23/03/2008

Pâques et la résurrection : rien qu'un texte à réinterpréter?

A chaque grande fête religieuse chrétienne, la Tribune donne la parole ou la plume à des théologiens qui s'empressent alors trop souvent de mettre en doute la réalité historique de l'évènement célébré.

Pâques 2008 n'y échappe pas et Madame le Pasteur Francine Carillo d'affirmer ainsi au sujet de la résurrection de Jésus : " Il faut bien sûr réinterpréter les textes anciens à la lumière d'aujourd'hui ". Cette dernière affirmation n'est pas recevable si l'on croit à la véracité des textes bibliques lesquels affirment clairement que la résurrection de Jésus est un FAIT HISTORIQUE, tout comme ils affirment la réalité historique de son ascension, de la Pentecôte et de son prochain retour en gloire.

Jésus a remercié le Père d'avoir révélé les choses de son Royaume non aux sages et aux intelligents mais aux gens humbles et ouverts à son enseignement; c'est pourquoi il convient peut-être de ne pas se désoler qu'aujourd'hui trop peu de théologiens proclament simplement la vérité de la parole de Dieu.

Un jour tout être humain sera à genoux devant Celui qui est, qui était et qui vient : le Prince de vie. Je gage que ce jour-là ceux qui auront affirmé clairement par la grâce du Saint-Esprit "CHRIST EST RESSUSCITE, IL EST VRAIMENT RESSUSCITE", seront déclarés bienheureux devant le Père et les anges du ciel.

Olivier Emery

07:49 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |

20/03/2008

Louange et sainteté

Dans sa deuxième lettre à Timothée (chap.2 v. 20), Paul écrit que dans une grande maison il y a de la vaisselle en bois et en argile mais aussi de la vaisselle en or et en argent. Cette dernière est réservée à des occasions spéciales. Et l'apôtre d'ajouter : "Si quelqu'un se purifie de tout le mal dont je parle, il sera utilisé pour des tâches spéciales, car il appartient entièrement à son Maître (…). Fuis les passions de la jeunesse, recherche la droiture, la foi, l'amour, la paix avec ceux qui, d'un cœur pur, font appel au Seigneur".

Exercer un ministère dans la louange représente sans doute une de ces "tâches spéciales". Notre corps, notre bouche, nos mains, nos cordes vocales servent comme de la vaisselle d'or ou d'argent, car la conduite de la louange est un précieux ... service.

Louer Dieu nous conduit dans sa présence; or Dieu est saint. Il est même "trois fois saint", c'est dire que sa sainteté est parfaite. Le service de louangeur est précieux comme l'or et l'argent : il implique donc tout naturellement de se détourner de tout mal et de prier chaque jour : " O Dieu crée en moi un cœur pur, renouvelle en moi un esprit bien disposé !" (Psaume 51).

Olivier Emery

 

 

 

 

 

 

 

14:18 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |

08/03/2008

David et Absalom : un amour fou !

Absalom trahit son père le roi David. Il conspire contre lui, lui vole par ruse l'affection et l'estime du peuple, fomente un coup d'état, déclenche une guerre civile, s'empare de sa capitale et de son palais royal et le pourchasse sans pitié dans le désert pour le tuer. A la haine féroce s'ajoute l'offense suprême en suivant l'odieux conseil d'Achitophel le plus grand conseiller du royaume : "va coucher avec les femmes de ton père David; ainsi il ne pourra plus te supporter, tout le peuple le saura et tes partisans seront encouragés".

Quels sont alors les sentiments de David pour ce fils abject et détestable ? Avant la bataille décisive, il donne cet ordre aux chefs de son armée : "je vous en prie, protégez le jeune Absalom !" Et tous le soldats entendent le roi donner cet ordre.

Certains pensent qu'en la circonstance David fait montre de faiblesse coupable envers son fils Absalom. Il n'est pas raisonnable ! Il met en péril les intérêts de son royaume et des personnes qui lui sont restées fidèles. Il est victime d'un amour paternel totalement excessif et incongru voué à un fils dont l'indignité est absolue.

Peut-être...il n'empêche qu'il y a une vraie majesté dans son attitude, une incroyable grandeur d'âme dans son invraisemblable douceur pour son enfant. David préfigure le sidérant amour inconditionnel de Dieu pour chaque être humain, amour montré par Jésus le messie. Alors que nous étions des révoltés et des ennemis, Il n'a pas hésité à donner sa propre vie pour sauver tous les êtres humains. Aujourd'hui encore retentit le message de l'amour fou : Dieu s'obstine à offrir son pardon et son amour à celui qui, pourtant, le rejette et le déteste. Avec la même inconcevable tendresse de David pour Absalom.


Olivier Emery

P.S : ce récit de trouve dans la bible (cf. II Samuel chap. 15ss et Jean chap.3)

 

 

10:01 Publié dans Bible et Evangile | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |