible que pour ceux qui ont le cœur droit (…).  Nous connaissons la vérité non seulement par la raison mais encore par le cœur. "      

 

" Il y a deux sortes de personnes qu'on puisse appeler raisonnables : ou ceux qui servent Dieu de tout leur cœur parce qu'Ils le connaissent , ou ceux qui le cherchent de tout leur cœur parce qu'ils ne le connaissent pas. "

 

" C'est le cœur qui sent Dieu et non la raison : voilà ce qu'est la foi, Dieu sensible au cœur, non à la raison. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point : on le sait en mille choses."

 

" Tous les corps ensemble et tous les esprits ensemble et toutes leurs productions ne valent pas le moindre mouvement de charité. Cela est d'un ordre infiniment plus élevé. "

 

 

" J'aime la pauvreté parce qu'Il (Jésus) l'a aimée. J'aime les biens parce qu'ils donnent le moyen d'en assister les misérables. "

 

" Le propre de la richesse est d'être donnée libéralement."

 

" Et si les médecins disent vrai, et que Dieu permette que je relève de cette maladie, je suis résolu de n'avoir d'autres préoccupations ni d'autre emploi, le reste de mes jours, que le service des pauvres."

 

And last but least, en guise de cadeau de Noël :

 

" Jésus n'a rien fait d'autre alors qu'apporter la religion juive à tous ceux qui ne la pratiquaient pas : " pour montrer que les vrais Juifs et les vrais chrétiens n'ont une même religion.". 

 

" Deux avènements (de Jésus) : l'un de misère pour abaisser l'homme superbe, l'autre de gloire pour élever l'homme humilié."

 

 

       

11:59 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |