12/11/2007

Trafic automobile pendulaire à Soral

Vu hier soir 11 novembre 2007 sur la TSR les interminables colonnes de voiture qui traversent le matin puis le soir le joli village de Soral (GE).

Par simple bon sens on comprend immédiatement que ces véhicules doivent à l'évidence passer ailleurs que dans ce type de localité; la solution locale préconisée frappe par sa simplicité et son efficacité : il suffit de n'ouvrir la barrière que de 8h30 à 16h30.

Chic, la parole est donnée à M. Cramer, Conseiller d'Etat intelligent et soucieux de l'environnement. Déception : notre politicien nous sert sans argumentation des phrases infondées ou creuses telles que : "Soral ne fait que reporter le trafic sur d'autres villages" (Tiens j'ignorais qu'on avait fermé la douane autoroutière de bardonnex!) ou "il faut dialoguer avec nos voisins français au lieu de fermer des barrières" (alors là, on fait concrétement avancer les choses, c'est sûr !).

Fermer au trafic pendulaire les douanes villageoises reportera le trafic sur les grands axes évidemment mieux adaptés pour le recevoir. J'entends déjà l'objection : ça va créer des retenues pour passer la frontière à ces passages! Et alors ? La santé, la sécurité et le bien-être quotidiens de nos villageois ne valent-ils pas plus que la poignée de minutes d'un automobiliste pressé ? Et ne serait-ce pas une efficace invite pour ce dernier à se tourner vers une solution offerte par les transports publics et/ou en réclamer l'amélioration ?

 

Olivier Emery

15:19 Publié dans Genève, vie locale | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |

Commentaires

Je ne suis pas vraiment d'accord.

Si l'on déverse ce trafic ailleurs, même sur de grands axes, on ne fait que déplacer le problème et on ne le résoud en rien. On réduit les nuisances pour les habitants de Soral, mais il y en a d'autres qui trinquent, et au final, ce sont les citadins genevois qui souffrent des fluxs constants de voitures. Il faut bien comprendre que le problème n'est pas précisément Soral, ni Perly ni une autre commune de périphérie, le problème est général et concerne la voiture en tant que mode de transport individuel.

Les habitants de Soral souffrent lorsque des frontaliers traversent leur village en voiture, mais les Soraliens eux-mêmes font souffrir les habitants de la ville lorsqu'eux mêmes y viennent en voiture.

Il faut aujourd'hui désacraliser la voiture, et contraindre les gens à utiliser les Transports Publics. Pour cela, il faut sur-développer l'offre de TP, les rendre très efficaces et rapides (c'est ce que Cramer s'efforce de faire depuis pas mal d'années), et réduire le trafic (au moins) de moitié dans les villages alentours, mais AUSSi au centre-ville. Parce que 7'000 voitures à Soral, ce n'est rien contre les 70'000 à la rue des deux ponts, qui passent en continu.

Alors c'est plus choquant parce que c'est un village, mais à la rue des 2 ponts ou au bvd du Pont d'Arve il y a aussi des gens et des enfants qui habitent (la cour de l'école Micheli-du-Crest est ultra-chargée en particules fines, et des gamins les respirent tous les jours).

Le problème n'est donc pas à Soral, il n'est pas à Perly, il n'est pas du au frontaliers, il n'est pas du aux genevois flegmards.

Le problème est partout à la fois: c'est la voiture individuelle, le problème ce sont les motos et les scooters (hyper riches en particules fines, mais aussi en nuisances sonores).

Il faut donc développer l'offre de TP, mettre des P+R partout aux abords du canton, mettre des pistes cyclables partout, offrir un système type "Vélib" au centre ville, et trouver des mesures très contraignantes qui iraient jusqu'à l'interdiction pure et simple du trafic individuel.

Genève deviendrait ainsi une ville exemplaire en matière d'écologie, et je vous promets que pas mal d'autres métropoles prendraient exemple.

Écrit par : Sandro Minimo | 12/11/2007

J'abonde dans votre sens, il faut FORCER les pendulaires à prendre l'autoroute à Bardonex et rendre aux habitants de Soral leur quiétude. N'oublions pas que le trafic automobile est comme un fluide qui s'épend par l'endroit qui lui oppose le moins de résistance.

Habitants de Soral, résistez !!! Vous êtes soutenu par nombre de genevois !

(Je sens les insultes niveau bistrot qui vont fuser suite à ma réponse !)

Écrit par : Dji | 12/11/2007

Pauvres frontaliers et Suisses qui ont choisis d'être de l'autre côté de la frontière , ils perdent déjà de l'argent au change s'ils perdent encore du temps c'est la catastrophe ? Heureusement que dans le reste de la France il n'y a rien de tout ça.Avec mes salutations. JJR

Écrit par : Jay-Royon | 13/11/2007

Jay-Royon,
C'est vrai que la Suisse achète ses produits issus de l'UE avec du chocolat fondu. Etant donné que la Suisse doit changer son pauvre franc en Euros pour acheter, il semble évident que les prix en Suisse prennent aussi l'ascensseur ! Electricité, (de France), pain, fruits et légumes, véhicules, essence, gaz, etc. etc. la Suisse n'est pas un pays autharcique et doit tout importer avec son franc de plus en plus faible ! N'oubliez pas que ceux qui peuvent investir (private banking) le font en euros ! les transactions en Suisse désormais se font toutes en euros puisue même le dollar de vaut plus rien.
Je crois que là on voit le niveau des soi-disant spécialistes de la finance, qui il y a quelques années disaient que l'euro ne se ferait jamais et qu'il ne vaudrait rien !

Écrit par : Suisse frontalier | 23/11/2007

Pour Jay-Royon,

Vous insultez les gens qui n'ont pas trouvé de logement pour leur famille sur le canton de Genève ! Sachez qu'ils n'ont pas choisi mais ont été obligés de s'expatrier. Regardez l'émission A bon entendeur de mardi dernier avant de juger ! Je trouve honteux de leur jeter la pierre ! mon fils n'a pour faire autrement que de s'expatrier pour donner un toit à sa famille !

Écrit par : carougeois | 23/11/2007

Jay-Royon,

Lisez la TDG du jour ! l'inflation en Suisse n'a jamais été aussi haute depuiis 6 ans ! qu'avez-vous à répondre ?

Écrit par : Suisse frontalier | 01/12/2007

Les commentaires sont fermés.