30/09/2008

Caïn et Abel

Début septembre 2008. Ecole de louange Adelea2 à Montreux. Interpellé par la réflexion suivante apportée par Jean-Louis et Corinne Lafitte au sujet de l'histoire biblique de Caïn et Abel (cf. Genèse chap. 4 ).

Bref rappel des faits : Caïn et son frère Abel offrent chacun une offrande à l'Eternel, lequel accepte celle d'Abel mais non celle de Caïn. Ce dernier en est très irrité. Dieu l'invite à bien agir et à relever la tête. Mais Caïn agit mal : il tue son frère.

Et si l'Eternel avait eu un projet plus élevé pour ... Caïn que pour Abel ? Imaginons un instant que Caïn ait fait le bon choix : celui de faire confiance à Dieu et de ne pas douter de son équité. Imaginons qu'il ait fait alors cette difficile mais humble prière : "Eternel, tu as choisi l'offrande d'Abel et non la mienne; c'est dur à avaler mais je m'incline devant ton choix et je me réjouis de ta bienveillance en faveur de mon frère Abel". Une telle prière serait sans doute montée au Ciel comme une nouvelle offrande d'égale, voire de plus grande valeur que celle d'Abel. Et nul doute que Caïn aurait ainsi troqué l'amertume et la violence pour la paix et la joie. Pour devenir un proche, un intime de l'Eternel.

Olivier Emery

14:23 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |

Commentaires

Sur le mythe de Caïn et Abel, je vous recommande "Abel Sánchez" de Miguel de Unmauno, un ouvrage conçu pour vous plonger si fortement dans le sentiment de l'envie qu'il est supposé que vous en ressortiez transformé... et conscient de ses méfaits...

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/unamuno-miguel-de/abel-sanchez,1359241.aspx

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 30/09/2008

D'où on peut déduire que Caïn et Abel sont bien les archétypes de l'être humain: complexe et mystérieux. Et que la liberté, qu'elle vienne de Dieu ou du hasard et de la nécessité biologique, contient le meurtre. Nous ne sommes donc pas sortis de l'auberge. Au plaisir de lire plus régulièrement tes billets spirituels.

Écrit par : JF Mabut | 30/09/2008

Les commentaires sont fermés.