31/10/2008

Pas de bus à Landecy : et pourquoi pas ?

Ci-dessous ma lettre à M. Alain Walder, Maire de la Commune de Baronnex, suite à un article qui explique qu'il n'y aura pas de bus à Landecy parce que les variantes proposées par la Commune n'ont pu être retenues par les TPG.

Cher Alain,

Un grand merci de ton engagement fidèle et de ton dévouement compétent pour la Commune.

Je me permets de réagir à l'edito précité intitulé "Pas de bus à Landecy". Puisque les TPG sont d'accord de desservir notre village avec la variante "boucle à l'entrée côté Salève", pourquoi ne pas réaliser rapidement ce projet ? L'écarter reviendrait en effet à priver de pain les Landecéens en leur expliquant que la Commune n'a pu leur obtenir de la brioche : l'histoire enseigne que ce genre d'argumentation n'est pas la plus judicieuse... Ou bien un élément m'échappe-t-il ?

A noter enfin que la solution préconisée par les TPG répond tout de même très largement au souhait fondamental et prioritaire des habitants de Landecy : pouvoir enfin aller et revenir "en ville" avec un moyen de transport public.

Bien amicalement,

Olivier

13:08 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

14/10/2008

Constituante et parti chrétien (PEV)

Chrétiens de toutes dénominations, chrétiens évangéliques en particulier, de grâce saisissons l'occasion qui nous est offerte de témoigner de notre foi en Jésus-Christ en votant pour les candidats chrétiens à la Constituante et, notamment, en votant pour ceux de la liste du PEV (parti évangélique genevois) !

Certes je ne suis pas convaincu qu'un "parti chrétien" soit l'idéal pour mener une "action politique" : la vie ici-bas est faite de relatif et de compromis afin que les relations entre tous les humains, croyants ou non, se déroulent...le moins mal possible. Le Royaume de Jésus n'est pas de ce monde. Son Royaume est spirituel et son territoire est celui des coeurs et des consciences de chaque être humain. Ainsi, viser à imposer une politique "chrétienne" est une dangereuse illusion : chaque fois que le pouvoir spirituel s'est targué de prendre le pouvoir temporel, et vice-versa, les choses se sont gâtées et les vraies valeurs de l'Evangile, religion du coeur, ont été trahies.

Alors pourquoi cet appel à voter pour les candidats du PEV à la Constituante ?

Tout simplement parce que cela permettrait à des soeurs et des frères en Jésus de rencontrer des femmes et des hommes politiques qui ont aussi besoin de connaître l'amour de Dieu et son salut. Tout simplement parce que dans le relatif des problématiques de la Cité, ils peuvent être des témoins de valeurs éthiques profondément évangéliques pas assez présentes dans le milieu politique : humilité, écoute et respect des avis différents, intégrité, honnêteté, esprit de service et non de conquête du pouvoir. Tout simplement enfin pour rappeler à leur entourage que quand l'athéisme froid, humaniste et orgueilleux (pléonasme) se cache derrière une "laïcité-prétexte" exacerbée et dévoyée, ce n'est pas Dieu qui est perdant mais bien sa créature. Toujours et inexorablement.

Olivier Emery

13:44 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |

07/10/2008

Retour de la fumée : qui blâmer ?

Retour de la fumée dans les restos à Genève : mais qui doit-on blâmer ?

Suite à la récente décision du Tribunal Fédéral (TF), d'aucuns ont fustigé le TF alors que d'autres ont traité d'incapable le gouvernement genevois. Voulant en avoir le coeur net, j'ai lu intégralement l'arrêt du TF incriminé (1C.1555/2008 du 5.9.2008).

Il en ressort, suivant mon humble appréciation d'avocat et de citoyen, la petite distribution de "mauvais points" suivante.

Un mauvais point au Conseil d'Etat. Dans son arrêt du 28 mars 2007 (ATF 128 I 295ss) relatif à la validité de l'initiative constitutionnelle visant à interdire la fumée dans les lieux publics, le TF avait déjà explicitement exigé la promulgation ultérieure d'une loi formelle ( = votée par le Grand Conseil) : " les points essentiels (...) devront donc faire l'objet d'une loi formelle ". Dès lors le Conseil d'Etat genevois en promulguant directement son règlement faisait fi du TF et montrait ainsi guère de respect pour notre plus haute autorité judiciaire. Avec les risques que l'on sait... .

Deux mauvais points au TF. Avec un peu moins d'amour propre (cf. ci-dessus) et de juridisme pur, vu la très forte majorité populaire exprimée en soutien de l'initiative, vu que la santé et la vie de nombreuses personnes étaient en jeu, le TF aurait été mieux inspiré d'admettre la clause d'urgence pour valider le réglement genevois. Il y avait là un petit créneau juridique suffisant pour fonder une décision...plus intelligente.

Trois mauvais points à MM Michel Amaudruz, Michel Yagchi et Soli Pardo. J'ignore les vraies motivations qui les ont poussé à recourir contre une décision protégeant la santé et la vie de nombreuses personnes; ils sont donc renvoyés à leur propre conscience. En tout état, même s'ils ont gagné dans l'arêne judiciaire ils ont sans doute perdu dans le forum du peuple. Oui : trois mauvais points pour manque regrettable de civisme.

Olivier Emery

13:22 Publié dans Civisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |